Laâyoune : Le comité d’organisation de Gdim Izik voulait créer un Tindouf bis

Selon le quotidien français Le Monde : « La décision de démanteler le camp a été prise après la demande de la coordination de toilettes chimiques - preuve, aux yeux de Rabat, qu'Agdim Izik était en train de se structurer ». C'est le déclic pour le Maroc qui comprend enfin que la situation est en train de lui échapper.

Selon Mohamed Jelmous, le wali (préfet de région), cité par le quotidien français, l'endroit était « en passe de se transformer en Tindouf-bis ».

La sémantique, écrira la journaliste Isabelle Mandraud, en témoigne : « Le site, apparu le 10 octobre dans le désert, à 12 km d'El-Ayoun, a d'abord été baptisé camp de 'la protestation et de la dignité', puis camp de 'la liberté', et enfin, pour les militants sahraouis, camp de 'l'indépendance'. »

Et d'ajouter que « le camp s'est autogéré. Elus et chioukhs (chefs de tribus) n'y étaient pas les bienvenus. »

Ces éléments renforceraient la version du Maroc qui avance que, les manifestants pour leurs droits sociaux ont été rejoints par des éléments pro-polisario, voire même infiltrés par de récents ralliés entraînés et financés par le mouvement séparatiste.

A propos du financement, Driss Bennani qui a couvert les évènements de Laâyoune pour l'hebdomadaire TelQuel, évoquait son étonnement face aux moyens en possession des responsables du camp : « Des centaines de véhicules sont aujourd’hui mobilisés à Laâyoune. Au sein du camp, des sacs poubelles sont gratuitement distribués aux habitants. Des équipes spéciales sont dédiées à l’approvisionnement en eau et en aliments de base. »

Un passage dans l'article du Monde corrobore la parfaite organisation centralisée par le comité en charge de la gestion du camp ainsi que des moyens de ravitaillement : « Les jeunes dressaient des listes de ravitaillement, comme le montre ce cahier de cours, trouvé par le Monde dans les décombres du camp, sur lequel était noté en colonne, à la date du 26 octobre : cinq cartons de bougies, 100 morceaux de pain, 80 cartons de lait, six de sardines... »

Dans le même dossier
Suivre Yabiladi
Soyez le premier à donner votre avis...
Facebook