Menu
Connexion Yabiladies Islam Radio Forum News
sujet tres sensible et inquietant qui touche cette communauté, A VOS AVIS
m
28 juillet 2010 02:00
Je pense que le sujet est bien a sa place ici et pas ailleurs....car c'est une question de societe....

Certaines familles magrebines et/ou musulmane, ne mettent plus leurs a l ecole public en europe pour de nombreuses raisons, et s organsient comme ils peuvent pour donner des cours a la maison...

Ne pensez vous pas qu'il y a une coupure sociale dangereuse pour ses enfants ?
Comment ses enfants vont ils evoluer sans les ambitions, les cometitivités entre camarage, sans lerus donner la chance de connaitre les autres et de s ameliorer grace aux autres ?

tous les hommes de sciences religieux ou autres ont tjs été entouré de milliers de gens, d hommes de sciences ...........
Nous avons tous des exemples autour de nous des enfants dans des pays un peu musulmans et pourtant une fois grand cela ne les a pas empecher pour certains de partir n importe comment ici ou labas

merci pour vos contributions
28 juillet 2010 10:07
Salam;

je ne connais aucune femme qui ne mettent pas ses enfants à l'école . Je pense que tu parles de quelques cas insignifiants
par le nombre pour qu'on puisse parler de phénomène social



Modifié 1 fois. Dernière modification le 28/07/10 10:37 par razou2.
a
28 juillet 2010 10:32
Personnellement pas mal de mes amies ont décidé de mettre leurs enfants dans des écoles privés pour la simple raison que tous les jours dans les écoles publics ont les accusé de tout et n'importe quoi et qu'à force ça casse les enfants et deviennent ce dont on les accuse.

Dans les écoles privés les enfant reprennent confiance en eux le comportement et les résultats scolaires le prouvent.

Il est certains que je ne mettrais jamais mes enfants dans une école public.
28 juillet 2010 10:39
Citation
anabente a écrit:
Personnellement pas mal de mes amies ont décidé de mettre leurs enfants dans des écoles privés pour la simple raison que tous les jours dans les écoles publics ont les accusé de tout et n'importe quoi et qu'à force ça casse les enfants et deviennent ce dont on les accuse.

Dans les écoles privés les enfant reprennent confiance en eux le comportement et les résultats scolaires le prouvent.

Il est certains que je ne mettrais jamais mes enfants dans une école public.


J'ai travaillé dans une école publique située dans un quartier défavorisée de ma ville et malheureusement l'environnement n'est pas sain pour le développement d'un enfant. La violence est banalisée et le niveau scolaire est très bas .
m
28 juillet 2010 10:46
Les écoles privées existent depuis belle lurette et si les familles maghrébines et/ou musulmanes sont de plus en plus nombreuses à y mettre leurs enfants c'est surtout pour les mêmes raisons que les autres parents "français".

Ce qui est inquiétant en revanche c'est que l'on vit dans un pays qui n'arrive plus à gérer quoique ce soit. La violence est de plus en plus présente dans les écoles et de plus en plus tôt c'est ça qui fait peur. Les écoles privées sont plus à cheval sur la discipline et le respect, c'est une différence importante.

Quant à la socialisation de ces enfants elle n'est pas remise en question au contraire. Ils côtoient des camarades comme tout le monde et apprennent à vivre ensemble.
a
28 juillet 2010 10:50
Citation
razou2 a écrit:
Citation
anabente a écrit:
Personnellement pas mal de mes amies ont décidé de mettre leurs enfants dans des écoles privés pour la simple raison que tous les jours dans les écoles publics ont les accusé de tout et n'importe quoi et qu'à force ça casse les enfants et deviennent ce dont on les accuse.

Dans les écoles privés les enfant reprennent confiance en eux le comportement et les résultats scolaires le prouvent.

Il est certains que je ne mettrais jamais mes enfants dans une école public.


J'ai travaillé dans une école publique située dans un quartier défavorisée de ma ville et malheureusement l'environnement n'est pas sain pour le développement d'un enfant. La violence est banalisée et le niveau scolaire est très bas .

Je comprends mais il y a beaucoup de régions en France ou il y a très peu de violence et l'environnement est parfait. Par exemple ce que l'on voit à Paris n'existe pas du tout ici.
Le souci c'est certains professeurs qui arrivent de partout avec leurs angoisses, leurs clichés ridicules et comme il est impossible de les virer...
Oui la violence dans les cours d'écoles existent mais elle à toujours existé c'est humain sauf que dans le temps on déplacait les caméras pour faire le buzz aux 20h.
28 juillet 2010 11:02
Citation
anabente a écrit:
Citation
razou2 a écrit:
Citation
anabente a écrit:
Personnellement pas mal de mes amies ont décidé de mettre leurs enfants dans des écoles privés pour la simple raison que tous les jours dans les écoles publics ont les accusé de tout et n'importe quoi et qu'à force ça casse les enfants et deviennent ce dont on les accuse.

Dans les écoles privés les enfant reprennent confiance en eux le comportement et les résultats scolaires le prouvent.

Il est certains que je ne mettrais jamais mes enfants dans une école public.


J'ai travaillé dans une école publique située dans un quartier défavorisée de ma ville et malheureusement l'environnement n'est pas sain pour le développement d'un enfant. La violence est banalisée et le niveau scolaire est très bas .

Je comprends mais il y a beaucoup de régions en France ou il y a très peu de violence et l'environnement est parfait. Par exemple ce que l'on voit à Paris n'existe pas du tout ici.
Le souci c'est certains professeurs qui arrivent de partout avec leurs angoisses, leurs clichés ridicules et comme il est impossible de les virer...
Oui la violence dans les cours d'écoles existent mais elle à toujours existé c'est humain sauf que dans le temps on déplacait les caméras pour faire le buzz aux 20h.

Je suis d'accord avec toi. Je ne suis pas de Paris mais d'une autre grande ville française.

Mais si je suis attachée aux valeurs de mixité , d'égalité. Si j'ai les moyens je n'hésiterai pas un seul instant à mettre mes enfants dans une école privée car je veux leur donné le maximum de chance pour réussir les vies futures inchallah.

Pour les profs, ce sont les plus jeunes et les moins expérimentés qui débarquent dans les ZEP.
Ils sont souvent issus d'un milieu bourgeois et débarquent d'un univers complément inconnu. Ils sont perdus et même si certains essaient de comprendre ce milieu; certains se retrouvent confronter à la démission de certains parents.


Pas de gouters, des vêtements sales. Lors des sorties pas de repas prévu pour l'enfant. C'était souvent le prof qui prévoyait un sandwich de secours.

Franchement, être instit dans une école défavorisée , c'est vraiment très dure
a
28 juillet 2010 11:21
Citation
razou2 a écrit:
Citation
anabente a écrit:
Citation
razou2 a écrit:
Citation
anabente a écrit:
Personnellement pas mal de mes amies ont décidé de mettre leurs enfants dans des écoles privés pour la simple raison que tous les jours dans les écoles publics ont les accusé de tout et n'importe quoi et qu'à force ça casse les enfants et deviennent ce dont on les accuse.

Dans les écoles privés les enfant reprennent confiance en eux le comportement et les résultats scolaires le prouvent.

Il est certains que je ne mettrais jamais mes enfants dans une école public.


J'ai travaillé dans une école publique située dans un quartier défavorisée de ma ville et malheureusement l'environnement n'est pas sain pour le développement d'un enfant. La violence est banalisée et le niveau scolaire est très bas .

Je comprends mais il y a beaucoup de régions en France ou il y a très peu de violence et l'environnement est parfait. Par exemple ce que l'on voit à Paris n'existe pas du tout ici.
Le souci c'est certains professeurs qui arrivent de partout avec leurs angoisses, leurs clichés ridicules et comme il est impossible de les virer...
Oui la violence dans les cours d'écoles existent mais elle à toujours existé c'est humain sauf que dans le temps on déplacait les caméras pour faire le buzz aux 20h.

Je suis d'accord avec toi. Je ne suis pas de Paris mais d'une autre grande ville française.

Mais si je suis attachée aux valeurs de mixité , d'égalité. Si j'ai les moyens je n'hésiterai pas un seul instant à mettre mes enfants dans une école privée car je veux leur donné le maximum de chance pour réussir les vies futures inchallah.

Pour les profs, ce sont les plus jeunes et les moins expérimentés qui débarquent dans les ZEP.
Ils sont souvent issus d'un milieu bourgeois et débarquent d'un univers complément inconnu. Ils sont perdus et même si certains essaient de comprendre ce milieu; certains se retrouvent confronter à la démission de certains parents.


Pas de gouters, des vêtements sales. Lors des sorties pas de repas prévu pour l'enfant. C'était souvent le prof qui prévoyait un sandwich de secours.

Franchement, être instit dans une école défavorisée , c'est vraiment très dure


Oui, je l'ai vu aussi ça !!. c'est triste.
Avant sarko, dans les écoles et dans les quartiers ils y avait des gens formés pour aider les profs et les petits (je me souviens plus comment ça s'appelait technicienne de l'intervention social et familiale) les problèmes de maltraitance etc étaient gérer par eux.
Ces postes n'ont pas étaient reconduits et les familles "en difficulté" se sont retrouvé seules malheureusement .
S
28 juillet 2010 11:22
Salam aleycoum,

Marclenders effectivement c'est devenu un nouveau phénomène a la "mode", j'en connais quelques uns.

Il y a des parents musulmans (c'est plus une tendance religieuse) qui préfèrent éduquer leurs enfants a la maison, en partant du principe qu'a l'ecole ils s'instruisent mais apprennent aussi des mauvaises choses. Ils veulent proteger au maximum leur progéniture de toutes tentations exterieur ou mauvaise influence.

NB: Pour les ames sensibles, ceci n'etait pas une généralité.
28 juillet 2010 11:49
Salam,

Il n'y a pas que notre communauté, la communauté juive en fait autant, a même créer des écoles d'excellence.
a
28 juillet 2010 16:49
Citation
marclenders a écrit:
Je pense que le sujet est bien a sa place ici et pas ailleurs....car c'est une question de societe....

Certaines familles magrebines et/ou musulmane, ne mettent plus leurs a l ecole public en europe pour de nombreuses raisons, et s organsient comme ils peuvent pour donner des cours a la maison...

Ne pensez vous pas qu'il y a une coupure sociale dangereuse pour ses enfants ?
Comment ses enfants vont ils evoluer sans les ambitions, les cometitivités entre camarage, sans lerus donner la chance de connaitre les autres et de s ameliorer grace aux autres ?

tous les hommes de sciences religieux ou autres ont tjs été entouré de milliers de gens, d hommes de sciences ...........
Nous avons tous des exemples autour de nous des enfants dans des pays un peu musulmans et pourtant une fois grand cela ne les a pas empecher pour certains de partir n importe comment ici ou labas

merci pour vos contributions


Ne t'inquiètes pas , les cours à la maison sont quand à valider par l'éducation national; avoir une éducation religieuse permet un équilibre normalement.
L
28 juillet 2010 18:15
Citation
razou2 a écrit:
Citation
anabente a écrit:
Citation
razou2 a écrit:
Citation
anabente a écrit:
Personnellement pas mal de mes amies ont décidé de mettre leurs enfants dans des écoles privés pour la simple raison que tous les jours dans les écoles publics ont les accusé de tout et n'importe quoi et qu'à force ça casse les enfants et deviennent ce dont on les accuse.

Dans les écoles privés les enfant reprennent confiance en eux le comportement et les résultats scolaires le prouvent.

Il est certains que je ne mettrais jamais mes enfants dans une école public.


J'ai travaillé dans une école publique située dans un quartier défavorisée de ma ville et malheureusement l'environnement n'est pas sain pour le développement d'un enfant. La violence est banalisée et le niveau scolaire est très bas .

Je comprends mais il y a beaucoup de régions en France ou il y a très peu de violence et l'environnement est parfait. Par exemple ce que l'on voit à Paris n'existe pas du tout ici.
Le souci c'est certains professeurs qui arrivent de partout avec leurs angoisses, leurs clichés ridicules et comme il est impossible de les virer...
Oui la violence dans les cours d'écoles existent mais elle à toujours existé c'est humain sauf que dans le temps on déplacait les caméras pour faire le buzz aux 20h.

Je suis d'accord avec toi. Je ne suis pas de Paris mais d'une autre grande ville française.

Mais si je suis attachée aux valeurs de mixité , d'égalité. Si j'ai les moyens je n'hésiterai pas un seul instant à mettre mes enfants dans une école privée car je veux leur donné le maximum de chance pour réussir les vies futures inchallah.

Pour les profs, ce sont les plus jeunes et les moins expérimentés qui débarquent dans les ZEP.
Ils sont souvent issus d'un milieu bourgeois et débarquent d'un univers complément inconnu. Ils sont perdus et même si certains essaient de comprendre ce milieu; certains se retrouvent confronter à la démission de certains parents.


Pas de gouters, des vêtements sales. Lors des sorties pas de repas prévu pour l'enfant. C'était souvent le prof qui prévoyait un sandwich de secours.

Franchement, être instit dans une école défavorisée , c'est vraiment très dure

Salam razou,

Personnellement j'ai passé une partie de ma scolarité dans un établissement tres défavorisé, la violence était totalement banalisée, certains parents démissionnaires, voir meme certains enseignants.

Pour ceux des enseignants qui restaient engagés dans leur travail, c'était tres difficile. A l'époque je ne comprenais pas ce que la directrice voulait dire quand elle disait: "on rame a contre courant". Maintenant, j'ai compris Smiling Smiley.

Au total, je pense que ca a plutot été une bonne expérience que j'ai eue. Ca m'a donné de la combativité, et ca m'a fait définitivement partir la peur des coups lol (en gros avant j'étais un petit lapin, et apres je suis devenu un petit chat. dans tous les cas ca reste un truc de gosses, rien de dangereux Smiling Smiley). Sur le plan scolaire je n'ai pas été pénalisé parce que ma mere me faisait faire les devoirs et me faisait faire des trucs en plus (sur le coup, snif, mais avec le recul, thumbs up).

Je pense que c'est pas un probleme d'un point de vue scolaire de mettre ses enfants dans un truc défavorisé jusqu'au college inclus. Apres, il faut éviter parce que c'est au lycée que s'enclenche véritablement la mécanique de sélection/exclusion/accumulation d'écarts de connaissance. En revanche, ca fait partie de leur éducation que de leur permettre de ne pas vivre dans un monde artificiellement aseptisé.
28 juillet 2010 19:00
Citation
LeVraiPersonne a écrit:
Citation
razou2 a écrit:
Citation
anabente a écrit:
Citation
razou2 a écrit:
Citation
anabente a écrit:
Personnellement pas mal de mes amies ont décidé de mettre leurs enfants dans des écoles privés pour la simple raison que tous les jours dans les écoles publics ont les accusé de tout et n'importe quoi et qu'à force ça casse les enfants et deviennent ce dont on les accuse.

Dans les écoles privés les enfant reprennent confiance en eux le comportement et les résultats scolaires le prouvent.

Il est certains que je ne mettrais jamais mes enfants dans une école public.


J'ai travaillé dans une école publique située dans un quartier défavorisée de ma ville et malheureusement l'environnement n'est pas sain pour le développement d'un enfant. La violence est banalisée et le niveau scolaire est très bas .

Je comprends mais il y a beaucoup de régions en France ou il y a très peu de violence et l'environnement est parfait. Par exemple ce que l'on voit à Paris n'existe pas du tout ici.
Le souci c'est certains professeurs qui arrivent de partout avec leurs angoisses, leurs clichés ridicules et comme il est impossible de les virer...
Oui la violence dans les cours d'écoles existent mais elle à toujours existé c'est humain sauf que dans le temps on déplacait les caméras pour faire le buzz aux 20h.

Je suis d'accord avec toi. Je ne suis pas de Paris mais d'une autre grande ville française.

Mais si je suis attachée aux valeurs de mixité , d'égalité. Si j'ai les moyens je n'hésiterai pas un seul instant à mettre mes enfants dans une école privée car je veux leur donné le maximum de chance pour réussir les vies futures inchallah.

Pour les profs, ce sont les plus jeunes et les moins expérimentés qui débarquent dans les ZEP.
Ils sont souvent issus d'un milieu bourgeois et débarquent d'un univers complément inconnu. Ils sont perdus et même si certains essaient de comprendre ce milieu; certains se retrouvent confronter à la démission de certains parents.


Pas de gouters, des vêtements sales. Lors des sorties pas de repas prévu pour l'enfant. C'était souvent le prof qui prévoyait un sandwich de secours.

Franchement, être instit dans une école défavorisée , c'est vraiment très dure

Salam razou,

Personnellement j'ai passé une partie de ma scolarité dans un établissement tres défavorisé, la violence était totalement banalisée, certains parents démissionnaires, voir meme certains enseignants.

Pour ceux des enseignants qui restaient engagés dans leur travail, c'était tres difficile. A l'époque je ne comprenais pas ce que la directrice voulait dire quand elle disait: "on rame a contre courant". Maintenant, j'ai compris Smiling Smiley.

Au total, je pense que ca a plutot été une bonne expérience que j'ai eue. Ca m'a donné de la combativité, et ca m'a fait définitivement partir la peur des coups lol (en gros avant j'étais un petit lapin, et apres je suis devenu un petit chat. dans tous les cas ca reste un truc de gosses, rien de dangereux Smiling Smiley). Sur le plan scolaire je n'ai pas été pénalisé parce que ma mere me faisait faire les devoirs et me faisait faire des trucs en plus (sur le coup, snif, mais avec le recul, thumbs up).

Je pense que c'est pas un probleme d'un point de vue scolaire de mettre ses enfants dans un truc défavorisé jusqu'au college inclus. Apres, il faut éviter parce que c'est au lycée que s'enclenche véritablement la mécanique de sélection/exclusion/accumulation d'écarts de connaissance. En revanche, ca fait partie de leur éducation que de leur permettre de ne pas vivre dans un monde artificiellement aseptisé.

Salam LeVraiPersonne,

je me retrouve un peu dans ton expérience car moi aussi j'ai étudié dans une école ZEP et collège ZEP zone violence et tous les sigles de l'Education Nationale . Ma prof de Mathématique nous disait souvent " qu'est ce qu'on va faire de vous mes pauvres petits " . A l'époque, ça nous faisait rire mais maintenant j'ai compris ce qu'elle voulait dire.

Contrairement à toi, je n'avais personne pour m'aider. Mon père et ma mère ne savent pas lire et écrire.
Mais ma mère a tout fait pour nous pousser dans la réussite scolaire. J'ai un peu les larmes aux yeux quand j'y pense.
Après le gouter, elle nous obligeait à sortir nos cahiers pour faire les devoirs. On ne pouvait pas sortir l'excuse " je n'ai pas
de devoir aujourd'hui" .Et elle nous disait " pas de devoir, malich, sortez vos livres et lisez ".


Comme quoi même en fréquentant les " pires écoles" , on peut réussir mais il faut énormément de volonté Moody Smiley
P
28 juillet 2010 19:55
Moi, j'ai été habitué aux écoles publiques et à l'ambiance plus que... agitée.
Et je ne regrette pas du tout. Ma mère m'a mise une année de primaire dans une école catholique privée...
Je me rappelle avoir passé la pire année de ma vie... Un CAUCHEMARS !
Je me cachais pour pas aller catéchisme... Oui !! Parce que à l'époque je pensais que c'était comme manger du porc que d'assister à un cours de religion catholique...Bref !! Il y avait beaucoup trop de règle... et je passais mon temps dans le bureau de la directrice... Assise devant la croix du christ... Ca devait soit disant me faire réfléchir.

J'ai appris tellement plus dans les écoles publiques...

Moi, si un jour, insh'Allah, j'ai des enfants... Je les mettrai là ou le peuple se trouve... Ils apprendront la vie...
La vie est un long fleuve tranquille pour ceux ayant un super canoë... Pour les autres bah c'est la nage. Mais bon les moins doués se noient à chaque fois u_u
X
28 juillet 2010 20:10
Je ne blâme pas les Musulmans qui refusent d'inscrire leurs enfants à l'école. Chacun est responsable de sa famille et celui qui refuse que ses enfants fréquentent une école ou on leur apprend que tous les êtres humains sont égaux, qu'il n'y a "nulle divinité", que l'homme descend du singe, que les biens matériels sont les seules aspirations possibles pour l'homme...Un tel homme ne mérite pas d'être blâmé...Il a simplement pris ses précautions et appliqué le Qor'ân :

"O vous qui croyez! Préservez-vous ainsi que votre famille de l'Enfer."


Il existe des parents qui ne privilégient pas la vie d'ici-bas et pour qui la réussite ne réside ni dans le diplôme ni dans le salaire mensuel.

L'école "républicaine" forme des légions de déracinés. Et pour ceux qui pensent que dans les pays Arabes, c'est la même chose, ils ont en partie raison.
S
28 juillet 2010 22:01
Citation
Pppenya a écrit:
Moi, j'ai été habitué aux écoles publiques et à l'ambiance plus que... agitée.
Et je ne regrette pas du tout. Ma mère m'a mise une année de primaire dans une école catholique privée...
Je me rappelle avoir passé la pire année de ma vie... Un CAUCHEMARS !
Je me cachais pour pas aller catéchisme... Oui !! Parce que à l'époque je pensais que c'était comme manger du porc que d'assister à un cours de religion catholique...Bref !! Il y avait beaucoup trop de règle... et je passais mon temps dans le bureau de la directrice... Assise devant la croix du christ... Ca devait soit disant me faire réfléchir.

J'ai appris tellement plus dans les écoles publiques...

Moi, si un jour, insh'Allah, j'ai des enfants... Je les mettrai là ou le peuple se trouve... Ils apprendront la vie...

J'ai été dans une école publique et pourtant, nous avions bien haut, au dessus du tableau, un crucifix. Il y avait aussi des cours de catéchisme mais nous avions le droit de nous en faire dispenser.
Comment cela se fait-il? Eh bien l'Alsace et la Moselle ont été réintégrées à la France qu'en 1918 et ils ont imposé pour condition de ne pas appliquer le principe de laicité)
S
28 juillet 2010 22:07
Citation
razou2 a écrit:

Pour les profs, ce sont les plus jeunes et les moins expérimentés qui débarquent dans les ZEP.
Ils sont souvent issus d'un milieu bourgeois et débarquent d'un univers complément inconnu. Ils sont perdus et même si certains essaient de comprendre ce milieu; certains se retrouvent confronter à la démission de certains parents.


Pas de gouters, des vêtements sales. Lors des sorties pas de repas prévu pour l'enfant. C'était souvent le prof qui prévoyait un sandwich de secours.

Franchement, être instit dans une école défavorisée , c'est vraiment très dure

Je me permets de te contredire: la majorité des profs ne sont pas issus d'un milieu bourgeois, bien au contraire (ca risque de le devenir avec la réforme qui impose d'avoir un bac+5 pour passer le concours de l'enseignement mais pour l'instant, ça n'est pas le cas)
Pour avoir remplacé des enseignants dans une école classée ZEP et dans une école dite "réputée", je tpeux te dire que certes les problèmes ne sont pas les memes mais il est tout aussi difficile d'enseigner dans les écoles de quartiers bourgeois.
28 juillet 2010 22:15
Citation
Sanakaina a écrit:
Citation
razou2 a écrit:

Pour les profs, ce sont les plus jeunes et les moins expérimentés qui débarquent dans les ZEP.
Ils sont souvent issus d'un milieu bourgeois et débarquent d'un univers complément inconnu. Ils sont perdus et même si certains essaient de comprendre ce milieu; certains se retrouvent confronter à la démission de certains parents.


Pas de gouters, des vêtements sales. Lors des sorties pas de repas prévu pour l'enfant. C'était souvent le prof qui prévoyait un sandwich de secours.

Franchement, être instit dans une école défavorisée , c'est vraiment très dure

Je me permets de te contredire: la majorité des profs ne sont pas issus d'un milieu bourgeois, bien au contraire (ca risque de le devenir avec la réforme qui impose d'avoir un bac+5 pour passer le concours de l'enseignement mais pour l'instant, ça n'est pas le cas)
Pour avoir remplacé des enseignants dans une école classée ZEP et dans une école dite "réputée", je tpeux te dire que certes les problèmes ne sont pas les memes mais il est tout aussi difficile d'enseigner dans les écoles de quartiers bourgeois.

Tu peux me contredire Grinning smiley. Même si certains ne sont pas issus de milieu bourgeois. Ils sont issus de la classe moyenne et quand ils débarquent dans des quartiers très pauvres, ils sont déboussolés.
S
28 juillet 2010 22:23
Citation
razou2 a écrit:

Tu peux me contredire Grinning smiley. Même si certains ne sont pas issus de milieu bourgeois. Ils sont issus de la classe moyenne et quand ils débarquent dans des quartiers très pauvres, ils sont déboussolés.

Oui mais les enseignants avec qui j'ai pu discuter m'ont dit qu'ils ne souhaitaient pas changer d'école car finalement, dans ces quartiers, les familles croient en l'école car pour eux, c'est surement la seule façon de s'en sortir. Il y a le respect de l'enseignant de la part des parents (je dis ça car dans les quartiers bourgeois, l'enseignant est, dans la majorité des cas, méprisé : il n'a qu'UNE licence voire moins pour les instituteurs)
m
28 juillet 2010 23:21
merci pour vos reponses tout autant enrichissantes....
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
Facebook