En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

/
Culture Publié Le 05/03/2017 à 10h00

El Gour, site archéologique de la région de Meknès laissé à l’abandon

Dans notre série dédiée à la découverte de sites touristiques du Maroc, nous continuons notre lancée sur les sites archéologiques. Cette semaine plongeon dans l’univers mystérieux d’El Gour.

El Gour. / Ph. DR

Le site d’El Gour se trouve à 8 kilomètres de Sebaa Aïoun et à une trentaine de kilomètres de Meknès. Son appellation est le pluriel de «gara» qui peut vouloir dire butte témoin ou bien colline isolée à pentes raides, entre autres. Le mausolée du Gour s’est révélé être l’un des plus grands monuments funéraires du Maroc, après le tertre de Mezora. El Gour a été érigé pour un personnage important de l’époque. Le lieu a été inscrit à la liste indicative de l'UNESCO en 1995. 

Pourtant, peu d’archéologues se penchent sur El Gour. Le lieu n’attise pas leur curiosité. Gabriel Camps commence à étudier l’endroit à partir de 1959. Grâce à ses travaux le monument fut rattaché à la famille des «bazinas» (monument funéraire de la période anté-islamique), daté et placé dans la catégorie des monuments funéraires. Le Français était un préhistoirien adepte d’histoire berbère d’où son intérêt pour le lieu.

«Le Gour, mausolée berbère du VIIe siècle»

Gabriel Camps a dédié un livre à ce site méconnu et délaissé, puisqu’il a mené des fouilles dans le lieu, intitulé «Le Gour, mausolée berbère du VIIe siècle». D’après le préhistorien, la première personne à signaler El Gour est le Marquis de Segonzac en 1903 dans «Voyages au Maroc». Cet écrivain était un amoureux du pays qu’il avait sillonné à plusieurs reprises pour en faire deux livres. Le deuxième sous l’appellation «À travers le Maroc : conférence faite à la Société normande de géographie».

Le site d'El Gour, vu d'en haut. / Ph. Encyclopédie Berbère.

Selon le Français, El Gour comprenait deux constructions. La première est le mausolée circulaire de 40 mètres de diamètre et d’une hauteur qui ne dépasse pas les cinq mètres. Aperçu de loin, il donne l’impression d’un cylindre «constitué de trois assises». Cette bazina était considérée comme «originale», par son «couronnement en gradins».

Malheureusement, suite aux «déprédations et pillages [qu’a subi] le monument», le dallage n’est plus qu’un souvenir. Le temps a effacé toute la beauté du mausolée. Ainsi, le «mobilier funéraire qui devait être important, il ne restait qu’un fragment d’anneau de fer, une pendeloque en bronze faite d’une lamelle enroulée en spirale, quelques tessons de céramique rouge appartenant à de grands vases, un fil de cuivre torsadé et une minuscule anse en verre».

Localisation d'El Gour. / Ph. Google Maps

La seconde construction révélée par les fouilles est une plate-forme rectangulaire située à 35 mètres au nord-est. Si un visiteur se positionne au sommet d’El Gour, il peut être notifié par la plateforme du levant au solstice d’été.

Le mausolée est désormais classé comme monument historique, selon le décret n°2-80-80 du 5 février 1980. Les trois articles du décret précisent que El Gour doit conserver «une délimitation d'une circonférence de 50 mètres de diamètre sur les deux plans annexés et doit être immunisé contre toute modification sauf avec l'autorisation du ministère de la culture», informe le site Alinsap.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com