News Forum MediaTIC Islam Yabiladies Rencontres العربية Connexion

Maroc : Vers un retour en masse des MRE d'Espagne et d'Italie ?

L’Espagne et l’Italie, deux pays d’Europe occidentale asphyxiés par la crise. Entre dettes publique, crise bancaire et chômage chronique, certains Marocains ne supportent plus et préfèrent retourner dans leur mère patrie.

Les Marocains d'Espagne et l'Italie n'en peuvent plus de la crise et veulent retourner au Maroc.

Plus moyen de payer les factures, le logement, de nourrir convenablement toute la famille, c’est en grand nombre que les Marocains résidant en Espagne veulent rejoindre le royaume chérifien. « Selon des estimations préliminaires, environ la moitié des 800 000 migrants marocains qui travaillent en Espagne ont perdu leur emploi et pourrait envisager un retour définitif à leur pays d'origine », indique le site arabophone Al-Hayat. Certains hommes renvoient au Maroc leurs épouses et leurs enfants en bas âge et restent avec leurs enfants majeurs espérant trouver un job à tout moment.

Auraient-ils changé d’avis ?

Le gouvernement espagnol s’est engagé à offrir une compensation financière à ceux qui choisissent de retourner dans leur pays d’origine. Cependant, les ressortissants marocains n’étaient pas vraiment enchantés. « Les Marocains n’étaient pas nombreux à accepter, peut-être parce que la somme qu’on donne est faible et qu’une fois arrivés au Maroc, cela ne vaudrait pas grand chose », confie à Yabiladi une source proche de la communauté marocaine en Espagne.

Mais la crise serait-elle arrivée à son paroxysme ? L’on s’interroge, puisque selon le site Al-Hayat, « les statistiques montrent que près de 100.000 personnes ont déclaré leur désir de quitter volontairement le pays » en profitant de la compensation financière.

En Italie, la situation est quasiment similaire à celle du royaume ibérique. 30% des immigrés ont perdu leur emploi. Les 600 000 Marocains résidant en Italie seraient les plus touchés. Ils constituent d'ailleurs la première communauté étrangère en Italie. L’engrenage constitué par la crise de la dette, la crise bancaire et la hausse du chômage ne les conduits qu'à une alternative pour certains : le retour au pays.

Chute des entrées de devises cette année ?

Les MRE grâce à leurs transferts, sont un support incontournable pour l'économie nationale. En 2011, ils ont transférés au Maroc  58,5 milliards de DH, soit une hausse de 7,6% par rapport à l'année précédente. Si une partie des MRE d'Espagne et d'Italie rentrent définitivement au royaume, il faudra dire « bye bye » à une part non négligeable d’entrées de devises. Il est vrai qu’aujourd’hui les transferts en provenance des Marocains de France sont les plus nombreux avec 63% des envois de fonds totaux envoyés au Maroc. Mais, il ne faut pas également oublier que l'Italie est la troisième source en importance des envois de fonds vers le Maroc, après la France et les pays du Benelux (Belgique, Pays-Bas et Luxembourg). L'Espagne est source de juste 11% de ces transferts.

Même si les statistiques ont prouvés que les transferts de devises n’ont pas subi les méfaits de la crise et ce, même durant le premier trimestre de l’année 2012, il est évident qu’un retour massif des MRE aura des conséquences. Pourtant ces devises sont une source de manne financière pour l’économie du pays. Le Maroc qui s’était récemment dit prêt à aider les Marocains d’Espagne et d’Italie à faire face à la crise, n’a pas précisé depuis sa stratégie.

Suivre Yabiladi
Il n'y a pas de sot métier mais de sottes gens....
Auteur : pouic2011
Date : le 01 juillet 2012 à 10h05



Le travail et les travailleurs produisent la richesse du pays......


Travailleur = Ouvrier = manuel
Ne pas voir le mal partout
Auteur : webmaster
Date : le 30 juin 2012 à 22h17
Ithri59, il faudrait arrêter de voir le mal partout.

1. Ici il est question des Marocains d'Italie et d'Espagne. La majorité travaille en tant qu'ouvrier agricole ou ouvrier dans l'industrie.

2. Ceux qui sont touchés par le chômage et la perte de leur emploi à cause de la crise sont principalement des ouvriers et non des ingénieurs ou avocats.

3. Quel mal il y a-t-il a représenter des MRE travaillant en tant qu'ouvrier ? Mon père était ouvrier dans l'industrie, dois-je en avoir honte ?
pourquoi toujours des photos des immigrés en tant qu'ouvrier
Auteur : ITHRI59
Date : le 30 juin 2012 à 20h02
je porte à la connaissance de l'éditeur de cet article que l'image que vous donnez des immigrés est toujours négative. Tous les immigrés en france espagne italie et autres pays ne travaillent pas tous dans les champs. Pourquoi pas une photo d'un ingénieur, médecin, chauffeur routier, les marocains sont présents dans toutes les administrations publiques et privées. Arrêtez de donner cette image si vous êtes vraiment intelligent.
Aucun pays n'est à l'abri de quoi que ce soit !
Auteur : Kenzadalil
Date : le 30 juin 2012 à 17h17
Même les pays les plus riches traversent des périodes très très difficiles actuellement !
la crise au Maroc est encore plus importante
Auteur : Français conscient
Date : le 30 juin 2012 à 14h05
les allers et retours des MRE qui viennent faire un peu de business pendant qu'ils n'ont pas de travail sont comptés comme touristes !

la crise frappe le Maroc de plein fouet, les temps sont difficile, ""nous les marocains"" qui veulent nier cet état de fait sont inconscients.

la crise va pas passer au dessus du maroc comme le nuage de tchernobyl.

c'est dur pour tout le monde et de plus des grèves inutiles dangereuses et tendancieuses frappent les seules entreprises qui marchent bien au lieu de s'attaquer aux esclavagistes qui déclarent personne à la CNSS qui payent des salaires de misère aux diplomés et aux ouvriers .

il faut balayer devant sa porte, prendre conscience que la seule solution c'est de lutter contre la corruption l'argent de la drogue, l'argent du noir, et j'en passe.

a l'occasion du ramadan qui commence le 20 des le début juillet l'activité va se mettre au ralenti jusqu’en septembre. la célèbre phrase : on verra après le ramadan.

les touristes vont aller dans d'autres pays

les temps vont être durs.

au boulot ramadan ou pas il faut faire face
Facebook