Menu

Politique Publié

Maroc : A quelques mois des communales, le PJD expulse deux élus accusés de mauvaise gestion

La semaine dernière, le ministère de l’Intérieur a révoqué une dizaine d’élus communaux, dont six présidents. Le PJD compte un de ses membres sur la liste noire de Hassad. Il vient d’être expulsé par la direction du parti.

Temps de lecture: 2'
DR

Le secrétariat général du PJD expulse un membre du parti. Il s’agit d’Abdelkhalek Benaboud, qui occupait le poste de premier adjoint du président du conseil communal de Martil (environ 15 km de Tétouan).

L’ancien PJDiste figurait sur la liste des élus limogés par le ministère de l’Intérieur pour cause d’ «irrégularités» dans «l’attribution des autorisations de constructions et des licences d’exploitation» au cours de l’exercice de leurs fonctions. Des décisions irrévocables prises à la suite d’enquêtes menées par l’inspection du département de Mohamed Hassad.

Un bon point pour l’image du PJD

A quelques mois des élections communales prévues cette année, la direction du PJD en optant pour l’expulsion du mis en cause boostera, très probablement, sa popularité dans une région réputée être un bastion des islamistes. En effet, à la tête de la mairie de Tétouan trône, depuis juin 2009, un islamiste alors qu’à Tanger, le PAM avait eu recours à des pressions, avec la bénédiction des autorités, pour arracher la présidence du conseil de la capitale du Détroit.

En revanche, les autres formations n’ont pas, pour le moment, pris de mesures contre leurs membres révoqués par le ministère de l’Intérieur. Le PAM observe toujours le silence alors que le président du conseil municipal de Martil appartient au parti du Tracteur. Et il en est de même pour l’Istiqlal de Hamid Chabat. Le PI compte  en effet deux présidents sur la liste noire de Hassad : Ahmed El Kadiri, à la tête de l’arrondissement Anfa-Maârif, et Mohamed Kanfani à Ouazzane.

Par ailleurs, le PJD continu de balayer devant sa petite porte. Il vient ainsi d'expulser le président de la commune de Deroua, relevant du territoire administratif de Casablanca à la suite de plaintes de citoyens l'accusant de «corruption». Une mesure qui anticipe une possible révocation par le département de l’Intérieur ou de poursuites judiciaires du ministère de la Justice contre l’intéressé.

pourquoi
Auteur : yassin987
Date : le 14 janvier 2015 à 09h05
Pourquoi virer l adjoint comme son titre le définit il n est la que pour seconder donc il suit les directives de son supérieur
!
Auteur : hyayna
Date : le 13 janvier 2015 à 17h43
voila un parti qui sait faire le menage quand sa s'impose
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate