News Forum MediaTIC Islam Yabiladies Rencontres العربية Connexion

Marrakech : Le blogueur Mohamed Sokrate condamné à deux ans de prison ferme

Le procès du blogueur Mohamed Sokrate a été entaché de plusieurs irrégularités. C’est la version de la défense qui compte interjeter l'appel.

Aux premières heures de la soirée du jeudi, le très attendu verdict dans l’affaire du blogueur Mohamed Sokrate vient de tomber. Le tribunal de première instance de Marrakech l’a condamné à deux ans de prison ferme et à payer une amende de 5000 dh. « C’est une sentence lourde », nous confie Me Tahar Abou Zaid qui sortait du tribunal. Il s’avère que le procès ne s’est pas déroulé comme l’aurait souhaité la défense, composée d’une vingtaine d’avocats, évoquant même de nombreuses « irrégularités ».

« La cour a refusé toutes les requêtes portant sur les vices de formes relevés par la défense, sans qu’elle ait pris le soin de les consulter comme il est d’usage dans tout procès. Et elles sont nombreuses. Nous avons insisté sur le fait que le blogueur a été victime d’enlèvement et non d’arrestation comme il est inscrit dans le procès-verbal de la police. Des témoins affirment en effet que des individus en tenue civile ont forcer Sokrate à monter dans une voiture jaune portant une plaque d’immatriculation française », souligne l’avocat. Pour mémoire, lors de la séance du 31 mai, devant le même tribunal, le blogueur Sokrate a avoué aux juges qu’il a été contraint par la police de signer le PV.

La cour a refusé les dépositions des témoins

« La cour n’a pas souhaité entendre les déclarations des témoins de la défense. Nous avons présenté une liste de trois témoins qui démontent pièce par pièce la version de la police, en vain.  Des pratiques d’un âge que nous croyons révolues. Le procès a connu, par ailleurs, l’absence de la direction de la Douane. D’habitude dans les affaires de trafic ou de possession de drogue, cet organisme publique tient à y être présent », déplore Me Abou Zaid.

Cette affaire remonte au mardi 29 mai, jour de l’arrestation du blogueur.  Il est accusé de « possession et de trafic de drogue ». Après 48 heures de garde à vue, il est présenté devant les juges. Deux avocats se présentent, gracieusement, pour assurer la défense de Sokrate. Ils demandent le report pour examen du dossier. Une requête approuvée par la cour. Le même tribunal décide, le 8 juin, de reporter au 14 juin l’examen de cette affaire.

Le blogueur Mohamed Sokrate est connu pour ses écrits anti-islam et anti-monarchie. En dépit de ce verdict, la défense compte interjeter appel ce vendredi. La date de la prochaine séance sera fixée dans une vingtaine de jours.

Suivre Yabiladi
1 commentaire
pas etonant...
Auteur : Penut
Date : le 17 juin 2012 à 13h51
Il ya toujours des affaires de ce genre au Maroc, c'est une sorte de guerre syrienne mais en sou marine.
Eh oui beaucoup de marocain disparaissent, assassinés...
et beaucoup d'abus de pouvoir de la police, et corruption...

a quoi bon répéter tout ça finalement!
Facebook