Menu
Connexion Yabiladies Islam Radio Forum News
LETTRE OUVERTE A BADOU ZAKI
h
6 septembre 2005 17:20
Salam salam,

Ce n'est pas pour vous décourager mais dans l'état actuel des choses vous perdrez à Tunis.

Sans Naybett et son apport moral, vous perdrez à Tunis.

Avec un Boukhari bon techniquement et tactiquement mais limite physiquement, vous perdrez à Tunis.

Avec un Safri toujours moyen, sans briller, vous perdrez à Tunis.

Avec Ahnafou qui a la pression "zairi" et cherchant à se faire voir plus qu'à apporter... vous perdrez à Tunis.

Avec Regragui rattant 4 centre sur cinq, vous perdrez à Tunis.

Avec un Zairi que vous avez démoralisé en le gardant sur le banc plus qu'il nea faut, vous perdrez à Tunis.

Avec un Mokhtari sur le terrain sans jamais confirmer, vous perdrez à Tunis.

Et un kharja d'une inefficacité exemplaire, à remplacer par Boussaboun, vous perdrez à Tunis.

Sans tenir compte des critiques, vous perdrez à Tunis. Quelque soit votre parapluie, vous perdrez à Tunis.

Et quand il sera trop tard, vous et aziz bouderbala en perdant ou en obtenant le nul à Tunis, vous déceverez les marocains et effacerez à jamais votre apport en 86...

Que penserait un joueur qui sait que son entraineur refuse la critique...

TENEZ COMPTE DES CRITIQUES
ET VOUS GAGNEZ FACILEMENT













h
6 septembre 2005 17:56
EN PLUS

GAGNER VA DOPPER LE MORAL DES MAROCAINS

BON POUR LA CONSOMMATION ET POUR ... TOUT
b
6 septembre 2005 18:07
allez les lions surtout pas la tunisie sinon je me vaudrais à vie
dejà j'ai pas encaissé la defaite en finale de coupe d'afrique alors une nouvelle defaite sera catastrophique pour moi et mes compatriotes.
h
6 septembre 2005 18:08
LA C'EST PIRE

LA DECEPTION SERA SANS PRECEDENT

MAIS LE RAPPEL OFFICIEL AVEC COMMUNIQUE OFFICIEL DE NAYBETT REDONNERA DES AILS AUX LIONS...
m
6 septembre 2005 19:15
franchement comme c'est parti ça va être dur !!! j'espère quant même que le maroc va gagner et pas nous décevoir mais j'avou que j'ai un peur peur pour le maroc cette année!!!
h
7 septembre 2005 10:19
Je partage tes craintes. Elles sont légitimes.

Pour jouer toutes ses chances, L'équipe de France a vu le retour de zizou thuram et makelele. Le retour de Naybett est un message fort: quand un entraineur se trompe il pagir et reconnaitre ses erreurs et qu'il peut lui même etre rappelé à l'ordre.

Moi je me soucie plus du moral des ménages marocains: le retour de zizou était même considéré comme un élément déclencheur d'une nouvelle dynamique économique et sociale.

Le Maroc et les marocains, tous les marocains ont besoin de tout homme ou femme leader pouvant le rassurer et lui donner envie de produire et d'avancer... Ils ont besoin de voir des marocains gagner dans tout pour qu'il gagnent à leur tour tous les défis.

Croisons les doigts...
h
7 septembre 2005 14:28
Sans Naybet (8/18/2005)
Par Belaid Bouimid

L¹ affaire Badou Zaki contre Nouredine Naybet, a servi de feuilleton d¹été à pas mal de monde, y compris parmi les chroniqueurs qui s¹intéressent rarement ou jamais au sport.
Pis, l¹affaire a revêtu un caractère international, avant Maroc-Togo notamment, qu¹on n¹a pas hésité à présenter comme étant «le match sans Naybet» !
On ne va pas verser de l¹huile sur le feu, comme l¹ont fait, à tort et Badou Zaki et Nouredine Naybet, certainement très mal conseillés tous les deux, à propos d¹une (sale) affaire, qui concerne l¹avenir de l¹équipe nationale en Coupe du Monde, pour la qualification ou non à l¹édition allemande 2006.
Badou Zaki, en tant qu¹entraîneur et non porte-parole de la FRMF aurait dû continuer à faire son travail, en silence, en laissant l¹opinion publique sportive seule juge du litige qui oppose un joueur et pas n¹importe lequel, puisqu¹il s¹agit de l¹ancien capitaine et homme fort du onze national, à son entraîneur.
Et tout le monde a donné raison à Badou Zaki, surtout quand ce dernier n¹avait pas outrepassé son obligation de réserve.
Car Badou Zaki est tenu par cette contrainte juridique, qui lui impose de travailler et se taire, en restant seul maître à bord, pour arrêter son système de jeu, convoquer les joueurs de son choix et laisser le soin aux joueurs non sélectionnés, d¹exprimer leur avis voire de critiquer l¹entraîneur sur ses choix.
L¹entraîneur décide et il doit en assumer les conséquences, tout autant que les joueurs qui se font brûler, par rapport à l¹entraîneur qu¹ils critiquent, en l¹amenant à ne plus jamais faire appel à leur service!
Et c¹est ça la meilleure réponse de l¹entraîneur, ignorer ceux qui ne font pas preuve de respect et de discipline par rapport aux coach national qui se trouve être a fortiori sélectionneur national, sans concurrent ni mainmise fédérale.
Quelle chance pour Badou Zaki que celle-là, agir à sa guise et profiter de la solidarité du Bureau fédéral !
Badou Zaki est également chanceux, car Nouredine Naybet lui a servi un cadeau inespéré sur un plateau d¹or: l¹annonce de sa retraite de l¹équipe du Maroc !!
Badou Zaki aurait dû se suffire de cette retraite anticipée à 35 ans, pour classer définitivement le dossier Naybet et lui rendre hommage pour son courage.
Mais pas le dénigrer vis à vis de son club Tottenham, pour dire qu¹il n¹est plus titulaire, qu¹il n¹est plus compétitif, sachant que des arguments comme ceux-là, venant d¹un entraîneur qui a un palmarès appréciable, après la CAN 2004 font mal et desservent Naybet et son agent pour ses futurs transferts aux pays du Golfe, où le vieux lion compte finir sa longue carrière.
On sait que dans cette histoire nous avons affaire à deux clans, les pro-Zaki et les pro-Naybet et que chacun y va à coup d¹arguments pour enfoncer l¹autre, l¹adversaire pour ne pas dire l¹ennemi.
Mais que Badou Zaki sache une chose et là il faudrait qu¹il fasse preuve du maximum de tact et de pédagogie pour être à la hauteur de cette position: aujourd¹hui, il est seul responsable de l¹équipe du Maroc, après avoir écarté Naciri et Naybet et c¹est sûr que ceux qui l¹observent, en silence, au moment où ils auraient dû trouver une solution au litige, ceux-là ne rateront pas Zaki, en cas de mauvaise passe et c¹est lui qui tombera le premier.
Nous ne le souhaitons pas, non parce que nous cautionnons Zaki contre Naybet, mais tout simplement parce que nous rêvons de la qualification du Maroc en Coupe du Monde 2006.
Une autre élimination, après 2002 nous éloignerait encore plus de la Planète Foot, après l¹échec de notre candidature pour la tenue du Mondial 2010.
Un autre échec serait de trop et empêcherait d¹insuffler le professionnalisme à notre football, à un moment où règne la sinistrose, le victimisme et les faux problèmes, encouragés, malheureusement, par la médiocrité ambiante.
Naybet est parti, il n¹est plus là pour faire ombre à Badou Zaki, à Zaki d¹exploiter ce départ sans dénigrer quelqu¹un qui, de son avis et comme il l¹avait déclaré à M¹Hamed Aouzal qui l¹interrogeait sur le maintien ou non du capitaine des Lions de l¹Atlas en équipe du Maroc: «Celui-là, il a une grande expérience professionnelle, la meilleure de tous les temps et rien que sa présence est grandement utile à l¹équipe nationale»!
Aujourd¹hui, tout cela semble lointain, alors tournons la page Naybet et ouvrons celle de la qualification qui, espérons-le, ne donnera pas raison à Naybet, contre Badou ZakiŠ


v
7 septembre 2005 15:22
mais que diser vous vous etes devenez fou ou . mais vous devez avoir sure de vous
le maroc est une equipe forte et c'est pas parce qu'on as pas pris mla coup d'afrique qu'on vas perde non au contraire à mon avs on dois les aider avec nous encouragement
et je suis sure que le maroc vas faire tous ce qu'il peut faire




la maroc vas gagner
N
7 septembre 2005 15:59
jusqa preuve du contraire la tunise na pa pu arriver a cette exploit sans tricher et cè ce que dénonce le min,isstre des sports kenyans avec preuves a l'appui donc pour moi la qalification je la voi déja.
il faut toujours avoir confiance on eux.
la tunisie risque peut èrtre dètres disqalifier et je pense meme que lord de la can la vrai équipe cè nous mais avec un peu dargent en plus on peut faire tellement de choses surtout dans un continent pauvre....
vous comprenez ce que je ve dire...
*******************************
h
7 septembre 2005 16:33
j espère
a
7 septembre 2005 18:58
et hindi

tt le monde peut critiquer

que nous offre tu comme alternativesSmiling Smiley
h
8 septembre 2005 11:24
Si j'était l' entraineur oui.

Critiquer ne veut pas forcément dire offrir des alternatives

critiquer c'est signaler, mme subjectivement, ce qu'on considère comme anomalie et anormalité.

Ce que je me suis permi de faire.

Deux chose:

ou ZAKI a une carte à jouer et c'est son droit de la cacher (effet surprise)

ou il sait qu'on est éliminé mais espère une surprise.

Mais quelle carte cacherait t il... Faire jouer timoumi...
N
8 septembre 2005 16:04
Quand un sportif est indscipliné, il vaut rien.
h
8 septembre 2005 16:20
On peut se dire

Pourquoi un joueur intégré à la Corogne puis ailleurs sans heurte arrive s'embrouiller avec son entraineur
A
9 septembre 2005 16:56
Et voila, tout le monde dans ce foutu pays commence à se prendre pour entraineur qui maitrise tous les rouages du metier. Tout le monde commence à donner sa propre vision du jeu, tout en oubliant que c'est un metier serieux. Il suffit pas de commencer à discuter au tour d'un nass-nass pour se prendre pour Sachi ou Capello.
De grâce, laissez Zaki travailler dans la serenité. Jusqu'à preuve du contraire, Zaki est le seul maitre à bord, à lui de dècider qui joue et qui joue pas. Qu'est ce que vous voulez, de plus? une finale apres une longue traversée du desert, un parcours sans defaite (AU cas ou vous l'avez oublié, L'equipe nationale n'a perdu aucun match lors de ses qualifications).
encore une fois, laissez Zaki travailler et ne commencez pas à lui mettre les batons dans les roues avec des critiques inutiles.Chacun doit faire son metier. Entre nous, tu as fais quoi comme etude pour dire à Zaki ce qu'il doit faire ou pas?

Entre temps, allez suivre des formations d'entraineurs et WARIW HANAT IDIKOUM.

P.s: il est fort probable que nous perdions contre la Tunisie, et c'est pas la fin du monde. A ce moment nous devrions nous concentrer sur la CAN 2006 en Egypte. Vous etiez où, quand Coelho touchait 42 millions sans rien foutre.

Sans rancune
Aziz
h
9 septembre 2005 19:05
Au Maroc on laisser +++ de personnes "traviller " sans exiger des résultats.

Chaque responsable doit etre jugé selon son bilan : ZAKI aussi
H
9 septembre 2005 20:36
Mettons que ce brave entraîneur accepte la critique. La critique de qui au juste ?
Des journalistes sportifs?
D'un journaliste qui reprochait il y a quelques années à Zaki son manque de communication et que la il lui demande de se taire.
De 30 millions de téléspectateurs qui deviennent tous entraîneurs en l'espace d'un match ou deux ratés ?
D'un groupe de formistes ?

Il sera le seul a être jugé pour le résultat alors laissons le faire son travail et jugeons a la fin. Au moment du bilan justement.

J'ai également perdu espoir en la qualification mais je ne crois pas que continuer a critiquer Zaki de toute part changerait quelque chose. Ça ne ferait qu'empirer la situation et le moral de son équipe.

Plusieurs entraîneurs étrangers ont pris l'équipe nationale (Kasperjack, Coelho etc.) et ne sont pas arrivé au quart de ce que Zaki a fait et paradoxalement il y a avait des critiques mais loin d'être aussi virulentes que celles adressés a Zaki. Il est évidement beaucoup plus facile de critiquer Zaki que Coelho....
--------------"Généralement, les gens qui savent peu parlent beaucoup, et les gens qui savent beaucoup parlent peu." Rousseau.
m
10 septembre 2005 00:24
Vous savez il est dans les moeurs footballestiques qu'un entraineur communique pour rassurer et dopper le moral là non
H
10 septembre 2005 03:21
Un public en colère, des joueurs peu motivés qui doutent, un coach conspué… les dirigeants du football marocain ont décidé de réagir. L'heure est enfin à la mobilisation.


Moins d'un mois nous sépare de ce match ô combien crucial contre la Tunisie, le 8 octobre. Les dernières rencontres livrées par notre équipe nationale laissent perplexe quant à notre qualification au mondial allemand. Tous ceux qui ont eu l'occasion d'assister à la toute petite prestation qu'a fournie la bande à Zaki devant le Botswana samedi dernier, ont été
largement envahis par ce désagréable sentiment. Devant un adversaire loin d'être un foudre de guerre, les Lions de l'Atlas ont remporté difficilement la partie par une (très) courte victoire (1 à 0). Devant cette même équipe qui avait été étrillée auparavant 4 buts à 1 par la Tunisie et 4 à 0 par la Guinée. On est bien loin de ces joueurs élevés au rang de héros nationaux à leur retour de la coupe d'Afrique des Nations 2004.
Pour le coach national qui a été longuement hué par le public (réclamant pendant le dernier quart d'heure son départ) lors de cette rencontre, la baisse de régime est due principalement "aux pressions que subit l'équipe en raison de faux problèmes créés par certains qui ont voulu tromper l'opinion publique par le mensonge et la désinformation". Zaki fait probablement référence à Noureddine Naybet qui a multiplié, depuis son éviction, les déclarations embarrassantes et à une bonne partie de la presse marocaine qui n'est pas tendre avec lui.
D'ailleurs, durant la conférence de presse d'après match, il reviendra là-dessus plusieurs fois et ira même jusqu'à créer une nouvelle polémique (comme s'il n'y en avait pas assez) en lançant au journaliste de Annoukhba : "Je ne réponds pas aux questions de votre publication, car elle est dénuée de crédibilité". Cette dernière annoncera le lendemain son intention de poursuivre Zaki pour diffamation. Les spécialistes du football marocain sont très clairs à ce sujet. "Il doit arrêter de polémiquer, ça ne sert pas les intérêts de l'équipe". Et c'est dans ce sens que le général Housni Benslimane a réuni, il y a quelques jours, l'intéressé et Naybet. Le message a été très clair: "Vous réglez vos affaires ailleurs, sinon je prendrai les mesures nécessaires".
Pour revenir au match de samedi, il est vrai que la pression était à son comble ce soir-là au complexe Moulay Abdellah. Devant un public pas très fair-play en sifflant l'hymne national botswanais, mécontent et désillusionné (à raison) par le rendement de son équipe depuis quelques matchs, les joueurs marocains sont gagnés (et handicapés) au fil des minutes par la nervosité et la crispation.
Tendu, Talal Karkouri ne se permet même pas un sourire lorsqu'il marque l'unique et ô combien précieux but de la partie. Collectionnant les maladresses, les poulains de Zaki font le match que l'on sait.
"Comment voulez vous qu'on joue bien lorsque le public nous siffle et nous insulte dès la 20ème minute alors que l'on cherche à ouvrir le score. On s'attendait déjà à trouver un stade plein, il était à moitié vide. On n'est pas sourds, et on entend les insultes", lâchera Walid Regragui sur les ondes de Medi1. Et il n'est pas le seul à en vouloir au public, la plupart des autres joueurs sont du même avis.
Cependant, il semble que les dernières sorties de l'équipe nationale et principalement cette rencontre face au Botswana, ont réussi à interpeller les responsables de la fédération royale marocaine de football qui nous avaient habitués à plus de réserve. "On a pris conscience de l'urgence et de l'importance de la situation" avoue ce membre fédéral, avant d'ajouter que "tous les moyens humains et matériels vont être mis en place pour qu'on arrache notre qualification". Les actions prévues sont tout à fait louables. Espérons seulement que ça ne soit pas trop tard. Tout d'abord en prévision du match de Tunis, carte blanche a été donnée à Zaki. "Il doit nous formuler ses besoins et nous sommes prêts à lui offrir tout ce qu'il demande". On doit annoncer dès ce week-end le prochain lieu de concentration de l'équipe nationale (probablement à l'étranger) et les matchs amicaux qu'elle aura à jouer.
Entre-temps, on apprend que les responsables de la Fédération vont sillonner l'Europe pour rencontrer tous nos internationaux afin de les motiver et de leur apporter le soutien nécessaire. "La plupart d'entre eux sont des jeunes qui ont besoin de savoir que l'on est derrière eux et qu'on les soutient". Autre bonne nouvelle, la mise en place d'une direction technique. Les rumeurs qui annonçaient un Mhamed Fakhir à sa tête sont vite démenties. "Fakhir a déjà des engagements fermes envers l'équipe des FAR".
La désignation doit tomber ce week-end. Les noms qui reviennent le plus souvent sont ceux de Aziz Bouderbala, Hassan Hormatallah et un certain Nasser Larguet qui a fait ses preuves dans de nombreux clubs français.
Et le public marocain ? Du côté des instances fédérales, on est conscient de l'importance de sa présence à Rhadés. "Nous sommes en train de tout faire pour emmener un maximum de supporters". Reste à espérer que d'ici là, le public aura retrouvé sa motivation et son enthousiasme et que les Tunisiens accepteront de nous octroyer un nombre de places suffisant. Pour la finale de la coupe d'Afrique, les Marocains n'avaient réussi à obtenir que 10.000 places sur les 70.000 que compte le stade.
Ce vent de mobilisation qui se profile autour de l'équipe nationale est de bon augure. Même si on peut faire remarquer que "toutes ces dispositions auraient dû être prises bien avant". L'heure n'est pas aux comptes. Une seule chose importe aujourd'hui : prendre notre revanche sur les Tunisiens. Zaki nous l'a bien promis, non ?

----------

TelQuel toujours optimiste. On en a justement besoin...
N
10 septembre 2005 11:40
hichamo tu ma devancé pour l'article!
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
Facebook