Menu

Culture Publié

Rabat : La marocaine Sophia Hadi sur la scène pour interpréter « La Chute » d’Albert Camus

Après un spectacle en avril dernier, la comédienne marocaine Sophia Hadi revient sur la scène théâtrale marocaine avec «La Chute» d’Albert Camus, une pièce dans laquelle elle incarne un rôle masculin. L’expression d’une passion. 

Temps de lecture: 2'
La comédienne Sofia Hadi dans la peau de Jean-Baptiste Clamence.

Une femme dans la peau d’un homme, avec tout ce que cela comporte. C’est que Sofia Hadi propose au public marocain le 6 juin prochain. La comédienne marocaine interprètera Jean-Baptiste Clamence, personnage principal du roman «La Chute» du célèbre écrivain français Albert Camus. 

Une passion pour Camus

La mise en scène a été par le cinéaste Nabyl Lahlou, mais l’idée à la base vient de Sophia Hadi. «C’est elle et uniquement elle qui a choisi de jouer «La Chute». C’est elle qui a décidé de pénétrer dans l’univers du personnage masculin dont elle a choisi les passages», explique-t-il au Soir-Echos. En effet, Sofia a décidé d’adapter ce roman au théâtre en 2010 suite à la lecture d’une des œuvres de l’auteur français. Depuis, la comédienne se dit «habitée par Camus». «Etre «habitée» signifie pour moi éprouver un plaisir jouissif à dire, à jouer des textes forts et beaux, à interpréter des personnages difficiles et complexes comme celui de La Chute, clamant des vérités qui interpellent, qui dérangent et qui permettent à la comédienne que je suis de se dépasser», a-t-elle confié dans un entretien avec l’hebdomadaire La Vie Eco lors de son premier passage au Théâtre Mohammed V en avril dernier. Ces textes abordent en effet des questions telles l’amour, le bonheur, la fidélité, la lâcheté, la haine, la trahison, le déshonneur, l’imposture, le racisme, les magouilles, la corruption.

L’artiste a mobilisé plusieurs mois pour la mémorisation du long monologue adressé par Jean Baptiste Clamence, un ancien avocat devenu juge-pénitent, à un interlocuteur anonyme et invisible. C’est seulement après avoir passé cette phase qu’elle a entamé le travail de comédienne proprement dit, impliquant le changement de voix, d’attitude, de posture, de gestuelle…

Habituée à incarner les hommes

Si interpréter Jean Baptiste Clamence lui a demandé beaucoup de temps, c’est parce que Safia Hadi avait un souci d’excellence. Elle n’est pas à se première expérience de ce genre. En 2008, elle a sublimé la scène du Théâtre Mohammed V en apparaissant crâne rasé, immobile sur un cheval. La comédienne, interprétait le personnage de l’empereur Schrismatury, une pièce de Nabyl Lahlou. «Au-delà de toute considération de sexe, il s’agit avant tout de personnages ! […]». Pour elle, l'homme et la femme étant tous deux concernés par le combat quotidien la vie, l'expression des idées ou des sentiments, par l'un ou par l'autre, se vaut. «Interpréter un rôle masculin devient un choix possible, sans doute aussi par un côté 'androgyne' qui fait peut-être partie de moi», confie Sofia Hadi qui se produira une nouvelle fois jeudi 6 juin à 20h30 au Théâtre Mohammed V de Rabat.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com