Crise : Les Marocains d’Italie au chômage émigrent en France ou rentrent au Maroc

La crise économique qui touche actuellement l’Europe s’attarde en Italie. Les Marocains qui y habitent appartiennent aux couches les plus fragiles de la population. Face au chômage, certains décident de partir en France ou en Belgique, d’autres de renvoyer leurs familles au Maroc.

L’Italie est-elle en train de connaître une vague d’émigration d’un genre nouveau ? Certains immigrés marocains en Italie touchés par le chômage en ces temps de crise économique partent, lorsqu’ils le peuvent, vers la France et la Belgique, révèle Bichri Hamid, président de l’association marocaine en Italie, Organizzazione Marocchina per lo Sviluppo la Solidarietà e i Diritti in Italia, OMSSDI. « Les Marocains d’Italie travaillent beaucoup pour de petites sociétés industrielles qui dépendent de grandes sociétés. Lorsqu’elles connaissent des difficultés, leurs sous traitants souffrent aussi et ferment leurs portes. Lorsque les Marocains travaillent dans l’hôtellerie, ils sont souvent employés dans de petites structures familiales, en cas de coup dur ce sont les premiers à être licenciés », explique Hamid Bachri.

De la même façon, que les Italiens quittaient leur pays pour la France, dans les années 30, poussés par le chômage, « les Marocains qui ont pu obtenir la nationalité Italienne au terme d’au moins 10 ans de séjour en Italie, ou d’un mariage - car le droit du sol n’existe pas en Italie - partent vers la France ou la Belgique, en fonction des attaches, de la famille, des connaissances qu’ils y ont », raconte Bachri Hamid. Beaucoup, comme au premier temps de l’émigration, laissent leur famille en Italie, le temps de trouver un travail au nord, avant de la faire venir.

Repartir au Maroc

Confrontés au chômage de la même façon voir plus que ceux qui ont obtenu la nationalité, les Marocains qui restent des étrangers, que ce soit en situation régulière ou non, en Italie optent pour le chemin inverse. « Certains pères de familles qui sont au chômage décident de renvoyer leur famille, femme et enfants, au Maroc, parce que leur situation financière devient intenable », souligne Bachri Hamid. La décision n’est pas sans conséquences sur la famille, d’autant que sa situation financière ne se résout pas comme par miracle à l’arrivée dans le royaume.

Même si la vie est moins chère au Maroc, « les coûts sont double, car il faut à la fois payer un logement en Italie, pour le père qui est resté, et assurer des revenus à ceux qui sont rentrés », explique-t-il. Il y a aussi les problèmes d’école pour les enfants : « beaucoup ne parlent pas l’arabe et doivent intégrer un système scolaire marocain totalement différent, où les programmes ne sont pas les mêmes. Si les parents veulent leur faire donner des cours d’italien, cela revient cher, près de 2000 DH par mois », détaille Hamid Bachri.

Italie : Les consulats marocains contre les régularisations

En Italie, entre le 15 septembre et le 15 octobre 2012, une loi de régularisation a autorisé les entreprises employant des travailleurs étrangers en situation irrégulière à demander leur régularisation. Donc, « pour les employés il suffisait de fournir un contrat de travail et un passeport. Certains consulats marocains, comme celui de Bologne ont exigé, pour octroyer leurs passeports aux ressortissants marocains une carte de séjour italienne. C’est le serpent qui se mort la queue ! Avoir un passeport, pour un Marocain est un droit qui n’a absolument rien à voir avec sa situation en Italie », s’insurge Hamid Bachri.

Selon lui, cette décision était seulement motivée par le fait que remettre un très grand nombre de passeports, qui plus est biométriques, en très peu de temps aurait engendré beaucoup de travail pour les employés des consulats. « A Bologne, le consulat moldave, pendant cette période, ouvrait à 8h30 et fermait à 19h, le consulat marocain a continué à fermer à 13h » continue Hamid Bachri. Résultat, seulement 9 573 demandes de régularisation ont été déposées par les Marocains, un nombre bien inférieur au nombre de travailleurs clandestins marocains en Italie, selon l’associatif.

Suivre Yabiladi
consulat tunisien/consulat marocain
Auteur : sarafansud
Date : le 28 janvier 2013 à 17h43
le consulat tunisien ouvre le dimanche pour servir les tunisiens sans papiers.
avec un simple extrait d'acte de naissance faxé de tunisie,
on delivre rapidement un passeport au tunisien clandestin pour régulariser sa situation.
consulat marocain!,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,no comment
Dernière modification le 28/01/2013 17:45
Consultats marocains criminels
Auteur : Hamza
Date : le 27 janvier 2013 à 17h53
Les consultats marocains criminels et corrompus doivent rendre des comptes et être totalement fermés par les autorités. Les démarches doivent être faites sur internet par correspondance car les consulats sont trés innefficaces et coutent cher. A quoi bon les garder ouverts?

Mr Benkirane : fermez ces consulats de la honte.
llah y afed
Auteur : wach jabek lia
Date : le 26 janvier 2013 à 16h27
Je connais quelqu'un qui a fait rentrer ces enfants et est venu travaillé ici, il vit en colocation,

C'est pas le top pour lui mais sa famille vie dignement au maroc et ne manque de rien
Dernière modification le 26/01/2013 16:27
français de souche ?!?
Auteur : mmeeehhhh
Date : le 26 janvier 2013 à 13h37
Ils se cassent travailler à l'étranger ou ils sont sûrement mieux accueillis qu'en france. Et pour machin 74 les français qui piquent le boulot des suisses sont mal vu par les suisses pourtant eux aussi mangent du cochon...
ce que je retire
Auteur : Btof
Date : le 26 janvier 2013 à 13h24
excellent le constat sur l'efficacité et les services des consulats Marocains. Ils sont vraiment au service des Marocains.LOL. Pour ce qui est des décisions de retourner ou pas. C'est le libre choix de chaqu'un mais c'est sur que ce sera pas facile. Je leurs souhaite bonne chance et du courage. J’espère que cette crise sera vite derrière nous car tout le monde souffre et ça fait le lit de l’extrême droite.
Facebook