Menu
Connexion Rencontres Yabiladies Islam INVESTIR Vidéos Forum News
Hassan Iquioussen. Le prêcheur de la discorde
hux02 [ MP ]
4 mars 2005 21:30
Hassan Iquioussen. Le prêcheur de la discorde

Hassan Iquioussen (g.)
à la mosquée d'Escaudain, près de
Valenciennes (France) (AFP)
Un prêcheur de quarante ans, d’origine marocaine, a fait les gros titres de la presse française il y a quelques mois. Qui est Hassan Iquioussen ? Portrait.


"Il n’y en a que pour les frères", glisse avec ironie une jeune fille voilée de noir, assise en tailleur sur la moquette rayée de la mosquée. "C’est toujours la même chose". Elle est venue écouter un prêche, comme elle le fait souvent, mais elle a bien du mal à entendre tout le discours tant le son est mauvais dans l’espace réservé aux femmes. Il ne lui reste plus qu’à tendre
l’oreille pour saisir les moindres mots du petit homme brun de l’autre côté de la grille en bois. Alerté par l’un des petits garçons qui courent et jouent dans la mosquée que "les femmes n’entendent pas", ce dernier réplique : "Eh bien, qu’elles sortent de leur compartiment et qu’elles fassent une pétition, alors !".
L’homme à la voix jeune et calme, au ton lent et pédagogue, c’est Hassan Iquioussen, un prédicateur d’origine marocaine, proche de l’Union des Organisations Islamiques de France (UOIF). "Ne soyez pas des perroquets" exhorte-t-il. "Ne suivez personne, ne faites pas de mimétisme. Vous n’avez pas besoin de maître spirituel". Pendant plus d’une heure, Hassan Iquioussen encourage les quelque quatre-vingts personnes venues l’écouter un samedi soir à La Courneuve à penser par elles-mêmes et à ne pas se fier aux intermédiaires entre elles et leur religion. Tolérance et ouverture d’esprit semblent être les maîtres-mots de son discours ce soir-là : "Votre but, lorsque vous dialoguez avec quelqu’un, ce n’est pas de dénigrer la personne. Il faut se dire : j’estime que mon opinion est vraie, mais elle est sujette à l’erreur".
C’est pourtant le même homme qui s’est attiré les foudres de la presse française il y a quelques mois. Tout a commencé avec un article du Figaro l’accusant, preuves à l’appui, de propos anti-juifs. Le quotidien français résumait "deux heures de pure haine" - une conférence sur le conflit israélo-palestinien, intitulée "Palestine, histoire d'une injustice" -, pendant lesquelles Hassan Iquioussen avait décrit les juifs comme "ingrats" et "avares". Le conférencier avait même affirmé que les sionistes auraient incité "Hitler à faire du mal aux Juifs allemands pour les forcer à partir", parce que "le but des Juifs c'est de faire Eretz Israël, du Nil à l'Euphrate, du sud de la Turquie jusqu'à Médine".
"Ce sont des propos déplacés que je condamne et que j’efface", déclare-t-il aujourd’hui à TelQuel. Il continue pourtant de recommander le boycott "des produits américains et sionistes. Pas parce que le Coca est haram, mais parce que c’est une manière de faire pression pour qu’ils arrêtent leurs exactions en Palestine. Celui qui ne boycotte pas participe directement au génocide du peuple palestinien".
"Moi, je ne suis pas d’accord. Il ne devrait pas dire ce genre de choses aux jeunes, ça attise la haine. Ca n’a rien à voir, c’est de l’amalgame !" s’exclame Jamal, un Marocain habitant en France. Mais d’autres jeunes gens à la sortie de la mosquée trouvent ce discours "très bien, machallah".
Hassan Iquioussen est en effet de plus en plus populaire en France. Inconnu du grand public car pas encore devenu un "client" régulier de la télévision, il sillonne pourtant les villes françaises depuis plus de quinze ans. Né d’un père mineur en 1964 dans le Nord, il continue d’y habiter. "Je suis un ch’ti, moi", dit-il en riant.
Ses cassettes, enregistrées par les éditions Tawhid, également distribuées par Iqrashop, jouxtent celles de Tarik Ramadan sur les étals des librairies islamiques. "La fraternité en Islam", "Les qualités du jeune musulman", "Islam, médias et préjugés"… une quarantaine d’enregistrements en tout, très prisés par les jeunes Français musulmans en quête d’explications et d’identification.
Car la force de Hassan Iquioussen, c’est sa proximité avec son auditoire et son humour. Ses saillies sont souvent drôles et tout au long de ses conférences, il établit un contact constant avec son public. Les "OK ? Ca vous paraît logique ? Vous comprenez ?" ponctuent ses discours. Il parle le langage de ceux qui l’écoutent : l’imam Chafii devient ainsi "cool et zen" et l’épouse ou la jeune fille, "une meuf". Il n’oublie pas de jeter de temps en temps des mots en arabe que tous les Maghrébins peuvent comprendre.
Il lui arrive aussi de tourner en dérision les musulmans qui "montrent patte blanche, à la télé, alors que le journaliste ne leur a rien demandé", ceux qui clament haut et fort qu’ils sont athées et opposés à l’islamisme. Pour Hassan Iquioussen, cela revient à rejeter et à nier leur identité : "Tu es musulman même si tu ne le veux pas, c’est marqué sur ton front".
C’est pourquoi il s’est donné pour objectif d’insuffler chez les jeunes la volonté – et la fierté – d’être à la fois Français et musulmans. Pour lui, s’interroger sur la compatibilité des deux "n’a aucun sens. En tant que Français, je ne peux que vivre concrètement, en même temps, ma citoyenneté et ma religion". À chaque conférence qu’il donne, il tient donc à donner un signal positif à ceux qui l’écoutent : "Soyez fiers d’être musulmans, bon sang ! Soyez fiers de vos particularités culturelles !".
Beaucoup ont dénoncé ce genre de propos, affirmant, comme Tarik Ramadan, que Iquioussen déclare d’ailleurs soutenir "à 2000 %", qu’il s’agit d’un double discours destiné à brouiller les pistes. Faux, selon l’anthropologue Dounia Bouzar, ancien membre du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM). Celle qui donnait une image plus que positive des "nouveaux prédicateurs musulmans" lors de la sortie de son livre "L’Islam des banlieues", en 2001, a évolué dans son jugement, mais elle estime toujours que leur impact est au moins en partie positif.
Les discours de Hassan Iquioussen ne manquent en effet pas d’audace. Les thèmes qu’il aborde sont loin d’être consensuels. Ses réponses aussi. A quelqu'un qui lui demande si une femme doit informer son futur mari qu’elle n’est pas vierge, il répond : "Pourquoi ? Est-ce que l’homme informe sa femme qu’il n’est pas vierge ?".
Cependant, affirme Dounia Bouzar, "contrairement à un Tariq Ramadan qui a pu confronter son discours à celui d’universitaires et d’hommes politiques, Hassan Iquioussen n’a pas bénéficié de lieux pour transformer et faire évoluer le sien. C’est une machine à faire des discours".
Une machine bien rodée en tout cas. Titulaire d’une licence d’arabe et d’une maîtrise d’histoire, Hassan Iquioussen parvient à faire en sorte que les jeunes s’identifient à lui. Il ne se prive pas de raconter des anecdotes personnelles qui prouvent que lui aussi a été victime de discrimination ou s’est senti mal à l’aise dans une société qu’il sent souvent hostile.
Selon lui, "c’est devenu un complexe" d’être musulman en France aujourd’hui. Et c’est pourquoi tant de jeunes musulmans tentent ce qu’il appelle "l’intégration par le jambon", une véritable "prostitution culturelle" qui n’empêche pas qu’un jour quelqu’un leur dise : "Vous n’avez pas votre place en France".
Hassan Iquioussen n’a pas la nationalité française. Il se sent pourtant Français jusqu’au bout des ongles. "Je suis né en France, j’ai grandi en France, je rêve en français. Je suis Français", explique-t-il avec énergie. "Toute personne intellectuellement honnête ne peut que penser la même chose". Il n’a pas conservé "d’attaches particulières au Maroc" même s’il y a encore de la famille, à Ait Oued Rim, "un petit village dans les montagnes du sud du Maroc" où il retourne de temps en temps.
Conscient d’être devenu un homme public, ses conférences ayant un impact sur des milliers de personnes, Hassan Iquioussen voudrait malgré tout que les médias "lui lâchent les baskets". Symbole d’une revendication identitaire très forte mêlée à une volonté d’intégration farouche, il ne pourra pourtant pas s’en tenir à l’écart. D’autant plus qu’il risque l’expulsion s’il tient encore des propos considérés comme dangereux.



© 2005 TelQuel Magazine. Maroc. Tous droits résérvés
Sibawayh [ MP ]
4 mars 2005 21:59
Salam

Telquel, le magazine des laicards et des sionistes. Ne lisez pas ce torchon et ne lui faites pas de pub. je me demande pour qui il roule.
azl95 [ MP ]
4 mars 2005 22:05
Est ce un ordre????

On doit nous dicter ce que nous devons lire ou pas lire?

Sommes nous incapables de lire entre les lignes????
Iron-man [ MP ]
4 mars 2005 22:59
azl95 [ MP ]
5 mars 2005 08:32
Et bien même sous la contrainte de la main de fer,je dirais non
Bonny [ MP ]
5 septembre 2013 22:25
Ce type de journaux qui diffuse la haine islamophobe en prétextant l’antisémitisme supposée du prêcheur

procèdent toujours de la même la façon car n'ont aucun argument valable , sauf celui de la défense de leur maitres !
Boktar [ MP ]
31 janvier 2014 19:43
je trouve ce cheik très compétent, biensur ne pas se limiter à un seul cheik.
Critique [ MP ]
10 février 2014 11:49
Je ne connais que peu ce prêcheur, et j'ai "googlé" justement "Hassan Iquioussen critiques", mais il me parait que l'article est loin d'être objectif.
AyseDeCharleroi [ MP ]
10 février 2014 13:52
Citation
Boktar a écrit:
je trouve ce cheik très compétent, biensur ne pas se limiter à un seul cheik.

Il faut effectivement faire attention
[forum.mejliss.com]
omar625 [ MP ]
10 février 2014 14:39
C'est comme tous les cheikh islamistes, ce sont des cheikhs sans provision. Ce ne sont pas eux qui vont vous éclairer, chacun d'eux vous noirci l'esprit à sa façon.
pseudonyme007 [ MP ]
10 février 2014 14:42
Salam,

Le poste date de 2005. Si H. IQuioussen a pu commettre des erreurs, il a pu se corriger depuis le temps.

Le lien mejliss avec les mises en garde, j'ai écouté le premier audio de même pas 5 min.
Un extrait auquel on peut faire dire ce qu'on veut.

ça me rappelle l'histoire de la "sourate" La pomme de Al Arifi :

La vidéo de mise en garde de 2 min 54

La vidéo d'éclaircissement, avec le contexte de 4min11 :
AyseDeCharleroi [ MP ]
10 février 2014 17:47
Citation
omar625 a écrit:
C'est comme tous les cheikh islamistes, ce sont des cheikhs sans provision. Ce ne sont pas eux qui vont vous éclairer, chacun d'eux vous noirci l'esprit à sa façon.

Qu'est ce qu'un juif vient faire dans cette discussion ?
Djemila75 [ MP ]
10 février 2014 18:37
Citation
omar625 a écrit:
C'est comme tous les cheikh islamistes, ce sont des cheikhs sans provision. Ce ne sont pas eux qui vont vous éclairer, chacun d'eux vous noirci l'esprit à sa façon.

Un peu comme vos rabbins tu veux dire ?
omar625 [ MP ]
10 février 2014 21:08
Citation
Djemila75 a écrit:
Citation
omar625 a écrit:
C'est comme tous les cheikh islamistes, ce sont des cheikhs sans provision. Ce ne sont pas eux qui vont vous éclairer, chacun d'eux vous noirci l'esprit à sa façon.

Un peu comme vos rabbins tu veux dire ?
Si un jour l’idée te vient de comparer les rabbins aux imams il serait préférable que tu le fasses sur les effets et résultats de leur prêches sur la jeunesse et tu pourras contempler à loisir le désastre des prêches des imams sur une partie de la jeunesse musulmane, il est visible à l’œil nu. Alors que de l’autre côté règne l’union et la discipline
Djemila75 [ MP ]
10 février 2014 21:49
Citation
omar625 a écrit:
Citation
Djemila75 a écrit:
Citation
omar625 a écrit:
C'est comme tous les cheikh islamistes, ce sont des cheikhs sans provision. Ce ne sont pas eux qui vont vous éclairer, chacun d'eux vous noirci l'esprit à sa façon.

Un peu comme vos rabbins tu veux dire ?
Si un jour l’idée te vient de comparer les rabbins aux imams il serait préférable que tu le fasses sur les effets et résultats de leur prêches sur la jeunesse et tu pourras contempler à loisir le désastre des prêches des imams sur une partie de la jeunesse musulmane, il est visible à l’œil nu. Alors que de l’autre côté règne l’union et la discipline

Ah non, c'est pas à l'oeil nu que ça se voit chez vous. Vous avez autant de rabbins extrémistes, leurs objectifs ne sont pas les mêmes c'est tout. C'est plus sournois aussi.
mellindda [ MP ]
10 février 2014 23:19
Le grand rabbin de France aurait triché sur son CV
Le Point.fr - Publié le 06/04/2013 à 14:18 - Modifié le 06/04/2013 à 14:53
Déjà épinglé en début de semaine pour plagiat, Gilles Bernheim ne serait pas, comme il le prétend, agrégé de philosophie.

Le grand rabbin de France Gilles Bernheim ne figure pas dans les listes des agrégés de philosophie de l'université, comme il s'en prévaut, a constaté l'AFP dans ses recherches auprès de la Société des agrégés et du Who's Who. Dans un article publié vendredi sur son site, L'Express, qui avait révélé en début de semaine l'affaire des plagiats reconnus par le grand rabbin, se demandait s'il n'avait pas en outre "usurpé son titre d'agrégé de philosophie", après qu'un de ses journalistes eut enquêté auprès de l'université.

Plusieurs notices biographiques le créditent d'une agrégation de philosophie, notamment celle du Who's Who, le très sérieux annuaire de référence des personnalités influentes, qui cite même le nom de l'université Paris 1, Panthéon-Sorbonne. Selon le directeur du Who'sWho, Étienne Prévost, contacté par l'AFP, cette information biographique émane "non pas de la liste d'un annuaire officiel, mais de la notice remise par le grand rabbin lui-même, entré pour la première fois au Who's Who en octobre 2012.

Par ailleurs, des recherches menées samedi matin par l'AFP dans 28 annuaires (de 1972 à 2000) à la Société des agrégés d'université montrent que le nom du grand rabbin Gilles Bernheim ne figure dans aucune des listes des lauréats des concours d'agrégation de philosophie. La présidente de la Société, Blanche Lochmann, interrogée, n'a pas voulu se prononcer, tout en relevant que le nom du grand rabbin ne figurait pas non plus dans les listes du ministère de l'Éducation nationale.

"Premier cas aussi manifeste"

"Peut-être le grand rabbin était-il simplement agrégatif, s'est-elle interrogée. En tout état de cause, il est très difficile pour une personnalité publique de tricher sur le fait qu'elle a une agrégation. Il s'agit en l'occurrence du premier cas aussi manifeste."

Déjà épinglé en début de semaine par L'Express, Gilles Bernheim a reconnu mercredi plusieurs plagiats, expliquant avoir confié une partie de la rédaction de ses Quarante méditations juives, à un "étudiant" qui l'a "trompé". Le responsable religieux, qui avait vigoureusement nié les premières accusations, a également admis avoir réagi "de manière précipitée et maladroite" pour couvrir ce plagiat.
omar625 [ MP ]
11 février 2014 11:15
voila un résultat des prêches : une femme marocaine menacée de mort aux pays bas parce qu'elle a ouvert un bar
[www.goud.ma]

et un autre dans le meme pays un juif pourtant antisioniste de nétoué karta a été tabassé à Amsterdam par des musulman pour la seule raison qu'il est juif. Ca lui apprendra à trahir les siens car seul Israel peut le proteger.
[jssnews.com]
mellindda [ MP ]
11 février 2014 21:37
France, Le Rabbin Farhi Arrêté pour Pédophilie :


mellindda [ MP ]
11 février 2014 21:38
Le rabbin Farhi simule une agression contre lui, et décrit son agresseur ...:

 
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
Facebook