News Forum MediaTIC Islam YabiladiesUniversités d'été العربية Connexion
Profession : Chikhates
Bonsoir mes chers compatriotes,

Je vous propose de débattre d'un sujet propre à la culture marocaine, les "chikhates".
Voici tout d'abord un petit article, synthétisant le sujet :



Les "chikhates", artistes pionnières du Maroc, sont à la fois les femmes les plus aimées et les plus marginalisées! Et ceci pour une seule et même raison : leur liberté ! Liberté des moeurs et liberté de ton qui leur permettent, à elles seules, de chanter l’injustice et le sort des femmes. Avec des mots simples, Shikha Aïcha m’a résumé cette situation : « notre vie est semblable à cette bougie qui brûle et se sacrifie pour que les autres voient ! »
Une chikha, signifie littéralement chanteuse professionnelle . Jusqu'aux années 50, les rares femmes qui chantaient devant une audience mixte étaient des chikhates que le public associait au divertissement dans toutes ses dimensions et formes. Ces femmes chantaient et dansaient dans les fêtes de la communauté (moussems) ou à l'occasion d'un baptême, une circoncision ou un mariage. Elles sont portées généralement vers le chant et la danse et accessoirement vers les percussions d'accompagnement sous la forme du fameux petit tambourin (ta'rija).
Elles ont souvent beaucoup sacrifié de leur vie pour exercer ce métier et parfois même tout perdu: jeunesse, beauté et argent. Il en restera que grâce à elles, un immense répertoire de la tradition musicale populaire est préservé et même fructifié, et un métier se retrouve reconnu par une audience et une société qui avait assigné la chikha au rôle de "voleuse de maris".


Feriez-vous appel à elles , si vous en avez les moyens, pour animer une de vos cérémonies?



Modifié 3 fois. Dernière modification le 02/12/07 18:34 par andi espoir.
A OUI IL EN DES TRES BELLES

SOIREE MUSICALE BIEN BIEN

ET NUIT POLYGAME

clap clap clap
Beau sujet andiespoir,

Les Chikhates en version traditionnelle se font de plus en plus rares. Inutile de sortir la nuit à Casablanca, Rabat, Salé, Marrakech, El Jadida, Safi ou Settat pour tomber sur El Hamouniya ou Rabia d’El Gara. Des Chikhates comme celles-ci, on en fait très rarement. C’est aujourd’hui une espèce en voie de disparition. Il reste quelques ersatz locaux, très concentrés avec quelques variations sur le thème du classicisme. Le reste, presque une majorité des Chikhates en version re-mastérisée sont une création hybride, très au fait de la modernité musicale. Mais, qu’on ne s’y trompe pas, elles ont la côte, les nouvelles Chikhates. Le tout n’est pas d’avoir du texte et quelques Aouni doublé d’un bon Hakkak à la maîtrise infaillible, mais d’avoir des fesses et la langue bien pendue. C’est l’argument de base.

L’ksara avec les Chikhatessmiling smiley un bel article à lire ici:

[www.lagazettedumaroc.com]
"Une espèce en voie de disparition............" Souheil, j'ai l'impression que tu causes d'animaux là lol
Citation
andi espoir a écrit:
Bonsoir mes chers compatriotes,

Je vous propose de débattre d'un sujet propre à la culture marocaine, les "chikhates".
Voici tout d'abord un petit article, synthétisant le sujet :



Les "chikhates", artistes pionnières du Maroc, sont à la fois les femmes les plus aimées et les plus marginalisées! Et ceci pour une seule et même raison : leur liberté ! Liberté des moeurs et liberté de ton qui leur permettent, à elles seules, de chanter l’injustice et le sort des femmes. Avec des mots simples, Shikha Aïcha m’a résumé cette situation : « notre vie est semblable à cette bougie qui brûle et se sacrifie pour que les autres voient ! »
Une chikha, signifie littéralement chanteuse professionnelle . Jusqu'aux années 50, les rares femmes qui chantaient devant une audience mixte étaient des chikhates que le public associait au divertissement dans toutes ses dimensions et formes. Ces femmes chantaient et dansaient dans les fêtes de la communauté (moussems) ou à l'occasion d'un baptême, une circoncision ou un mariage. Elles sont portées généralement vers le chant et la danse et accessoirement vers les percussions d'accompagnement sous la forme du fameux petit tambourin (ta'rija).
Elles ont souvent beaucoup sacrifié de leur vie pour exercer ce métier et parfois même tout perdu: jeunesse, beauté et argent. Il en restera que grâce à elles, un immense répertoire de la tradition musicale populaire est préservé et même fructifié, et un métier se retrouve reconnu par une audience et une société qui avait assigné la chikha au rôle de "voleuse de maris".


Feriez-vous appel à elles , si vous en avez les moyens, pour animer une de vos cérémonies?


Ayli yayllllllllllllllllli alatif alatif Allah a sidi lemhba machi besife 3inike 3inike tayhou zerzoure mane fougue soure
Citation
Zoro (Z) a écrit:
Ayli yayllllllllllllllllli alatif alatif Allah a sidi lemhba machi besife 3inike 3inike tayhou zerzoure mane fougue soure

Et en français, s'il vous plaît, je n'ai pas compris perplexe
Citation
andi espoir a écrit:
Citation
Zoro (Z) a écrit:
Ayli yayllllllllllllllllli alatif alatif Allah a sidi lemhba machi besife 3inike 3inike tayhou zerzoure mane fougue soure

Et en français, s'il vous plaît, je n'ai pas compris perplexe

C'est un extrait du chant de Hajja Hamdawiya grinning smiley



Une seule et unique
Zen I S L A H Zen
Citation
islah a écrit:
Citation
andi espoir a écrit:
Citation
Zoro (Z) a écrit:
Ayli yayllllllllllllllllli alatif alatif Allah a sidi lemhba machi besife 3inike 3inike tayhou zerzoure mane fougue soure

Et en français, s'il vous plaît, je n'ai pas compris perplexe

C'est un extrait du chant de Hajja Hamdawiya grinning smiley

Oui rah kandire répitition grinning smiley
Citation
souheil a écrit:
L’ksara avec les Chikhatessmiling smiley un bel article à lire ici:

[www.lagazettedumaroc.com]

Salut Souheil,

très bel article sur les chikhates modernes.
Cependant, je suis sûr que tu as connu les chikhates à l'ancienne.

Tu peux nous en parler smiling smiley

Connaissant un peu le pays zaer (à côté de Rabat), je peux vous dire qu'il est courant de voir des chikhates dans les mariages, les circoncisions, les naissances etc...
Citation
Zoro (Z) a écrit:
Citation
islah a écrit:
Citation
andi espoir a écrit:
Citation
Zoro (Z) a écrit:
Ayli yayllllllllllllllllli alatif alatif Allah a sidi lemhba machi besife 3inike 3inike tayhou zerzoure mane fougue soure

Et en français, s'il vous plaît, je n'ai pas compris perplexe

C'est un extrait du chant de Hajja Hamdawiya grinning smiley

Oui rah kandire répitition grinning smiley

Bla ma dir répitition grinning smiley

Autant pour moi, je ne connais pas les paroles.

Je vous demande (zoro et islah) de nous en dire plus sur les chikhates smiling smiley
Citation
andi espoir a écrit:
Bla ma dir répitition grinning smiley

Autant pour moi, je ne connais pas les paroles.

Je vous demande (zoro et islah) de nous en dire plus sur les chikhates smiling smiley

c'est pas du tout mon style de musique.Du coup,je m'interesse moins à ces chikhates

la seule que je connais c'est Hamdawiya vu sa popularité et les reprises de ses chansons faites dans les 4 coins du monde



Une seule et unique
Zen I S L A H Zen
Citation
islah a écrit:
Citation
andi espoir a écrit:
Bla ma dir répitition grinning smiley

Autant pour moi, je ne connais pas les paroles.

Je vous demande (zoro et islah) de nous en dire plus sur les chikhates smiling smiley

c'est pas du tout mon style de musique.Du coup,je m'interesse moins à ces chikhates

la seule que je connais c'est Hamdawiya vu sa popularité et les reprises de ses chansons faites dans les 4 coins du monde

En plus de la musique, il y'a aussi toute une ambiance.
Tu n'as jamais assisté à une cérémonie animée par des chikhates ?
Citation
andi espoir a écrit:
Citation
Zoro (Z) a écrit:
Citation
islah a écrit:
Citation
andi espoir a écrit:
Citation
Zoro (Z) a écrit:
Ayli yayllllllllllllllllli alatif alatif Allah a sidi lemhba machi besife 3inike 3inike tayhou zerzoure mane fougue soure

Et en français, s'il vous plaît, je n'ai pas compris perplexe

C'est un extrait du chant de Hajja Hamdawiya grinning smiley

Oui rah kandire répitition grinning smiley

Bla ma dir répitition grinning smiley

Autant pour moi, je ne connais pas les paroles.

Je vous demande (zoro et islah) de nous en dire plus sur les chikhates smiling smiley


C rare que j'entend chaabi juste dans les fetes de mariage ou les soirée de la télévision j'aime bcp haja Hmdaouia "Byta netessna dada ha dada" "Halkasse hlou halkasse hlou" il chanter avec bouchna9e "Atay ben3na3e" parceque kasse hlou 3fa Allah mouhime il ya aussi Frére bouaazaoui dakchi 3andhoume belmizane (Et ne me demander ps c quoi mizane)

Hdchi lingoule like 3elihe pour chikhate d'aujourd'hui Allah yester me23a Allah yehfade makyne ghire haze lboute a hmida grinning smiley
Citation
andi espoir a écrit:
En plus de la musique, il y'a aussi toute une ambiance.
Tu n'as jamais assisté à une cérémonie animée par des chikhates ?

les quelques cérémonies où j'ai assisté faisaient appel aux services des groupes de jeunes hommes (orchestre ) : chantent un peu de tout meme des morceaux de chikhates ou bien les "la3abate" qui chantent spécialement des chants soussi



Une seule et unique
Zen I S L A H Zen
Bouchaïb el Bidaoui, l'innovateur aux talents multiples

Ecrit par Le Journal Hebdomadaire 02/2007

Il est considéré par bon nombre de spécialistes comme le rénovateur et le modernisateur de l'art de la aïta. " Avant Bouchaïb, la aïta se résumait à un chant typiquement rural, tribal et pastoral. Il a réussi à urbaniser cet art en en gardant les paroles mais en sophistiquant les arrangements musicaux, explique Hassan Bahraoui, auteur du livre, " L'art de la aïta au Maroc ".
Il forme en compagnie du violoniste, le Maréchal Kibbou, et la chikha Bent Louqid, la troupe-star des années 50 et 60. Au départ, rien ne prédisposait ce comptable chez un avocat français du temps de la colonisation et natif de Derb Dalia dans l'ancienne médina de Casablanca, à devenir la coqueluche de la musique pop marocaine. C'est au hasard d'une rencontre dans les années 40 avec deux amateurs de chikhate et bourgeois de surcroît, Benjdiya et Ben M'sik, dont des quartiers de Dar Baïda portent le nom, qu'il a assisté à des prestations des stars de l'époque, Hajja Rouida et Arjouniya, dans les moussems et les fêtes de mariage. "C'est à partir de là que Bouchaïb choisira sa vocation de cheikh", relate M. Bahraoui. Avec l'Indépendance, les festivités gagnent les quatre coins du royaume pour célébrer le retour de Mohammed V et la liberté retrouvée. L'artiste multiplie les apparitions et enregistre ses premiers disques chez Boudraouaphone et Baïdaphone. " Il a fait un travail fantastique sur le répertoire. Il excellait dans les ayoute marsaouies et a rendu les chants de Abda plus abordables au grand public. Enfin, Bouchaïb allait improviser ses propres ayoute avec des succès qui sont repris à ce jour comme " Dabayji ", " Milouda bent Driss " ou encore " Alkass a Abbas ", souligne le professeur universitaire. Durant sa courte vie- Bouchaïb mourra en 1964 à l'âge de 35 ans-


à ecouter ici:

[www.settatbladi.ma]
Un beau site à consulter et à enrechir.


Ecrit par Ahmed AJMI

Sauvez de l’oubli ce qui est encore en mesure d’être récupéré, de ce qui a été combattu depuis des siècles, injustement par les idéologues moyenâgeux et extrémistes, avant qu’il ne soit trop tard. Ce mode d’expression d’une grande partie de la composante ethnique et linguistique marocaine (L’OUROUBIYA) qui la accompagnée durant leurs joies et leurs malheurs, a été écarté et refoulé a vivre à l’intérieur de fausses barrières érigées par des pensées stériles et statiques. Il ne doit sa liberté que grâce au courage et aux sacrifices des Chioukhs et Chikhates qui ont su le défendre et le préserver jusqu’à l’arrivée des techniques modernes d’enregistrements du son, au début du 20éme.siécle.

Je demande à tous les mordus de la chanson arabe marocaine : Aïta, de participer à l’enrichissement de ce site par le partage des informations : textes, iconographies fixes ou mobiles, des audio en votre possession ou en possession des personnes susceptibles à participer à ce projet.

L’équipe Selwane.com, qui a mis ce site en ligne, se chargera à encoder et à numériser les informations quelque soit leur support. La restitution et la signature des auteurs de ces documents seront garanties pleinement.


[www.settatbladi.ma]
On a toujours fait appel aux groupes de Chikhate du Moyen Atlas quand on organisait des soirées pour l'école..Je n'y vois aucun mal, c'est du folklore et ça met une bonne ambiance
j aime pas chikhates; elles ont des voix graves.



Tilalilalouuuuuuuuuuuuuuum
on parle de combats feministes je dirai que cet article enjolive aujourd'hui ces femmes qui dans le passé le faisaient par necessité (encore une histoire d'arget) plus que par voonté de defense de valeurs feminines...
Je pense que cela fait partie de notre folklore.

Comme beaucoup de métiers, celui-ci a pu être fait par nécessité mais aussi par envie et goût.
En tout cas, cela me rappelle le mariage de ma cousine, qui a eu lieu il y a deux ans et qui se déroulait à Tetouan; c'était un mariage rassemblant la (très) belle société tétounaise (mais assel dialna est plutot moyen atlas)

Des chikhates de Khouribga sont venues et je vous assure qu'elles ont mis une ambiance du tonnerre. Tout le monde était debout, hommes et femmes, jeunes et vieux...
Il faut je pnse arrêter d'y voir l'image qui a longtemps été véhiculées: à savoir que ce sont des femmes de "mauvaises vies". Beaucoup sont mariées et ont des enfants
Facebook