Menu
 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Maroc-Allégeance au roi : « Nous reviendrons l’année prochaine en plus grand nombre ». [Interview d’un membre du M20]

Au lendemain de la cérémonie d’allégeance au roi, célébrée mardi au Maroc, des dizaines de manifestants se sont données rendez-vous mercredi, devant le siège du Parlement, pour réclamer la suppression de cette pratique. Plusieurs des participants, dont des journalistes qui couvraient l’événement, ont été passés à tabac par les forces de l’ordre. Pour en savoir plus, nous avons contacté Hamza Mahfoud, journaliste et militant dans les rangs du Mouvement du 20 février, qui a, lui aussi, subi le même sort. 

Hamza Mahfoud s'est, lui aussi, fait tabasser par les forces de l'ordre (DR)

Yabiladi.com : Vous avez participé mercredi, à Rabat, à la manifestation contre l’allégeance au roi. Racontez-nous comment tout cela a commencé.

Hamza Mahfoud : Nous avons d’abord créé un événement sur Facebook qu’on a baptisé : « la Fête d'allégeance à la dignité et à la liberté ». Plus de 15 000 personnes ont reçu des invitations pour y partciiper. Finalement, plus de 1500 ont répondu favorablement à l’invitation. Ce ne sont que des estimations bien sûr, mais cela nous sert d’indicateur pour pouvoir mesurer le nombre de personnes qui seront réellement présentes le jour J.

De nombreuses activités artistiques étaient programmées pour cette « fête », du théâtre, de la poésie… L’annonce de l’événement faisait déjà beaucoup parler la presse étrangère. L’AFP et Reuters ont notamment relayé l’information qui a été par la suite reprise par de nombreux supports étrangers.

Que s’est-il passé par la suite ?

H.M : Comme convenu, on est arrivés aux alentours de 17h50 sur le lieu où était prévu le rassemblement. Au départ, on était une dizaine, puis d’autres personnes nous ont rejoints ensuite. Il y avait principalement des militants, des membres du M20 et des journalistes étrangers venus couvrir l’événement. C’est alors qu’on a été surpris par l’intervention brutale des forces de l’ordre. Ils insultaient et tapaient toutes les personnes qui étaient à leur portée…. hommes, femmes, enfants, sans distinction. Ils voulaient à tout prix saisir tout ce qui est caméras, appareils photos, téléphones portables pour éviter la publication des photos démontrant les violences de la police.

Vous avez vous-même subi des agressions de la part des forces de l’ordre...

H.M : Oui effectivement, j’ai reçu plusieurs coups. On m’a même déchiré la chemise blanche que je portais ce jour-là. Le caïd de Rabat (ndlr : l’homme qui porte des lunettes noires sur la photo) est celui qui a été le plus violent à mon égard. Il m’a donné une gifle en pleine figure.

Le porte-parole du gouvernement et ministre de la Communication Mustapha El Khalfi a fait part de ses regrets à la direction de l’AFP, suite à l’agression de l’un de ses journalistes lors de la manifestation.  Les journalistes marocains, eux, n’ont pas eu droit à des excuses. Qu’est-ce que vous en pensez ?

H.M : El Khalfi ne s’excusera pas. En tout cas, on ne s’attend pas à recevoir des excuses de sa part. Les Marocains ne font pas partie des préoccupations du gouvernement. Mais là, n’est pas la question. En agissant de la sorte, on nous a confirmé le citoyen marocain n’a pas de valeur aux yeux du gouvernement. De plus, El Khalfi n’est pas le commanditaire de cette violente intervention policière. Il ne fait que présenter des justifications insensées. C’est le roi et son entourage proche qui gouverne en réalité.

Pourtant cela faisait un moment que l’on n’avait plus entendu parler de violences policières lors des manifestations.

H.M : Peut-être, mais la répression n’a jamais cessé. Pas plus loin qu’il y a deux semaines deux militants du Mouvement du 20 février ont été placés derrière les barreaux pour avoir participé à un sit-in de soutien à d’autres manifestants arrêtés auparavant.

Qu’espériez-vous atteindre comme objectifs par l’organisation de cette manifestation ?

H.M : Cette cérémonie d'allégeance est pour nous le summum de l’humiliation. D’autant plus que les personnes qui y assistent nous représentent nous les citoyens, le peuple. Notre principal objectif à travers cette action était de réclamer la suppression de cette cérémonie qui renvoie une très mauvaise image de notre pays. Pour l’instant, nous avons réussi à susciter le débat et à lever les tabous qui entouraient cette pratique archaïque. Nous reviendrons l’année prochaine en plus grand nombre  et Mamfakinch. 

Suivre Yabiladi
où allons nous?
Auteur : sakki
Date : le 25 août 2012 à 08h06
et si nous voulons s’incliner et alors de quel droit ces apprentis en démocratie nous interdire?
jamais de jamais nous revenons en arrière sur nos principe et nos sacrés
le Roi est une personne sacrée point barre
mieux s"incliner devant le ROI que devant un tyran comme ceux qui nous avions eu je préfèrer terrer les noms tellement sanguinaire pour ne citer que 2
Ofkir
Ababou
la matraque doit cesser ... ! !
Auteur : allaoui38
Date : le 25 août 2012 à 09h28
frapper une personne pour la seule raison qu'il exprime son point de vue est un acte de barbarie . ..

NB : l'acte d'allegeance en lui même ne me dérange pas , on peux le qualifier d’héritage historique , même si je crois qu'il faut l’améliorer , par contre les privilégiés qui le pratique , si , le pays n'a jamais été aussi gangréné par la corruption et l'injustice , ils sont les seuls responsables . ..
Dernière modification le 25/08/2012 09:28
d'accord avec vous mon cher
Auteur : sakki
Date : le 25 août 2012 à 10h25
mais ce sont 2 sujets différents personne ne vous dira le contraire , cette corruption maladive chez nous est devenue intolérable
mais que certain nous disent non pas d’allégeance je dis stop c'est notre constitution , c'est notre histoire , c'est notre tradition
et si on laisse faire ces apprentis démocrate je vous garanti on ira droit au mur le Maroc ou la société marocaine n'est pas formée ni évoluée pour que nos différence s et nos spécificités, tribales régionales, linguistiques, font abstraction, pour placer l'intérêt de notre pays au dessus de tout
quant on voit que certain charlatan demandent l'indépendance du RIF rien que ça moi je me roule par terre devant un Roi que de saluer avec ma main un Tyran de quelque région qu'il soit
IN-CHA-ALLAH......!!!!!!!!!!
Auteur : Daït Aoua
Date : le 25 août 2012 à 11h01
Ce Monsieur disait : Nous reviendrons l'année prochaine.........

il a oublié de dire IN-CHA-ALLAH.........................


il faut arrêter la fumet.........et Flag-Pils........!!!!!!!!!
rassurez moi...
Auteur : Sauredinokarkoubi
Date : le 25 août 2012 à 11h02
On parle bien d'une dizaine de personnes qui par opportunisme contestent un acte fondateur de la nation?

La dépêche AFP parle de "mini-manifestation".... C'est nouveau faudra s'habituer! Il y avait plus de journalistes que de contestataires...

Malgré tout ce mec à droit à une interview! C'est bien joué....
Facebook