Menu
Connexion Yabiladies Islam Radio Forum News
L'homéopathie nuisible ou utile ?
s
4 octobre 2017 15:52
L'homéopathie nuisible ou utile ?

Dans un nouveau rapport, des experts européens pointent l’absence de preuve solide de l’efficacité des produits homéopathiques. Ils évoquent également les risques liés à cette pratique en raison d'un manque de réglementations.

L'homéopathie est l'une des médecines douces, aussi appelées "médecins alternatives" les plus populaires en France. Cette méthode thérapeutique repose sur le principe de similitude, c’est-à-dire soigner par ce qui est semblable à la maladie. Elle consiste notamment en l’administration à des doses très faibles ou infinitésimales, de substances susceptibles de provoquer, à des concentrations différentes, des manifestations semblables aux symptômes présentés par le malade.

En France, les médicaments homéopathiques doivent avoir fait l’objet d’un enregistrement ou posséder une autorisation de mise sur le marché (AMM) pour pouvoir être commercialisés. "On distingue deux types de médicaments homéopathiques: les médicaments homéopathiques à nom commun et les médicaments homéopathiques à nom de marque ou spécialités homéopathiques", précise le ministère de la Santé.

Mais depuis plusieurs années, de nombreux rapports scientifiques se contredisent quant à l'efficacité de l'homéopathie. Et c'est bien ce que reproche le Conseil scientifique des académies des sciences européennes (EASAC) dans un récent rapport. Les auteurs se demandent en effet si cette méthode thérapeutique est utile ou nocive bien qu'elle soit utilisée en Europe par un grand nombre de personnes et pour un large éventail de maladies.

L'effet placebo établit mais il s'accompagne de risques

Plus précisément le groupe de travail composé de scientifiques européens de premier plan déclare qu'il n'existe, pour aucune maladie, aucune preuve, scientifiquement établie et reproductible, de l’efficacité des produits homéopathiques. Ce dernier recommande donc que les produits et services homéopathiques ne soient pas remboursés "à moins que démonstration n’ait été faite, par des tests rigoureux, qu’ils étaient efficaces et sans danger."

Les auteurs reconnaissent néanmoins un effet placébo qui peut "être utile pour le patient", mais en se fondant sur une analyse approfondie des résultats disponibles, le rapport révèle que "chaque cas, pour lequel une efficacité clinique d’un produit homéopathique a été revendiquée, peut s'expliquer par l'effet placebo, une mauvaise conception de l'étude, des variations aléatoires, une régression des résultats vers la moyenne ou un biais de publication."

Si les auteurs estiment qu'il est important de laisser au malade le pouvoir de décision, ils évoquent un risque pour ce dernier, à savoir que l'attrait pour cette médecine ne retarde la consultation avec médecin. "Ce phénomène a des conséquences importantes en termes de politiques publiques, de santé publique et de réglementation de l'homéopathie dans l'Union européenne", précise le rapport, dont les conclusions ont été relayées par l'Académie des sciences.

Mieux encadrer leurs ventes et leurs publicités

C'est pourquoi les experts appellent à un "cadre réglementaire" en ce qui concerne la promotion et l'utilisation des produits homéopathiques, qui doit être basé sur des connaissances scientifiques fiables. "En outre, l'homéopathie soulève des questions relatives au consentement éclairé du patient, dans le cas où des praticiens prescrivent ou recommandent des produits qu'ils savent biologiquement inefficaces", indiquent-ils.

Ces derniers évoquent ainsi un dernier risque, lié à des problèmes potentiels de sécurité en raison du manque de contrôle dans la production de ces produits homéopathiques. Outre la question de leur remboursement et de la mise en place d'une réglementation pour affirmer leur innocuité et qualité au moment de les vendre, l'EASAC recommande que leur composition soit indiquée de manière similaire à celle utilisée pour les autres produits de santé disponibles dans les pharmacies. `

"Cela implique que l'étiquetage actuellement autorisé pour les produits homéopathiques soit remplacé par une description simple des ingrédients et de leurs quantités présentes dans la formulation.", souligne-t-il. En France, les médicaments homéopathiques à nom commun peuvent être remboursés par l’Assurance maladie au taux de 30%. Les usagers peuvent également se renseigner auprès de leur mutuelle pour s'assurer d'une éventuelle prise en charge complémentaire dans ce domaine.

Mais mieux vaut bien se renseigner auprès d'un professionnel de santé avant toute utilisation: en novembre dernier, l'ANSM* a tenu à rappeler que les médicaments homéopathiques ne peuvent pas se substituer aux vaccins contre la grippe. Elle a également indiqué que les médicaments homéopathiques autorisés dans les indications de prévention et de traitement de l’état grippal ne peuvent être présentés en accès libre dans les pharmacies.

Source : [www.bfmtv.com]
A
4 octobre 2017 16:25
Nuisible, sans aucun doute.

Je suis pour le déremboursement des poudres de perlimpinpin homéopathiques à la fois par la Sécurité sociale ET par les mutuelles. Il n'y a aucune raison que les assurés sociaux payent de leur poche pour une arnaque avérée (même si 50% des français croient encore aux propriétés magiques de l'homéopathie). Nous n'avons pas à payer pour les croyances des autres, sinon pourquoi ne pas rembourser aussi l'eau de Lourdes ou l'eau de zamzam ? C'est d'abord une atteinte à la laïcité, en plus d'être une arnaque organisée avec la complicité de l'État.

Je suis aussi pour l'interdiction de vente en pharmacie. C'est une caution pseudo-médicale/scientifique qui induit le consommateur en erreur. Boiron n'a qu'à vendre ses cachets placébo aux rayons sucreries des supermarchés.

Il est choquant, à l'heure où de vrais médicaments à l'efficacité prouvée sont déremboursés pour faire des économies de bouts de chandelle, que l'on continue de distribuer des AMM à des marchands d'illusion refusant tous les protocoles de tests de leurs soit-disants "médicaments".
Il est choquant que l'on puisse vendre impunément du sucre et de la flotte au prix du médicament, le tout remboursé à 30% par la Sécurité sociale.
Il est choquant que dans le même pays où la profession des pharmaciens est infantilisée et leur rôle de conseil non reconnu (comme lors de la dernière décision autoritaire interdisant la vente libre de produits codéinés), on pousse ces même pharmaciens à devenir des épiciers et des charlatans pourvoyeurs de "remèdes" magiques.
"Si derrière toute barbe il y avait de la sagesse, les chèvres seraient toutes prophètes"
A
4 octobre 2017 16:33
Je suis aussi pour l'interdiction de toute publicité pour l'homéopathie, et en particulier de l'horripilante publicité pour l'oscillococcinum imposée chaque hiver aux français, puisque cela relève des lois sur la publicité mensongère.

Et pour un étiquetage obligatoire et VISIBLE (même surface que sur l'emballage des paquets de clopes par exemple) de la VRAIE composition des produits homéopathiques.

Avec écrit en gros sur un tiers de l'emballage "SUCRE 100%, SUBSTANCE ACTIVE 0%", peut-être que ça se vendrait moins bien et que les français comprendraient finalement l'arnaque...
"Si derrière toute barbe il y avait de la sagesse, les chèvres seraient toutes prophètes"
s
4 octobre 2017 16:51
Globalement d'accord avec toi Abdoulaye06, la sécurité sociale ne devrait rembourser qu'en fonction d'une efficacité prouvée.

En revanche, je te trouve sévère, n'y aurait-il pas une lutte de lobby entre les partisans des producteurs de médicaments et l'homéopathie ? Une sorte de concurrence qui pour le coup nous empêche d'y voir clair.
A
4 octobre 2017 17:03
Sur quel point me trouves-tu sévère ?

Je ne défend aucun "lobby" anti-homéopathie, au contraire.

Je suis un ancien pharmacien, mais qui par éthique et conviction refusait justement de vendre de l'homéopathie, au détriment de mon chiffre d'affaires. Même ma femme (co-propriétaire de la pharmacie), ancienne infirmière et très anti-homéopathie elle aussi, commençait à être tentée, mais j'ai tenu bon jusqu'au bout dans mon refus de participer à cette arnaque.

Je conteste totalement les appellations "médecine douce" ou "médecine naturelle" revendiquées par l'industrie de l'homéopathie.
L'homéopathie n'a rien à voir avec la médecine et uniquement à voir avec la magie.

La seule forme de médication douce et naturelle est la phytothérapie, que trop de gens confondent encore avec l'homéopathie.
Citation
srnit a écrit:
Globalement d'accord avec toi Abdoulaye06, la sécurité sociale ne devrait rembourser qu'en fonction d'une efficacité prouvée.

En revanche, je te trouve sévère, n'y aurait-il pas une lutte de lobby entre les partisans des producteurs de médicaments et l'homéopathie ? Une sorte de concurrence qui pour le coup nous empêche d'y voir clair.
"Si derrière toute barbe il y avait de la sagesse, les chèvres seraient toutes prophètes"
s
4 octobre 2017 17:08
Je te trouvais sévère sur l'interdiction de la publicité pour l'homéopathie.

Si tu es ancien pharmacien, mon niveau ne me permet pas de débattre, ma connaissance du sujet est très superficielle.
Plus jeune, j'avais eu recours à l'homéopathie et je n'avais déjà pas été convaincu par ses effets.
A
4 octobre 2017 17:54
Il n'y a pas besoin d'être très compétent sur le sujet pour se faire un avis, tellement les fondements anti-scientifiques de la croyance homéopathe sont risibles.

Le seul fait que dans la plupart des produits vendus, il ne puisse pas matériellement y avoir une seule molécule de substance active devrait déjà te mettre la puce à l'oreille sur la supercherie.

La croyance homéopathique est basée en gros sur 2 "lois".

La 1ère, que tu as mentionné, est le principe de similitude.
Ça correspond à la croyance qu'il faut soigner le mal par le mal. Ainsi pour soigner l'anxiété, le charlatan homéopathe va conseiller l'administration de strychnine (mort-aux-rats), un poison violent qui à très faible dose est censé provoquer des symptômes de confusion mentale.
Évidemment la strychnine homéopathique vendue en pharmacie ne contient pas une seule molécule de la substance, et c'est la seule raison pour laquelle elle est autorisée à la vente, mais ça nous amène au 2ème principe...

La seconde "loi" homéopathique est le principe de dilution.
Le postulat, qui ne repose sur aucune loi physique, chimique, biologique ni médicale, est que plus un produit est dilué plus il devient efficace.
On aboutit ainsi à des aberrations de produits mis en vente dans lesquels il ne peut pas exister physiquement de molécule de la "substance active" tellement la dilution est élevée.

Au-delà de 12 CH (le CH est une unité de mesure inventé par le gourou de la secte homéopathe), il est scientifiquement impossible (puisque les molécules ne sont pas sécables) que le nombre de molécules présent dans le produit soit supérieur à zéro.
Le CH est une unité de mesure de la dilution qui est exponentielle, par exemple 4 CH correspond à la dilution d'un verre de produit dans 10 piscines olympiques, 5 CH le même verre dans 1000 piscines olympiques, 30 CH un litre d'eau dilué dans toute la Galaxie, 40 CH une molécule d'eau diluée dans tout l'Univers.

L'Oscillococcinum, produit phare de Boiron présenté comme une alternative au vaccin contre la grippe, est une préparation diluée à 200CH !

Donc il n'y a RIEN dedans, c'est juste un fait. Ce sont des cachets de sucre, rien de plus.

Et heureusement encore qu'il n'y a rien, lorsqu'on sait que l'invention de ce "médicament" répose depuis 2 siècles sur une théorie médicale complètement fausse que la grippe serait causée par une bactérie appelée oscillocoque prétendument observée dans le foie de canards malades. C'est la raison pour laquelle les centaines de millions de boites du magique Oscillococcinum sont produites à partir d'une dilution extrême du foie et du coeur pourris d'un canard.
Aujourd'hui on sait que la grippe est un VIRUS, donc rien à voir avec une bactérie (qui aurait été inobservable à l'époque), ni rien à voir avec ce pauvre canard dont on a prélévé le coeur et le foie pour alimenter toutes les pharmacies du monde entier et les approvisionner pour les centaines de siècles à venir.

Il y a bien publicité mensongère en droit français, que ce soit par les emballages du produit, les notices détaillant mensongèrement les propriétés du produit, ou le matraquage publicitaire que nous inflige Boiron chaque année sur la prétendu efficacité contre les "états grippaux" (quelque chose qui n'a jamais existé médicalement, soit tu as la grippe, soit tu ne l'as pas).


Citation
srnit a écrit:
Je te trouvais sévère sur l'interdiction de la publicité pour l'homéopathie.

Si tu es ancien pharmacien, mon niveau ne me permet pas de débattre, ma connaissance du sujet est très superficielle.
Plus jeune, j'avais eu recours à l'homéopathie et je n'avais déjà pas été convaincu par ses effets.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 04/10/17 17:54 par Abdoulaye06.
"Si derrière toute barbe il y avait de la sagesse, les chèvres seraient toutes prophètes"
s
5 octobre 2017 10:04
Merci Abdoulaye06 pour les explications.
 
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
Facebook