Menu
Connexion Yabiladies Ramadan Radio Forum News
peut on faire la priere dans n'importe quelle langue ?
d
22 août 2005 17:25
N
22 août 2005 19:05
Salamoun alaïcoum,

Le Coran fut révéle en une langue ARABE afin qu'il n'y est pas d'ambiguité dans se lecture et dans sa comprenhension.

IL EST DONC STRICTEMENT INTERDIT DE PRIER AVEC UNE AUTRE LANGUE QUE L'ARABE.


Il est nécessaire d'apprendre le Coran afin de le lire en Arabe.

Cependant vous nétes pas obligé de parler l'arabe ou de la comprendre.

Il est seulement nécessaire que vous comprenniez vos paroles.

Salamoun amaïcoum wa rahmatoul'Ahi wa barakatou.
z
22 août 2005 19:14
Salam,


Je vous trouve un peu trop sûr de vous Neith.
Vous ne pouvez pas savoir quelles prières seront acceptées ou pas à la place de Allah SWT.

Quand j'ai commencé j'ai fait la prière de manière sincère en français et ce pour comprendre ce que je disais.
J'avais pas envie de me déguiser en péroquet qui répète sans comprendre.

Et d'ailleurs je les faisais en double, je récitais en français puis en arabe.

Même si j'ai appris à prier en arabe depuis, mais selon les versets que je prends ils sont encore en français parce que ma connaissance de l'arabe n'est pas encore acquise.

Je ne pense pas que mes prières seront refusées pour cela à partir du moment où je suis sincère.
De plus quand je m'adresse à Allah SWT, tous les jours, à n'importe quel moment et ben c'est dans ma langue maternelle.

Maintenant seul Allah SWT est juge des prières qu'on lui adresse.
Personne ne peut savoir si elle va être acceptée déjà pour soi (en arabe ou pas), alors pour les autres n'en parlons pas.

Sois sincère Dahmani dans tes efforts et dans ta prière, c'est tout ce que je te dirai et je ne peux pas dire autre chose.


Pour être musulman il faut pratiquer les 5 pilliers de l'Islam, donc la prière.
On ne doit pas attendre de maitriser la langue arabe avant de se dire musulman.
C'est du bon sens il me semble.






Modifié 1 fois. Dernière modification le 22/08/05 21:45 par zouitina.
z
22 août 2005 21:44
J'ai trouvé ceci, c'est pas mal.

La maison de l'Islam.

Question :

Je suis parti en Malaisie et y ai entendu le sermon du vendredi (khutba) en langue malaise. Est-il ainsi permis de faire ce sermon (khutba) dans une autre langue que l'arabe, par exemple en malais ou en français ?


Réponse :

Ce qui est certain c'est que le Prophète (sur lui la paix) et ses Compagnons faisaient le sermon du vendredi (khutba) en langue arabe. Maintenant, est-il permis de le faire dans une autre langue que l'arabe ? Il y a divergences d'avis sur le sujet...

Deux avis différents :


D'après la majorité des savants, il est nécessaire de faire le sermon du vendredi en langue arabe. Cet avis est celui de Mâlik, de Ash-Shâfi'î et de Ahmad ibn Hanbal. Abû Yûssuf et Muhammad ibn al-Hassan, les deux élèves de Abû Hanîfa, disent eux aussi que cela est nécessaire, et que seul celui qui ne peut pas prononcer l'arabe peut faire le sermon dans sa langue.


Abû Hanîfa est d'avis qu'il est mieux de faire le sermon du vendredi en langue arabe, mais qu'il est permis de le faire dans une langue autre que l'arabe, même pour celui qui peut prononcer l'arabe. Chaykh Khâlid Saïfullâh démontre que, comme l'a écrit Al-Haskafî, sur ce point Abû Hanîfa a gardé son avis (Jadîd fiqhî massâ'ïl, pp. 162-163). Il rapporte aussi que certains savants hanafites postérieurs ont donné sur ce point la fatwa sur l'avis de Abû Hanîfa et non de ses deux élèves (Ibid, p. 163-164).

Deux raisonnements différents :


Ceux qui sont d'avis que l'arabe est nécessaire considèrent que le Prophète l'a fait en tant que acte cultuel (ta'abbudî), exactement comme pour la prière (salât), à propos de laquelle tout le monde est unanime à dire que celui qui peut prononcer l'arabe doit réciter les formules rituelles de la prière en arabe.


Ceux qui pensent qu'il est permis de faire le sermon dans une autre langue que l'arabe pensent que, si dans la prière l'emploi de la langue arabe est certes purement cultuel (ta'abbudî), en revanche dans le sermon l'objectif est d'adresser un prêche à l'assemblée (ay yaqûl hâ'ulâi il-'ulamâ' : layssa isti'mâl ul-lugha al-arabiyya amran ta'abbudiyyan mahdhan, bal amran ma'lûlan bi 'illa) ; et le Prophète (sur lui la paix) l'a fait en arabe parce que c'était la langue que comprenaient les gens dans sa mosquée, en Arabie.

Aujourd'hui :


L'Académie Islamique de Fiqh de la Ligue Islamique Mondiale (Rabita) a, en 1982, donné la fatwa sur l'avis de Abû Hanîfa, disant qu'il était permis de faire le sermon du vendredi dans la langue du pays, mais qu'il était mieux de dire en arabe les formules d'introduction du sermon ainsi que les versets coraniques étant récités pendant le sermon, afin que les musulmans gardent un contact avec la langue arabe, langue de l'islam.


Chaykh Khâlid Saïfullâh a donné quant à lui préférence à l'avis des autres savants (ceux qui préconisent l'emploi de la langue arabe pour le sermon du vendredi (khutba). Néanmoins, il a précisé qu'il ne fallait pas dénigrer ni critiquer ceux qui avaient choisi de pratiquer l'autre avis (voir Jadîd fiqhî massâ'ïl, pp. 161-166).


Note :

Je ne comprends pas certains de mes frères qui sont hanafites (comme moi) et qui se permettent de dénigrer (pas seulement exprimer leur différence, mais dénigrer) les pays où les musulmans font le sermon du vendredi dans la langue locale. "Islam moderne", "absolument pas conforme à la sunna du Prophète", lâchent-ils.
Je ne suis pas d'accord avec ces frères. Je suis d'accord avec eux sur le fait que dans mon île, ce n'est pas une chose sensée que de faire les sermons (khutba) en langue française. En effet, le public musulman ne partageant pas ici l'avis l'autorisant, les critiques et les malentendus feraient rage. Or, préserver la communauté musulmane d'une cause inutile de grands malentendus et de dénigrement est une obligation. Je ne dis donc pas qu'il faille faire les sermons en langue française dans mon île. Mais ce à propos de quoi je ne suis pas d'accord avec les frères dont j'ai rapporté le propos, c'est qu'ils se permettent de dénigrer ceux qui disent que cela est permis et ceux qui, dans d'autres pays, appliquent cette permission et font effectivement le sermon en langue française ou malaise, etc. Or, ne pas être d'accord, c'est un fait. Dénigrer, c'en est un autre. A ces frères hanafites, je dis ceci : "Tous les dénigrements que vous adressez à ces coreligionnaires d'autres pays qui considèrent permis de faire le sermon dans la langue locale, tous ces dénigrements se dirigent en fait vers… Abû Hanîfa, qui est le seul des quatre répondants d'écoles qui a déclaré ceci permis."
Certains frères hanafites répondent à ceci : "Oui, mais quand le Prophète a fait une chose d'une certaine façon, on doit, au nom de sa sunna, la faire exactement de la même façon, même si Abû Hanîfa a dit qu'on pouvait avoir recours à d'autres formes !" La réponse qui peut être faite à ce raisonnement est : "Si tel est notre principe, alors pourquoi ne dénigrons-nous pas également le fait de donner la sadaqat ul-fitr sous forme de monnaie ? Le Prophète (sur lui la paix) et les Compagnons ne l'avaient donnée que sous forme de denrées alimentaires, et c'est l'école hanafite qui, seule, a permis de la donner sous forme de monnaie, au nom, ici aussi, de la prise en compte de l'objectif !" Je suis donc du même avis que Chaykh Khâlid Saïfullâh : faisons, pour notre part, le sermon en langue arabe, exprimons également une différence d'avis ; mais pour l'amour de Dieu, ne dénigrons pas !

Wallâhu A'lam (Dieu sait mieux).
N
22 août 2005 22:18
Salamoun alaïcoum,


zouitina a écrit:
-------------------------------------------------------
> Salam,
>
>
> Je vous trouve un peu trop sûr de vous Neith.
> Vous ne pouvez pas savoir quelles prières seront
> acceptées ou pas à la place de Allah SWT.


Ma soeur, jamais ne me permettrez cela et vous le savez.

D'ailleur je ne fait pas une seul fois alusion au mot "valide" dans mon message.


Je pense que vous avez mal interprettez mon message et cela et SANS DOUTE DU AU MANQUE D'ARGUMENTATION.

Qu'ALLAH pardonne nos fautes, Amine.


La priére doit être faite en Arabe.


>
> Quand j'ai commencé j'ai fait la prière de manière
> sincère en français et ce pour comprendre ce que
> je disais.
> J'avais pas envie de me déguiser en péroquet qui
> répète sans comprendre.


Croyez moi oukthi il en est de même pour tous les débutants et pensez bien que la fiérté d'un homme rend la chose bien plus humiliante.

Mais pourtant nous le faisons.


Il ne faut pas ici généraliser le mot "PRIERE" en le confondent avec "DOUAS" :

L'orsque je m'adresse à Dieu, tous les jours, je me forule tantôt en Arabes pour DES INVOCATIONS PARFAITES et tantôt en Francais pour des INVOCATIONS PERSONNELLES


>
> Et d'ailleurs je les faisais en double, je
> récitais en français puis en arabe.
>
> Même si j'ai appris à prier en arabe depuis, mais
> selon les versets que je prends ils sont encore en
> français parce que ma connaissance de l'arabe
> n'est pas encore acquise.


Qu'ALLAH augmente votre savoir, Amine.

IL N'EST PAS PRIMORDIAL DE COMPRENDRE MOT POUR MOT CE QUE VOUS DITES, IL EST JUSTE NECESSAIRE DE SAVOIR CE QUE VOUS DITES.

>
> Je ne pense pas que mes prières seront refusées
> pour cela à partir du moment où je suis sincère.
> De plus quand je m'adresse à Allah SWT, tous les
> jours, à n'importe quel moment et ben c'est dans
> ma langue maternelle.



Oukthi, je n'ai parlé de la validité des priéres, veuillez m'excusez si je me suis mal formulé.

Qu'ALLAH pardonne nos fautes, Amine.


Chaqu'un le fait en sa langue, sûr, mais cela n'est pas une priére, c'est une douas hors LES DOUAS SE FONT DANS TOUTES LES LANGUES.



>
> Sois sincère Dahmani dans tes efforts et dans ta
> prière, c'est tout ce que je te dirai et je ne
> peux pas dire autre chose.
>
>

Amine.



> Pour être musulman il faut pratiquer les 5
> pilliers de l'Islam, donc la prière.
> On ne doit pas attendre de maitriser la langue
> arabe avant de se dire musulman.
> C'est du bon sens il me semble.
>
>

En effet, cependant on ne peut réciter la FATIHA QU'EN LANGUE ARABE.

Je vous farai parvenir incha'ALLAH un texte qui vous en informera.

Barak ALLAH hou fikoum

Salamoun alaÏcoum wa rahmatoul'Ahi wa barakatou.
N
22 août 2005 22:21
Salamoun alaïcoum,

Voici un texte qui incha'ALLAH vous sera untile :


Question :


Comment faire quand quelqu’un avance pour diriger la prière puis se met subitement à réciter la Fatiha en anglais ? Les fidèles priant derrière lui doivent-ils interrompre leur prière ou la poursuire avec lui ?

Réponse :

Louange à Allah

Vous attirez son attention en disant : Soubhna Allah. S’il s’amende (tant mieux). Autrement, vous le quittez et priez sans lui, car il ne vous est pas permis de continuer votre prière derrière lui. Allah le sait mieux.



Islam Q&A (www.islam-qa.com)


Salamoun alaÏcoum wa rahmatoul'Ahi wa barakatou.
z
22 août 2005 22:22
Salam,

Je n'ai jamais récité Al Fatiha autrement qu'en arabe.
T
22 août 2005 22:33
Salam,

Comme souvent, je suis en accord avec Zouitina.

D'abord, il serait étonnant que Dieu soit en incapacité de comprendre toutes les langues de la terre Winking smiley

Le Prophète (pbsl) ne s'est probablement jamais posé la question. Il ne s'est adressé qu'à des personnes parlant arabe. Par contre, l'on sait qu'avec les conquêtes, la langue arabe a mis beaucoup de temps à se diffuser, plus lentement que la religion, notamment en Berbérie (cf Histoire de l'Afrique du Nord de Jullien)

Il faut probablement distinguer les cinq prières quotidiennes (salât). A base de versets du Coran dont la beauté n'est totalement exprimable qu'en arabe. Quand on ne connait pas encore la langue, le mieux c'est de posséder un coran phonétique (on en trouve, ex. dans la traduction des commentaires d'Ibn Kathir) et d'avoir la traduction en Français. En même temps, cela apprends la langue.

La prière de dû'a, que la croyante ou le croyant exprime en toute circonstance, chaque fois qu'il veut implorer ou remercier Dieu, pour ses difficultés, ses craintes, ses joies. La langue natale me parâit devoir venir naturellement, mais pourquoi pas l'arabe s'il est couramment parlé.

Le sermon : l'efficacité voudrait qu'il soit en langue du pays. On peut aussi le faire en arabe puis dans cette langue (ou l'inverse). Dans les régions frontalières de la France (et pas seulement frontalières), jusque dans les années 70, c'était courant dans les églises : alsacien et français, flamand et français, breton ou basque et français... Jamais en latin Winking smiley Sauf paraît-il au Vatican Smiling Smiley

Amicalement
z
22 août 2005 23:11
Salam Neith,

et merci pour vos précisionsSmiling Smiley.

Mais:

> IL N'EST PAS PRIMORDIAL DE COMPRENDRE MOT POUR MOT
> CE QUE VOUS DITES, IL EST JUSTE NECESSAIRE DE
> SAVOIR CE QUE VOUS DITES.

Il est primordial pour moi de comprendre mot pour mot tout ce que je dis.
Rien ne sortira de ma bouche sans avoir été compris, pensé et réfléchi.
C'est le minimum afin d'être sincère.
Smiling Smiley


l
23 août 2005 00:32
salam
je voulais juste conclure et dire qu'il faut -ABSULEMENT- FAIRE les 5 prieres ou n'importe kel priere en langue arabe et rien ke en arabe ceci ve dire pour bien comprendre kand tu fais la priere de fajr par exemble tu va comencer par allahoakbar et pas par dieu et grand ex kand tu fini ta priere tu pe demander a dieu ce ke tu ve soit en arabe soit en berbere ou meme en tamoul! wa el hamdo lillahi rabi el alamin
N
23 août 2005 15:27
Salamoun alaïcoum,


LA RECITATION DANS UNE AUTRE LANGUE QUE L’ARABE EN PRIERE



Q : Est-ce que la prière dans une autre langue que l’Arabe est permise ?

R : Il est interdit de faire la prière dans une langue autre que l’Arabe pour celui qui en a la capacité.

Le musulman doit apprendre en arabe ce qu’il ne peut ignorer de sa religion, comme la sourate de l’ouverture (el fatiha), le tachaoud, le tasmihou (dire ; sami Allahou liman hamida après le lève de l’inclinaison), le tahmide (dire ; hamdou lilah), le tasbih (dire ; soubhannallah pendant l’inclinaison) de l’inclinaison et de la prosternation et rabi irefirli entre les deux prosternations et le taslim (dire ; es salem ailaikom).

Mais celui qui n’a pas la capacité d’apprendre la langue arabe, il lui est permis de faire ses invocations dans sa langue excepté ‘la Fatiha’. Car sa lecture dans une autre langue n’est pas acceptée, de même que pour les autres chapitres du coran. S’il ne le peut alors, il la remplace par el tasbih ( dire ; soubhannallah), el tahmid (dire ; Hamdoulilah), el tahlil (dire ; la ilaha il allah) ou el takbir (dire ; Allahou Akbar).

D’après le hadith de Abdallah Ibn Abi Awfa (qu Allah soit satisfait de lui) où un homme est venu voir le prophète et lui a dit : « Je ne peux rien retenir du Coran, apprend moi ce qui m’en dispenserait ». Il a répondu ; « dis : soubhannallah wa Hamdoulilah wa Allahou Akbar wa la haoula wa la qouata ila billah el adhim ». Le hadith a été rapporte par ahmed, Abou Daoud, Nassai, et a été reconnu authentique par Ibn Aban, Daractny, ainsi que par El Hakim,

selon la parole d’Allah (qu’Il soit glorifié) :




"Craignez Allah, donc autant que vous pouvez." (sourate 'la grande perte' verset 16)

Et également d’après la parole du prophète (que la prière et le salut d'Allah soient sur lui) : « Accomplissez autant que vous pouvez ce que je vous ai ordonné ».

Et ce, jusqu’à ce qu’il apprenne la langue arabe, il doit donc s’empresser de le faire.

Et c’est d'Allah que vient le succès, que la prière d’Allah et son salut soit sur notre prophète Mohamed, sa famille et ses compagnons

Fatwa du comité permanent :



Membre : Abdallah ibn qouh´oud
Vice-président : Abdrazeq hafifi
Président : Abdelaziz ibn Abdallah ibn Baz
Page 401, tome 6, fatwa numéro : 4211

Salamoun alaïcoum wa rahamtoul'Ahi wa barakatou.
B
23 août 2005 17:03
Et pendant ce temps là...

On diffuse des émissions evangéliques en Arabe, francais, Tachelhite et en Tarifite sur le satellite ...









un seul mot : Srebrenica
z
23 août 2005 21:48
Salam Neith,

Merci infinimentSmiling Smiley

ça rejoint ce que je disaisSmiling Smiley.




Modifié 1 fois. Dernière modification le 23/08/05 21:51 par zouitina.
N
24 août 2005 12:06
Salamoun alaïcoum,


zouitina a écrit:
-------------------------------------------------------
> Salam Neith,
>
> Merci infiniment
>
> ça rejoint ce que je disais.
>


Wa Fikoum Barak ALLAH.

P.S. : C'est souvent le manque d'argumentation de notre part qui fait diverger le peuple Musulman bien qu'en réalité, nous sommes tous du même avis.


Wa ALLAH hou Alem


Salamoun alaïcoum wa rahamtoul'Ahi wa barakatou.
N
25 août 2005 12:24
Salamoun alaïcoum,

Question :

Je ne parle pas l’arabe et je veux faire des invocations pendant la prière, par exemple, pendant la prière dite de tahadjdjud quand la prosternation est prolongée. M’est-il permis de formuler des prières dans ma langue en attendant d’apprendre l’arabe ?

Réponse :

Louange à Allah

Oui, il est permis d’utiliser une langue autre que l’arabe pour celui qui ne peut pas s’exprimer en cette langue. Cependant le musulman doit apprendre de l’arabe le strict nécessaire pour la validité de ses actes cultuels.

Cheikh Abd al-Karim al-Khoudayr. (www.islam-qa.com)

Salamoun alaïcoum wa rahamtoul'Ahi wa barakatou.
O
26 août 2005 12:26
Bismillah r-rahmani r-rahim
Salam aleykoum wa rahmatoullahi wa barakatouh

Salam à tous,



Question : Je me suis converti à l’Islam – Allah soit loué - mais je ne connais pas l’arabe .Que dois-je faire concernant le dhikr et la récitation du Coran ?


Réponse :

Louange à Allah

La majorité des juriconsultes soutiennent que le non-arabe qui maîtrise l’arabe ne peut pas légalement prononcer le takbir dans une autre langue. La preuve en est que les textes recommandent l’usage de cette formule arabe : Allhou akbar et le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) n’en avait jamais utilisé une autre.

S’il s’agit d’un non-arabe qui ne maîtrise pas l’arabe et ne peut même pas prononcer cette formule, la majorité des juriconsultes soutiennent qu’il lui suffit d’en traduire le sens en sa propre langue, quelle qu’elle soit .C’est ce que déclarent shafi’ites et hanbalites. En effet, le takbir est une mention d’Allah le Très Haut. Or cette mention peut se faire en toute langue. La langue autre que l’arabe peut y être substituée à celui-ci. Mais l’intéressé doit toujours apprendre à prononcer la formule en arabe. Cette divergence de vues s’étend à tous les dhikr de la prière comme le tashahhou, le qounout, les invocations des tasbih , de génuflexion et de prosternation.

Quant à la lecture du Coran, la majorité des ulémas déclarent qu’elle n’est autorisée qu’en arabe. Cet avis se fonde sur les propos du Très Haut : « Nous l' avons fait descendre, un Coran en (langue) arabe..» (Coran,12 :2). Il se repose encore sur le fait que le Coran est inimitable dans ces mots et ses sens.Si on le modifie, il perd son agencement et cesse d’être Coran et devint un commentaire.Voir al-mawsou’a al-fiqhiyya,tome 5 : a’adjami.

Ibn Qudama (Puisse Allah lui accorder sa miséricorde) dit : chapitre : il ne lui suffit pas de réciter dans une langue autre que l’arabe ni de substituer d’autres termes arabes aux termes des textes à réciter, même s’il prononce correctement les termes par lui même choisis. Et ce compte tenu des propos du Très Haut : « Coran arabe » et : « en une langue arabe claire » et compte tenu du fait que le Coran est inimitable en ses mots , en son sens et que si on le modifie, il perd son agencement, et n’est plus ni Coran ni son équivalent, mais un simple commentaire.Or , si le commentaire du Coran égalait le Coran, les Arabes n’auraient pas été incapables d’en produire une imitation quand il leur fut lancé le défi de produire une sourate égale à celles du Coran.

Si l’intéressé ne maîtrise pas l’arabe, il doit l’apprendre. S’il s’en abstient tout en étant capable, sa prière est invalide. S’il n’en est pas capable ou craint l’écoulement du temps et connaît un verset de la Fatiha, il doit le répéter sept fois. S’il en connaît plus, il répète ce qu’il sait, quitte probablement à le compléter par des versets d’ailleurs. S’il n’en sait qu’une portion de verset, il n’ a pas à la répéter, mais il peut passer à d’autres , car le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) avait donné à une personne qui ne savait pas lire le Coran l’ordre de dire : « al-hamdou lillahi » et d’autres (mots).Ce qui ne constitue qu’une portion de verset. Il ne lui avait pas donné l’ordre de le répéter. Si l’intéressé ne maîtrise rien de la Fatiha, mais sait par cœur d’autres parties du Coran, il lui est permis de réciter des parties sues l’équivalent de la Fatiha, sans quoi sa prière resterait invalide. Cela se fonde sur un hadith rapporté par Abou Dawoud d’après Rifa’a ibn Raf’i selon lequel le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a dit : « Quand tu entres en prière, récite ce que tu sais du Coran.Si tu n’en sais rien, dis : « al-hamdou lillahi, laa ilaha illa Allah,Allahou akbar. » car ces formules véhiculent le même sens que la Fatiha et elles doivent être répétées autant de fois que le nombre des versets de la Fatiha (=7).Si l’intéressé ne connaît rien du Coran et ne peut pas l’apprendre avant l’écoulement du temps ( de prière), il doit dire : « soubhana Allah,wal-hamdou lillahi,wa laa ilaha illa Allah wa Allahou akbar, wa laa hawla wa laa qouwwata illa billahi » compte tenu de ce hadith rapporté par Abou Dawoud : « Un homme vint dire au Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) : « Je ne peux rien réciter du Coran, apprends moi en une partie pouvant me suffire. » Le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui ) lui dit : « Dis : soubhana Allah,wal-hamdou lillahi,wa laa ilaha illa Allah wa Allahou akbar, wa laa hawla wa laa qouwwata illa billahi . »Allah le Très Haut le sait mieux.


Islam Q&A
Sheikh Muhammed Salih Al-Munajjid (www.islam-qa.com)


Si qq'un a une autre fatwa d'un autre savant ça m'arrangerait, mais pour l'instant c'est la seule fatwa que j'ai trouvé sur le sujet !

Par contre, tu peux dire les invocations en français


Question :

Je ne parle pas l’arabe et je veux faire des invocations pendant la prière, par exemple, pendant la prière dite de tahadjdjud quand la prosternation est prolongée. M’est-il permis de formuler des prières dans ma langue en attendant d’apprendre l’arabe ?

Réponse :

Louange à Allah

Oui, il est permis d’utiliser une langue autre que l’arabe pour celui qui ne peut pas s’exprimer en cette langue. Cependant le musulman doit apprendre de l’arabe le strict nécessaire pour la validité de ses actes cultuels.


Cheikh Abd al-Karim al-Khoudayr. (www.islam-qa.com)


Tu sais ma soeur, je suis également convertie et je t'assure que ce n'est pas difficile d'apprendre la salat phonétiquement, ainsi que les petites sourates. Bien sur, la prononciation n'est pas parfaite, mais Allah te récompensera grandement de l'effort que tu fais.

Je te conseille d'apprendre petit à petit peu. D'abord la fatiha, puis une petite sourate, puis les formules de la prière une par une. Le mieux, c'est de pouvoir réciter à une autre soeur, qu'elle puisse te corriger tes erreurs.

Moi j'ai commencé à faire la prière sans connaître tout par coeur, et je me souviens que j'étalais des fiches tout autour du tapis. Peu à peu c'est entrée hamdoulillah.

Bref, c'est pas compliqué, ne t'inquiètes pas.

Il existe des livres qui explique très bien comment faire la salat, avec les paroles en phonétique, ainsi que des sites pour apprendre.

Salam aleykoum wa rahmatoullahi wa barakatouh

Ouahiba
A
8 août 2015 00:12
Les musulmans du monde utilisent différentes langues pour la prière: urdu, hindi, turc,
Les gens qui disent ce qu'il faut faire en islam sont en majorité ignorants. Ils ne connaissent rien ni de l'histoire de l'islam, ni celle du Coran, ni celle des pays arabes, ni les grands auteurs arabes et musulmans de l'époque classique.
 
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
Facebook