Maroc : Polémique autour de l'alcootest

Dès la fin du mois sacré, dans moins de deux semaines, l’alcootest entrera en application au Maroc. Un grand pas pour le code de la route au Maroc, et une mesure qui devenait de plus en plus urgente, les victimes d’accidents de la route liés à l’alcool s’élevant à plus de 600 décès par an. Mais si son adoption est aujourd’hui officielle, la polémique autour de la compatibilité de l’éthylotest avec les principes de l’islam est toujours d’actualité, et les automobilistes ont leur mot à dire. Tour d’horizon.

L’idée qui a été évoquée en 2005 pour la première fois aura attendu 6 ans pour sa concrétisation : l’alcootest ayant alimenté moult polémiques. Les premières tergiversations datent de 2005, avec l’éditorialiste d’un journal proche du PJD. Selon lui, la consommation d’alcool étant interdite formellement par l’islam, et son interdiction élargie à plusieurs étapes de sa production, distribution et consommation par un hadith sans détour (voir encadré), le recours à l’alcootest « cautionne » la consommation d’alcool.

Or, sans forcément aimer se griser tous les soirs, « il existe des médicaments qui comportent de l’alcool ou en contiennent des traces. On ne va pas criminaliser les malades qui en prennent parce qu’ils ont pris le volant pour rentrer chez eux », s’exclame Amir, médecin interne au CHU de Marrakech.

Après avoir sollicité l’avis du Conseil des Oulémas, pour éviter tout affront avec les islamistes, qui dès l’annonce de l’idée se sont érigés contre, le ministère des Transports a tout de même décidé d’adopter l’alcootest, vu la gravité de la situation : sur les 4 000 morts annuels dans les accidents de la route, 15% des décès sont liés à l’alcool. « Je n’ai pas encore reçu de coma éthylique, mais nous recevons chaque jour 3 à 4 accidentés qui ont bu généralement, surtout le vendredi et le samedi » nous rapporte Soukaina Fathi, medecin interne à Avicenne à Rabat. Pour diminuer les accidents dû à l'alcool, le ministère s’est équipé de quoi faire 200 000 contrôles par an et le taux d’alcoolémie toléré a été limité à 0,2 g par litre, soit un peu moins d'un verre de vin.

Les premiers concernés se prononcent

Pour Nada, jeune cadre administratrive motorisée, le taux maximum autorisé est… trop bas : « Je n’ai jamais eu d’accident au volant en ayant bu. Au contraire je suis plus confiante, nous assure-t-elle avec franchise. Les gens tiennent à l’alcool à des degrés différents, chacun selon sa condition physique ». A l’instar de Nada, la polémique autour de l’alcootest se prolonge chez les automobilistes.

Cette mère de deux jeunes étudiants trouve que « C’est très important ! Les gens sont inconscients des dangers de la conduite en état d’ébriété, et il n’y a que les amendes et la prison qui les feront réfléchir un peu ». Elle nous raconte qu’elle a « vu tellement d’accidents de jeunes saouls sur les routes, je n’aimerais pas retrouver mes enfants dans cet état là et je ne peux pas leur interdire de boire » se désole-t-elle.

Pour Mehdi, jeune cadre dans le privé, c’est tout simple : « au lieu de se plaindre de l’alcootest, il suffirait qu’un des jeunes amis ne boive pas pour pouvoir conduire les autres chez eux en toute sécurité. Je ne vois pas matière à polémiquer ». Moncef, élève ingénieur préfère l’ironie pour sa part, il « espère que ça sera appliqué dans les règles et que ça ne deviendra pas juste une nouvelle source de revenus pour les agents de police et les gendarmes ».

Dans les autres pays des limites de 0 à 0,8g/l

L'Algérie a précédé le Maroc dans la législation pour le contrôle de l'alcoolémie au volant. Ainsi lors de l'adoption du nouveau code de la route en 2009, le taux maximum légal a été fixé à 0,2g/l. En Europe, on retrouve cette même limite en Suède, alors que l'Espagne, la France, la Belgique l'ont fixé à 0,5g/l, et le Royaume Uni à 0,8g/l. Mais plusieurs exemples d'Europe Centrale devraient donner du grain à moudre aux partisans de la tolérance zéro. La Hongrie et la République Tchèque par exemple ont fixé la limite à 0g/l. Ce taux est cependant remis en question, car il semblerait que certaines personnes possèdent naturellement une très légère alcoolémie sans même avoir consommé d'alcool. C'est peut être pour cette raison que les Etats-Unis ont adopté un taux maximum de 0,08g/l. Une limite qui sanctionne toute consommation d'alcool avant de prendre le volant, tout en évitant les cas litigieux. 

Alcool et Hadith

Un Hadith, parole du prophète Muhamad interdit de manière détaillée, non seulement la consommation d'alcool, mais également sa production et sa distribution. Il stipule que : « Dieu a maudit dix personnes en rapport avec l’alcool. Celui qui le distille, celui pour qui il est distillé, celui qui le boit, celui qui le transporte, celui chez qui il est transporté, celui qui le sert, celui qui le vend, celui qui profite de l’argent obtenu par sa vente, celui qui l’achète pour lui-même et celui qui l’achète pour quelqu’un d’autre ». 

Suivre Yabiladi
Le maroc pays musulman??!!
Auteur : Nemlaaa
Date : le 20 août 2011 à 19h40
Pfff est du nimporte quoi ce Maroc franchement !!za3ma pays musulmans ou lalcool ne doit meme pas être mis en ventes c'est choquant de voir que l'alcool est devenu comme de leau !! Apres on va polémiquer sur le Mac do pendant le ramadan que les musulmans n'ont pas le droit d'y être servis !! Avant de prendras ce genre de décision balaye vos retaurants et vos commerces du haram qu'il y a !! Allah istarna !!
Arrêter de se prendre soi-même pour un con !
Auteur : sofia34
Date : le 20 août 2011 à 17h08
Des siècles d'évolution de l'être humain nous ont enseigné qu'interdire quelque chose a toujours entraîné la curiosité et la tentation de passer outre les barrières. Alors OUI la consommation d'alcool est interdite, OUI tout le monde sait à quoi s'en tenir quand il boit, sur le plan physique, moral et religieux. Mais nier le problème ne le résout pas, on ne peut pas faire comme si ça n'existait pas. Quand un problème existe, il faut en prendre conscience et faire avec, et éviter les centaines de morts chaque année sur la route à cause des alcooliques qui pensent pouvoir se conduire impunément avec leur étiquette "Masha Allah" sur le pare-brise. Le problème du Marocain musulman est qu'il pense que s'il doit mourir il mourra, mais Dieu n'a jamais protégé une personne qui n'a pas d'abord commencé par se prendre en charge elle-même...
LA RESPONSABILITE
Auteur : jeremiah
Date : le 19 août 2011 à 20h20
Chacun doit être responsable de ses choix et savoir les assumer.
Vive la Suède
Auteur : ElChamali
Date : le 19 août 2011 à 12h57
A force d’intégrer de fliquer nos mentalités, notre pays risque de devenir très triste
4000 tués par an, ça vous dit?
Auteur : Le vrai de vrai
Date : le 19 août 2011 à 12h35
Il faut appliquer toutes les lois du monde entier contres les mauvais conducteurs marocains, sur ceux qui ne respectent pas le code de la route, les indisciplinés, les tueurs, interdire l’alcool au volant, et arrêter les corrompus de la circulation etc...
Des mesures sévères doivent être prises contre tous les contrevenants, avec le retrait immédiat des permis de conduire, et l’emprisonnent sur le champs pour les criminels de la route, et éviter ainsi, le meurtre de 4000 citoyens par an, ce qui est de 10 à12 tués par jour minimum, vous rajoutez à ça, le double ou le triple en blessés graves, sans distinction de race, de sexe ou de tendances politiques.
La loi doit être appliqué pour tous et sans-pitié
Dernière modification le 19/08/2011 12:37
Facebook