Maroc : RSF déplore la condamnation du blogueur Sokrate

Reporters Sans Frontières (RSF) a critiqué, ce mardi 19 juin, la condamnation du blogueur marocain Mohamed Sokrate à deux ans de prison ferme, par le tribunal de première instance de Marrakech. Le jeune homme, qui militait dans les rangs du Mouvement du 20 février, a été reconnu coupable, le 15 juin, de « possession et trafic de drogue ». Une accusation « fallacieuse », estime l’ONG, dans un communiqué relayé par l’AFP.

« Nous déplorons vivement ce verdict. Les accusations fallacieuses portées contre Mohamed Sokrate semblent être une nouvelle étape dans la campagne contre la liberté d'expression menée par les autorités marocaines, et qui a déjà conduit à l'arrestation et la condamnation de plusieurs blogueurs », regrette RSF. L’organisation s'inquiète également « de la recrudescence de l'utilisation du droit pénal à l'encontre des blogueurs », ajoute le communiqué. A noter que l’avocat du blogueur, Me Taher Abouzaid, compte faire appel.   

Suivre Yabiladi
1 commentaire
Justice à 2 vitesses
Auteur : aminedu33
Date : le 20 juin 2012 à 03h12
Ne jamais parler de liberté de presse et d'expression au Maroc. Le Maroc c'est 34 millions de sujets et non de citoyens.
Sincèrement, on va vers un retour de l'époque de Hassan II, museler la presse et les envoyer au goulag. Au Maroc, on peut te coller un procès alors que tu es innocent pendant ce temps les criminels surgissent de toute part et sont libres. La preuve, le fils du Maire de Fés est toujours en liberté provisoire alors qu'il a été jugé pour détention de drogues. La même chose pour le fils d'Aberchane, un député de Nador. Et aussi les fils d'une famille riche qui ont tabassé un préfet de police lors du concert de Mawazine est toujours libre.

Des militants du 20 février ont été jugés pour détention de drogues dans la province d'Al Hoceima. La justice appartient aux riches. Au Maroc, le juge déjeune avec l'avocat du coupable et traite les affaires interne et trouvent un arrangement avec un beau chéquier en contrepartie le pauvre sera envoyé en prison par erreur de jugement. Ya qu'au Maroc ou la justice est pourrie. C'est bien dommage car c'est un très beau pays et le peuple ne mérité pas cette sanction. Méfiez vous de l"éléphant endormi. Je crois que je vais rentrer au Maroc avec le livre le roi prédateur lol ....
Facebook