News Forum MediaTIC Islam Yabiladies Universités d'été العربية Connexion

Maroc : 2 manifestations amazighes sur 3 réprimées par la police

Dimanche, le mouvement pour les droits des Amazighs au Maroc a organisé plusieurs manifestations. Deux d’entre elles ont été empêchées par la police qui n’a pas hésité à arrêté les manifestants. La troisième a Rabat a pu avoir lieu.

Héros national marocain, Abdelkrim El Khattabi était Amazigh rappellent les manifestants. /DR Omar Louzi.
Le mouvement amazigh réclame la libération de deux des siens.
Le drapeau kurde et celui de l'Azawad ont été associés aux drapeaux amazighs.
La marche dénonçait aussi l'intervention française au nord du Mali, en Azawad amazigh.

Trois manifestations devaient avoir lieu, hier, dimanche 3 février, à Rabat, Agadir et Al Hoceima. A Rabat, la manifestation a bien eu lieu, mais dans les deux autres villes, la police est intervenue en amont, pour intercepter les militants. A Agadir, « dans la principale gare routière près d’Agadir, plusieurs dizaines de personnes qui se rassemblaient pour se rendre à la manifestation ont été arrêtées », rapporte Saïd Ezzaoui, membre du bureau exécutif de la Ligue amazighe des droits humains. Les banderoles, les drapeaux amazighs, et les portables leur ont été confisqués.

« A Al Hoceima, aussi, les manifestants ont été encerclés par la police pour les empêcher de se rendre sur le site de manifestation. A Nador, 8 militants en partance pour Al Hoceima, ont été interceptés et arrêtées par la police », rapporte Saïd Ezzaoui. Toutes les personnes arrêtées par la police ont été libérées dans la journée, une fois le « risque » de manifestation écartée.

Mali : La France coloniale

A Rabat, la police s’est montrée nettement plus conciliante. Près de 300 personnes ont quitté Bab L’had, dimanche, pour s’avancer jusque devant le Parlement. « Les flics nous ont interdit d'arriver devant le consulat français pour dénoncer la politique coloniale de la France. Devant le Parlement où une centaine de policiers bloquaient la route vers le consulat », rapporte Omar Louzi, militant amazigh, sur sa page Facebook, car l’un des objectifs de la manifestation r’batie était de dénoncer l’intervention militaire française au nord du Mali.

« Les drapeaux de l'Azawad ont été brandis », indique Omar Louzi. L’Azawad est la région nord du Mali, majoritairement peuplé de Touaregs, des Amazighs, qui a été déclaré indépendant, par le Mouvement National pour la Libération de l’Azawad (MNLA) en association avec le groupe jihadiste Ansar Dine, le 26 mai 2012. En même temps que les drapeaux de l’Azawad et des Amazighs marocains, celui du Kurdistan était également levé. Il est fréquemment soutenu par le mouvement amazigh au nom de la solidarité des peuples opprimés revendiquant le droit de se gouverner eux-mêmes.

« Corrigez l'Histoire, nous ne sommes pas Arabes »

Pendant, la manifestation les slogans « Pouvoir assassin », « Ulach Sma7 Ulach », « Corrigez l'Histoire, nous ne sommes pas Arabes », ont fusé. « Le grand résistant Abdelkrim El Khattabi était aussi très présent dans les slogans », rapporte Omar Louzi car le grand résistant marocain aux colonisations française et espagnole était Amazigh. Comme souvent dans l’histoire de l’actuel royaume chérifien, le Rif, zone montagneuse du nord du pays peuplée d’Amazighs, a été le dernier siège de la résistance à l’envahisseur.

Outre la revendication culturelle, les manifestations avaient également pour objectif de réclamer la libération de ce que le mouvement amazigh estime être des prisonniers politiques. « Lors d’affrontements entre étudiantes à Meknès et Errachidia plusieurs militants amazighs ont été arrêtés et condamnés à des peines de prisons. Aujourd’hui, Adouch et Oseya, qui appartiennent au mouvement culturel amazigh, sont encore derrière les barreaux », insiste Saïd Ezzaoui.

La sourde oreille de Benkirane

Les manifestants ont aussi réclamé que cessent la violation des droits des Amazighs et la promulgation d’une loi pour mettre en pratique le statut officiel obtenu par la langue amazighe avec la nouvelle constitution. La réponse de Abdelilah Benkirane, chef du gouvernement, telle qu’elle est rapportée par Bladi.net, à une interpellation devant le parlement, au sujet des Amazighs, lundi 28 janvier, laisse pantois. « Les Amazighs, des gens simples qui passent leur temps à danser », aurait affirmé M. Benkirane.

Si l’information mérite d’être confirmée, elle n’est pas totalement improbable, puisqu’en novembre 2011, lors d’un meeting, celui qui n’était encore que le leader du PJD, avait comparé la langue amazigh écrite à du chinois. « Si Baha et un autre savent lire le tifinagh, je donne ma démission du parti », s’était-il moqué. En lisant un texte amazigh écrit dans l’alphabet arabe et rempli de mots arabes, il avait lancé « Ca c’est le vrai chleuh ».

Suivre Yabiladi
amir n'takhnna!!
Auteur : azouz des bois
Date : le 12 février 2013 à 02h06
stoussme choueitte tssaouaredh attass!!!heureusement pour lui il a grandit en France., cela lui a évité d’être (Ariouliser) comme certain.
j'ai rien contre un Maroc, Amazigh, arabe, juif,noir.
de quel droit une minorité doit elle imposer sa logique à tout un pays , réveille toi la majorité des marocains sont Amazighs ,tu la ramène pour rien.
@azouz dial argane
Auteur : amir
Date : le 11 février 2013 à 19h47
watta ache men culture 3andek a oulidi.....?

nous, arabes, nous n'allons pas tout de meme laisser casa et statte a des berberistes séparasiste qui exploitent les sentiment des petits moulhanoutes avec une démagogie bidon pour rençoner le pouvoire.

ce que cherchent les berberistes c,est une guerre civile chez nous et la destruction de l'identité arabe dans le monde entier...

juste le fait qu'un berbere qui a grandit en france et qui s'est autoproclamé cinéaste vient de presenter une merde au festival de tanger est révelateur du complot contre nous,nobles arabes.

VIVE LES ARABES ET VIVE LE MAROC AVEC SES BERBERES ET SES ARABES!!!
droits des Amazighs
Auteur : azouz des bois
Date : le 11 février 2013 à 15h11
Le Maroc est amazigh discuté avec des arabisés du slip, j’en vois pas l’intérêt. Pour nous tant amazigh il est primordiale que notre histoire notre culture nos racines soit connu et reconnu déjà par notre communauté amazighs qu’ils sachent faire la déférence entre l’islam et l’arabisation
C’est la seul façon d’arrêter la domination d’une petite partie d’arabisés, depuis que les bédouins se sont installés au Maroc il n’a jamais pu relever la tète, encore aujourd’hui l’école du maghzen fait du bourrage de crâne, tu y rentre normale t’en sors Arioul .
Dans ma famille les adultes ont tous des prénoms arabe ce n’est plus le cas des enfants qui ont tous des prénoms amazigh.
Dernière modification le 11/02/2013 15:13
!
Auteur : Bento
Date : le 11 février 2013 à 12h10
Choff assi anir ila ma3jabk l7al, matjich 8na! on aura moins à écrire.

compte à l'autre son dernier message explique toute ses cases en moins ou en plus d'ailleurs.
..
Auteur : amir
Date : le 11 février 2013 à 04h56
WASSADA3TOUNA A CHLOUH!!!!
Facebook