Menu

Grand Angle  

Après la fermeture soudaine des frontières, le désarroi des Marocains d’ici et d’ailleurs

Annoncée dimanche après-midi, la fermeture des frontières marocaines, en vigueur depuis lundi, a plongé plusieurs familles dans l’incertitude. En déplacement à l’étranger, des concitoyens sont restés impuissants, dans l’incapacité de revenir ce lundi, dernier délai.

Publié
Photo d'archive / DR.
Temps de lecture: 5'

Les années de Covid se suivent et se ressemblent, surtout pour celles et ceux qui ont le courage, parfois seulement l’obligation de voyager en ces temps incertains. Après un long confinement du second trimestre de 2020 et le blocage de milliers de Marocains suite à la fermeture des frontières, l’année dernière, l’histoire semble se répéter avec la suspension soudaine de tous les vols internationaux depuis lundi soir, en raison de l’inquiétude quant au nouveau variant du SARS-CoV-2, baptisé Omicron.

Des milliers de Marocains en voyage, ces derniers jours, n’ont eu qu’une journée pour trouver un billet de retour dans l’urgence et faire leurs tests PCR pour pouvoir retourner chez eux. Une course contre la montre qui a laissé sur le carreau de nombreux concitoyens, désormais bloqués à l’étranger pour au moins 15 jours. Témoignages de désarroi, emails, appels téléphoniques, messages vocaux ou vidéos jetées dans les réseaux sociaux comme des bouteilles à la mer sont leur seule bouée pour le moment. L’émission Faites entrer l’invité, spéciale Marocains du monde sur Radio 2M, en partenariat avec Yabiladi, a donné la parole aux compatriotes bloqués, comme en 2020 lors du confinement.

Halima, bloquée à l’aéroport d’Istanbul avec sa fille et son époux, a ainsi témoigné avoir appris de manière soudaine la fermeture des frontières. En séjour de huit jours en Turquie, elle raconte avoir cherché désespérément à acheter des billets de retour avant l’application de la mesure, mais en vain. «Notre budget limité pour la durée initiale du voyage a été épuisé. Nous avons des engagements professionnels dans notre pays et notre situation médicale nous permet difficilement de tenir dans ces conditions. Je serai à court de médicaments pour une maladie chronique d’ici deux jours et je ne peux pas en acheter d’autres différents de mon traitement, par peur de conséquences sur ma santé», a-t-elle déclaré.

Une situation qui plonge des familles dans l’incertitude 

Cette mère de famille craint encore plus pour sa fille, elle aussi en besoin de médicaments pour des problèmes chroniques de santé et inscrite à un cycle l doctoral qu’elle doit commencer bientôt à l’Université d’Oujda. «Son dernier délai de confirmation expire vendredi et elle doit se rendre sur place. Cela fait quatre ans qu’elle travaille dur pour ce projet qui lui tient tellement à cœur mais qu’elle risque de perdre», regrette la maman. Malgré ses tentatives et celles des autres ressortissants bloqués à l’aéroport, elle déplore le fait de ne pas trouver un répondant, au niveau du consulat du Maroc dans la ville.

«On nous dit qu’on n’y peut rien pour nous, en attendant qu’on reçoive des instructions depuis le royaume. Nous dormons à l’aéroport et les gens des autres nationalités nous regardent. Il y a des femmes enceintes, des bébés et des enfants en bas âge qui dorment à même le sol.»

Halima, mère de famille bloquée à Istanbul

Etant à court d’argent, Halima raconte avoir quitté l’hôtel où elle a passé son séjour avec sa fille et son époux. Selon elle, «près de 200 personnes dans le même cas sont actuellement à l’aéroport». La situation a poussé les autorités aéroportuaires à limiter l’accès à l’intérieur du lieu, par souci de sécurité.

A Istanbul également, Wafaa est restée bloquée après avoir espéré prendre le dernier vol pour Casablanca, lundi dernier. En transit depuis Chypre, elle s’est résignée à rester dans un hôtel. «La journée du lundi a été pour moi très angoissante, pleine d’émotions négatives. J’ai eu la peur de ma vie», confie-t-elle. «Le début de la souffrance a commencé avec le premier vol depuis Nicosie et qui devait durer une heure et vingt minutes à peu près. Après une heure et demie de vol, j’ai constaté que l’avion n’entamait pas sa descente et il nous a été annoncé que le commandant de bord attendait l’autorisation d’atterrissage, après la tempête qui a frappé Istanbul», se rappelle la ressortissante. Son vol aura finalement duré quatre heures pour être dérouté vers Ankara, l’aéroport d’Istanbul ayant fermé son espace à cause des conditions météorologiques.

«J’ai prié pour pouvoir arriver à temps et prendre le dernier vol vers Casablanca avant la fermeture des frontières», a confié Wafaa, qui s’est dit «épuisée physiquement et psychologiquement» après cette journée apocalyptique. Dans l’incompréhension, elle estime que «c’est une bonne chose que le Maroc permette le rapatriement des étrangers vers leur pays d’origine», mais que les autorités marocaines «doivent penser aussi aux citoyens éparpillés partout dans le monde». «Nous pouvions être rapatriés et confinés à l’hôtel, quitte à le faire à nos frais, mais l’important pour nous est de revenir à notre pays tout en tenant compte des contraintes liées à la crise sanitaire», a-t-elle insisté.

Des mineurs bloqués à l’étranger, loin de leurs parents

Mère de famille, Ahlam, elle, est plongée dans l’incertitude par rapport à sa fille de 17 ans, qui s’est trouvée bloquée aux Emirats arabes unis (EAU) au cours d’un échange scolaire avec une école américaine à Dubaï. «Elle devait rentrer le 5 décembre, mais nous avons été pris de court par la décision du gouvernement, annoncée un dimanche après-midi. Nous avons cherché un vol, direct ou avec escale, sans trouver de solution. De plus, il aurait fallu également une marge de temps pour faire le test PCR», a-t-elle déclaré.

L’inquiétude de la maman est grande, d’autant qu’«à partir du 5 décembre, l’école se décharge de la responsabilité des enfants», mettant en difficulté la fille d’Ahlam et une autre élève marocaine dans la même situation. Dans l’angoisse, la mère de famille devra chercher un hébergement sûr pour la lycéenne, «mineure et seule dans un pays étranger». Sa situation pose aussi un dilemme administratif, les séjours aux Emirats étant réglementés par un visa à durée déterminée, notamment pour les ressortissants marocains.

«Nous demandons des vols spéciaux pour faire revenir nos enfants et tous les Marocains bloqués dans le monde, d’autant que nous ne sommes pas sûrs si cette mesure durera 15 jours seulement, ou si elle sera prolongée, compte tenu de l’évolution de la situation épidémiologique dans le monde.»

Ahlam, mère de famille

Marocain résidant à Lyon, Mohamed est pour sa part resté au Maroc, sans pouvoir retourner à sa ville de résidence. «Je me rends compte après tous ces témoignages, que dans mon malheur j’ai une chance inouïe. Je pense à mon père qui nous a quittés il y a deux ans, qui a construit sa maison à Tanger où je peux résider pour l’instant. Je suis dans mon pays, au Maroc, certes coincé, mais dans la maison de mon papa», a-t-il confié en préambule. «Je pense aussi à toutes ces personnes bloquées à l’étranger et à ceux qui sont coincés au Maroc mais qui n’ont pas les moyens financiers pour continuer à vivre au quotidien, en attendant de retourner au travail dans leur pays de résidence, avec le risque de perdre leurs emplois», déclare encore le Franco-marocain.

Initialement, le retour de Mohamed était prévu ce 1er décembre. Après une première fermeture des frontières avec la France, il a repoussé son départ au lendemain, en réservant son billet pour Genève, en Suisse. Mais ce voyage n’aura finalement pas lieu, puisque la décision a été élargie à toutes les destinations étrangères. Sauf annulation, il pourra bénéficier d’un vol de rapatriement dans les deux prochains jours. «En principe, plusieurs compagnies organise des vols spéciaux vers la France, bien que les prix soient terrifiants», explique le MRE, selon qui les tarifs se situent entre 300 et 400 euros, mais peuvent atteindre 800 euros l’aller simple, ce qui peut être difficile pour certaines familles.

S'il existe une solution, parfois coûteuse, pour les personnes bloquées au Maroc, aucune ne pointe à l'horizon pour les Marocains bloqués à l'étranger.

Coronavirus cases
670 708 473
Confirmed Covid-19 cases
6 832 926
total deaths
647 849 700
total recovered
69.4%
de la population mondiale vaccinée
 
Cases
Deaths
États-Unis
102 336 754
1 108 330
Inde
44 684 120
530 740
France
39 729 161
165 274
Allemagne
37 779 833
165 711
Brésil
36 824 580
697 074
Japon
32 555 047
68 099
Corée du sud
30 197 066
33 486
Italie
25 453 789
186 833
Royaume-uni
24 507 298
218 028
Russie
21 640 952
387 113
Turquie
17 042 722
101 492
Espagne
13 731 478
118 434
Vietnam
11 526 497
43 186
Australie
11 295 446
18 615
Argentine
10 037 135
130 421
Taiwan*
9 537 823
16 308
Pays-Bas
8 695 133
23 704
Iran
7 564 350
144 749
Mexique
7 368 252
332 198
Indonésie
6 730 016
160 814
Pologne
6 379 391
118 727
Colombie
6 352 923
142 186
Autriche
5 780 229
21 689
Ukraine
5 679 371
118 974
Portugal
5 563 907
26 022
Grèce
5 548 487
34 779
Chili
5 118 981
63 812
Malaisie
5 036 593
36 942
Chine
4 903 497
97 643
Israel
4 786 180
12 193
Thailande
4 726 984
33 865
Belgique
4 691 499
33 557
Tchéquie
4 589 483
42 307
Canada
4 564 114
50 561
Pérou
4 481 246
218 931
Suisse
4 407 915
14 244
Philippines
4 073 203
65 779
Afrique du sud
4 055 966
102 595
Danemark
3 446 409
8 194
Roumanie
3 325 006
67 576
Suède
2 693 458
23 279
Slovaquie
2 660 689
20 942
Serbie
2 471 198
17 701
Irak
2 465 545
25 375
Singapoure
2 217 110
1 722
Hongrie
2 191 827
48 658
Nouvelle-Zélande
2 190 095
2 479
Bangladesh
2 037 556
29 442
Georgie
1 814 180
16 926
Jordanie
1 746 997
14 122
Irlande
1 700 253
8 462
Pakistan
1 576 312
30 640
Kazakhstan
1 496 549
19 065
Norvège
1 477 856
5 112
Finlande
1 458 619
8 639
Slovénie
1 321 579
7 056
Lituanie
1 296 493
9 541
Bulgarie
1 295 426
38 179
Maroc
1 272 240
16 296
Croatie
1 267 580
17 877
Liban
1 228 639
10 790
Guatemala
1 227 853
20 106
Bolivie
1 187 986
22 346
Costa Rica
1 186 176
9 158
Tunisie
1 150 356
29 308
Cuba
1 112 438
8 530
Equateur
1 051 239
35 942
Emirats Arabes Unis
1 049 409
2 348
Uruguay
1 032 710
7 609
Panama
1 029 701
8 596
Mongolia
1 007 871
2 136
Népal
1 001 100
12 020
Biélorussie
994 037
7 118
Lettonie
975 282
6 214
Arabie Saoudite
827 962
9 574
Azerbaidjan
827 944
10 085
Paraguay
806 256
19 820
Gaza
703 228
5 708
Bahreïn
700 452
1 543
Sri Lanka
671 989
16 828
Koweit
662 858
2 570
République Dominicaine
660 095
4 384
Chypre
642 663
1 287
Birmanie
633 820
19 490
Estonie
613 903
2 912
Moldavie
598 673
11 953
Vénézuela
551 587
5 845
Egypte
515 645
24 805
Libye
507 162
6 437
Ethiopie
499 531
7 572
Qatar
492 482
686
Honduras
470 757
11 104
Arménie
446 008
8 717
Bosnie/Herzégovine
401 384
16 255
Oman
399 449
4 628
Macédonie
346 428
9 638
Kenya
342 810
5 688
Zambie
340 763
4 047
Albanie
334 167
3 596
Botswana
329 227
2 800
Luxembourg
314 731
1 210
Maurice (Ile)
294 602
1 043
Montenegro
286 355
2 797
Brunei Darussalam
276 067
225
Kosovo
272 547
3 203
Algérie
271 378
6 881
Nigeria
266 463
3 155
Zimbabwe
261 606
5 652
Ouzbekistan
250 567
1 637
Mozambique
231 994
2 233
Laos
217 973
758
Islande
208 688
199
Afghanistan
208 545
7 882
Kirghizistan
206 592
2 991
El Salvador
201 785
4 230
Trinité-et-Tobago
187 908
4 326
Maldives
185 715
311
Ghana
171 112
1 462
Namibie
170 741
4 088
Ouganda
170 400
3 630
Jamaique
153 407
3 480
Cambodge
138 693
3 056
Rwanda
133 090
1 468
Cameroun
123 993
1 965
Malta
117 062
824
Barbade
106 157
571
Angola
105 184
1 931
Congo (Kinshasa)
95 514
1 463
Sénégal
88 902
1 971
Malawi
88 559
2 686
Cote d'Ivoire
87 982
833
Suriname
82 020
1 398
Eswatini
74 133
1 422
Guyane
72 950
1 294
Belize
70 660
688
Fidji
68 820
883
Madagascar
67 827
1 419
Soudan
63 742
5 001
Mauritanie
63 665
997
Cabo Verde
63 229
413
Bhutan
62 605
21
Syrie
57 453
3 164
Burundi
53 355
38
Seychelles
50 665
172
Gabon
48 981
306
Andorre
47 839
165
Papua New Guinea
46 750
670
Tanzanie
42 664
846
Togo
39 354
290
Guinée-Bissau
38 240
467
Bahamas
37 491
833
Lesotho
34 790
723
Haiti
34 076
860
Mali
32 783
743
Sainte-Lucie
29 803
409
Benin
27 989
163
Somalie
27 318
1 361
Congo (Brazzaville)
25 375
388
Iles Salomon
24 575
153
Saint-Marin
23 427
122
Timor-Leste
23 415
138
Micronésie
22 676
58
Burkina Faso
22 025
396
Liechtenstein
21 349
89
Grenada
19 680
238
Sud Soudan
18 368
138
Tajikistan
17 786
125
Guinée équatoriale
17 190
183
Tonga
16 734
13
Samoa
16 087
29
Monaco
16 063
65
République Dominicaine
15 760
74
Djibouti
15 690
189
Iles Marshall
15 584
17
Nicaragua
15 569
245
République Centrafricaine
15 368
113
Gambia
12 586
372
Vanuatu
12 014
14
Yémen
11 945
2 159
Erithrée
10 189
103
Saint Vincent and the Grenadines
9 585
123
Niger
9 508
315
Antigue et Barbuda
9 106
146
Comores
8 992
161
Guinée-Bissau
8 947
176
Liberia
8 062
294
Sierra Leone
7 760
126
Tchad
7 652
194
Saint Kitts and Nevis
6 592
46
Sao Tome and Principe
6 280
77
Palau
5 986
9
Kiribati
5 008
18
Nauru
4 621
1
Tuvalu
2 805
0
Summer Olympics 2020
865
0
Diamond Princess
712
13
Winter Olympics 2022
535
0
Holy See
29
0
Antarctica
11
0
MS Zaandam
9
2
Korea, North
1
6
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com