Menu

Article

Mustapha Ramid : « Il n’y a pas de détenu politique au Maroc »

Mustapha Ramid nie catégoriquement l’existence de cas de détention politique au Maroc. L’AMDH parle, en revanche, de 40 personnes qu’elle classe dans cette catégorie. En presque huit mois au gouvernement, l’ancien président du Forum de la Dignité a complètement révisé ses positions.

Publié
DR
Temps de lecture: 2'

«Il n’y a pas de détenu politique au Maroc parmi les 65 mille prisonniers». Les propos ne remontent pas à l’époque des années de plomb mais juste à hier. Ils sont de Mustapha Ramid, le ministre de la Justice et des libertés, lors d’un entretien avec la chaine Al Mayadine, basée au Liban, la concurrente d’Al Jazeera. Le responsable gouvernemental a même affirmé que les prisons marocaines «ne comptent que des détenus de droit commun et non ceux d’opinion».

Ramid a également évoqué les mis en cause dans des affaires de terrorisme, précisant qu’il y a un travail pour les convaincre de réviser leurs positions initiales. Visiblement gêné par la question du journaliste qui est revenu à la charge, Mustapha Ramid a répliqué que «pour le moment aucun cas de détention politique ne me revient en mémoire». Mais qu’en est-il des membres du Mouvement du 20 février arrêtés lors des marches et autres manifestations ? Le trou de mémoire du ministre de la Justice et des Libertés est, apparemment, la raison de cet oubli.

 L’AMDH contredit les propos du ministre

Justement, le même jour du passage de Ramid à la chaine Al Mayadine, l’AMDH vient de publier un rapport, non encore exhaustif, sur les violations des droits de l’Homme qu’auraient subi les militants du M20F. C’est le bilan de plus de quatorze mois de recherche et de travail, et ce, depuis l'émergence de ce mouvement sur la scène politico-sociale au Maroc.

Le document commence par énoncer le nombre de personnes tuées et la date de leurs décès, toutes sont victimes d’interventions des forces de l’ordre. Selon l'AMDH, elles seraient au nombre de onze : cinq à Al Hoceima, deux à Safi, et un respectivement à Sefrou, Berkane, Taza et Béni Bouyache.

Contrairement aux propos du ministre de la Justice et des Libertés assurant qu’ «il n’y a pas de détenus politique au Maroc», le rapport élaboré par les services de l’ONG présidée par Khadija Riyadi a cité les noms de 40 personnes classées dans cette catégorie. Un bilan qui ne mentionne pas les arrestations et les condamnations qui se sont produits après le 17 avril 2012.

Dans l’ensemble, le document énumère quelques 645 cas de violations des droits de l’Homme réparties entre «répression psychique et physique» qu’auraient subi les manifestants du M20 F dans plusieurs villes du royaume durant la période comprise entre le 20 février 2011 et le 17 avril dernier.

Pauvre RAMID!!
Auteur : abdo447
Date : le 02 août 2012 à 13h20
Si vous voulez comprendre comment fonctionne la "justice" au Maroc, je vous prie de retenir cela :

"La justice est une gigantesque toile d’araignée qui attrape la petite mouche et laisse passer les frelons et les guêpes". Jean-Jacques Rousseau.


C'est exactement l'exemple concret de ladite justice au Maroc
Dernière modification le 02/08/2012 13:20
DESOLE MAIS LA LECTURE DE RAMID N'EST PAS FAUSSE
Auteur : Danouni
Date : le 02 août 2012 à 07h26
Pour Comprendre, il faut regarder le chef d’inculpation c'est à dire pour quel motif ces personnes ont été emprisonnées.

Exemples : Au Maroc

1. il est interdit de faire des chansons qui portent atteinte à l'honneur de la police : ce n’est pas en effet faire de la politique au sens strict du terme.

2. Il est interdit de faire des caricatures du Roi (et de sa famille) : atteinte à la sacralité du Roi : ce n’est pas en effet faire de la politique au sens strict du terme.

3. Les auteurs de l'attentat de Marrakech ont été condamnés pour Terrorisme et pas pour délit d'opinion.

Les Marocains savent que les gens qui ont été condamnés avaient TOUS des intentions politiques (dénoncer la corruption etc...) MAIS ce n'est pas sur cette base qu'ils ont été condamnés d'un point légal.

Donc d'un point légal RAMID a raison.
Dernière modification le 02/08/2012 07:26
.
Auteur : amir
Date : le 02 août 2012 à 05h48
des politiques comme ceux qui ''dirijent''le ''gouvernement'' actuel au maroc vous font douter de l'islam...

astaghfirou allah al 3adim!!!

messieurs du pjd; Dieu est plus grand que les avantages d'un poste de haut fonctionnaire ou de ministre. restez cridibles aux yeux de la populace marocaine qui vous a élus:demissionez si vous n'avez pas un vrai pouvoire.
Les marionnettes au bout du fil
Auteur : MAR0CALIN
Date : le 02 août 2012 à 02h27
Mr Jaabouk aurait omis de citer en reprenant le rapport de l'AMDH que parmi ces 645 cas de répression l'on a dénombré 11 cas d'homicide ou de mort non naturelle dans le cadre de la répréssion makhzenienne et en action de militantisme!
Mr Ramid a oublié de jeter un cil à ce rapport ou n'aurait-il pas eu la petite idée d'avoir une idée de ce qui se passe dans les rues au présent comme par le passé, à l'instar des villes et villages oû la matraque policière a fait du "nettoyage" avec le sang des réprimés qui ont osé dénoncer leur malvie: Bani Bouayach, Chlihates, Nador, Taza, et j'en passe...
Les procés levés contre les manifestants (en un temps record s'il vous plait!) n'ont guère titillé paraît-il la conscience du luron Ssi Ramid avant qu'il ne radote ses stupidités devant les cameras!
Mais qu'à celà ne tienne; la Justice marocaine manquera toujours de justesse car le pouvoir est entre des mains plus ou moins invisibles. Entre-temps le peuple assiste à un spectacle oû les marionnettes barbues font la scène dans un décor stéréotypé!
Clown ou politicien véreux ?
Auteur : zatekut
Date : le 01 août 2012 à 18h02
Ah ha ha ! Cet homme est un clown ! Il a un super sens de l'humour !

Ou alors serait-ce un politicien véreux qui ment à son peuple et au monde.
Noooon, Cela n'existe pas au Maroc car pour le moment aucun cas de politicen véreux ne me revient en mémoire... ! ;-)
Dernière modification le 01/08/2012 18:05
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com