Menu

Sport Publié

Jeux Paralympiques de Londres 2012 : Mais où est passée la championne marocaine Sanaa Benhama ?

La triple médaillée d’or de Pékin n’est pas sur la liste des athlètes marocains qui participent aux Jeux Paralympiques de Londres cette année. Pourquoi ? Et comment une telle absence a-t-elle pu passer sous le radar de la presse marocaine ?  

Temps de lecture: 3'
Sanaa Benhama, ou comment une triple championne paralympique peut s'absenter d'une compétition majeure sans que cela n'éveille la curiosité de qui que ce soit...

Si la superstar internationale du sprint Usain Bolt n’avait pas participé aux Jeux Olympiques de Londres cette année, la presse jamaïcaine aurait-elle pu ne pas s’en rendre compte ? Très peu probable. Et pourtant, au Maroc, une triple championne du sprint a elle réussi à s’absenter des Jeux Paralympiques de Londres sans que cela n’attire l’attention de qui que ce soit. De qui s’agit-il ? De Sanaa Benhama, la sprinteuse marocaine qui avait remporté l’or sur le 100, 200 et 400 mètres aux Jeux Paralympiques de Pékin en 2008. Sa performance, que d’aucuns avait alors jugé comme historique, lui avait d'ailleurs valu les honneurs de la presse marocaine. Curieux donc de constater que quatre ans plus tard, cette même presse – qui a pourtant utilisé à tire-larigot la photo de la jeune athlète pour illustrer ses articles consacrés aux Jeux Paralympiques  – omette totalement de relever son absence de la liste des 32 athlètes paralympiques marocains présents à Londres cette année. 

La question qu'il reste à élucider est la suivante: pourquoi Sanaa Benhama ne s’alignera-t-elle pas sur la piste de l’Olympic Stadium cette semaine ? C’est ce que nous avons voulu savoir en interrogeant directement la concernée ce matin. Alors que les spéculations allaient bon train au sein de la rédaction sur les raisons de son absence; certains pensant qu’elle avait choisi de se faire naturaliser à l’étranger, d’autres qu’elle tentait par ce biais d’échapper aux contrôles anti-dopage qui sont légions durant la compétition; la réponse de la sprinteuse s’est faite pour le moins «inattendue» :

«En fait, j’ai accouché il y a deux mois à peine d’un petit garçon. Ce n’était pas prévu. Je voulais participer à Londres et rééditer ma performance de Pékin, mais je n’ai pas pu» nous a confié la jeune mère au téléphone.

Les chances de médailles du Maroc

Suivant de très près ce qui se déroule à Londres en ce moment, Benhama s’est dite confiante sur les possibilités de médailles du Maroc durant cette compétition : «Je suis très contente que le Maroc ait pu remporter deux médailles jusqu’à présent [ndlr. Mohammed Amguoun a remporté la médaille de bronze sur 400 mètres dimanche soir]. C’est très bien ! Et on peut en gagner bien plus encore !» a-t-elle lancée.

Selon elle, Chentouf El Amine, qui sera ce soir au départ de la finale du 5000 mètres, a de fortes chances de remporter l’épreuve car «il est le favori et en plus il a un très bon niveau». Même sur le 1500 mètres, dont il a atteint le stade des demi-finales, «il a toutes les chances de décrocher aussi une médaille».

La situation du handisport marocain en 2012

Si les espoirs de médailles sont permis, c’est que la préparation des athlètes marocains a été intense et bien organisée : «Ils sont partis à Londres un mois avant le début des Jeux Paralympiques pour se préparer» nous apprend Benhama. D’après elle, cette gestion plus minutieuse de la préparation des athlètes reflète «l’évolution positive» du handisport au Maroc depuis 2008 : «Il y a eu beaucoup de changement et d’amélioration depuis Pékin. Les athlètes marocains ont bénéficié de stages de préparation. (…) Les choses s’améliorent car on commence à prendre conscience de l’importance de ces compétitions…»

Il est une autre chose dont l’on a probablement aussi pris conscience au Maroc depuis Pékin : la réussite sur la scène internationale des athlètes paralympiques marocains est, bon an mal an, supérieure à celle de leurs homologues valides. En effet, en sept participations aux Jeux Paralympiques (incluant ceux de Londres en cours), le Maroc a remporté 16 médailles (dont 5 en or), alors qu’en treize participations aux Jeux Olympiques (incluant ceux de Londres), il n’en a remporté «que» 20 (dont 6 en or). Soit quatre médailles de plus pour les athlètes valides sur six compétitions supplémentaires.   

Et pourtant, malgré la performance des athlètes paralympiques marocains au niveau international, «une certaine mentalité continue de bouder le handisport chez nous», confiait Sanaa Benhama au Journal Libération en 2008. Hélas, les choses semblent avoir peu évolué depuis, en atteste les prévarications d’une presse marocaine qui ne s’est même pas demandée pas où était passée sa championne. Cette dernière, qui semble passer aussi vite de l’ombre à la lumière que de la lumière à l'ombre (vitesse oblige), est pourtant toujours en âge de concourir (30 ans)…   

les médias marocains ingrats
Auteur : sarafansud
Date : le 04 septembre 2012 à 10h37
c'est bien de l'ingrattitude de la part des médias marocains a l'égard de notre championne .
félicitations a sanaa. longue vie au nouveau né.
et mérci a yabiladi d'avoir donné de ses nouvelles.
bonnes en plus.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com