Menu

Société Publié

Meurtre à Imlil : Des guides touristiques locaux livrent leur version et leurs conseils

Alors que les présumés terroristes impliqués dans le meurtre des deux jeunes touristes scandinaves ont été arrêtés ce jeudi à Marrakech, l’affaire remet en question le rôle que doivent jouer les guides touristiques dans des régions montagneuses, désertes ou simplement éloignées. Yabiladi a justement interrogé trois guides de la région de Marrakech.

Temps de lecture: 3'
Le village d'Imlil est secoué, depuis lundi, suite à l'assassinat de deux touristes scandinaves, dans la nuit de dimanche à lundi. / Ph. DR

L’assassinat de deux touristes scandinaves, survenu dans la nuit de dimanche à lundi, continue de faire la Une de la presse nationale et internationale. Le média NRK a même publié ce jeudi un article où il donne la parole à Rachid Imerhade, un guide ayant rencontré Maren Ueland et Louisa Vesterager Jespersen près d'Imlil, il y a quelques jours avant l’incident.

Rachid Imerhade, qui décrit deux jeunes filles «bavardes, sociables et gentilles», dit leur avoir «conseillé de ne pas camper toutes seules dans leur tente».

Une zone loin du centre et de la Gendarmerie

Yabiladi a justement posé la question des dangers des régions montagneuses ou désertes à Abdellah Bencheouay. Ce membre de l’Association provinciale des guides de tourisme à Marrakech (APGTM) affirme que ce «crime barbare et odieux reste sans précédent» dans la région d’Imlil. «La région est célèbre pour la générosité de ses habitants. Près de 90% de la population locale à Imlil vit directement ou indirectement du tourisme local», nous assure-t-il.

Abdellah Bencheouay ajoute que «la région, connue pour être une destination touristique des amoureux des randonnées et d’escalade, est sûre et sécurisée et les touristes peuvent s’y déplacer seuls ou accompagnés de guide». «La population locale est accueillante et personne n’hésite à guider ou à aider des touristes», enchaîne-t-il.

«Mais j’estime qu’il faut qu’un touriste soit accompagné par un guide accrédité surtout quand il s’agit de régions montagneuses ou désertes. Seul ce guide connaît les chemins sécurisés ou encore les zones sûres.»

Abdellah Bencheouay

Ce guide souligne aussi la nécessité d’«avertir les gens sur les probables dangers qui peuvent les guetter». «Malheureusement, l’esprit de l’aventure l’emporte parfois au détriment de la sécurité», regrette-t-il avant de reconnaître que «Sidi Chamharouch reste loin du centre et de la gendarmerie, d’où l’impossibilité de surveiller toutes les zones».

Le tourisme à Imlil reprendrait petit à petit après le crime

Quant à l’impact de l’attentat terroriste, Mohamed Bencheouay estime que «si les efforts sont mener pour rétablir la confiance, il n’y aura pas d’impact négatif sur le moyen et long terme». «Des événements pareils ont eu lieu au café Aragana à Marrakech ou encore l’hôtel Farah à Casablanca, et Dieu merci, les gens ont dépassé ces événements», fait-il savoir.

Mohamed, un guide local à Imlil, constate toujours un «afflux des touristes étrangers». «Hier et aujourd’hui, Dieu merci, il y a des touristes qui veulent gravir Toubkal», fait-il savoir.

Selon le guide, les deux ont gravi le mont Toubkal. Elles auraient passé deux nuits dans le refuge situé au sommet avant de descendre le troisième jour. «Elles ont tardé à quitter le refuge et se sont retrouvés sur le chemin du village le soir, après la tombée de la nuit sachant qu’entre Imlil et Toubkal, c’est 7 à 8h de marche.

Mohamed insiste aussi sur la nécessité de prendre un guide touristique qui connait bien cette région. «C’est même impératif. Cela coûte environ 400 dirhams pour une journée», poursuit-il. Avec une voix tremblante, il décrit aussi un acte barbare.

«Les habitants d’Imlil sont toujours sous le choc et se sentent trahis par ce crime odieux.»

Mohamed, guide à Imlil

Contacté par Yabiladi, Samir, un autre guide travaillant à Imlil évoque un «endroit sûr et une route facile menant au mont Toubkal». «C’est triste mais cela est sans précédent dans notre village», ajoute ce natif d’Imlil.

Notre interlocuteur rappelle aussi que le chemin reste long. «Seuls les plus sportifs peuvent partir d’Imlil, gravir Toubkal et revenir dans la même journée», fait-il savoir.

«Il y a des personnes qui décident de camper sur le chemin et passent la nuit dans leurs tentes. Mais il est important de camper en groupe, surtout durant la nuit.»

Samir, guide à Imlil

Soyez le premier à donner votre avis...
Convertisseur de devises
Montant :
De :
 :