Menu

Archive  

Histoire : Comment Kadhafi avait préparé le projet d’assassiner Hassan II en 1987

Kadhafi avait projeté d’assassiner les autres dirigeants arabes avec lesquels il était en conflit. Hassan II était également la cible du colonel libyen. Une opération confiée à un terroriste palestinien, Abou Nidal. Des opposants marocains étaient parmi le groupe des assaillants. 

Publié
Mouammar Kadhafi et Hassan II / DR
Temps de lecture: 2'

La lune de miel entre Hassan II et Kadhafi n’a pas duré longtemps. La réunion à Ifrane en 1986 entre le roi et le premier ministre israélien, Shimon Pérès, a mis brusquement un terme à l’Union arabo-africaine, signé en grande pompe à Oujda en 1984. Des entretiens que le colonel n’avait pas acceptés. C’est dans ce contexte qu’il avait entrepris le projet d’assassiner le monarque chérifien. C’est ce que révèlent les mémoires de Atef Abou Baker, un haut responsable palestinien très proche de Yasser Arafat, diffusés sur la chaîne saoudienne Al Arabiya.

Ce cadre de l’organisation Fath affirme qu’en 1987, Kadhafi avait confié à Saber Al Banna, alias Abou Nidal, un terroriste palestinien aux ordres de certains présidents arabes, le projet d’assassiner Hassan II. Des opposants marocains avaient été appelés en renfort. Dans ses révélations, Atef ne donne pas de précisions sur leur identité idéologique.

De 1969, année de son coup d’Etat réussi contre la monarchie, jusqu’en 1987, la liste des obligés marocains du «Guide» libyen était longue. Il avait accueilli dans des camps d’entrainements des membres de la gauche et des islamistes de la Chabiba Islamiya. Aux débuts des années 80, le leader de cette organisation, Abdelkrim Moutiî, et certains de ses proches qui avaient fuit le Maroc vivaient exilé en Libye.

Des armes entrées grâce à un vol reliant Tripoli à Casablanca

Malgré l’opposition des Syriens qui refusaient de jouer le rôle des auteurs de l’opération que leur a concocté Kadhafi, les préparatifs du projet étaient à un stade avancé, a souligné Atef Abou Baker.

Grâce à un vol reliant Tripoli à Casablanca, des armes (des Kalachnikovs et des lances roquettes RPG) avaient été introduites au Maroc en attendant le jour j. Le groupe chargé de l’exécution de la mission avait repéré le lieu de l’attentat : entre le palais de Touarga à Rabat et l’hôtel Hilton. Les roquettes RPG étaient destinés à faire exploser la voiture blindée de Hassan II. Entre temps les autres assaillants munis de leurs kalachnikovs devaient tirer sur les gardes du corps qui accompagnaient le cortège royal, a indiqué Atef.

Alors que les hommes d’Abou Nidal et les opposants marocains attendaient les ordres de Kadhafi, celui-ci avait décidé de faire marche arrière et d’annuler toute l’opération. Le Palestinien Atef Abou Baker justifie ce revirement par des ententes politiques et sécuritaires entre Kadhafi et Hassan II.

leçon
Auteur : BEJAADII
Date : le 10 août 2015 à 00h52
qui sème le vent récolte la tempête.
Les ennemis pfff !!
Auteur : zazi20
Date : le 06 août 2015 à 12h07
les nuisances finissent toujours dans les caniveaux !!! le mal se retourne contre eux !
Dernière modification le 06/08/2015 12:08
retour de boumerang
Auteur : AigleRoyalair
Date : le 05 août 2015 à 13h01
Que celui qui pépare un puits à son frére tombe dedans;

( li yahfar hafra lkhouh,yatih fiha) dit la disette marocaine.

Dieu est grand.
Auteur : motao-1
Date : le 04 août 2015 à 18h33
Le roi Hassan II est mort parmi les siens, famille et peuple, son cortège funèbre était suivi par des millions de personnes dont des étrangers, représentant des nations de toute la planète.
Kadhafi est mort comme un rat. Allahou akbar.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
/