Menu
Connexion Yabiladies Islam Radio Forum News
Parallèle entre l'histoire de Jésus avec les rabbins et les savants
P
28 octobre 2017 16:18

"Parallèle entre l'histoire d'Aïssa (Jésus) fils de Maryam (Marie), Paix sur eux deux, avec les rabbins ou docteurs de la loi et les savants de l'Islam... La morale de l'histoire étant de ne pas s'accrocher aux écrits de savants quel qu'ils soient au risque de suivre les pas de ceux nous ayant précédé, en l'occurrence ceux qui ont suivi les rabbins qui s'opposaient à Jésus et son Message, Paix sur lui. Ainsi, dans Son noble Livre (le Coran), notre Seigneur nous exhorte et pousse à méditer sur les histoires des Prophètes et de leurs peuples... Ainsi, Jésus fils de Marie est venu faire revivre le Message de Moïse en fauchant le foin (les écrits) des rabbins, à l'aide de son Évangile, pour y découvrir le blé d'Allah (la Révélation)... "
K
28 octobre 2017 16:36
Salam,

Qu'est-ce qui t'intéresse particulièrement chez le prophète 3issa 3alayhi salam ?
[color=#33FFFF]Je n'ai jamais tord, jamais. Soit j'ai raison, soit j'apprends.[/color]
P
28 octobre 2017 16:37
Salam

Comment ça ?
Citation
Kbayli a écrit:
Salam,

Qu'est-ce qui t'intéresse particulièrement chez le prophète 3issa 3alayhi salam ?
K
28 octobre 2017 16:39
C'est un prophète qui a l'air de t'intéresser énormément, pourquoi sayedna 3issa (3alayhi salam) et pas le prophète lot (3alayhi salam) par exemple ?
[color=#33FFFF]Je n'ai jamais tord, jamais. Soit j'ai raison, soit j'apprends.[/color]
P
28 octobre 2017 16:41
Parce que c'est le prophète qui va revenir à la fin des temps. Et on est à la fin des temps.
Citation
Kbayli a écrit:
C'est un prophète qui a l'air de t'intéresser énormément, pourquoi sayedna 3issa (3alayhi salam) et pas le prophète lot (3alayhi salam) par exemple ?
A
29 octobre 2017 02:41
As salam alaykoum


Ce que Issah (as) a critiqué ce sont les pharisiens...pas les savants. Les pharisiens avec qui il s'est chamaillé avaient plusieurs caractéristique, qui en faisaient des tartuffe avant leur temps :

- ils inventaient plein de règle ultra compliqué, réellement infaisables, pour faire culpabiliser les gens. Les gens faisaient de "faux" pechés qu'ils devaient réparer en offrant des bête au temple (et donc donner du bien aux pretres)

- et ils inventé des allégements bidon pour leur caste. Et ça on le vois dans les verset qui parle de leur forme de zakat, où les gens devaient payer sur un tas de truc (le blé, les bêtes, etc) et eux n'étaient imposé que sur le cumin et deux autre épices Eye popping smiley bref sur peanuts

Ce qu'il dénonce et le terme est employé a plusieurs reprise, c'est leur hypocrisie.

Mais a aucun moment Issah (as) n'a denoncé tout les théologiens / savant ou n'a dis au gens de bricoler la halakha eux même Are you crazy Le Coran nous invite a méditer sur les textes des anciens Prophètes (as), pas de les instrumentaliser.
P
29 octobre 2017 12:04
Aleykoum salam

Ce sont pourtant bien les savants (qui avaient une influence) de l'époque qui ont déformé la thora.... et les juifs les suivaient.

Le sheikh a justement fait le parallèle entre les savants de l'époque et ceux d'aujourd'hui qui reproduisent la même chose.

Peut-être pas tous mais suffisamment pour que la plupart des gens soient égarés... d'où la venue d'Issa.

Justement y a rien d'instrumentalisé. Le coran est intemporel, et on peut en tirer une leçon à toute époque.
Citation
Al Hersini a écrit:
As salam alaykoum


Ce que Issah (as) a critiqué ce sont les pharisiens...pas les savants. Les pharisiens avec qui il s'est chamaillé avaient plusieurs caractéristique, qui en faisaient des tartuffe avant leur temps :

- ils inventaient plein de règle ultra compliqué, réellement infaisables, pour faire culpabiliser les gens. Les gens faisaient de "faux" pechés qu'ils devaient réparer en offrant des bête au temple (et donc donner du bien aux pretres)

- et ils inventé des allégements bidon pour leur caste. Et ça on le vois dans les verset qui parle de leur forme de zakat, où les gens devaient payer sur un tas de truc (le blé, les bêtes, etc) et eux n'étaient imposé que sur le cumin et deux autre épices Eye popping smiley bref sur peanuts

Ce qu'il dénonce et le terme est employé a plusieurs reprise, c'est leur hypocrisie.

Mais a aucun moment Issah (as) n'a denoncé tout les théologiens / savant ou n'a dis au gens de bricoler la halakha eux même Are you crazy Le Coran nous invite a méditer sur les textes des anciens Prophètes (as), pas de les instrumentaliser.
29 octobre 2017 13:42
Assalāmou 'alaykoum wa rahmatoullāh.

Un coup, les femmes n'ont pas le droit de conduire. Le lendemain, elles ont le droit. Retournement de veste éclair. Ça en dit long sur nos docteurs de la Loi.

Quant à l'état de délabrement de la Oumma, bien sûr ils n'en sont en aucun cas responsables. Ils font un travail formidable mais Allah S'obstine à ce que les non-Musulmans aient le dessus en tout domaine (sauf dans la production de pétrole et de résine de cannabis).

Les gens qui dorment debout pendant tarawih, d'autres se déclarent Musulmans non-pratiquants, on ne change rien, tout va bien. Que le Qur'an rentre d'un côté et sorte de l'autre, c'est pas le problème des 'oulama. Leur boulot, c'est de travailler le fiqh.

On a nos rabbins mais ils n'ont plus de prophètes à tuer.

Wassalāmou 'alaykoum wa rahmatoullāh.

PS : Allah Se donnerait la peine de nous mettre en garde contre un danger imaginaire dans la sourate al-Fatiha ?
P
29 octobre 2017 15:27
Aleykoum salam

Justement ce qui est reproché, c'est que les croyants privilégient et suivent les écritures des savants plutôt que celles d'Allah qui est protégée (aujourd'hui). Comme l'ont fait les juifs.

Rien à voir avec la non pratique des pseudo-musulmans, on parle pas de ceux là, puisqu'ils ne suivent ni la parole de Dieu, ni celle des savants ptdr


Citation
CHN-W a écrit:
Assalāmou 'alaykoum wa rahmatoullāh.

Un coup, les femmes n'ont pas le droit de conduire. Le lendemain, elles ont le droit. Retournement de veste éclair. Ça en dit long sur nos docteurs de la Loi.

Quant à l'état de délabrement de la Oumma, bien sûr ils n'en sont en aucun cas responsables. Ils font un travail formidable mais Allah S'obstine à ce que les non-Musulmans aient le dessus en tout domaine (sauf dans la production de pétrole et de résine de cannabis).

Les gens qui dorment debout pendant tarawih, d'autres se déclarent Musulmans non-pratiquants, on ne change rien, tout va bien. Que le Qur'an rentre d'un côté et sorte de l'autre, c'est pas le problème des 'oulama. Leur boulot, c'est de travailler le fiqh.

On a nos rabbins mais ils n'ont plus de prophètes à tuer.

Wassalāmou 'alaykoum wa rahmatoullāh.

PS : Allah Se donnerait la peine de nous mettre en garde contre un danger imaginaire dans la sourate al-Fatiha ?
b
29 octobre 2017 15:43
Salam aleykoum belle vidéo j'aime bien la récitation à la fin aussi
et j'aime bien aussi ce qu'il dit c'est vrai que Dieu nous dit "Lis" et certains ont fini par écrire par dessus alors qu'ils n'ont pas la science de Dieu
A
29 octobre 2017 17:53
As salam alaykoum


La reponse tient dans le concept du "cheikh du sultan", phénomène connu et archi connu depuis l'époque omeyade. Tu as toujours eux des savant de cours qui ont fait des fatwa pour plaire aux gouverneurs et non en conformité avec la religion et ceux là se rapproche en effet de l'idée du pharisien.... celui qui utilise de façon hypocrite la religion.

Maintenant, on ne peut pas prendre quelques cas à la marge...et qui se repère assez vite pour en tirer une généralité.

La très très grande majorité des savants del'époque classique ont été des gens honnete, voir comme Malike qui ont payé très cher leur libre parole. Idem pour ibn Taymiah quand il a réfuté le triple talaq du poivrot, alors que son avis était pertinent.
Citation
Parenthèse a écrit:
Aleykoum salam

Ce sont pourtant bien les savants (qui avaient une influence) de l'époque qui ont déformé la thora.... et les juifs les suivaient.

Le sheikh a justement fait le parallèle entre les savants de l'époque et ceux d'aujourd'hui qui reproduisent la même chose.

Peut-être pas tous mais suffisamment pour que la plupart des gens soient égarés... d'où la venue d'Issa.

Justement y a rien d'instrumentalisé. Le coran est intemporel, et on peut en tirer une leçon à toute époque.
A
29 octobre 2017 18:37
Alaykoum salam

Un coup, les femmes n'ont pas le droit de conduire. Le lendemain, elles ont le droit. Retournement de veste éclair. Ça en dit long sur nos docteurs de la Loi.

Même certain savants de là bas disent que ça repose sur rien ce truc et là c'est typiquement une fatwa du palais

Quant à l'état de délabrement de la Oumma, bien sûr ils n'en sont en aucun cas responsables. Ils font un travail formidable mais Allah S'obstine à ce que les non-Musulmans aient le dessus en tout domaine (sauf dans la production de pétrole et de résine de cannabis).

100% d'accord, les premiers responsables sont les musulmans eux même.... même si on peut leur trouver une excuse, a savoir que pendant des siècles le mot d'ordre a été d’obéir sans reflechir.
Mais d'un point de vue technique, l'islam est la SEULE religion où que tu soit homme, femme, adulte, enfant, musulman OU non-musulman, les cours de théologies te sont ouvert. En plus avec tout les cours serieux en ligne, les cours a distance, t'as aucune excuse....

Quand j'ai commencé les cours, je n'étais pas musulman.. a aucun moment on m'a posé de question et quand j'ai due le préciser a un cheikh suite a une question, il n'y a eu aucun soucis.

En 2017, l'excuse des parents qui n'ont rien appris ou du je debarque, elle tiens de moins en moins la route; surtout coté convertis qui sont tenu de savoir a quoi ils s'engagent exactement.

Les gens qui dorment debout pendant tarawih, d'autres se déclarent Musulmans non-pratiquants, on ne change rien, tout va bien. Que le Qur'an rentre d'un côté et sorte de l'autre,

Le cas de tarawih est un bon exemple à mon sens, qu'on pourra develloper après.

Le coup du musulman non pratiquant.... est-ce qu'on parle de gens qui savent qu'ils sont obligé de prier mais ne le font pas par flemme, manque de temps, motivation, foi OU est-ce qu'on parle de gens qui se crois autorisé a ne pas prié et autorisé a boire l'alcool et a manger le ralouf. Dans le 2eme cas, on appelle ça un apostat

c'est pas le problème des 'oulama. Leur boulot, c'est de travailler le fiqh.

tout a fait.... les problèmes que tu pointes relève du job des imam, aumonier, enseignant
Citation
CHN-W a écrit:
Assalāmou 'alaykoum wa rahmatoullāh.

Un coup, les femmes n'ont pas le droit de conduire. Le lendemain, elles ont le droit. Retournement de veste éclair. Ça en dit long sur nos docteurs de la Loi.

Quant à l'état de délabrement de la Oumma, bien sûr ils n'en sont en aucun cas responsables. Ils font un travail formidable mais Allah S'obstine à ce que les non-Musulmans aient le dessus en tout domaine (sauf dans la production de pétrole et de résine de cannabis).

Les gens qui dorment debout pendant tarawih, d'autres se déclarent Musulmans non-pratiquants, on ne change rien, tout va bien. Que le Qur'an rentre d'un côté et sorte de l'autre, c'est pas le problème des 'oulama. Leur boulot, c'est de travailler le fiqh.

On a nos rabbins mais ils n'ont plus de prophètes à tuer.

Wassalāmou 'alaykoum wa rahmatoullāh.

PS : Allah Se donnerait la peine de nous mettre en garde contre un danger imaginaire dans la sourate al-Fatiha ?
A
29 octobre 2017 18:57
Salam alaykoum

Le problème, c'est qu'avec juste un Coran et des recueil de hadith, tu ne peut pas t'en sortir. Tu peut avoir la demarche de ne pas te référer aux savants, mais dans ce cas, il te faudra acquerir un socle d'outils. A minima la science du hadith pour faire le tri, y compris parmi les hadith sahih et avoir une connaissance de la chronologie des hadith
Et une connaissances des règles du type general / particulier, abrogeant/ abrogé, etc

Bref tout ce qui te permet de savoir de façon certaine quelle narration s'applique a ton cas.

Et c'est pareil pour le Coran. Il est protégé mais son usage dans un cadre légale demande des connaissances de bases. Tu ne peut pas te baser sur ta simple compréhension d'un verset, quand bien même tu y ajoute un tasfir. Allah le dis lui même dans le Coran, qu'il y a des verset ambigue...

Et tout cet apprentissage demande du temps, donc les gens préfère poser la question a un savant.

Maintenant on a un genre de courant sous-jacent alimenté par les orientalistes, les laïcistes, les coraniste et des salafi qui ont mal compris qui voudraient faire croire que le Coran peut être compris d'entrée de jeu par n'importe qui, idem pour les hadith, même en version traduite; et que l'islam autorise comme dans le Protestantisme chacun a se faire ses règles perso, selon sa propre compréhension.
Tu notera que hormis le salafi qui a mal compris, tout le reste sont des gens qui veulent détruire l'islam et qui joue sur l'égo des gens, en leur faisant croire qu'ils ont une capacité innée a extraire la loi.

Mais comme l'a dis un Yabi, ce domaine est en réalité a comparer a celui de la chrirugie... personne ne prendra au serieux (voir aura de quoi s’inquiéter) un type qui te dis qu'il va opérer après avoir lu quelques livres de medecine. Il y a des techniques a apprendre dans les deux cas, et ça tombe pas tout seul du ciel.
Citation
Parenthèse a écrit:
Aleykoum salam

Justement ce qui est reproché, c'est que les croyants privilégient et suivent les écritures des savants plutôt que celles d'Allah qui est protégée (aujourd'hui). Comme l'ont fait les juifs.

Rien à voir avec la non pratique des pseudo-musulmans, on parle pas de ceux là, puisqu'ils ne suivent ni la parole de Dieu, ni celle des savants ptdr
P
29 octobre 2017 19:39
Aleykoum salam

Alors là oui pour le coup je suis d'accord avec toi, et c'est justement là que les savants sont utiles.

Le problème que j'ai, c'est que lorsque je pose une question à un sheikh (j'en connais un), parfois au lieu de donner les hadiths, ou les versets qui répondraient à ma question, il me dit "les savants ont dit ça, mais ceux là ci".
Or moi je veux juste qu'on me rapporte les textes dont j'ai pas accès, qu'on m'explique le contexte, qu'on fasse le tri pour moi en ce qui concerne les sources.

Sinon j'ai pas besoin d'intermédiaire pour comprendre le sens d'un hadith.
J'ai pas non plus besoin de l'autorisation des savants pour lire le coran, et essayer de le comprendre à mon niveau.

Pour les versets :

"C'est Lui qui a fait descendre sur toi le Livre: il s'y trouve des versets sans équivoque, qui sont la base du Livre, et d'autres versets qui peuvent prêter à d'interprétations diverses. Les gens, donc, qui ont au cœur une inclination vers l'égarement, mettent l'accent sur les versets à équivoque cherchant la dissension en essayant de leur trouver une interprétation, alors que nul n'en connaît l'interprétation, à part Allah. Mais ceux qui sont bien enracinés dans la science disent: "Nous y croyons: tout est de la part de notre Seigneur!" Mais, seuls les doués d'intelligence s'en rappellent"
[Al Imran: 7]

Et si j'en comprends pas le sens, qu'on me l'explique je n'y vois pas de souci, tant que c'est pas de l'interprétation sans preuve.

Encore heureux qu'on peut comprendre notre religion et l'appliquer au mieux sans savant, t'imagines celui qui est isolé et qui a pas accès à ces savants ? Il ferait comment ? Tu penses qu'Allah est Injuste ?
L'islam est accessible à tous.
Citation
Al Hersini a écrit:
Salam alaykoum

Le problème, c'est qu'avec juste un Coran et des recueil de hadith, tu ne peut pas t'en sortir. Tu peut avoir la demarche de ne pas te référer aux savants, mais dans ce cas, il te faudra acquerir un socle d'outils. A minima la science du hadith pour faire le tri, y compris parmi les hadith sahih et avoir une connaissance de la chronologie des hadith
Et une connaissances des règles du type general / particulier, abrogeant/ abrogé, etc

Bref tout ce qui te permet de savoir de façon certaine quelle narration s'applique a ton cas.

Et c'est pareil pour le Coran. Il est protégé mais son usage dans un cadre légale demande des connaissances de bases. Tu ne peut pas te baser sur ta simple compréhension d'un verset, quand bien même tu y ajoute un tasfir. Allah le dis lui même dans le Coran, qu'il y a des verset ambigue...

Et tout cet apprentissage demande du temps, donc les gens préfère poser la question a un savant.

Maintenant on a un genre de courant sous-jacent alimenté par les orientalistes, les laïcistes, les coraniste et des salafi qui ont mal compris qui voudraient faire croire que le Coran peut être compris d'entrée de jeu par n'importe qui, idem pour les hadith, même en version traduite; et que l'islam autorise comme dans le Protestantisme chacun a se faire ses règles perso, selon sa propre compréhension.
Tu notera que hormis le salafi qui a mal compris, tout le reste sont des gens qui veulent détruire l'islam et qui joue sur l'égo des gens, en leur faisant croire qu'ils ont une capacité innée a extraire la loi.

Mais comme l'a dis un Yabi, ce domaine est en réalité a comparer a celui de la chrirugie... personne ne prendra au serieux (voir aura de quoi s’inquiéter) un type qui te dis qu'il va opérer après avoir lu quelques livres de medecine. Il y a des techniques a apprendre dans les deux cas, et ça tombe pas tout seul du ciel.
P
29 octobre 2017 19:59
Je critique les savants d'aujourd'hui et de ce qu'on a fait des paroles des grands savants d'autrefois.
Citation
Al Hersini a écrit:
As salam alaykoum


La reponse tient dans le concept du "cheikh du sultan", phénomène connu et archi connu depuis l'époque omeyade. Tu as toujours eux des savant de cours qui ont fait des fatwa pour plaire aux gouverneurs et non en conformité avec la religion et ceux là se rapproche en effet de l'idée du pharisien.... celui qui utilise de façon hypocrite la religion.

Maintenant, on ne peut pas prendre quelques cas à la marge...et qui se repère assez vite pour en tirer une généralité.

La très très grande majorité des savants del'époque classique ont été des gens honnete, voir comme Malike qui ont payé très cher leur libre parole. Idem pour ibn Taymiah quand il a réfuté le triple talaq du poivrot, alors que son avis était pertinent.
P
29 octobre 2017 20:01
Par curiosité, t'as quel âge et t'étudies où la religion ?
Citation
Al Hersini a écrit:
Alaykoum salam

Un coup, les femmes n'ont pas le droit de conduire. Le lendemain, elles ont le droit. Retournement de veste éclair. Ça en dit long sur nos docteurs de la Loi.

Même certain savants de là bas disent que ça repose sur rien ce truc et là c'est typiquement une fatwa du palais

Quant à l'état de délabrement de la Oumma, bien sûr ils n'en sont en aucun cas responsables. Ils font un travail formidable mais Allah S'obstine à ce que les non-Musulmans aient le dessus en tout domaine (sauf dans la production de pétrole et de résine de cannabis).

100% d'accord, les premiers responsables sont les musulmans eux même.... même si on peut leur trouver une excuse, a savoir que pendant des siècles le mot d'ordre a été d’obéir sans reflechir.
Mais d'un point de vue technique, l'islam est la SEULE religion où que tu soit homme, femme, adulte, enfant, musulman OU non-musulman, les cours de théologies te sont ouvert. En plus avec tout les cours serieux en ligne, les cours a distance, t'as aucune excuse....

Quand j'ai commencé les cours, je n'étais pas musulman.. a aucun moment on m'a posé de question et quand j'ai due le préciser a un cheikh suite a une question, il n'y a eu aucun soucis.

En 2017, l'excuse des parents qui n'ont rien appris ou du je debarque, elle tiens de moins en moins la route; surtout coté convertis qui sont tenu de savoir a quoi ils s'engagent exactement.

Les gens qui dorment debout pendant tarawih, d'autres se déclarent Musulmans non-pratiquants, on ne change rien, tout va bien. Que le Qur'an rentre d'un côté et sorte de l'autre,

Le cas de tarawih est un bon exemple à mon sens, qu'on pourra develloper après.

Le coup du musulman non pratiquant.... est-ce qu'on parle de gens qui savent qu'ils sont obligé de prier mais ne le font pas par flemme, manque de temps, motivation, foi OU est-ce qu'on parle de gens qui se crois autorisé a ne pas prié et autorisé a boire l'alcool et a manger le ralouf. Dans le 2eme cas, on appelle ça un apostat

c'est pas le problème des 'oulama. Leur boulot, c'est de travailler le fiqh.

tout a fait.... les problèmes que tu pointes relève du job des imam, aumonier, enseignant
A
29 octobre 2017 20:27
Salam aleykoum,

Citation
Parenthèse a écrit:
Le problème que j'ai, c'est que lorsque je pose une question à un sheikh (j'en connais un), parfois au lieu de donner les hadiths, ou les versets qui répondraient à ma question, il me dit "les savants ont dit ça, mais ceux là ci".
Or moi je veux juste qu'on me rapporte les textes dont j'ai pas accès, qu'on m'explique le contexte, qu'on fasse le tri pour moi en ce qui concerne les sources.

Il faut que tu demandes au cheikh, en plus des noms des savants, les dalils sur lesquels chacun s'appuie afin de pouvoir te faire une opinion.

Dis lui que tu ne suis pas une école en particulier et que les noms de tel ou tel savant ne vont pas t'aider à te faire une opinion sur quel avis suivre.
"Si derrière toute barbe il y avait de la sagesse, les chèvres seraient toutes prophètes"
A
29 octobre 2017 20:51
Alaykoum salam

Comme l'a dis le frère Abdoulaye, tu as droit de demander au savant le dalil, par contre si l'explication du savant demande que tu ais des bases dans les fondements, le cheikh peut (et doit) t'inviter a suivre quelque cours ou t'expliquer au moins quelque trucs. Apprendre la religion est un droit pour tout musulman.

Et comprend que je ne vais pas te blamer : j'ai eu le même demarche que toi en m'interessant à l'islam : revenir aux sources car trop de trucs contradictoires (et j'avais déja noté les avis louche, sur les femmes en voiture). Et il est apparut evident au bout d'un moment, que je ne pourrait me faire mon avis qu'en retournant à la source de leur methode et de devoir apprendre comme eux on appris. C'est en faisant cela que j'ai pu mettre le doigt avec argument sur ce qui pouvait me gener sur telle ou telle fatwa; ça m'a donné l'outil pour argumenter, pour savoir dire "non" et sans qu'on me dise : oui mais tu connais pas l'argument du savant. Quand par exemple je rejete le caractère obligatoire du niqab, je peut deconstruire la fatwa et expliquer pourquoi vis a vis de tel ou tel point je rejette sur la base des fondement de mon école. Ce qui clos toute polémique.

Si tu entre dans cette demarche, tu verra que même comprendre un hadith n'est pas toujours simple, car tu as le contexte, tu as surtout la rhétorique arabe qui peut modifier beaucoup le sens par rapport a notre compréhension actuelle.

L'exemple que tu donne du mec qui serait paumé au milieu de nul part, lui sera jugé sur l'effort car il n'a aucun autre moyen. Mais c'est pas valable pour nous ça, car le Coran te dis aussi de te tourner vers ceux qui savent...a partir du moment où tu peut avoir accès a des infos ou des sachants, tu n'as plus l'excuse.

Pour répondre à ta question, j'ai entre 35 et 40 ans et Ecole de Deoband. Ils font des cours a distance.
Citation
Parenthèse a écrit:
Aleykoum salam

Alors là oui pour le coup je suis d'accord avec toi, et c'est justement là que les savants sont utiles.

Le problème que j'ai, c'est que lorsque je pose une question à un sheikh (j'en connais un), parfois au lieu de donner les hadiths, ou les versets qui répondraient à ma question, il me dit "les savants ont dit ça, mais ceux là ci".
Or moi je veux juste qu'on me rapporte les textes dont j'ai pas accès, qu'on m'explique le contexte, qu'on fasse le tri pour moi en ce qui concerne les sources.

Sinon j'ai pas besoin d'intermédiaire pour comprendre le sens d'un hadith.
J'ai pas non plus besoin de l'autorisation des savants pour lire le coran, et essayer de le comprendre à mon niveau.

Pour les versets :

"C'est Lui qui a fait descendre sur toi le Livre: il s'y trouve des versets sans équivoque, qui sont la base du Livre, et d'autres versets qui peuvent prêter à d'interprétations diverses. Les gens, donc, qui ont au cœur une inclination vers l'égarement, mettent l'accent sur les versets à équivoque cherchant la dissension en essayant de leur trouver une interprétation, alors que nul n'en connaît l'interprétation, à part Allah. Mais ceux qui sont bien enracinés dans la science disent: "Nous y croyons: tout est de la part de notre Seigneur!" Mais, seuls les doués d'intelligence s'en rappellent"
[Al Imran: 7]

Et si j'en comprends pas le sens, qu'on me l'explique je n'y vois pas de souci, tant que c'est pas de l'interprétation sans preuve.

Encore heureux qu'on peut comprendre notre religion et l'appliquer au mieux sans savant, t'imagines celui qui est isolé et qui a pas accès à ces savants ? Il ferait comment ? Tu penses qu'Allah est Injuste ?
L'islam est accessible à tous.
P
29 octobre 2017 21:00
Pourquoi pas ? Ca me dérange pas. Mais je préfère qu'on m'apporte la source, les preuves avant tout.

" j'ai eu le même demarche que toi en m'interessant à l'islam : revenir aux sources car trop de trucs contradictoires"
c'est exactement ça

L'autre problème aussi c'est qu'on trouve des avis différents pour tout et n'importe quoi, qui justement contredisent la source elle-même Moody Smiley
Pour ça que je préfère avoir accès aux textes directement.

"tu verra que même comprendre un hadith n'est pas toujours simple, car tu as le contexte, tu as surtout la rhétorique arabe qui peut modifier beaucoup le sens par rapport a notre compréhension actuelle"

Oui c'est vrai.
Mais pas besoin d'interprétation.

Dernière question si ça te dérange pas... tu maitrises l'arabe littéraire ?
Citation
Al Hersini a écrit:
Alaykoum salam

Comme l'a dis le frère Abdoulaye, tu as droit de demander au savant le dalil, par contre si l'explication du savant demande que tu ais des bases dans les fondements, le cheikh peut (et doit) t'inviter a suivre quelque cours ou t'expliquer au moins quelque trucs. Apprendre la religion est un droit pour tout musulman.

Et comprend que je ne vais pas te blamer : j'ai eu le même demarche que toi en m'interessant à l'islam : revenir aux sources car trop de trucs contradictoires (et j'avais déja noté les avis louche, sur les femmes en voiture). Et il est apparut evident au bout d'un moment, que je ne pourrait me faire mon avis qu'en retournant à la source de leur methode et de devoir apprendre comme eux on appris. C'est en faisant cela que j'ai pu mettre le doigt avec argument sur ce qui pouvait me gener sur telle ou telle fatwa; ça m'a donné l'outil pour argumenter, pour savoir dire "non" et sans qu'on me dise : oui mais tu connais pas l'argument du savant. Quand par exemple je rejete le caractère obligatoire du niqab, je peut deconstruire la fatwa et expliquer pourquoi vis a vis de tel ou tel point je rejette sur la base des fondement de mon école. Ce qui clos toute polémique.

Si tu entre dans cette demarche, tu verra que même comprendre un hadith n'est pas toujours simple, car tu as le contexte, tu as surtout la rhétorique arabe qui peut modifier beaucoup le sens par rapport a notre compréhension actuelle.

L'exemple que tu donne du mec qui serait paumé au milieu de nul part, lui sera jugé sur l'effort car il n'a aucun autre moyen. Mais c'est pas valable pour nous ça, car le Coran te dis aussi de te tourner vers ceux qui savent...a partir du moment où tu peut avoir accès a des infos ou des sachants, tu n'as plus l'excuse.

Pour répondre à ta question, j'ai entre 35 et 40 ans et Ecole de Deoband. Ils font des cours a distance.
A
29 octobre 2017 21:31
Tu verra assez vite que sur certain sujet, tu n'aura aucune preuves Coran / sunna, du moins pas de preuves directe. Parce que la question est trop éloigné de ce qui a pu se passer à l'époque Prophétique.
Typiquement la fatwa sur les pokemon
Les jeux de carte illustrées, ça n'existait pas, les dessin animé ça n'existait pas, les pokemon c'est pas une religion. Bref le savant qui veux donner un avis sur ce sujet va devoir forcément extrapoler.
Et pareil pour internet, le voyage sur mars, la télé et j'en passe... tu va soit passer par une analogie, soit en extrayant un interet superieur.

Ibn Hazm avait essayé de cadré au plus près du Coran / sunna sans interférance exterieure. tu devrais te renseigner sur lui je pense, son idée pourrais te plaire.


Après faut aussi être conscient d'une chose : des gens peuvent t'apporter la source mis te manipuler avec. Le fait qu'on te présente un hadith, c'est pas toujours une preuve...et ça, on le vois très souvent avec des fatwa étrange. Quand tu les regarde, y'a souvent le dalil, tu as les hadith, les versets...mais ce qu'on leur fait dire, ou les hadith + fort qu'on cache, c'est autre chose.



Pour l'arabe litteraire, je ne suis pas trop mauvais en linguistique arabe et en sémantique, pour l'apprentissage de la langue, je suis dedans...donc a mon niveau, je n'irais pas dire que j'en ai la "maitrise". Quand je bute sur un texte je demande de l'aide... ça me dérange pas de dire "je ne sais pas" plutôt que de partir dans du contre sens.
Par contre je suis totalement nul en tajwid ptdr je ne serais jamais qora ou muezzin No No

Il faut savoir que pour les université de théologie, l'arabe moderne ou pire le dialectal, ça vaut pas grand chose. Tout le monde a des cours d'arabe littéraire et pendant que tu apprend cet arabe classique, les autres cours sont dans une autre langue (arabe dialectal, anglais, etc) le temps de mettre tout le monde a niveau.
Citation
Parenthèse a écrit:
Pourquoi pas ? Ca me dérange pas. Mais je préfère qu'on m'apporte la source, les preuves avant tout.

" j'ai eu le même demarche que toi en m'interessant à l'islam : revenir aux sources car trop de trucs contradictoires"
c'est exactement ça

L'autre problème aussi c'est qu'on trouve des avis différents pour tout et n'importe quoi, qui justement contredisent la source elle-même Moody Smiley
Pour ça que je préfère avoir accès aux textes directement.

"tu verra que même comprendre un hadith n'est pas toujours simple, car tu as le contexte, tu as surtout la rhétorique arabe qui peut modifier beaucoup le sens par rapport a notre compréhension actuelle"

Oui c'est vrai.
Mais pas besoin d'interprétation.

Dernière question si ça te dérange pas... tu maitrises l'arabe littéraire ?
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
Facebook