News Forum MediaTIC Islam Yabiladies Universités d'été العربية Connexion

Maroc : Faut-il réintroduire le Lion de l’Atlas dans son habitat naturel ?

Réputés pour être plus beaux et plus féroces que les lions d’Afrique, les derniers lions de l’Atlas restant au Maroc doivent leur survie...à leur captivité dans les zoos. Un bien triste destin pour ce félin qui jadis escaladait le mont Toubkal. A deux reprises, des programmes de réintroduction allaient être lancés au Maroc pour mieux préserver la survie de l’espèce, mais ils n’ont jamais vraiment vu le jour.

Le lion de l'Atlas ne tient sa survie aujourd'hui qu'à sa captivité.

Alors que son habitat naturel s’étendait du Maroc jusqu’à l’Egypte, le Lion de l’Atlas a quasiment disparu en Afrique du Nord. Au royaume, les derniers spécimens en liberté ont disparu dans les années 30-40. « Un lion a été abattu près de Taddert (versant nord du Tizi n'Tichka) en 1942, ce qui constitue la dernière mention de l'espèce au Maroc », rappelle Fabrice Cuzin, dans sa thèse présentée en 2003 sur les grands mammifères du Maroc. Les félins vivaient surtout dans les plaines, les montagnes et près des rivières pour mieux atteindre leurs proies. Dans sa thèse, le doctorant explique qu’en 1930, en plein été, des habitants auraient aperçu des lions gravir jusqu’à 3000 mètres d’altitude le Toubkal.

Du Toubkal au zoo d’Aïn Sebaâ !

Les raisons de la disparition de cette espèce à l’état sauvage sont diverses. La première est la chasse au lion par l’homme. « La chasse au lion a de tous temps attiré les notables et, pendant le Protectorat, les chasseurs européens, l'utilisation d'armes modernes a sans doute été un facteur décisif dans l'efficacité de cette chasse », précise Fabrice Cuzin. Viennent ensuite les modifications de l’habitat du lion, principalement les diminutions des espaces forestiers mais également la chasse et la disparition des animaux proies du lion. Face à cette diminution de ressources alimentaires, le lion a dû rechercher d’autres nourritures et a du s’attaquer davantage au bétail, créant encore plus d’hostilité de la part des populations locales.

Les seuls spécimens qui existent encore aujourd’hui au Maroc sont des lions qui vivent en captivité. Une trentaine d’entre eux sont au Zoo de Témara et deux autres dans le zoo d’Aïn Sebaa à Casablanca, mais ces derniers vivent dans des conditions déplorables, au milieu des déchets,  sans que les autorités ne bougent le petit doigt pour les sauver des griffes de la direction du zoo qui n'en a que faire de leur sort. Ces animaux ont pu être sauvegardés car ils sont les descendants des lions qui ont été soigneusement gardés dans la fauverie royale.

Echec du lancement des projets de réintroduction

Dans les années 90, un regain d’espoir apparait pour tenter de réintroduire le lion de l’Atlas dans son habitat naturel. L’idée vient de scientifiques anglais de l’université d’Oxford. « Il s’agissait d’un programme d’une durée de 20 ans avec pour objectif final, le développement de l’écotourisme dans la région d’Azilal. Pour accueillir le félin, une réserve de 100.000 ha a été envisagée, dont un dixième de la surface devait être clôturée. C’était une région dépeuplée où le lion ne présentait aucun danger pour la population », précise le journal Le Matin dans un article datant de 2011. Cependant, ce projet est abandonné.

Il faut attendre 2009 pour qu’un nouveau projet de réintroduction voit le jour avec la participation du Haut commissariat aux eaux et aux forêts et à la lutte contre la désertification. Le second projet prévoyait « une évaluation du patrimoine génétique de la population de cette espèce, à travers des analyses de l’ADN. Les résultats seront exploités pour la mise en place d’un programme d’élevage international ayant pour objectif la conservation et l’amélioration du patrimoine génétique de cet animal», poursuit le journal. En d’autres termes, l’objectif est de sélectionner les lions d’Atlas des zoos du Maroc mais également de ceux gardés dans d'autres zoos du monde, choisir les moins métissés ou hybridés, de les faire se reproduire et de relâcher leur petit dans leur milieu naturel au Maroc, dans un périmètre encadré par les autorités.

Que va chasser le lion ?

Cependant, ce projet sera également laissé à l’abandon. « Il n’y avait rien de concret ! », lâche Michel Aymerich, auteur de plusieurs livres sur la faune et flore marocaine qui avait apporté son soutien à ce projet. Joint ce matin par Yabiladi, il explique que l’une des raisons qui a freiné ce projet provenait des populations locales qui craignaient que les lions réintroduits ne s’attaquent à leurs bétails ou même à eux.

« Aujourd’hui, il n’existe plus un écosystème large permettant aux lions réintroduits de chasser ou de se déplacer librement. Les proies du lion ont disparu ou sont en voie de disparition ces dernières années, les Marocains se sont installés dans des régions forestières où il vivait jadis. », ajoute Oussama Abaouss, militant écologique. « Il y a 20 ans, peut-être que ce projet aurait été possible mais aujourd’hui, il l’est beaucoup moins ! », regrette-t-il. A quoi il faut ajouter des raisons financières. Car réintroduire les lions de l’Atlas dans leur habitat naturel est coûteux et contraignant pour les autorités qui ont d’autres chats à fouetter. Il faut mobiliser les personnes qui devront veiller au bien-être des lions mais aussi déplacer certainement les habitants qui vivent en plein milieu de l'habitat du félin.

A l’heure actuelle, le lion de l’Atlas ne peut que survivre dans un parc… derrière des barreaux.

Reportage sur le lion de l'Atlas diffusé sur 2M

Autre projet de réintroduction ?

Yabiladi a tenté de joindre ce matin le Haut Commissariat aux Eaux et Forêts pour savoir s’il envisageait un autre projet pour tenter de réintroduire le lion de l’Atlas ou mieux le protéger. Mais sans résultat. Néanmoins, une page Facebook intitulée « Tous pour la réintroduction des lions de l'atlas au Maroc » suit régulièrement toute l’actualité du lion de l’Atlas pour sensibiliser le public.

Suivre Yabiladi
Lion de l'atlas obéne d'etre la terre du plus feroce est du plus imposant des lion du monde
Auteur : mkso93
Date : le 02 mai 2014 à 09h03
deja cette question n'a pas lieu d'etre car si dieu à placer cette animal sur terre ses bien pour qu'il i vivent et non pour i etre enfermer de plus de nos jour les nouvelle technologie nous permettre de reabiliter un animal tout delimitant les zones ou il vit on appele cela une reserve. Cette question aurait pue etre pozer dans les année 70 mais pas maintenant surtout quand l'on voit les zones balnéaire du Maroc ou des fond tres important sont débloquer.Je pense juste que les haut dirigeant marocain ne veulent pas se casser la tete avec cette question car si sa aurait eter le cas l'ion de barbarie aurait eter introduit il y a de sa une bonne dizaine d'année
Reserves naturelles
Auteur : Hamza
Date : le 18 février 2013 à 11h54
Le Maroc peut créer de trés grandes réserves naturelles dans le sud du Maroc semi aride et montagneux, sur quelques 100 kilomètres carées. Puis en faire un lieu de tourisme trés haut de gamme comme c'est fait au Kenya , avec des circuits safari photos, parcours etc... c est bien plus rentable que le tourisme balnéaire et bien plus respecteux de la nature.
Il faut évidemment un gros investissement qui peut être trés vite rentabilisé.
Esprit tres etroit
Auteur : ecobam
Date : le 18 janvier 2013 à 09h35
Reflechit bien, si tous les autres pays Africains avaient adoptes la meme demarche, tu ne verras plus d'animal sauvage encore en vie, ils seraient tous disparus. Vrai qu'il faut en parler aux populations locales, les coneiller, leur expliquer le bien fonde de cette demarche et si ce projet venait a etre concretiser un jour, c'est la meilleure chose qui arriverait a cette population. Si chaque famille ajoute 2ou 3 chambres a leurs baraques, ils pourraient gagner bien leur vie et ceci durant toute l'annee. En plus, il y'a le sanglier la bas et qui prolifere bien, pourquoi ne pas en faire un gibier pour le lion?
Le lion doit devenir un partenaire
Auteur : leostar
Date : le 17 janvier 2013 à 19h20
Vous avez entièrement raison. Sans l'accord des habitants, la chose n'est pas faisable. Par contre ils pourraient y gagner quelque chose en terme de travail.
le lion n'est pas un symbole mais un chasseur sauvage et féroce ;)
Auteur : moms2kz
Date : le 16 janvier 2013 à 03h15
faut penser à l'Homme avant de penser à l'animal, réintroduire le lion de l'atlas est un lux que le Maroc ne peut pas se payer . Sans oublié le risque que cela comporte pour les populations même avec des grilles et des barricades, sachant que l'entretien et le suivi sont le dernier des soucis au Maroc.
Avant tout il faut consulter les habitants de l'atlas (qui sont prioritaire) et prendre en compte leurs avis. Les pauvres ils galèrent déjà avec le sanglier (qui n'a jamais existé au Maroc et introduit sans leur consentement sur leurs terres), la pauvreté, le froid et surtout l'absence de l'Etat. Leur rajouter des Lions ça sera le comble de leur infortune.
c'est facile de vouloir réintroduire un féroce animal dans l'atlas pour les gens de la ville en sécurité dans leur barre d'immeuble.
Facebook