Menu
Connexion Yabiladies Islam Radio Forum News
Le manque de pratique entraine des disputes avec mon mari
a
25 décembre 2012 22:34
Salam wa aylikoum,

Je suis mariée depuis 2 ans avec un homme plein de qualités (gentil, généreux, compréhensif, drôle,
intelligent, patient...). Malheureusement, lorsque je l'ai rencontré, il n'en était nulle part au niveau de la pratique religieuse. Il jeunait et ça s'arrêtait à ça. Pourquoi ? Tout d'abord parce que ses parents ne lui ont rien appris, ils jeunent et sa mère prie (pas son père) malgré qu'ils connaissent beaucoup de choses ils n'ont rien transmis à leurs enfants. Ensuite, son cercle d'amis était composé principalement de français et avant moi, il était avec une française depuis des années. Ce qui signifie qu'il n'a pas eu d'enseignement, ni d'influences au niveau religion.

Lorsque je l'ai rencontré, il ne priait pas. Comme je n'envisageais pas de me marier avec lui, je trouvais cela triste mais cela ne me concernait pas directement.
Ensuite, ses qualités ont fait que je suis tombée amoureuse de lui. Je l'ai petit à petit introduit dans mon 'univers' religieux. Je lui parlais de religion, de la prière... J'ai été très très surprise de constater à quel point il était ignorant. Il ne connaissait même pas la fatiha... J'en voulais à ses parents de ne rien lui avoir transmis... Je lui ai donc appris la fatiha et puis les sourates de base pour qu'il puisse commencer à prier. Il les a étudiées et il a commencé la prière (avant le mariage). C'était une des conditions pour moi. Mon autre condition était qu'il chemine, avec moi, vers le droit chemin (je suis loin d'être parfaite et je voulais avancer avec mon mari). Il était d'accord.

Une fois marié, il a continué à faire ses prières, je l'ai convaincu de suivre des cours de religion avec moi. Après plusieurs disputes, il a finalement suivi quelques cours.
Aujourd'hui, cela fait quelques mois qu'il manque (selon moi) à notre vie, de la spiritualité. A part les 5 prières et le coran que je met parfois, il n'y a rien d'autre. On passe du temps devant la télé, on regarde des films, on va au cinéma, etc. Et on parle très peu de Dieu, de l'islam. Et quand on en parle ça vient de moi. Toujours de moi... On s'est disputé récemment parce que je lui ai proposé qu'on apprenne une nouvelle sourate ensemble. Il m'a répondu "non, je n'ai pas envie". Cette réponse m'a choquée !

Comment ne pas avoir envie d'apprendre une sourate alors qu'il n'en connait que 4 à l'âge de 33 ans!
Ca me choque tellement et ca me tue de devoir me disputer pour ça.
Je ne sais plus comment aborder les choses... Pendant le ramadan, on a signé un contrat des choses à apprendre pendant ce mois saint. Parmi elles, la lecture du coran, l'apprentissage d'une nouvelle sourate... Il a lu une petit partie du coran mais n' a pas appris de nouvelle sourate. Il me paraissait logique de revenir à ça et d'apprendre une sourate. Bref, je suis choquée parce qu'avec toutes ces années de non pratique, je trouve que c'est la moindre des choses d'apprendre des sourates, d'apprendre sa religion... Je suis frustrée qu'il ne partage pas cela avec moi et je me sens 'responsable'
et cela cause de grosses disputes. C'est comme si notre 'contrat' celui de cheminer ensemble n'était pas respecté
Avez-vous vécu la même chose ?
Comment vous en êtes vous sortis ?
Qu'en pensez-vous ?
25 décembre 2012 23:18
coucou anissa

La religion c'est avant tout la foie, c'est la foie qui donne envie de faire toute ces choses , lire le coran apprendre des sourates pratiquer apprendre ... je dirais que ton mari manque de foie

je sais par expérience personnelle que quand l " imane" est faible alors on se désintéresse de tout ce qui touche à la religion ... par contre quand notre " imane " se renforce et bien on est motivé et on fait tout comme il faut ...

A mon avis il ne surtout pas lui mettre la pression sinon il va encore plus s'éloigner du chemin religieux ... uen réaction somme toute normale ...

si j'étais toi je lui imprimerais des extraits du coran avec l'explication en français, ou bien des hadiths idem avec les explications ... je regarderais des films ou des documentaires avec lui qui parle de la religion ; choisis bien les sujet des hadiths et des extraits, fait en sorte que se soit des sujets qui l'intéresse et qui encourage par des extraits concernant l'enfer ect ...

Si il veut des enfants , évoque les deux sujets ensemble, genre " je t'imagines déjà entrain d'apprendre a un petit garçon qui te ressemble alfatiha , je serais fier ..."

quand il rentre fais en sorte qu'il trouve à la TV une chaîne religieuse avec un savant qui parle, il écoutera au moins quelques minutes même inconsciemment et ça va le travailler avec le temps ...

faites votre prière ensemble

il existe des livres qui raconte l'histoire de l'islam , peut-être aime-t-il lire ?

n'essaie pas de le convaincre par la peur , parce que franchement moi on a utilisé cette méthode avec moi et plus on me parlait de haram et d'enfer plus je m'éloignais... persuades plutôt le en évoquant les
éléments rassurant et positifs, il y en a tellementttt Smiling Smiley

bref soit subtil, les disputes ne feront que mettre de la distance entre vous et oublie cette histoire de contrat , adapte toi à la situation présente et fais en sorte qu'il ai la foie pas qu'il fasse ce que tu veux pour éviter les clash

voilà mon conseil , soit subtil et essaie de renforcer sa foie il deviendra pratiquant a 300% et de lui même ...

bon courage Smiling Smiley
25 décembre 2012 23:27
Salam

Je t'ai lu attentivement.Je trouve votre parcours de vie exemplaire mais ce qui m'a étrangement sauté aux yeux c'est le "moi,je" "moi,je".
Un couple ce sont deux individualités,deux personnalités différentes et les rythmes sont différents.
Je trouve que ce qui a été accompli est déjà admirable mais comme toute femme digne de ce nom : tu es insatiable.
Ton mari n'a jamais dit non jusqu'alors,il a toujours abondé dans ton sens car au fond de lui,il sait bien qu'il agit pour un bien.
Cependant vous avez deux cheminements différents,tu ne peux sous prétexte que tu dresses un constat de manque de "foi" renouvelée au quotidien exercer une pression supplémentaire pour satisfaire ton désir de plénitude religieuse.

Tu es à ton écoute et sûre de ton bon droit tu vas vers une imposition à autrui même si la finalité,et la volonté est bonne : le moyen adopté est contre-productif et irrespectueux du jugement et du libre-arbitre de l'autre.
Il ne s'agit pas ici d'un enfant auquel tu veux dicter un rythme mais d'un homme adulte et responsable qui prie qui est devenu conscient de ses obligations.

Je trouve la méthode un peu égoïste sous couvert de bons sentiments,il faut que tu te modères un peu à mon sens car tu risques de voir sous la pression tous les efforts de ton époux voler en éclats.

Tout est perfectible,tout le temps,tu souhaiterais que cette démarche soit commune elle le sera inchallah mais parfois en faisant dans la douceur,en te mettant seule à apprendre cette nouvelle sourate peut-être aurais-tu déclencher cette volonté de faire par mimétisme et dans la douceur les choses peuvent se faire naturellement et ça passe beaucoup mieux.
On évite ainsi de braquer les êtres auxquels on tient le plus.

Je serai toi,j'irai vers lui et je m'excuserai pour avoir outrepassé certaines limites : celles de son libre-arbitre.C'est un homme adulte il a aussi le droit de dire non.
Je lui expliquerai mon ressenti en arguant du fait que prise dans ma volonté de bien faire pour les deux,de partager cela avec lui j'avais perdu de vue que je me devais aussi de respecter son rythme et son libre choix.

Kheir inchallah
L
25 décembre 2012 23:37
Il est fréquent qu’au sein d’un couple la pratique religieuse ne soit pas équilibrée. Il arrive que l’époux soit très impliqué dans la religion et que son épouse ait une pratique religieuse moins intense ou vice versa. Cette situation, qui pèse sur le couple mais aussi sur la foi, risque d’entraîner des conflits mais aussi une régression dans la pratique religieuse. La base de cette différence repose sur plusieurs choses : l’éducation (comment a-ton appris la religion), la connaissance/science, et forcement la foi. Il est donc assez courant, de nos jours, que le couple ne soit pas sur la même « longueur d’onde religieuse ».

Comment faire alors pour conserver une bonne entente au sein du couple et comment ne pas tomber dans le conflit ?

Il est très facile de tomber dans le piège de shaytan (qu’Allah nous en protège) qui a pour mission de nous séparer de l’être aimé. Eviter le conflit sur ce sujet va donc être un véritable parcourt du combattant. Lorsque l’on aime, on ne souhaite que le bien pour l’autre, notre envie qu’il/elle s’implique dans la religion fait parti des preuves d’amour. Dès lors, il ne faudrait pas faire de cette preuve d’amour un source de tensions.

Je souhaite que mon/ma conjoint(e) s’applique davantage : Soit on accepte de voir son ou sa conjoint(e) pratiquer à sa façon (faiblement ou intensément mais sans concessions) soit on agit.

Tout d’abord, il est primordiale de s’armer de patience. Car forcer quelqu’un à changer en le bousculant ne fera jamais avancer les choses de la bonne façon. Il ou Elle va se sentir forcé(e) et ne fera pas les choses avec la bonne intention, chose qui est capitale dans notre religion. Ne désespérez pas en invoquant Allah pour celui ou celle qui partage votre vie.

Si vous souffrez de cette situation, demandez à votre époux ce qu’il en ait pour lui. Est ce que cette différence ledérange ? est ce qu’il s’est aperçut de votre mal aise ? … la communication fait partie des piliers d’un couple. La discussion ne doit pas tourner en jugement, reproches… qui finirait en conflits et risquerait d’entraîner vexation, humiliation et pourrait braquer l’autre. Il s’agit là de se confier et mettre à plat une situation qui pour vous est difficile à vivre. Il est important de montrer à l’autre que son manque d’implication vous peine. (si il ne le sait pas, il ne changera pas)

Motiver quelqu’un n’est pas si évident que cela, et il arrive que lorsque l’on est toujours la même à pousser l’autre vers le haut, on se décourage et on baisse les bras. Il serait alors bien qu’une personne extérieure au couple prenne le relais de temps en temps, l’invite à aller à la mosquée, ou a une conférence, … proposer des activités religieuses qui ne vous implique pas. Parfois, le couple doit se retrouver en dehors de la religion, de même qu’il se retrouve en dehors du travail. Ils pratiqueront alors séparément de temps à autre, de quoi avoir une activité en solitaire (certains préfèrent) et permet d’échanger (d’avoir une conversation et un partage) lorsqu’ils se retrouvent.

Il arrive également que la différence de pratique soit très importante à tel point que celui qui ne fait quasiment plus rien entraîne involontairement l’autre dans la paresse. Un double combat donc, qui nécessite d’être entourée. Ce sont vos amies (du même sexe !) ou votre famille chez qui vous pouvez trouver refuge et chercher le partage de la pratique que vous ne trouvez pas avec l’être aimé. Cela ne vous empêche pas, de motiver par petite touche, votre époux. Il faudra agir dans la patience et la douceur, car motiver quelqu’un en montrant son agacement ne rendra pas la chose aisée. Montrez qu’en pratiquant vous êtes épanouie heureuse et surtout sereine.

Enfin, il arrive que le couple ne vive pas sa foi de la même manière, que l’un motive sa foi par la méditation en solitaire par exemple alors que l’autre ait besoin d’actes concrets et visibles pour vivre pleinement sa foi. Il faudra alors que chacun des deux se comprennent (discussion) et partage un peu de la pratique de l’autre, sans imposer, juste histoire de saisir l’adoration de l’autre et de la tolérer.
a
25 décembre 2012 23:39
Citation
PlifPlafPlouf a écrit:
Salam

Je t'ai lu attentivement.Je trouve votre parcours de vie exemplaire mais ce qui m'a étrangement sauté aux yeux c'est le "moi,je" "moi,je".
Un couple ce sont deux individualités,deux personnalités différentes et les rythmes sont différents.
Je trouve que ce qui a été accompli est déjà admirable mais comme toute femme digne de ce nom : tu es insatiable.
Ton mari n'a jamais dit non jusqu'alors,il a toujours abondé dans ton sens car au fond de lui,il sait bien qu'il agit pour un bien.
Cependant vous avez deux cheminements différents,tu ne peux sous prétexte que tu dresses un constat de manque de "foi" renouvelée au quotidien exercer une pression supplémentaire pour satisfaire ton désir de plénitude religieuse.

Tu es à ton écoute et sûre de ton bon droit tu vas vers une imposition à autrui même si la finalité,et la volonté est bonne : le moyen adopté est contre-productif et irrespectueux du jugement et du libre-arbitre de l'autre.
Il ne s'agit pas ici d'un enfant auquel tu veux dicter un rythme mais d'un homme adulte et responsable qui prie qui est devenu conscient de ses obligations.

Je trouve la méthode un peu égoïste sous couvert de bons sentiments,il faut que tu te modères un peu à mon sens car tu risques de voir sous la pression tous les efforts de ton époux voler en éclats.

Tout est perfectible,tout le temps,tu souhaiterais que cette démarche soit commune elle le sera inchallah mais parfois en faisant dans la douceur,en te mettant seule à apprendre cette nouvelle sourate peut-être aurais-tu déclencher cette volonté de faire par mimétisme et dans la douceur les choses peuvent se faire naturellement et ça passe beaucoup mieux.
On évite ainsi de braquer les êtres auxquels on tient le plus.

Je serai toi,j'irai vers lui et je m'excuserai pour avoir outrepassé certaines limites : celles de son libre-arbitre.C'est un homme adulte il a aussi le droit de dire non.
Je lui expliquerai mon ressenti en arguant du fait que prise dans ma volonté de bien faire pour les deux,de partager cela avec lui j'avais perdu de vue que je me devais aussi de respecter son rythme et son libre choix.

Kheir inchallah


Merci d'avoir lu mon post de manière si attentive (il était long!). Merci pour ce conseil nuancé
et pertinent. Effectivement, mon désir prend le dessus. Je le vois comme une sorte de 'mission', de "devoir" de ma part vis à vis de Dieu. C'est comme si j'étais responsable, je l'ai épousé, c'est un choix qui a été fait avec des conditions. Et ne pas voir ces conditions totalement respectées c'est comme si j'étais en faute vis à vis de Dieu. Il y a d'une part une frustration personnelle, de voir mon rêve de cheminer avec mon mari ne pas se réaliser et d'autre part, une culpabilité vis à vis de Dieu.
a
25 décembre 2012 23:41
Citation
souka.1988 a écrit:
coucou anissa

La religion c'est avant tout la foie, c'est la foie qui donne envie de faire toute ces choses , lire le coran apprendre des sourates pratiquer apprendre ... je dirais que ton mari manque de foie

je sais par expérience personnelle que quand l " imane" est faible alors on se désintéresse de tout ce qui touche à la religion ... par contre quand notre " imane " se renforce et bien on est motivé et on fait tout comme il faut ...

A mon avis il ne surtout pas lui mettre la pression sinon il va encore plus s'éloigner du chemin religieux ... uen réaction somme toute normale ...

si j'étais toi je lui imprimerais des extraits du coran avec l'explication en français, ou bien des hadiths idem avec les explications ... je regarderais des films ou des documentaires avec lui qui parle de la religion ; choisis bien les sujet des hadiths et des extraits, fait en sorte que se soit des sujets qui l'intéresse et qui encourage par des extraits concernant l'enfer ect ...

Si il veut des enfants , évoque les deux sujets ensemble, genre " je t'imagines déjà entrain d'apprendre a un petit garçon qui te ressemble alfatiha , je serais fier ..."

quand il rentre fais en sorte qu'il trouve à la TV une chaîne religieuse avec un savant qui parle, il écoutera au moins quelques minutes même inconsciemment et ça va le travailler avec le temps ...

faites votre prière ensemble

il existe des livres qui raconte l'histoire de l'islam , peut-être aime-t-il lire ?

n'essaie pas de le convaincre par la peur , parce que franchement moi on a utilisé cette méthode avec moi et plus on me parlait de haram et d'enfer plus je m'éloignais... persuades plutôt le en évoquant les
éléments rassurant et positifs, il y en a tellementttt Smiling Smiley

bref soit subtil, les disputes ne feront que mettre de la distance entre vous et oublie cette histoire de contrat , adapte toi à la situation présente et fais en sorte qu'il ai la foie pas qu'il fasse ce que tu veux pour éviter les clash

voilà mon conseil , soit subtil et essaie de renforcer sa foie il deviendra pratiquant a 300% et de lui même ...

bon courage Smiling Smiley

Merci pour ton témoignage :-) Effectivement, les choses doivent venir dans un climat positif. J'espère que le déclic se fera pour mon mari comme cela a été fait pour toi.
26 décembre 2012 09:44
Salam,

Moi je serais toi je ne le forcerai pas ca ne sert à rien à part le pousser à faire l'inverse de ce que tu veux.

C'est bien de vouloir le meilleur pour ton époux mais tu n'as pas le droit de le juger, seul Dieu à ce droit.

Contente toi de le laisser pratiquer sa foi comme il le désire, apprend des sourates devant lui, met du Coran, regarde la chaine où il montre le pélerinage à la mecque, recite du coran devant lui sans lui faire la moindre reflexion ca lui donnera envie je pense.

Kheir in sha Allah
Bon courage ma soeur, Allah y sahel
L
26 décembre 2012 10:23
Salam,

Tu te mets avec un homme non pratiquant et non pieux. Ensuite, tu t etonnes qu il n ait pas la flamme de la religion.

C est deja beaucoup qu il fasse les prieres.

Si il etait crucial pour toi de te marier avec un homme vraiment dans le dine, il fallait y reflechir avant.
s
26 décembre 2012 10:52
salam
je suis complétement d'accord avec plifplaplouf
il a fait bcp,
c son max à lui
tu ne dois te comparer à personne d'autre..pt etre que toi tu ne vaux rien aux yeux d'un autre....
il ne boit pas ,prie ,ramadan zakat....que veux tu d'autres???
aprés c à lui de faire le reste avec l'aide d'Allah ...tu ne peux obliger personne.
maintenant je crois que tu lui cherches des défauts qu'il n'a peut être pas.
26 décembre 2012 12:58
Citation
PlifPlafPlouf a écrit:
Salam

Je t'ai lu attentivement.Je trouve votre parcours de vie exemplaire mais ce qui m'a étrangement sauté aux yeux c'est le "moi,je" "moi,je".
Un couple ce sont deux individualités,deux personnalités différentes et les rythmes sont différents.
Je trouve que ce qui a été accompli est déjà admirable mais comme toute femme digne de ce nom : tu es insatiable.
Ton mari n'a jamais dit non jusqu'alors,il a toujours abondé dans ton sens car au fond de lui,il sait bien qu'il agit pour un bien.
Cependant vous avez deux cheminements différents,tu ne peux sous prétexte que tu dresses un constat de manque de "foi" renouvelée au quotidien exercer une pression supplémentaire pour satisfaire ton désir de plénitude religieuse.

Tu es à ton écoute et sûre de ton bon droit tu vas vers une imposition à autrui même si la finalité,et la volonté est bonne : le moyen adopté est contre-productif et irrespectueux du jugement et du libre-arbitre de l'autre.
Il ne s'agit pas ici d'un enfant auquel tu veux dicter un rythme mais d'un homme adulte et responsable qui prie qui est devenu conscient de ses obligations.

Je trouve la méthode un peu égoïste sous couvert de bons sentiments,il faut que tu te modères un peu à mon sens car tu risques de voir sous la pression tous les efforts de ton époux voler en éclats.

Tout est perfectible,tout le temps,tu souhaiterais que cette démarche soit commune elle le sera inchallah mais parfois en faisant dans la douceur,en te mettant seule à apprendre cette nouvelle sourate peut-être aurais-tu déclencher cette volonté de faire par mimétisme et dans la douceur les choses peuvent se faire naturellement et ça passe beaucoup mieux.
On évite ainsi de braquer les êtres auxquels on tient le plus.

Je serai toi,j'irai vers lui et je m'excuserai pour avoir outrepassé certaines limites : celles de son libre-arbitre.C'est un homme adulte il a aussi le droit de dire non.
Je lui expliquerai mon ressenti en arguant du fait que prise dans ma volonté de bien faire pour les deux,de partager cela avec lui j'avais perdu de vue que je me devais aussi de respecter son rythme et son libre choix.

Kheir inchallah


je suis tout a fais daccord avec toi Winking smiley
y
26 décembre 2012 17:30
Au risque de répeter ce qui a deja été dit, je te trouve très "maitresse d'école" dans ta démarche!

Et franchement le nombre de sourate maitrisées ne font pas de toi un meilleur musulman que qqun qui est analphabète!

Le plus important c'est la FOI de ton mari et tu n'as absolument aucun pouvoir sur celle-ci...ton projet de couple est très interessant mais je pense qu'un cheminement spirituel doit avoir pour base une volonté individuelle..ce n'est pas parce que c'est toi qui l'a décidé qu'il va subitement avoir un interet pour la religion.

Tu reproches son manque de foi et de connaissances a ses parents mais je pense qu'ils ne doivent pas endosser la responsabilité de ces lacunes( la génération de nos parents sont plus dans l'interdiction que dans la transmission); comme tu l'a dis il a 33 ans et avait largement le temps de s'y interesser!

Je crois que tu t'es investi d'un role de missionnaire et tu n'es absolument plus dans ton role d'épouse: je pense que tu devrais d'abord reconnaitre le chemin qu'il a accompli.

Il ne doit en aucun cas te prouver quoi que ce soit concernant sa spiritualité, c'est entre lui et Allah!
Cela dit je comprend ton désir d'évoluer ensemble mais la tu es beaucoup trop sévère et exigeante...attention a ne pas créer de fossé entre vous!
T
26 décembre 2012 23:07
Salam ma sœur,
Tout ce que je peux dire c'est qu'au niveau Islam, c'est entre toi et Allah ta3ala ; et c'est ainsi pour tout le monde. Tu as décrit un certain nombre de qualités humaines qu'il a. Donc, il y a du bon en lui. Et je suppose que tu l'aimes.
Au plus tu te prendras la tête constamment avec lui au moins il voudra en apprendre et de fait, il fera le contraire de ce que tu espères de lui. Au lieu de te disputer avec lui demande à Allah de le guider.
La religion est certes une obligation face à Dieu mais est un choix dans l'esprit de chacun ici-bas. Et quand on décide d'appliquer les commandements du très Haut, c'est pour lui seul et non pour le conjoint ou les parents.
Je comprends que ce soit difficile pour toi mais avec le temps, s'il sait où est le bien pour lui, il décidera de lui-même d'en apprendre un peu plus chaque jour inecha Allah.
S'il a décidé de s'impliquer dans la religion pour t'épouser, tu dois comprendre que la raison était mauvaise car on doit plaire à Allah et non à l'être humain au niveau spirituel.
Maintenant ce qui est fait est fait. C'est dans sa tête et surtout dans son coeur que le déclic doit avoir lieu.
Calme-toi et sois patiente !
Salam
a
25 décembre 2012 22:36
Salam wa aylikoum,

Je suis mariée depuis 2 ans avec un homme plein de qualités (gentil, généreux, compréhensif, drôle,
intelligent, patient...). Malheureusement, lorsque je l'ai rencontré, il n'en était nulle part au niveau de la pratique religieuse. Il jeunait et ça s'arrêtait à ça. Pourquoi ? Tout d'abord parce que ses parents ne lui ont rien appris, ils jeunent et sa mère prie (pas son père) malgré qu'ils connaissent beaucoup de choses ils n'ont rien transmis à leurs enfants. Ensuite, son cercle d'amis était composé principalement de français et avant moi, il était avec une française depuis des années. Ce qui signifie qu'il n'a pas eu d'enseignement, ni d'influences au niveau religion.

Lorsque je l'ai rencontré, il ne priait pas. Comme je n'envisageais pas de me marier avec lui, je trouvais cela triste mais cela ne me concernait pas directement.
Ensuite, ses qualités ont fait que je suis tombée amoureuse de lui. Je l'ai petit à petit introduit dans mon 'univers' religieux. Je lui parlais de religion, de la prière... J'ai été très très surprise de constater à quel point il était ignorant. Il ne connaissait même pas la fatiha... J'en voulais à ses parents de ne rien lui avoir transmis... Je lui ai donc appris la fatiha et puis les sourates de base pour qu'il puisse commencer à prier. Il les a étudiées et il a commencé la prière (avant le mariage). C'était une des conditions pour moi. Mon autre condition était qu'il chemine, avec moi, vers le droit chemin (je suis loin d'être parfaite et je voulais avancer avec mon mari). Il était d'accord.

Une fois marié, il a continué à faire ses prières, je l'ai convaincu de suivre des cours de religion avec moi. Après plusieurs disputes, il a finalement suivi quelques cours.
Aujourd'hui, cela fait quelques mois qu'il manque (selon moi) à notre vie, de la spiritualité. A part les 5 prières et le coran que je met parfois, il n'y a rien d'autre. On passe du temps devant la télé, on regarde des films, on va au cinéma, etc. Et on parle très peu de Dieu, de l'islam. Et quand on en parle ça vient de moi. Toujours de moi... On s'est disputé récemment parce que je lui ai proposé qu'on apprenne une nouvelle sourate ensemble. Il m'a répondu "non, je n'ai pas envie". Cette réponse m'a choquée !

Comment ne pas avoir envie d'apprendre une sourate alors qu'il n'en connait que 4 à l'âge de 33 ans!
Ca me choque tellement et ca me tue de devoir me disputer pour ça.
Je ne sais plus comment aborder les choses... Pendant le ramadan, on a signé un contrat des choses à apprendre pendant ce mois saint. Parmi elles, la lecture du coran, l'apprentissage d'une nouvelle sourate... Il a lu une petit partie du coran mais n' a pas appris de nouvelle sourate. Il me paraissait logique de revenir à ça et d'apprendre une sourate. Bref, je suis choquée parce qu'avec toutes ces années de non pratique, je trouve que c'est la moindre des choses d'apprendre des sourates, d'apprendre sa religion... Je suis frustrée qu'il ne partage pas cela avec moi et je me sens 'responsable'
et cela cause de grosses disputes. C'est comme si notre 'contrat' celui de cheminer ensemble n'était pas respecté
Avez-vous vécu la même chose ?
Comment vous en êtes vous sortis ?
Qu'en pensez-vous ?
X
26 décembre 2012 12:04
C'est triste mais peut être qu'à l'époque ou tu t'es mariée, tu raisonnais autrement.
Si à 25 ans, l'essentiel (religion, éducation, état d'esprit...) n'est pas là, il ne faut pas attendre grand chose de l'avenir.

Tu ne peux pas forcer une personne à avoir plus de foi.
i
26 décembre 2012 21:21
Salam ma soeur,

Tout ce que je peux dire c'est qu'au niveau Islam, c'est entre toi et Allah ta3ala ; et c'est ainsi pour tout le monde. Tu as décrit un certain nombre de qualités humaines qu'il a. Donc, il y a du bon en lui. Et je suppose que tu l'aimes.

Au plus tu te prendras la tête constamment avec lui au moins il voudra en apprendre et de fait, il fera le contraire de ce que tu espères de lui. Au lieu de te disputer avec lui demande à Allah de le guider.

La religion est certes une obligation face à Dieu mais est un choix dans l'esprit de chacun ici-bas. Et quand on décide d'appliquer les commandements du très Haut, c'est pour lui seul et non pour le conjoint ou les parents.

Je comprends que ce soit difficile pour toi mais avec le temps, s'il sait où est le bien pour lui, il décidera de lui-même d'en apprendre un peu plus chaque jour inecha Allah.

S'il a décidé de s'impliquer dans la religion pour t'épouser, tu dois comprendre que la raison était mauvaise car on doit plaire à Allah et non à l'être humain au niveau spirituel.
Maintenant ce qui est fait est fait. C'est dans sa tête et surtout dans son coeur que le déclic doit avoir lieu.

Calme toi et sois patiente !

Salam
T
26 décembre 2012 22:23
Bonsoir,

Je me permets de réagir face à ce que tu dis par rapport à l'âge. Il n'est jamais trop tard.
Il y a bien des personnes qui se sont converties sur le tard ou d'autres qui ont "hérité" de l'islam par le lien familial mais qui n'ont pratiqué qu'après un certain âge.

Il n'y a pas d'âge pour prendre / reprendre la voie d'Allah. Pour preuve, le Prophète Mohamed a reçu la révélation à 40 ans. A méditer !!! Smiling Smiley
t
26 décembre 2012 23:07
salam

Il ne faut jamais désespérer car il se peut que ton mari ai un declic qui fait qu'il te surpasseras en religion et te trouveras toi pas a son niveau ...
Je vais te raconter une histoire. C'est lors d'une khotba que l'imam a partage cette histoire. A la fin de taraweh une femme vient voire l'imam discretement. Elle est en pleur et lui raconte sa situation: un mari qui boit et qui est violent avec elle et ses enfants. Elle l'aime mais ne supporte plus cette situation.
L'imam lui suggère alors qu'en ce mois benit, elle se reveille au dernier tiers de la nuit et invoque Allah swt de tout son coeur en disant "ho Allah guide mon mari vers le droit chemin".

Une annee passe... le ramadan suivant... un homme vient voire l'imam et lui dit "merci".
L'imam ne comprends pas "mais pourquoi je ne te connais meme pas akhi"
L'homme lui dit alors que sa femme est venu le voir l'an dernier...ect...

Sobhana Allah....

Aujourd'hui cette homme est souvent a la mosquee, sa femme heureuse et comblee.

et il y a pleins d'autres histoires..comme celle de Omar ibn khatab... ou encore Sayf al Islam..ect..
t
26 décembre 2012 23:10
Citation
Rastapopûlos II a écrit:
C'est triste mais peut être qu'à l'époque ou tu t'es mariée, tu raisonnais autrement.
Si à 25 ans, l'essentiel (religion, éducation, état d'esprit...) n'est pas là, il ne faut pas attendre grand chose de l'avenir.

Tu ne peux pas forcer une personne à avoir plus de foi.

25 ans?.... jusqu'a ta mort tu peux encore sombrer d'un cote ou de l'autre.
s
27 décembre 2012 02:44
Salam

Je suis d'accord avec Levraipersonne.

Tu savais sa position, son état d'esprit avant de le choisir pr époux.

Je trouve trés bien le fait de lui avoir appris les bases de l'islam et le fait qu'il soit assidue dans ces prières.

Aprés , il a lair d'être (ou d'avoir été tres francisé"Winking smiley peut etre c'est pas son délire de "parler" de religion.

tant qu'il agit comme il se doit laisse le tranquil. De plus, sache que normalement dans l'islam, c'est lui qui devra des comptes a Dieu swt si tu ne fais pas tes prières ou autres, car c lui le maitres de maison. Et non l'inverse ! Tu n'as aucune responsabilité c plutot l'inverse !

Bravo en tout cas pour ça, mais sache que c dieu qui remet qui il veut et quand il veut qqu'un sur le droit chemin. Dis hamdoulai pr ça, et laisse lui du temps.
X
27 décembre 2012 10:28
Citation
PlifPlafPlouf a écrit:
Salam

Je t'ai lu attentivement.Je trouve votre parcours de vie exemplaire mais ce qui m'a étrangement sauté aux yeux c'est le "moi,je" "moi,je".
Un couple ce sont deux individualités,deux personnalités différentes et les rythmes sont différents.
Je trouve que ce qui a été accompli est déjà admirable mais comme toute femme digne de ce nom : tu es insatiable.
Ton mari n'a jamais dit non jusqu'alors,il a toujours abondé dans ton sens car au fond de lui,il sait bien qu'il agit pour un bien.
Cependant vous avez deux cheminements différents,tu ne peux sous prétexte que tu dresses un constat de manque de "foi" renouvelée au quotidien exercer une pression supplémentaire pour satisfaire ton désir de plénitude religieuse.

Tu es à ton écoute et sûre de ton bon droit tu vas vers une imposition à autrui même si la finalité,et la volonté est bonne : le moyen adopté est contre-productif et irrespectueux du jugement et du libre-arbitre de l'autre.
Il ne s'agit pas ici d'un enfant auquel tu veux dicter un rythme mais d'un homme adulte et responsable qui prie qui est devenu conscient de ses obligations.

Je trouve la méthode un peu égoïste sous couvert de bons sentiments,il faut que tu te modères un peu à mon sens car tu risques de voir sous la pression tous les efforts de ton époux voler en éclats.

Tout est perfectible,tout le temps,tu souhaiterais que cette démarche soit commune elle le sera inchallah mais parfois en faisant dans la douceur,en te mettant seule à apprendre cette nouvelle sourate peut-être aurais-tu déclencher cette volonté de faire par mimétisme et dans la douceur les choses peuvent se faire naturellement et ça passe beaucoup mieux.
On évite ainsi de braquer les êtres auxquels on tient le plus.

Je serai toi,j'irai vers lui et je m'excuserai pour avoir outrepassé certaines limites : celles de son libre-arbitre.C'est un homme adulte il a aussi le droit de dire non.
Je lui expliquerai mon ressenti en arguant du fait que prise dans ma volonté de bien faire pour les deux,de partager cela avec lui j'avais perdu de vue que je me devais aussi de respecter son rythme et son libre choix.

Kheir inchallah

C'est joliment dit. Mais Ce sont là de bien mauvais conseil, pour ne pas dire autre chose.
Qu'elle s'excuse d'avoir enfreint don droit au libre arbitre? On aura tout lu.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
Facebook