Menu
Connexion Yabiladies Ramadan Radio Forum News
Une rencontre, de l’espoir, un peu d’amour, un projet de mariage et puis......
L
27 novembre 2019 19:31
Une rencontre, de l’espoir, un peu d’amour, un projet de mariage et puis... une séparation.

Voilà bien une histoire aussi vieille que le monde.

Bien des voix scanderont que le chagrin d’amour est une gaminerie, une insolence, une tromperie et la preuve d’une foi bien vacillante. Il ne se dit pas et ne s’avoue pas.

On fait face et le destin se charge de tout. Point. On le répète assez...

Mais la souffrance est là et le cœur ne se ment pas. Le gouffre... quand tout s’arrête.

Le cœur, notre pire ennemi à ce moment là. Il se sent troué ou au contraire terriblement encombré.

Encombré de paroles incomprises, de fautes regrettées, de rancune envers ceux qui n’ont pas suivis, ceux qui ont tant parlé ou au contraire se sont cachés derrière le plus muet des silences.

Le deuil de l’amour. Les musulmans n’en sont pas épargnés...
Rien n’est plus perturbant que cette période de convalescence et pourtant... elle est tellement minimisée par l’entourage des cœurs blessés.

Rien n’est pire qu’un cœur qui se vide... de la personne qui le faisait battre.

Les larmes... nos meilleurs amies à ce moment là. Elles caressent nos joues, silencieuses et apaisantes, lorsque plus personne ne semble comprendre. Elles ne jugent pas, elles... Elles accompagnent discrètement et soulagent... simplement.
Et sans nous en rendre compte, elles nous guident bien sagement vers la route qui mène à Dieu. Celle de la confidence.
Dieu, l’unique consolateur... de l’intime.

Après la colère, la haine, l’incompréhension, les larmes, les pertes ou les prises de poids, les espoirs de retour, les désespoirs, les humiliations parfois, il y a le temps... de l’oubli et du pardon.
Puis viendra celui du remplacement.
Et un jour viendra le temps du bonheur et de l’amour marital. Inch’Allah.

Chacun sait qu’être dans le tourment de la séparation exclut de façon ferme toute idée de retrouver « quelqu’un d’aussi bien » ... et pourtant chacun expérimentera le fait que le temps fait des miracles...

Toi qui lit ces écris, tu connais forcément un blessé du cœur... rappelle lui humblement qu’après la dureté, il y a la facilité. Et si tu l’aimes un peu, invoque Dieu pour que son cœur s’apaise.

Si tu me lis et que tu es actuellement touché(e) par une peine de cœur, un chagrin d’amour,
si tu es dans le doute et le flou,
si tu n’as plus goût aux choses ou si tu as perdu confiance,
si ta foi en a pris un coup et si tu te sens ébranlé(e),
si tu as l’impression d’être incompris(e) par ta communauté...
chère sœur, cher frère, ne te laisse pas abattre... Sache que tu comprendras plus tard la sagesse et le sens de ton épreuve. Inévitablement...

Courage.
N
28 novembre 2019 00:00
Oui j'ai été touchée par un évènement pareil, et oui je comprends tout ce que tu as écrit.
Merci pour tout tes postes, ça apaise.
Mais plus j'essaie de lire entre les lignes plus je perçois une certaine tristesse en toi.... Je me trompe peut-être
Citation
L'Algérien07 a écrit:
Une rencontre, de l’espoir, un peu d’amour, un projet de mariage et puis... une séparation.

Voilà bien une histoire aussi vieille que le monde.

Bien des voix scanderont que le chagrin d’amour est une gaminerie, une insolence, une tromperie et la preuve d’une foi bien vacillante. Il ne se dit pas et ne s’avoue pas.

On fait face et le destin se charge de tout. Point. On le répète assez...

Mais la souffrance est là et le cœur ne se ment pas. Le gouffre... quand tout s’arrête.

Le cœur, notre pire ennemi à ce moment là. Il se sent troué ou au contraire terriblement encombré.

Encombré de paroles incomprises, de fautes regrettées, de rancune envers ceux qui n’ont pas suivis, ceux qui ont tant parlé ou au contraire se sont cachés derrière le plus muet des silences.

Le deuil de l’amour. Les musulmans n’en sont pas épargnés...
Rien n’est plus perturbant que cette période de convalescence et pourtant... elle est tellement minimisée par l’entourage des cœurs blessés.

Rien n’est pire qu’un cœur qui se vide... de la personne qui le faisait battre.

Les larmes... nos meilleurs amies à ce moment là. Elles caressent nos joues, silencieuses et apaisantes, lorsque plus personne ne semble comprendre. Elles ne jugent pas, elles... Elles accompagnent discrètement et soulagent... simplement.
Et sans nous en rendre compte, elles nous guident bien sagement vers la route qui mène à Dieu. Celle de la confidence.
Dieu, l’unique consolateur... de l’intime.

Après la colère, la haine, l’incompréhension, les larmes, les pertes ou les prises de poids, les espoirs de retour, les désespoirs, les humiliations parfois, il y a le temps... de l’oubli et du pardon.
Puis viendra celui du remplacement.
Et un jour viendra le temps du bonheur et de l’amour marital. Inch’Allah.

Chacun sait qu’être dans le tourment de la séparation exclut de façon ferme toute idée de retrouver « quelqu’un d’aussi bien » ... et pourtant chacun expérimentera le fait que le temps fait des miracles...

Toi qui lit ces écris, tu connais forcément un blessé du cœur... rappelle lui humblement qu’après la dureté, il y a la facilité. Et si tu l’aimes un peu, invoque Dieu pour que son cœur s’apaise.

Si tu me lis et que tu es actuellement touché(e) par une peine de cœur, un chagrin d’amour,
si tu es dans le doute et le flou,
si tu n’as plus goût aux choses ou si tu as perdu confiance,
si ta foi en a pris un coup et si tu te sens ébranlé(e),
si tu as l’impression d’être incompris(e) par ta communauté...
chère sœur, cher frère, ne te laisse pas abattre... Sache que tu comprendras plus tard la sagesse et le sens de ton épreuve. Inévitablement...

Courage.
28 novembre 2019 00:43
Salam
Merci pour ton poste 🙏
Citation
L'Algérien07 a écrit:
Une rencontre, de l’espoir, un peu d’amour, un projet de mariage et puis... une séparation.

Voilà bien une histoire aussi vieille que le monde.

Bien des voix scanderont que le chagrin d’amour est une gaminerie, une insolence, une tromperie et la preuve d’une foi bien vacillante. Il ne se dit pas et ne s’avoue pas.

On fait face et le destin se charge de tout. Point. On le répète assez...

Mais la souffrance est là et le cœur ne se ment pas. Le gouffre... quand tout s’arrête.

Le cœur, notre pire ennemi à ce moment là. Il se sent troué ou au contraire terriblement encombré.

Encombré de paroles incomprises, de fautes regrettées, de rancune envers ceux qui n’ont pas suivis, ceux qui ont tant parlé ou au contraire se sont cachés derrière le plus muet des silences.

Le deuil de l’amour. Les musulmans n’en sont pas épargnés...
Rien n’est plus perturbant que cette période de convalescence et pourtant... elle est tellement minimisée par l’entourage des cœurs blessés.

Rien n’est pire qu’un cœur qui se vide... de la personne qui le faisait battre.

Les larmes... nos meilleurs amies à ce moment là. Elles caressent nos joues, silencieuses et apaisantes, lorsque plus personne ne semble comprendre. Elles ne jugent pas, elles... Elles accompagnent discrètement et soulagent... simplement.
Et sans nous en rendre compte, elles nous guident bien sagement vers la route qui mène à Dieu. Celle de la confidence.
Dieu, l’unique consolateur... de l’intime.

Après la colère, la haine, l’incompréhension, les larmes, les pertes ou les prises de poids, les espoirs de retour, les désespoirs, les humiliations parfois, il y a le temps... de l’oubli et du pardon.
Puis viendra celui du remplacement.
Et un jour viendra le temps du bonheur et de l’amour marital. Inch’Allah.

Chacun sait qu’être dans le tourment de la séparation exclut de façon ferme toute idée de retrouver « quelqu’un d’aussi bien » ... et pourtant chacun expérimentera le fait que le temps fait des miracles...

Toi qui lit ces écris, tu connais forcément un blessé du cœur... rappelle lui humblement qu’après la dureté, il y a la facilité. Et si tu l’aimes un peu, invoque Dieu pour que son cœur s’apaise.

Si tu me lis et que tu es actuellement touché(e) par une peine de cœur, un chagrin d’amour,
si tu es dans le doute et le flou,
si tu n’as plus goût aux choses ou si tu as perdu confiance,
si ta foi en a pris un coup et si tu te sens ébranlé(e),
si tu as l’impression d’être incompris(e) par ta communauté...
chère sœur, cher frère, ne te laisse pas abattre... Sache que tu comprendras plus tard la sagesse et le sens de ton épreuve. Inévitablement...

Courage.
L
28 novembre 2019 08:42
Salam aliki ma soeur
Ta pas trompé mais alhamdoullilah
En dit tjr alhamdoullilah pour tt et malgré tt
Qu'Allah nous donne une pieuse femmes et pieuse descendances Amin
Citation
Nadiabel a écrit:
Oui j'ai été touchée par un évènement pareil, et oui je comprends tout ce que tu as écrit.
Merci pour tout tes postes, ça apaise.
Mais plus j'essaie de lire entre les lignes plus je perçois une certaine tristesse en toi.... Je me trompe peut-être
L
28 novembre 2019 08:42
Wa aliki Salam
Derien
Citation
lilas 13 a écrit:
Salam
Merci pour ton poste 🙏
N
28 novembre 2019 11:47
Salam alikom
Je ne sais pas quel genre de chagrin tu as eu mais sache qu'on se relève peut importe la nature du mal qu'on a eu, au fil du temps qui passait g appris que seul le temps pouvait plus au moins nous guérir, bien sûr avec l'aide de Dieu, nous sommes que passagers ici dans ce monde, je préfère y vivre souriante et curieuse d'apprendre que de pleurer et me laisser aller.
Hamdoullah comme tu dis, y aura tjrs une justice ici ou dans l'au de la chez notre Dieu, il nous faut juste un peu de patience... Patience
Que Dieu nous guide et apaise nos petits cœurs
Bonne journée à tous
28 novembre 2019 12:49
Salam L'Algérien07,

c'est à la fois beau et tellement vrai et triste ce que tu as écrit
Oui dur du les chagrins d'amour et dans ces moments là on pense également aux paroles de Daniel Balavoine dans la chanson vivre ou survivre :
Quand dans l'amour
Tout s'effondre
Toute la misère du monde
N'est rien à côté d'un adieu


Mais bon il faut bien avancer et Inch’Allah que Dieu nous fasse rencontrer une autre personne qui nous fera oublier notre chagrin.
L
28 novembre 2019 16:06
Amin okhti amin
Citation
Lys63000 a écrit:
Salam L'Algérien07,

c'est à la fois beau et tellement vrai et triste ce que tu as écrit
Oui dur du les chagrins d'amour et dans ces moments là on pense également aux paroles de Daniel Balavoine dans la chanson vivre ou survivre :
Quand dans l'amour
Tout s'effondre
Toute la misère du monde
N'est rien à côté d'un adieu


Mais bon il faut bien avancer et Inch’Allah que Dieu nous fasse rencontrer une autre personne qui nous fera oublier notre chagrin.
 
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
Facebook