Menu

Article

Mohamed Khadir : Le Marocain qui fournissait des armes à la résistance algérienne

La vie du Marocain Mohamed Khadir El Hammouti est intimement liée à la révolution algérienne. Il fournissait des armes, accueillait chez-lui à Beni Nsar des cadres du Front de libération nationale et a fini par être porté disparu en Algérie dans le tumulte provoqué par la Guerre des sables. Son sort reste encore une énigme.

Publié
Mohamed Khadir El Hammouti / Archive - DR
Temps de lecture: 2'

Les pages de Mohamed Khadir El Hammouti dans l’histoire de l’armée de libération algérienne sont peu connues voire même ignorées par les historiographes officiels chez le voisin de l’Est. Ce Marocain, originaire de Beni Nsar à Nador est également appelé «le soldat africain». Il a mis son argent, ses bateaux et ses réseaux de l’autre côté de la Méditerranée pour fournir des armes et des vivres aux camarades de Mohamed Boudiaf.

«Mon père connaissait parfaitement où se procurer des armes grâce à ses réseaux en Espagne et à Gibraltar. Une expérience qu’il a acquise avec l’armée de libération nationale du Maroc. Ses bateaux Victoria et Mellillo I et II se chargeaient d’acheminer les armes vers les Algériens gracieusement sans aucune contrepartie», rappelle son fils Khadir joint par Yabiladi.

«Malheureusement, les Algériens se souviennent du bateau Dina égyptien et ont oublié l’apport de ceux qui appartenaient à mon père. Sa contribution ne se limitait pas à l'armement, puisqu'il avait également mis à la disposition des cadres du Front de libération nationale (FLN) les propriétés familiales. Houari Boumediene, Karim Belkacem, Ferhat Abbas, Houcine Aït Ahmed et Mohamed Boudiaf étaient des habitués», se remémorait-il non sans regret. «D’ailleurs, un de mes frères se prénomme Boudiaf, c'est dire la relation familiale qui unissait mon père aux leaders du FLN», ajoute le fils de l'homme qui a servit de trait d'union entre la résistance algérienne et cette région du Maroc.

Mohamed Khadir El Hammouti avec Abdelaziz Bouteflika / DRMohamed Khadir El Hammouti avec Abdelaziz Bouteflika / DR

Disparu en Algérie dans le tumulte provoqué par la Guerre des sables

Bien plus qu'un soutien du côté marocain, il était un acteur impliqué du côté algérien. Mohamed Khadir El Hammouti était présent lors du congrès clandestin de Soummam, du 13 au 20 août 1956. Il avait également participé à la création du gouvernement provisoire de la république algérienne. «Il aurait même pu intégrer l'équipe dirigée par Ferhat Abbas s’il avait accepté de renoncer à sa nationalité marocaine», révèle son fils.

Après l’indépendance de l’Algérie en 1962, Mohamed Khadir El Hammouti a retrouvé sa famille et son commerce. Un retour à la vie normale pour une courte durée. La Guerre des Sables de 1963 le contraint à retourner en Algérie, ce qui s'avèrera être son dernier voyage. «Il était parti dans le cadre d’une mission secrète ordonnée par le roi Hassan II afin de convaincre les responsables algériens de ne pas prendre les armes contre le Maroc. On ne l'a plus revu depuis», indique notre interlocuteur.

«Porté disparu, mon grand-père s’est rendu à Alger pour connaitre le sort de son fils. Il a rencontré Houari Boumedienne qui lui a assuré que ses hommes n’ont pas assassiné leur ancien fournisseur d’armes. Dépité, il est rentré à Beni Nsar sans apporter de réponses aux interrogations de la famille», regrette Khadir.

Depuis, toute contribution de Mohamed Khadir El Hammouti dans la résistance algérienne a été effacée des livres d’histoire en Algérie. Presque trois décennies après sa disparition, seul un président algérien, qui connait bien le Maroc, a tenu à rendre un hommage posthume et privé au Marocain. «En 1992, Mohamed Boudiaf nous a invité, moi et deux de mes sœurs, au Palais d’El Mouradia. Nous y avons passé cinq jours. Le président nous a traité avec égards», se rappelle Khadir. Un geste de reconnaissance qui touchera les enfants de Mohamed Khadir El Hammouti, mais qui restera sans lendemain. Celui qui aura tant aidé la résistance algérienne restera banni des mémoires.

Convertisseur de devises
Montant :
De :
 :