Menu
Connexion Yabiladies Ramadan Radio Forum News
les yeux du coeur de Hani Ramadan
b
5 février 2007 12:09
Les yeux du cœur

Ferme les yeux. Il est avec toi. Si Proche. Il sait
tout de toi. Au plus profond de ton être. Il est la
Vérité suprême. Celui qui ne ment pas. Qui ne
trahit pas. Qui Seul mérite d’être adoré. C’est toi
qu’Il regarde. Toi qu’Il interpelle. Aveugle celui
qui ne voit pas. Sourd celui qui n’entend pas.
« Tout ce qui est sur terre doit disparaître. Seule
subsistera la Face de ton Seigneur, plein de
majesté et de noblesse. » (Coran, 55, 26-27)

Les ombres qui s’étendent sur ta vie ne doivent pas
te faire douter de Sa lumière éternelle. La tristesse
des jours ne saurait étouffer l’avenir radieux qui
s’annonce, si tu Le reconnais, si tu Le sers et
L’adores. Ecarte de ton coeur les soucis du monde.
Ne crains pas la menace de ceux qui méprisent la
soumission. Il n’est rien qu’Il ne domine. Rien qui
puisse empêcher que Sa volonté soit faite. Sois
avec Lui, Il sera avec toi. Ne nous a-t-Il pas dit :
« Et souvenez-vous de Moi, Je Me souviendrai de
vous » (Coran, 2, 152) ?

Alors ? Alors ? N’est-il pas temps de nous
réveiller ? De répondre à l’invitation du Seigneur :
« Et Dieu appelle à la Demeure de la paix, et Il
guide qui Il veut vers un droit chemin » (Coran,
10, 25) ?

D’autres se moqueront de toi. Ils diront que tu es
un fanatique. Un « fou de Dieu ». Un illuminé.
Mais toi tu sais bien que derrière leurs
vociférations et leurs chants, derrière leurs cris et
leurs danses, derrière leurs drapeaux étoilés et
leurs armes de guerriers, derrière leurs feux
d’artifice et leurs idoles de paille, il n’y a rien.
Strictement rien. Un cortège d’ombres qui déjà
s’enfonce dans les ténèbres. Des images
séductrices sans profondeur. Des délices passagers
sans lendemain. Ils aiment le monde comme ils
devraient aimer Dieu. Mais « celui qui a trouvé
Dieu, qu’a-t-il perdu ? Celui qui a perdu Dieu,
qu’a-t-il trouvé ? »

Ferme les yeux. Il est avec toi. Et rien d’autre. Il
dit : « Je suis avec Mon adorateur lorsqu’il se
souvient de Moi. »

Lui Seul mérite la prosternation et la prière.

Lui Seul mérite que l’on s’engage jour et nuit sur
le chemin de la foi.

Aime-Le de tout ton cœur. Jamais Il ne te trahira.
Jamais Il ne t’abandonnera.

Alors ? Alors ? Vas-tu te réveiller ?

Hani Ramadan
s
5 février 2007 12:21
mashaAllah

BarakaAllah o fik bassmala

Smiling Smiley
b
5 février 2007 12:27
wa fik al baraka srnit Winking smiley
z
5 février 2007 13:09
MERCI bassmala , baraka allaho fik khti Winking smiley
E
5 février 2007 13:45
"Et les coeurs se tranquillisent avec le rappel d'ALLAH"

Merci pour ce magnifique rappel. Merci.
b
5 février 2007 14:24
Citation
zdarkach a écrit:
MERCI bassmala , baraka allaho fik khti Winking smiley

wa fik al baraka zdarkachWinking smiley
b
5 février 2007 14:26
Citation
El Insan a écrit:
"Et les coeurs se tranquillisent avec le rappel d'ALLAH"

Merci pour ce magnifique rappel. Merci.

merci à toi d'avoir répondu avec la sagesse du coeur et de tes motsWinking smiley
s
5 février 2007 14:58
A travers la fenêtre
vendredi 2 février 2007, par Tariq Ramadan


Derrière les brumes et les formes floues de l’aube,
J’ai cru voir ton image, reconnaitre ton souffle.
Je pensais à Dieu, au sens, à la solitude. A l’aube,
Le paysage défilait. Le train de la vie, d’une vie sans souffle.


J’ai souri à la nostalgie qui m’accueillait. Silencieusement.
Je ne sais pourquoi, au fond, j’ai eu tant besoin de l’écrire.
Mon coeur est en exil et reçoit l’exilé. Silencieusement.
Apprendrai-je un jour à recevoir ces cadeaux. Et mes mots pour l’écrire.


Tu étais la solitude, la douleur, la mort . Passagère.
Mon coeur savait que tu l’accompagnais, que tu l’aimais
Je ne connaissais pas les mots pour le dire. Passagère.
Les brumes matinales m’ont offert le silence et confié que tu m’aimais.


A travers la fenêtre, cette infinie tristesse.
Infiniment fidèle.


Source : [www.tariqramadan.com]
b
5 février 2007 15:03
Citation
srnit a écrit:
A travers la fenêtre
vendredi 2 février 2007, par Tariq Ramadan


Derrière les brumes et les formes floues de l’aube,
J’ai cru voir ton image, reconnaitre ton souffle.
Je pensais à Dieu, au sens, à la solitude. A l’aube,
Le paysage défilait. Le train de la vie, d’une vie sans souffle.


J’ai souri à la nostalgie qui m’accueillait. Silencieusement.
Je ne sais pourquoi, au fond, j’ai eu tant besoin de l’écrire.
Mon coeur est en exil et reçoit l’exilé. Silencieusement.
Apprendrai-je un jour à recevoir ces cadeaux. Et mes mots pour l’écrire.


Tu étais la solitude, la douleur, la mort . Passagère.
Mon coeur savait que tu l’accompagnais, que tu l’aimais
Je ne connaissais pas les mots pour le dire. Passagère.
Les brumes matinales m’ont offert le silence et confié que tu m’aimais.


A travers la fenêtre, cette infinie tristesse.
Infiniment fidèle.


Source : [www.tariqramadan.com]


Mach Allah merci srnit barak allah o fik pour le lienWinking smiley
s
5 février 2007 15:11
wa fik barakaAllah
 
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
Facebook