Menu
Connexion Yabiladies Islam Radio Forum News
Famille, à quel point?
S
28 décembre 2017 14:54
Salut,

Est-ce que parmi vous il y'a des personnes qui se sentent en "rupture" avec leur famille mais qui continuent de vivre avec eux? A ces personnes, comment vivez vous votre quotidien?

Puis à tous, pensez-vous qu'un "enfant" doit obligatoirement prendre son indépendance au dela de 20ans, même si ce n'est pas possible pour lui?

Pensez-vous qu'il est normal de rabaisser ses enfants toute leur vie, assister à ses malheurs en lui disant qu'il doit changer que c'est de sa faute, et une fois qu'il commence à s'en sortir doucement vouloir lui soutirer de l'argent + lui bourrer le crâne à base de "casses toi prends toi un appart" ?

Arrivez vous à considérer votre famille comme une famille même si vous avez reçu des coups injustifiés, des injures tout au long de votre vie et des rabaissements de valeurs? (du genre t'es bon à rien, t'y arriveras jamais, tu sers à rien, t'es qu'un(e) connasse/conard)

Merci d'avance et bonne journée Smiling Smiley
28 décembre 2017 15:05
je n'ai jamais connu ça Dieu merci

et je dois t'avouer qu'il est difficile de statuer sur ça, car étant heureuse dans ma famille, j'ai envie de te dire la famille c'est la famille quoi
tu ne peux pas te couper d'eux

mais comme je ne sais pas ce que c'est que de vivre dans de telles conditions de violence verbale, je ne sais pas à quel point c'est supportable

peut être prendrais-je mes distances

c'est difficile et je n'ose pas imaginer l'épreuve que ça doit être
le lieu où tu es supposé de sentir le mieux au monde, le cocon familial dans lequel tu es censé trouver du réconfort et de l'amour inconditionnel, des gens pour qui malgré tes défauts tu reste une personne parfaite à leurs yeux... devient l'endroit de l'insécurité psychologique, sans épanouissement ni bienveillance...

je me dis toujours que si ma famille est capable de me traiter mal, alors qu'en est-il des étrangers?

que te dire à part de patienter, et de trouver un moyen de te libérer psychologiquement d'eux
car couper les ponts n'est pas forcément une bonne idée
rester en contact mais avec une distance entre vous

Allah y sahel
K
28 décembre 2017 15:11
Salam,

Citation
Yiskah a écrit:
Pensez-vous qu'il est normal de rabaisser ses enfants toute leur vie, assister à ses malheurs en lui disant qu'il doit changer que c'est de sa faute, et une fois qu'il commence à s'en sortir doucement vouloir lui soutirer de l'argent + lui bourrer le crâne à base de "casses toi prends toi un appart" ?

Il n'est pas du tout normal de rabaisser un enfant à ce point mais je pense qu'il faut toujours l'inciter à donner le meilleur de lui même et viser le sommet.

Citation
Yiskah a écrit:
Arrivez vous à considérer votre famille comme une famille même si vous avez reçu des coups injustifiés, des injures tout au long de votre vie et des rabaissements de valeurs? (du genre t'es bon à rien, t'y arriveras jamais, tu sers à rien, t'es qu'un(e) connasse/conard)

Quand j'étais petit (primaire), mon père me rabaissait énormément mais en l'occurence, dans son cas, c'était pour la bonne cause.
J'étais très lent comme garçon, je m'habillais toujours lentement dans les vestiaires, je grattais l'amitié avec le premier venu, je faisais confiance à tout le monde etc ...
Puis, à cause de ce qu'il me disait, je me suis endurcit et j'ai fini par être plus vif et je l'ai compris à mes 13 ans lorsque j'ai rompu une longue relation avec un "ami", que j'ai fini par être un dur à cuire et plus rien ne me faisait peur ( sauf Allah Angel ).

Sauf qu'ensuite, c'était au tour de ma mère, elle me rabaissait énormément sauf que pendant la période de l'adolescence, c'était pour un rien et souvent injustifié.
Elle me frappait à la moindre erreur, je faisais tomber un verre sans faire exprès -> bim badaboum
Quelqu'un marchait et salissait mes chaussures -> bim badaboum
Et ainsi de suite.

Je me rappelle une fois avoir pensé à la solution de lâche, le suicide ( y'a rabi aghfarli).
Mais j'étais résolu à devenir le meilleur et irréprochable dans les moindres détails comme ça la prochaine fois qu'elle me maltraitera, ce sera une preuve flagrante d'injustice.
Je me suis donc penché sur mes études et j'essayais de dépasser tout ce qui était en travers de mon chemin et alhamdouliAllah j'avais réussi à faire de très bonnes choses.

Et une fois arrivé un certain âge (14), j'ignorais TOTALEMENT ce qu'elle me disait, elle pouvait tout dire et tout faire cela ne me faisait plus rien, j'étais devenu solide comme un roc.
Puis à partir des mes 15-16 ans, lorsque c'était elle qui se faisait mal en me frappant, elle a arrêté.

Je me suis toujours dit qu'elle m'avait fait ça parce qu'elle avait des problèmes avec mon père du coup elle se défoulait sur moi.
Et à chaque fois qu'elle me frappait ou rabaissait, je me disait " Cette personne je la hais, je n'en veux plus ce n'est pas ma mère, ma mère meurt à chaque fois que cette personne vient me frapper ou insulter"
Et à chaque fois qu'elle redevenait calme je me disais " Comme j'aime ma mère, elle est revenue à la vie".

Et aujourd'hui, pour rien au monde je ne laisserai tomber mes parents, ils m'ont permis d'arriver au sommet et de faire ce que je voulais, chose dont je rêvais mais que jamais seul je n'aurais pu faire In love
[color=#33FFFF]Je n'ai jamais tord, jamais. Soit j'ai raison, soit j'apprends.[/color]
28 décembre 2017 15:18
Perso je suis dans ce cas. J ai renier ma mere et mes 2 soeurs. Je continue a les cotoyer pour les aniv des enfants ou autres fetes. Je ne m interresse pas a leur vies et reciproquement. Je leur ai dit en face a face de se limiter a la politesse du bonjour aurevoir et stop. Je ne regrette pas. Elles n ont hamais essayer de me demander pardon. J ai fais ca pour me proteger car qd tes soeurs commencent a te dire vient plus chez moi, ou baver sur ta gueule, moi ca m interressait plus. Qd t es a terre personne pour te soulever. Pour moi ce n est plus ma famille. Je fais juste de la politesse pour que mes enfants voient un peu leur famille mais c est tout.
Je me sens mieux dans ma.vie. ca fait mnt 2 ans. Hamdoulah
28 décembre 2017 15:28
Salam aleykoum,

Al hamdoulillah, je peux considérer ma famille comme une famille. Même si ce n'était pas rose tous les jours...

Non. Pour moi, la famille, c'est à vie. Elle doit être capable de t'accueillir même au delà de tes vingt ans, si ce n'est pas possible pour toi.
Elle doit te soutenir, te tirer vers le haut. Pas te rabaisser et t'humilier. Une famille, c'est des gens, liés les uns aux autres par les liens du sang. Vous êtes liés à vie.
Elle est là même quand personne ne croit plus en toi.

Ce que tu décris là, ce n'est pas une famille. Vous cohabiter juste ensemble.
B
28 décembre 2017 15:29
Je pense qu'à notre enfance/adolescence on a tous connu cette situation difficile avec les parents mais avec des degrés différents, l'impression qu'on subit une injustice et on finit par se dire dans un coin de notre tête qu'on les déteste, qu'ils ne nous aiment pas et qu'ils nous veulent du mal. C'est ce que j'ai ressenti il y'a quelques années (ma période fin collège/lycée).
Aujourd'hui j'éprouve un profond respect envers mes parents, ce sont les seuls que je place au-dessus de moi, bien qu'il y ait toujours des incompréhensions entre eux et moi et ça c'est normal, c'est comme avec n'importe qui.
À mon avis renier sa famille ne peut pas être une solution à moins que la situation soit vraiment vraiment grave voir désespérée.
S
28 décembre 2017 15:47
Merci pour vos réponses je suis vraiment contente de vous lire.

Citation
bent-el-mokhtar a écrit:
c'est difficile et je n'ose pas imaginer l'épreuve que ça doit être
le lieu où tu es supposé de sentir le mieux au monde, le cocon familial dans lequel tu es censé trouver du réconfort et de l'amour inconditionnel, des gens pour qui malgré tes défauts tu reste une personne parfaite à leurs yeux... devient l'endroit de l'insécurité psychologique, sans épanouissement ni bienveillance...

je me dis toujours que si ma famille est capable de me traiter mal, alors qu'en est-il des étrangers?

C'est plaisant de voir quelqu'un qui n'a pas ce problème mais qui essayent de se mettre dans cette situation, merci.

Citation
bent-el-mokhtar a écrit:
je n'ai jamais connu ça Dieu merci

et je dois t'avouer qu'il est difficile de statuer sur ça, car étant heureuse dans ma famille, j'ai envie de te dire la famille c'est la famille quoi
tu ne peux pas te couper d'eux

mais comme je ne sais pas ce que c'est que de vivre dans de telles conditions de violence verbale, je ne sais pas à quel point c'est supportable

peut être prendrais-je mes distances

c'est difficile et je n'ose pas imaginer l'épreuve que ça doit être
le lieu où tu es supposé de sentir le mieux au monde, le cocon familial dans lequel tu es censé trouver du réconfort et de l'amour inconditionnel, des gens pour qui malgré tes défauts tu reste une personne parfaite à leurs yeux... devient l'endroit de l'insécurité psychologique, sans épanouissement ni bienveillance...

je me dis toujours que si ma famille est capable de me traiter mal, alors qu'en est-il des étrangers?

que te dire à part de patienter, et de trouver un moyen de te libérer psychologiquement d'eux
car couper les ponts n'est pas forcément une bonne idée
rester en contact mais avec une distance entre vous

Allah y sahel
L
28 décembre 2017 15:52
alors j'ai malhereusement vécu cela ...

tu perds une confiance incroyable.. tu te sens tellement dévalorisée ...

moi j'ai couper les ponts quelque temps ... je suis revenue pour ma mère... mais quand je regarde mon père j'ai bcp de déception .... c'est vraiment triste pour lui ... éduquez tes enfants et les insulter ensuite ... alors que je suis parfaite .... comme enfant... j'ai tout réussi ... des fois je me dis qu'en fait il est jaloux de ma réussite;

bref toi tu as 20 ans alors prends sur toi et fait des études et ensuite va bosser loinnnnnnnnnnnnnnnn
S
28 décembre 2017 15:55
Citation
Kbayli a écrit:
J'étais très lent comme garçon, je m'habillais toujours lentement dans les vestiaires, je grattais l'amitié avec le premier venu, je faisais confiance à tout le monde etc ...

Tu penses que c'est un mal d'être comme ça? Tu penses que tu ne serais jamais devenu ce que tu es aujourd'hui si tu n'avais pas été brusqué de cette manière?
Le seul truc sur lequel je suis plutôt d'accord ou presque, c'est que subir nous rend plus fort et moins peureux. Par contre nos attitudes, notre personnalité, je refuse de dire qu'il est normal et bénéfique pour un parent de se montrer ainsi sous prétexte que l'enfant est lent timide etc... On résout rien par la violence ni par les jugements de valeurs (certainement pas) j'ai même envie de dire on est comme on est. Je parle pas de ce qu'il y'a eu entre toi et ton père mais je dis juste sous entend pas que t'étais une tâche non plus.


Citation
a écrit:
Je me suis toujours dit qu'elle m'avait fait ça parce qu'elle avait des problèmes avec mon père du coup elle se défoulait sur moi.
Et à chaque fois qu'elle me frappait ou rabaissait, je me disait " Cette personne je la hais, je n'en veux plus ce n'est pas ma mère, ma mère meurt à chaque fois que cette personne vient me frapper ou insulter"
Et à chaque fois qu'elle redevenait calme je me disais " Comme j'aime ma mère, elle est revenue à la vie".

Et aujourd'hui, pour rien au monde je ne laisserai tomber mes parents, ils m'ont permis d'arriver au sommet et de faire ce que je voulais, chose dont je rêvais mais que jamais seul je n'aurais pu faire in love

Je suis contente que tu arrives à penser comme ça. Moi aussi des fois j'essaye de me dire ça mais les événements suivants me rattrapent toujours et je me dis qu'il faut être complètement fou de donner raison à ses parents pour n'importe quoi. Même mes chats je les traite pas comme ça. Et les sauts d'humeurs devraient moins être une excuse, quand j'suis énervée je vais pas taper mes chats ou les insulter de connards.




Citation
Kbayli a écrit:
Quand j'étais petit (primaire), mon père me rabaissait énormément mais en l'occurence, dans son cas, c'était pour la bonne cause.
J'étais très lent comme garçon, je m'habillais toujours lentement dans les vestiaires, je grattais l'amitié avec le premier venu, je faisais confiance à tout le monde etc ...
Puis, à cause de ce qu'il me disait, je me suis endurcit et j'ai fini par être plus vif et je l'ai compris à mes 13 ans lorsque j'ai rompu une longue relation avec un "ami", que j'ai fini par être un dur à cuire et plus rien ne me faisait peur ( sauf Allah Angel ).

Sauf qu'ensuite, c'était au tour de ma mère, elle me rabaissait énormément sauf que pendant la période de l'adolescence, c'était pour un rien et souvent injustifié.
Elle me frappait à la moindre erreur, je faisais tomber un verre sans faire exprès -> bim badaboum
Quelqu'un marchait et salissait mes chaussures -> bim badaboum
Et ainsi de suite.

Je me rappelle une fois avoir pensé à la solution de lâche, le suicide ( y'a rabi aghfarli).
Mais j'étais résolu à devenir le meilleur et irréprochable dans les moindres détails comme ça la prochaine fois qu'elle me maltraitera, ce sera une preuve flagrante d'injustice.
Je me suis donc penché sur mes études et j'essayais de dépasser tout ce qui était en travers de mon chemin et alhamdouliAllah j'avais réussi à faire de très bonnes choses.

Et une fois arrivé un certain âge (14), j'ignorais TOTALEMENT ce qu'elle me disait, elle pouvait tout dire et tout faire cela ne me faisait plus rien, j'étais devenu solide comme un roc.
Puis à partir des mes 15-16 ans, lorsque c'était elle qui se faisait mal en me frappant, elle a arrêté.

Je me suis toujours dit qu'elle m'avait fait ça parce qu'elle avait des problèmes avec mon père du coup elle se défoulait sur moi.
Et à chaque fois qu'elle me frappait ou rabaissait, je me disait " Cette personne je la hais, je n'en veux plus ce n'est pas ma mère, ma mère meurt à chaque fois que cette personne vient me frapper ou insulter"
Et à chaque fois qu'elle redevenait calme je me disais " Comme j'aime ma mère, elle est revenue à la vie".

Et aujourd'hui, pour rien au monde je ne laisserai tomber mes parents, ils m'ont permis d'arriver au sommet et de faire ce que je voulais, chose dont je rêvais mais que jamais seul je n'aurais pu faire In love
S
28 décembre 2017 15:59
Citation
kermosse21 a écrit:
Perso je suis dans ce cas. J ai renier ma mere et mes 2 soeurs. Je continue a les cotoyer pour les aniv des enfants ou autres fetes. Je ne m interresse pas a leur vies et reciproquement. Je leur ai dit en face a face de se limiter a la politesse du bonjour aurevoir et stop. Je ne regrette pas. Elles n ont hamais essayer de me demander pardon. J ai fais ca pour me proteger car qd tes soeurs commencent a te dire vient plus chez moi, ou baver sur ta gueule, moi ca m interressait plus. Qd t es a terre personne pour te soulever. Pour moi ce n est plus ma famille. Je fais juste de la politesse pour que mes enfants voient un peu leur famille mais c est tout.
Je me sens mieux dans ma.vie. ca fait mnt 2 ans. Hamdoulah

C'est exactement ce que je pense et je pense faire la même chose plus tard sincèrement.
S
28 décembre 2017 16:03
Citation
**Pomme d'Amour a écrit:
Non. Pour moi, la famille, c'est à vie. Elle doit être capable de t'accueillir même au delà de tes vingt ans, si ce n'est pas possible pour toi.
Elle doit te soutenir, te tirer vers le haut. Pas te rabaisser et t'humilier. Une famille, c'est des gens, liés les uns aux autres par les liens du sang. Vous êtes liés à vie.
Elle est là même quand personne ne croit plus en toi.

Ce que tu décris là, ce n'est pas une famille. Vous cohabiter juste ensemble.

Tiens, ça me fais penser à toute ces fois ou ils disent que je suis une invitée Grinning smiley comment te dire la joie que tu ressens quand ta famille de sang te balance ça dans la tronche, t'as trop envie de leur dire merci après ça.
K
28 décembre 2017 16:05
Citation
Yiskah a écrit:
Tu penses que c'est un mal d'être comme ça? Tu penses que tu ne serais jamais devenu ce que tu es aujourd'hui si tu n'avais pas été brusqué de cette manière?
Le seul truc sur lequel je suis plutôt d'accord ou presque, c'est que subir nous rend plus fort et moins peureux. Par contre nos attitudes, notre personnalité, je refuse de dire qu'il est normal et bénéfique pour un parent de se montrer ainsi sous prétexte que l'enfant est lent timide etc... On résout rien par la violence ni par les jugements de valeurs (certainement pas) j'ai même envie de dire on est comme on est. Je parle pas de ce qu'il y'a eu entre toi et ton père mais je dis juste sous entend pas que t'étais une tâche non plus.

Un mal je ne sais pas, tu peux utiliser cette lenteur dans certains domaines comme l'art et d'autres choses qui nécessitent une certaine patience.
Mais, à titre personnel, je pense qu'être vif et réactif pour ne pas se faire marcher dessus est bien.

Maintenant, est-ce que cela était nécessaire ?
Non !
C'était suffisant pour me rendre fort mais pas nécessaire.
Mon frère est également bon à l'école ( mashAllah) mais il est un peu plus "lent", après c'est le dernier donc il est chouchouté etc , ça peut jouer aussi ptdr

Citation
a écrit:
Je suis contente que tu arrives à penser comme ça. Moi aussi des fois j'essaye de me dire ça mais les événements suivants me rattrapent toujours et je me dis qu'il faut être complètement fou de donner raison à ses parents pour n'importe quoi. Même mes chats je les traite pas comme ça. Et les sauts d'humeurs devraient moins être une excuse, quand j'suis énervée je vais pas taper mes chats ou les insulter de connards.

Il le faut !
Il faut penser positivement !
Ne pas se laisser abattre !
Tu sais, je pense que tout cela était une épreuve, une épreuve que nous DEVONS réussir.
Il ne faut pas flancher.
Dis toi que ce n'est jamais ta mère ou ton père qui t'insulte ou te frappe car un père et une mère le font à contre coeur !
Le cas échéant c'est que ce sont des malades et je ne pense pas ce soit le cas.

Je pense qu'il faut être stricte avec ses enfants mais avoir un coeur ouvert pour leur donner l'amour qu'il leur faut.

Personellement, j'éduquerai mes enfants pour qu'ils donnent le meilleur d'eux même et qu'ils soient vifs inchAllah, c'est très important je trouve.

Si j'étais resté avec ma mentalité lente, j'aurais suivi mes anciens amis athée et j'aurais fait teeeeellement de choses haram.
[color=#33FFFF]Je n'ai jamais tord, jamais. Soit j'ai raison, soit j'apprends.[/color]
S
28 décembre 2017 16:07
En fait, on dit souvent que ça s’estompe quand tu grandis etc... C'est surement vrai pour la majorité des cas mais je suis adulte et j'ai l'impression de me faire traitée comme quand j'étais au CP.
Citation
BouquinColoré a écrit:
Je pense qu'à notre enfance/adolescence on a tous connu cette situation difficile avec les parents mais avec des degrés différents, l'impression qu'on subit une injustice et on finit par se dire dans un coin de notre tête qu'on les déteste, qu'ils ne nous aiment pas et qu'ils nous veulent du mal. C'est ce que j'ai ressenti il y'a quelques années (ma période fin collège/lycée).
Aujourd'hui j'éprouve un profond respect envers mes parents, ce sont les seuls que je place au-dessus de moi, bien qu'il y ait toujours des incompréhensions entre eux et moi et ça c'est normal, c'est comme avec n'importe qui.
À mon avis renier sa famille ne peut pas être une solution à moins que la situation soit vraiment vraiment grave voir désespérée.
B
28 décembre 2017 16:11
Mais ils te font quoi ou disent quoi concrètement ?
Citation
Yiskah a écrit:
En fait, on dit souvent que ça s’estompe quand tu grandis etc... C'est surement vrai pour la majorité des cas mais je suis adulte et j'ai l'impression de me faire traitée comme quand j'étais au CP.
S
28 décembre 2017 16:14
Ca a pourri les 2/3 de ma vie en fait, cette confiance que j'ai récupérée il y'a seulement trois ans, après 15ans de discipline à dose d'insultes d'injures et tout le reste (+ ceux compris en dehors de la maison, l'école, les fréquentations, t'as juste envie de t'arracher la tête)

Pour ton père moi c'est la même chose mais plus du côté de ma mère. J'ai jamais été mauvaise enfant non plus, j'ai fais les 400 coups mais quand t'es enfant c'est "normal" non? J'ai pas dévalisée une banque non plus, je les insultais pas, par contre être en maternelle et savoir ce que c'est "connasse" car ta mère te le disais souvent, aujourd'hui même je me demande comment j'ai fais pour pas finir en HP.

PS: j'ai un peu plus que 20ans, j'étudie et je travaille (peu car les études à côté donc je fais qu'économiser)


Citation
LynetteScavo33 a écrit:
alors j'ai malhereusement vécu cela ...

tu perds une confiance incroyable.. tu te sens tellement dévalorisée ...

moi j'ai couper les ponts quelque temps ... je suis revenue pour ma mère... mais quand je regarde mon père j'ai bcp de déception .... c'est vraiment triste pour lui ... éduquez tes enfants et les insulter ensuite ... alors que je suis parfaite .... comme enfant... j'ai tout réussi ... des fois je me dis qu'en fait il est jaloux de ma réussite;

bref toi tu as 20 ans alors prends sur toi et fait des études et ensuite va bosser loinnnnnnnnnnnnnnnn
S
28 décembre 2017 16:26
Je suis d'accord avec toi qu'il faut pousser les enfants vers le haut et leur montrer le droit chemin même si il faut être ferme, mais JUSTE ferme ! Pas de violence, pas de jugements de valeurs surtout pas...
Pour la lenteur comme quoi, pour ton frère, ça ne l'empêche pas de réussir et c'est très bien.
En fait pour moi, tant que je n'avais pas 18ans (l'âge des responsabilités), me faire marcher dessus était un moyen d'encaisser parce que je n'avais aucun pouvoir et que si je me fais défoncer dans la rue c'est qui qui va en avoir marre? Mes parents. Bon j'ai presque envie de dire que l'instinct de bagarreur c'est surtout chez les garçons, même enfant. Moi en tant que fille et avec la superbe vie sociale que j'ai eu j'avais pas du tout envie de me faire frapper par ces gens et revenir chez mes parents qui sont juste saoulé de ma présence. Déjà juste le fait que j'avais des ennuis dehors ça les dépassait et des fois disaient que c'était de ma faute. J'ai fais + preuve de réserve, résistance et de silence que de me montrer dur ou quoi alors que je l'étais pas du tout.

Je reste persuadée qu'il y'a des meilleures façons d'endurcir ses enfants sans leur inculquer dans la tête qu'ils sont lents, trop timide trop bons a rien etc...

Un petit PS sur ta dernière phrase: Encore une fois la lenteur n'a rien à voir avec les trucs d'athées ou haram !! Des fois il faut juste accepter son rythme de vie et laisser les choses se faire. J'ai été quelqu'un de lente aussi (enfait c'est même pas de la lenteur, c'est juste que quand j'ai pas envie de faire un truc je suis pas enjouée c'est tout), mais depuis que je suis en maternelle je commencais à savoir ce qui était haram ou non. Je part du principe que ce qui me fais mal à moi peut faire mal à d'autre et voila. Et à l'inverse, voir les autres souffrir pour tel raison c'est que cette raison n'est pas propice au bonheur de l'être humain.


Citation
Kbayli a écrit:
Il le faut !
Il faut penser positivement !
Ne pas se laisser abattre !
Tu sais, je pense que tout cela était une épreuve, une épreuve que nous DEVONS réussir.
Il ne faut pas flancher.
Dis toi que ce n'est jamais ta mère ou ton père qui t'insulte ou te frappe car un père et une mère le font à contre coeur !
Le cas échéant c'est que ce sont des malades et je ne pense pas ce soit le cas.

Je pense qu'il faut être stricte avec ses enfants mais avoir un coeur ouvert pour leur donner l'amour qu'il leur faut.

Personellement, j'éduquerai mes enfants pour qu'ils donnent le meilleur d'eux même et qu'ils soient vifs inchAllah, c'est très important je trouve.

Si j'étais resté avec ma mentalité lente, j'aurais suivi mes anciens amis athée et j'aurais fait teeeeellement de choses haram.
28 décembre 2017 16:29
Sad Smiley

Citation
Yiskah a écrit:
Tiens, ça me fais penser à toute ces fois ou ils disent que je suis une invitée Grinning smiley comment te dire la joie que tu ressens quand ta famille de sang te balance ça dans la tronche, t'as trop envie de leur dire merci après ça.
28 décembre 2017 16:36
Des fois ca fait du bien de s eloigner.
Loins des parasites. J ai deprimer pdt 1 an mais hamdoullah je vais mieux.
Je te souhaite que du bon
K
28 décembre 2017 16:37
Ce n'est pas seulement de la lenteur c'est également ne pas savoir s'affirmer, laisser les autres décider à sa place c'est un tout etc ...

Par exemple, lorsque j'étais encore avec mes amis athée au collège ( j'ai plein d'amis athées aujourd'hui mais ce ne sont plus les mêmes hein Grinning smiley ), j'étais complexé par ma religion et mes origines, je pensais qu'ils étaient supérieurs à moi, qu'ils avaient toujours raison.
Puis, lorsque je me suis endurcit et que je les ai dépassé dans énormément de domaines, j'ai su qu'il fallait savoir s'affirmer et toujours viser le sommet .

La violence est l'outil ultime ( et encore si on considère que la fessée est une violence) pour les enfants en bas âge incapables de comprendre le bien et le mal.
La violence, une fois ce stade dépassé, est inutile.

Ne confonds pas la timidité et la lenteur.
La timidité ( dans des proportions raisonnables) n'est ni bien ni mal.
Mais la lenteur tend à rendre l'individu "bouboul".

Tu veux faire quoi plus tard ou dans la vie en général sans vouloir être indiscret ?
[color=#33FFFF]Je n'ai jamais tord, jamais. Soit j'ai raison, soit j'apprends.[/color]
S
28 décembre 2017 16:58
Citation
Kbayli a écrit:
Par exemple, lorsque j'étais encore avec mes amis athée au collège ( j'ai plein d'amis athées aujourd'hui mais ce ne sont plus les mêmes hein Grinning smiley ), j'étais complexé par ma religion et mes origines, je pensais qu'ils étaient supérieurs à moi, qu'ils avaient toujours raison.
Puis, lorsque je me suis endurcit et que je les ai dépassé dans énormément de domaines, j'ai su qu'il fallait savoir s'affirmer et toujours viser le sommet .

J'suis contente que tu ai réaffirmé ta foi, moi aussi j'ai eu cette épreuve avec les copains copines qui se moquent de tes valeurs et principes, sans vouloir cracher sur le dos des athées (je parle que de mes ex camarades, sans rancune).

Citation
a écrit:
La violence est l'outil ultime ( et encore si on considère que la fessée est une violence) pour les enfants en bas âge incapables de comprendre le bien et le mal.
La violence, une fois ce stade dépassé, est inutile.

Justement, pour toi la violence est l'outil ultime pour différencier le bien du mal mais si on l'a déjà compris quel intérêt? Et franchement la fessée, c'est quand même un geste assez cru, faut vraiment y avoir une bonne raison et pas confondre fessée et gifle/baffe.

Citation
a écrit:
Ne confonds pas la timidité et la lenteur.
La timidité ( dans des proportions raisonnables) n'est ni bien ni mal.
Mais la lenteur tend à rendre l'individu "bouboul".

Pour beaucoup ils trouvent que la timidité est aussi un facteur de la lenteur, mais j'ai compris ce que tu veux dire.


Citation
a écrit:
Tu veux faire quoi plus tard ou dans la vie en général sans vouloir être indiscret ?

Comment ça? Professionnellement?
Citation
Kbayli a écrit:
Ce n'est pas seulement de la lenteur c'est également ne pas savoir s'affirmer, laisser les autres décider à sa place c'est un tout etc ...

Par exemple, lorsque j'étais encore avec mes amis athée au collège ( j'ai plein d'amis athées aujourd'hui mais ce ne sont plus les mêmes hein Grinning smiley ), j'étais complexé par ma religion et mes origines, je pensais qu'ils étaient supérieurs à moi, qu'ils avaient toujours raison.
Puis, lorsque je me suis endurcit et que je les ai dépassé dans énormément de domaines, j'ai su qu'il fallait savoir s'affirmer et toujours viser le sommet .

La violence est l'outil ultime ( et encore si on considère que la fessée est une violence) pour les enfants en bas âge incapables de comprendre le bien et le mal.
La violence, une fois ce stade dépassé, est inutile.

Ne confonds pas la timidité et la lenteur.
La timidité ( dans des proportions raisonnables) n'est ni bien ni mal.
Mais la lenteur tend à rendre l'individu "bouboul".

Tu veux faire quoi plus tard ou dans la vie en général sans vouloir être indiscret ?
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
Facebook