En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Investissement Publié Le 17/02/2017 à 08h00

Dossiers de crédits au Maroc : Le business plan adéquat pour un retour positif de la banque

Pour traduire l’image exacte de votre entreprise et présenter toutes les facettes de votre projet, un business plan doit être fourni dans le cadre de toute demande de financement. Que doit-il contenir pour obtenir un retour positif de sa banque suite à une demande de financement ? Conseils.

Photo d'illustration. / BusinessNewsDaily

Le business plan est le document de référence primordial pour un retour positif après une demande de crédit. Cette pièce maîtresse permet d’«aider à bien appréhender le projet avec le plus de précisions possibles pour ses différents interlocuteurs», nous explique une source au sein du marché de l’Entreprise de BMCE Bank. Il s'agit, selon elle, de «l'un des outils d’aide à la décision pour le banquier». Ce document permet également de «traduire l’image exacte de votre entreprise et présenter toutes les facettes de votre projet».

Que doit-il contenir ? D’abord, «une présentation de votre entreprise, sa dénomination, son capital, son siège social, son effectif, son actionnariat et son management», énumère un responsable au sein du marché de l’Entreprise de l’établissement banquier marocain.

Des analyses de l’activité, de la rentabilité et des ratios financiers

Le business plan doit aussi contenir une «présentation du porteur de projet, notamment sa formation, ses références professionnelles ainsi que son expérience» et une présentation du projet lui-même. Sur ce dernier point, le responsable au sein la BMCE Bank recommande au porteur de projet de donner plus d’informations sur «l’objet, sa localisation et les études de marché effectuées par l’entrepreneur». Le document doit aussi détailler le programme d’investissement en veillant à «mettre en rubriques les différentes dépenses à engager avec justificatifs à l’appui», ainsi qu’un plan de financement en soulignant la «part à autofinancer et la part bancaire».

De plus, l’entrepreneur doit préparer et présenter des analyses. A commencer par une «analyse de l’activité et de la rentabilité de l’entreprise», conseille notre interlocutrice. Cette analyse peut être appuyée par les états de synthèses des trois dernières années par exemple, ou par l'état des soldes de gestion (ESG).

Par la même occasion, l’entrepreneur MRE devrait fournir «une étude prévisionnelle de l’évolution de l’activité (le CPC prévisionnel) ainsi qu'une analyse de la capacité d'autofinancement (CAF) et des flux de liquidités (cash-flows) prévisionnels (tableau de financement et plan de trésorerie, par exemple), sans oublier une analyse des ratios financiers pour augmenter les chances de recevoir un retour positif de la banque».

Soyez le premier à donner votre avis...
Convertisseur de devises
Montant :
De :
 :