Menu

Politique Publié

Procès Gdim Izik : Human Right Watch demande une révision du procès devant un tribunal civil

Le procès Gdim Izik est toujours d’actualité. Human Right Watch vient de demander au gouvernement Benkirane d’annuler le verdict et de rejuger les accusés devant un tribunal civil tout en veillant à ne pas prendre en compte les dépositions contestées par les détenus comme preuves.

Temps de lecture: 2'
DR

Le Maroc est à nouveau épinglé par une ONG internationale des droits de l’Homme sur la pratique de la torture. Après le fameux rapport d’Amnesty, voilà que l’américaine Human Rights Watch lui emboîte le pas. Dans une lettre, l’association invite le chef du gouvernement à «s’attaquer au problème de l’iniquité des procès de civils menés par des tribunaux militaires ou civils».

Pour appuyer ce qu’elle avance, HRW cite le cas de Abdeslam Loumadi, un détenu sahraoui, partisan du Polisario. Même si il a été présenté devant un tribunal civil, la cour n’a pas ordonné l’ouverture d’une enquête sur les déclarations de Loumadi affirmant avoir été torturé lors de son interrogatoire.

L’ONG déplore que les juges l’aient condamné (en mai 2014 à 10 mois de prison ferme pour participation à un « rassemblement armé», et «agression d’agents de police», ndlr) sur la base d'une simple déposition. Depuis 2007, Loumadi est fréquemment arrêté et emprisonné pour ses positions politiques. Pour HRW, «cette affaire est typique d’un système qui voit les tribunaux condamner des accusés en s’appuyant sur des preuves qui pourraient avoir été obtenues sous la torture ou les mauvais traitements».

L’ONG demande l’annulation du verdict du procès Gdim Izik       

La deuxième partie de la lettre destinée à Benkirane est consacrée au procès Gdim Izik. HRW anticipant une adoption de la Chambre des conseillers du projet de loi sur la réforme du code de la justice militaire, demande à l’exécutif d’annuler le verdict prononcé, le 16 février 2013, par une juridiction militaire contre 23 Sahraouis impliqués dans les incidents survenus lors du démantèlement du campement de fortune et de les rejuger devant un tribunal civil.

L’ONG exige qu’«aucune déposition contestée faite à la police ne devrait être admise comme preuve, tant que le tribunal n’aura pas enquêté de façon approfondie sur toute allégation d’actes de torture ou de falsification formulée par les accusés». La position de Human Rights Watch s’inscrit ainsi en faux contre les déclarations du ministre de la Justice, Mustapha Ramid, écartant toute possible révision du procès Gdim Izik.

Les droits de l' Homme
Auteur : maroufi212
Date : le 11 septembre 2014 à 11h10
Les associations des droits de l 'Homme doivent se manifester pour soutenir les familles de ceux qui ont été assassinés à JDIM IZZIK , je ne comprends pas pour qu ' elle raison ils ne le font pas !
sans pitié
Auteur : coleredu59
Date : le 10 septembre 2014 à 21h45
nous devons être intraitables !
qu ils payent severement les assassinats commis pas ces ordures, qui ont souillés de leur urine des hommes !
pas de pitié pour cette race que nous devons comparer aux terroristes de l etat islamique !
vu le nombre de gendarmes assassinés, la peine de mort s applique.
ces o.n.g doivent faire l objet de poursuite en soutenant ces criminels.
qui pourrait soutenir ces criminels ? ces o.n.g douvent faire l objet d enquête pour connaître leurs motivations a soutenirs ces barbares.
la justice devrait ouvrir des enquêtes et
VERBE ( " EXIGER " )....
Auteur : Daït Aoua
Date : le 10 septembre 2014 à 18h27
Dans le dernirer paragraphe de cet article on constate, on lit :
l'ong ( E X I G E ), non mais quoi encore... !!! nous ne sommes plus chez-nous .... !!! c'est insupportable..!!!!!!!!!!!!!!!!!

Là est tout le problème, ces organismes ONG subsidiés par nos soins dans un monde de bisounours.... et par la même mettent nos vies en danger... !

Je suis pour la suppression pure et simple de tous ces ONG... et pour un retour à la loi du talion, bien plus efficace et moins coûteuse que notre très chère, au propre comme au figuré justice... !!!!!!!!!!!!!!

Et Bénit soit la justice Americaine, c'est efficace.... !!!!



il faut être ferme
Auteur : FATEM95
Date : le 10 septembre 2014 à 17h55
On a toujours un doute sur les intentions, supposées nobles, de ces ONG. Il y a des dossiers sur lesquels ils oublient d'intervenir.

Le Maroc fait sa loi chez lui. Il y a des avocats, s'ils veulent faire des recours avec des éléments de droit, ils le font. Sinon la peine doit être maintenue. Ces ONG s'interrogent-elles sur l'ordre public et sur tous les autres citoyens qui doivent vivre en paix. C'est un droit fondamental.
Procès .
Auteur : maroufi212
Date : le 10 septembre 2014 à 14h27
Ceux qui ont été assassiné froidement à GDIM IZZIK ne reviendront plus sur terre , les criminels doivent être jugés par qui de droit , puisque il s ' agit des forces de l 'ordre qui n ' étaient même pas armés au moment des faits .
Le Maroc doit choisir le tribunal qu ' il veut , ça change rien que ce soit civil ou militaire , les faits sont là (jugement de ceux qui ont donné la mort ,et de ceux qui ont causé ce rassemblement en vue de nuire )
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com