Menu

Article

« La corruption est la justice du Maroc », témoignage d’un prisonnier espagnol récemment libéré

Antonio Lopez, camionneur espagnol de 56 ans, a retrouvé sa liberté le 28 mai dernier après avoir passé sept long mois en prison à Tanger. Il raconte le calvaire qu’il a vécu au Maroc et livre sa réalité de la corruption au sein des tribunaux et de la police marocaine. Détails.

Publié
Antonio Lopez à sa sortie de prison.
Temps de lecture: 2'

«La justice au Maroc n'existe pas, c’est la corruption qui existe», affirme Antonio Lopez au journal El Faro. C’est une quinquagénaire meurtri qui raconte son «calvaire» dans la prison de Tanger. Arrêté pour trafic de drogue fin 2012, Antonio Lopez, avait longtemps clamé son innocence avant que son accusateur ne reconnaisse devant le juge qu’il n’est qu’une innocente victime.

Voici son histoire. Après la fin de son service militaire, Antonio Lopez, 56 ans, est devenu camionneur. Il y a quelques mois, l’entreprise pour laquelle il travaillait l’a chargé de transporter des machines pour un constructeur marocain à Tanger. Une mission qui lui avait semblé douteuse, dit-il, estimant que rien n’était clair. Il l’a signifié à son patron, car il avait l’expérience dans ce domaine, pour avoir travaillé avec des sociétés qui le faisait voyager en Europe.

Son patron insistera cependant pour qu’il fasse le déplacement, lui disant qu’il devait également y rencontrerait quelqu'un dans le but d'étendre le marché de l’entreprise. M. Lopez accepte. A son arrivée au port de Tanger, il présente son passeport pour les formalités, mais à sa grande surprise, il ne reçoit pas le tampon d’entrée. Directement, l’homme est conduit au commissariat, sans aucune explication. «Jamais de ma vie, je n'ai jamais été dans une prison ou dans un tribunal, souligne le quinquagénaire. Finalement ils m'ont pris une déclaration et m'ont dit que j’étais accusé d'être le chef d'une bande internationale de trafic de drogue. J'ai nié». 

100 000 euros pour une libération en douce

Sur ce, les policiers lui ont proposé de leurs verser 100 000 euros pour retrouver sa liberté. «Je n'avais pas d'argent, et même si je l’avais, je ne leur aurais rien donné, car ça aurait été une participation à toute cette corruption», affirme-t-il outré. Immédiatement, il a contacté le consulat espagnol dont il n'a pu obtenir aucune aide.

M. Lopez a donc préféré rester en prison, attendant que justice soit faite. Le procès a eu lieu le 28 mai dernier et son collègue qui l’avait accusé a reconnu qu’il était totalement innocent dans cette affaire de drogue. C’est ainsi qu’il a retrouvé sa liberté.

Pour lui aujourd’hui, la corruption a remplacé la justice dans le royaume chérifien. «C'est une dictature pure et dure et je n'ai pas peur de dire que beaucoup me menacent parce que je réclame une indemnisation pour ce que j’ai vécu ainsi que les conséquences qui en découlent», se défend-t-il, estimant que sa réputation a été bafouée. De simple camionneur qu’il était, il a été taxé de chef d’une bande internationale de trafic de drogue pendant sept mois, soulignant également que sa santé en a pris un coup, en raison des conditions de sa détention.

Lutter pour la justice

«Il faut lutter pour la justice et je répète que je n'ai pas peur, bien que j’ai à nouveau été menacé depuis le Maroc, car ils veulent que je me taise», affirme-t-il. Il  ajouter même que «les personnes souffrant des conséquences de ce système injuste et corrompu sont beaucoup trop nombreuses et cela doit cesser».

La question de la corruption au sein de la police et la justice est une réalité. D’ailleurs ces deux secteurs sont les plus corrompus d’après le dernier sondage de Transparency International. Le gouvernement Benkirane avait fait de la lutte anti-corruption l’un de ses chevaux de bataille. A ce titre, le ministre de la Justice, Mustapha Ramid a récemment sanctionnés plusieurs juges, dont quatre révoqués, pour cause, entre autres, de corruption. Mais la réforme du code pénal est encore jugée insuffisante.

Solutions?
Auteur : Ssandrine
Date : le 01 octobre 2014 à 21h38
سلام علیکم


Je vous explique la situation :
-j'ai une convocation du 5 juin 2014 pour divorce à l'amiable, pas d'enfant
-je suis déjà allé 8 fois au tribunal pour le divorce
-la juge m'a trouvé 3 ou 4 fois en bas de mon immeuble et m' a donné
son numéro de téléphone
-je jugement final était le 17. le 27 août et aujourd'hui on me dit
que c'est le 1er octobre.
-je suis chez moi aujourd'hui et aucune nouvelle du jugement
-la juge m'a dit qu'elle avait écrit le jugement et fixé la somme
d'argent de compensation
-quand je lui demande le jugement elle me répond : "tu as eu l'argent?
Tu as eu l'argent?"
-j'ai besoin du jugement pour la retranscription en France
-j'ai juste la première convocation pour la France,ce n'est pas suffisant
-on me tient en otage administrativement au Maroc
-je suis obligé de passé la frontière du Maroc même sans le jugement
pour demander le divorce en France (au bout de 2 ans > divorce
automatique
-mon avocat m'a dit qu'il était en vacance et serait reparti en
vacance à La Mecque et refuse de me dire la somme qui me reste à
verser pour les honoraires.
-le traducteur refuse de me parler
-l'ex mari a le reçu comme de quoi il a déposé l'argent au tribunal
-le secrétaire du tribunal me parle très mal
-une personne est allée au secrétariat pour chercher mon dossier,
comme de par hasard jamais ils le trouvent et ensuite ils se mettent à
parler en amazigh (les convertis apprennent l'arabe).


Solutions?

Merci ! ! !
Corruption au Maroc.
Auteur : tonyzal
Date : le 10 septembre 2013 à 11h27
« La justice au Maroc n'existe pas, c’est la corruption qui existe » Hélas! C'est bien vrai,J'ai moi même était victime d'affaires judiciaire alors que j’étais un citoyen de toute honnêteté.Il n'y avait justice que pour les puissants fortunés.Bref,avec tout le respect et l'admiration que j'ai eu pour le roi Hassan 2, il se trouve quand même responsable d'avoir laisser cette justice corrompue entre les mains de cette grande bourgeoisie Marocaine. Qui en faite n'apportait au Roi que le ressentiment des Marocains envers cette justice corrompue. J'espère que le nouveau Roi Mohamed 6 saura effacer l'erreur du passé!Je lui souhaite bonne chance et bonne route?
Waw Waw
Auteur : Whoever
Date : le 10 septembre 2013 à 10h41
Il y a quelque chose qui cloche dans le récit de M.. Lopez. Il n y a aucune police au monde qui va mettre une personne en prison seulemebnt parce que qq1 l'accuse d'un crime queconque; sinon la moitié de la population sur terre seerait en prison. ce qui invite à rire c est que cette meme justice marocaine libere M Lopez parce que "son collègue" a dit qu'il étai totalement innocent!!!! Meme Juan Carlios n'a pu le faire! Le pauvre roi d'espagne; il n a demandé que du pardon. Mais maintenant ce "collègue" va etre recruté par les trafiquants de drogue uui pillulent en Espagne!!!!!!
Lol
Auteur : HamzaEHA
Date : le 10 septembre 2013 à 06h54
Le problème c'est aussi qu'au maroc on te juge coupable sur une simple plainte, sans preuve et avec de fausses déclarations, sois tu paye le plaignant, soit tu es condamné sans preuve...

Tu es présumé coupable des la première seconde, et si par malheur tu es innocent la police fait son travail et va fabriquer les preuves qui manques...

Il y a tellement de cas vécus...
la corruption est la justice du Maroc
Auteur : slaouik
Date : le 09 septembre 2013 à 22h43
c est toujours tres facile de dire que la justice et la police sont corrompues pour se dedouaner un peu.
Il y a de la corruption mais il y a également des délits...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com