Menu
Connexion Rencontres Yabiladies Islam INVESTIR Vidéos Forum News
Taounate
N7abb-bladi [ MP ]
26 décembre 2007 20:29
Ali_el_himma:

Ben Allalat sont habiles dans l'exécution de la danse et la frappe du tambourain basque et agiles dans l'exécution des mouvements de la danse. Il y a ausi une autre particularité lors des fêtes et des cérémonies chez les Hyayna et où Ben Allalat sont présents. En effet, il est normal que les membres de Ben Allallat, qui souvent dansent entourés de femmes et d'hommes, vont de temps en temps exécuter une danse au milieu des groupes de femmes Hayaniates ou leur faire des poèmes qui font leur éloge. Après quoi, ce membre Ben Allalat reçoit le cadeau en argent qui est un billet que ces femmes mettent sous le turban ou sous le col de la chemise en plus des youyous d'autres femmes....Cette danse au milieu des femmes qui est normale chez les Hyaynas est bannie chez les Jbalas qui n'aiment pas qu'une personne étrangère s'approche de leurs femmes, jalousie oblige et si ça arrive, il se peut qu'il y a une bagarre généralisée.
En fait, j'ai assisté l'été dernier dans un mariage à Taounate côté Jbala de Taounate et où Ben Allalat étaient présents. Ces derniers étaient entourés d'hommes et plus loin par des femmes. Une seule femme est venue remettre un billet en cadeau à Ben Allalat parmi toutes les femmes pour une raison particulière et les Ben Allalat qui connaissent les habitudes de Jbala n'ont éffectué aucune danse chez ces femmes. Par contre les hommes donnent des billets en cadeau souvent à 3 chiffres XXX Dh chose rare chez les Hyayna qui donnent souvent en cadeau des billets à 2 chiffres XX Dh. Je ne fais que citer ce que j'ai remarqué, alors je demande à ceux qui lisent de ne pas m'en tenir rigueur...D'ailleurs une fois un membre de Ben Allalat a fait la remarque en disant une expression contenant beaucoup de sous-entendu à ce sujet. Il a dit à un groupe de Jbala dans une fête que le caroubier et les figues ont battu et gagné le blé et l'orge en faisant allusion à Jbala qui donnent plus de billet en cadeau car la vente de leur caroubier et leurs figues leur rapportent plus que le blé et l'orge qui est la récolte principale des Hyaynas....
Pour rappel: Pour chaque membre de Ben Allalat, le poème qu'il dit est divisé en 2 parties dont la première est appelé Al Wad que chaque membre répète juste avant de dire la seconde partie qui est le poème à vrai dire.
Souvent les membres de Ben Allalat font l'éloge d'une personne en premier lieu après qu'un "mouchard" dit raqqass (l'envoyé) vient dire à son sujet des informations dont son nom et sa profession. Ce raqqass vient à chaque fois dire des informations, relatives à chaque personne présente, dans l'oreille d'un membre de Ben Allalat. Ces informations serviront pour la contsruction du poème pour la personne visée.Si jammais, cette personne ne fait pas de cadeau en billet au groupe Ben Allalat, un membre fait à son sujet un deuxième poème qui le critique pour son avarice...ou autre...

mido-taounate :

soyez le bienvenu sur votre forum. Fais-nous un résumé historique ou toute information utile ou importante sur la tribu dont tu fais partie ou bien de la ville que tu habites. Il faut écrire ce que tu connais sur cette province pour garder la mémoire de Taounate sur ce forum.....



Modifié 1 fois. Dernière modification le 26/12/07 20:58 par N7abb-bladi.
N7abb-bladi [ MP ]
26 décembre 2007 22:35
M'hamed dryef homme d'Etat originaire de Taounate




Extrait du site: [www.lagazettedumaroc.com]


M’hammed Dryef Wali de la région de Laâyoune-Boujdour-Sakia Al Hamra : L’homme des missions décisives

D’aucuns se sont empressés de livrer à la " voie de garage " un des meilleurs commis de l’Etat marocain et un de ses cadres territoriaux les plus doués et dévoués. Pourtant, M’hammed Dryef venait de réhabiliter de fond en comble la capitale économique du Royaume et sa région après avoir conduit avec succès les rênes de la Wilaya de Fès-Boulemane et la DGSN. Les courtes mémoires ont vite fait de mettre aux oubliettes un manager racé de la chose publique à la légendaire sérénité. Combien de conflits sociaux bien délicats et de crises socioprofessionnelles bien nouées a-t-il résolu avec tact et diplomatie ? Nous avons toujours cru dans les capacités de Dryef à faire face à tous les impondérables et à stimuler des partenariats novateurs avec tous les acteurs économiques, les élus de proximité et la société civile. Et ce n’est que justice qui lui a été rendue lorsque le Souverain lui a, de nouveau, témoigné sa confiance Royale en le nommant à la tête de la Wilaya de Laâyoune-Boujdour-Sakiat Al Hamra, une région dont l’administration territoriale n’est confiée qu’aux meilleurs de nos Commis d’Etat et dont le dernier en date, Charki Draïss, vient de prendre les rênes de la DGSN. Ainsi le " triangle d’or " des champions régionaux initié par le Souverain en personne, à savoir Mohamed Kabbaj dans le Grand Casablanca, Hassan Aourid à Meknès-Tafilalet et l’Oriental avec Mohamed Brahimi, se mue en quatuor de choc avec le retour au terrain de M’hammed Dryef. Mais au-delà des contraintes liées à la rigueur des charges publiques et institutionnelles qu’il assume grâce à ses qualités de haut fonctionnaire hors pair, le Wali de Laâyoune-Boujdour-Sakiat Al Hamra est aussi un homme d’une grande culture et d’une bienséance tout à fait remarquables. C’est aussi un partisan accompli du dialogue et de la concertation entre tous les acteurs et partenaires en technowali gestionnaire moderne rompant radicalement avec le tout-sécuritaire d’avant. C’est surtout un habile négociateur dans les situations les moins aisées pour en sortir la quintessence des solutions ou des compromis.L’on se souvient avec quel doigté et sérénité il avait géré la situation de crise dans la capitale économique endeuillée par les attentats du 16 mai 2003. Ce natif de Taounate qui a intégré la fonction publique en 1972 est titulaire d’un diplôme d’études supérieures en droit public en 1985 et d’un Doctorat de la même spécialité en 1995. Il fut nommé gouverneur de la province de Benslimane et Directeur de l’Agence urbaine du Grand Casablanca avant de prendre les destinées de la DGSN en 1987-88. Dryef a été décoré du Wissam du Trône de l’ordre de Commandeur. Et au vu de l’excellent boulot qu’il a fourni dans la métropole économique du Royaume qu’il a doté de son grand festival annuel, les provinces du Sud du Royaume sont appelées à connaître un nouveau départ en termes de développement et de cohésion sociale. Et le défi le plus important que Dryef relève sans hésitation aucune, c’est de réussir, dans la cohésion et l’unité, le passage à des territoires recadrés par le plan d’autonomie.
N7abb-bladi [ MP ]
26 décembre 2007 22:49
Tricha Mohamed: homme d'Etat originaire de Taounate-ville



Avant de devenir directeur de la RTM, Mohamed tricha, qui est natif de Taounate-ville, a occupé le poste de gouverneur de la province de Taounate. Ensuite, il a été nommé Wali de la région Oued Eddahab-Lagouira. Lire l'article ci-dessous pour plus de détails.

Mohamed Tricha L’art de transformer une région 10/10

Extrait du site du Gazette du Maroc 20 Juin 2005 : [www.lagazettedumaroc.com]


Le Wali qui avait longtemps présidé aux destinées de la RTM refait encore parler de lui, tant le dynamisme et l’ardeur au travail de Mohamed Tricha sont exemplaires. En effet, deux ans à peine, depuis sa nomination en qualité de Wali de la région d’Oued Eddahab-Lagouira, il a réussi à transformer le look d’une région dont le chef-lieu, Dakhla, semble avoir pris sérieusement une bonne cure de jouvence. Les faits sont là, visibles grandeur nature pour les résidents, les visiteurs et les touristes qui n’en tarissent plus d’éloges sur une mue urbaine assez exceptionnelle. Ambitieux projet d’aménagement de la corniche, réfection et rénovation des grandes artères urbaines, extension urbanistique, rien n’a été laissé au hasard pour hisser l’une des deux grandes capitales de nos chères provinces sahariennes au même niveau des standards des agglomérations nationales les plus modernes. Ces performances ne sont, naturellement pas, le fruit d’aléas de conjoncture favorable, mais bel et bien la résultante d’efforts et de persévérance continus, d’application et d’abnégation foncièrement patriotiques, du haut degré de conscience au service de l’intérêt général et du bien-être prioritaire de nos collectivités du Sud. Un exemple : Tricha ne rechigne guère, au contraire, à s’aventurer dans le porte-à-porte pour "réveiller" les bonnes volontés et secouer quelques léthargies en retrait d’engagement citoyen pour les inciter à mettre la main à la pâte. Tricha ? Sûrement un homme serein et comblé des retours "d’investissement" générés par la morale de La Fontaine : "Sans un peu de travail, on n’a jamais de plaisir" !
azioui [ MP ]
26 décembre 2007 22:53
pour l'histoire, connaissant si M'hammed Dryef pour l'avoir cotoyé fin des années soixantes à l'internat du Lycée Moualay driss de fès pendant 3 ans où il était en plus de l'élève maitre d'internat, adjoint du surveillant général d'internat. Il était serviable serieux et aimable. Je l'ai retrouvé plus tard en tant que Directeur de l'AUC et en tant que gouverneur de Benslimane, et il a su gardé ses qualités humaines qu'il a su renforcé par ses compétences professionnelles. Un grand bravo à si M'hammed Dryef qui a su honorer ses appartenance à la province de taounate.
N7abb-bladi [ MP ]
26 décembre 2007 23:12
Ahmed Midaoui: homme d'Etat originaire de Taounate



Après avoir accupé de nombreux postes étatique de haut niveau, Ahmed Midaoui était nommé comme successeur de Driss Basri en 1999 au Mintsère de l'Intérieur. Il a ensuite occopé le poste de conseiller de Sa Majesté M6 (2001-2003) et il a été nommé après le premier président de la Cour des Comptes. Actuellment, il est procureur du roi auprès de cette même Cour des comptes.

Voici sa biographie extraite du site: [www.courdescomptes.ma]

- Né le 18 juin 1948 à Oulad Amrane (province de Taounate)
- Marié, Père de trois enfants
- Titulaire d’un Doctorat d’Etat en Droit de l’Université de Paris (1980)
- Inspecteur des finances (1971)
- Contrôleur Financier de l’Etat auprès de plusieurs Entreprises et Etablissements Publics (1974)
- Chef de Service des activités Industrielles et Agro-industrielles au même département
- Consultant en matière d’Entreprises Publiques et de Finances Publiques auprès de plusieurs organisations internationales
- Professeur à la faculté des Sciences Economiques et Sociales de Rabat, à l’Ecole Nationale d’Administration Publique ainsi qu’à l’Ecole de perfectionnement des cadres du Ministère de l’intérieur à Kenitra.
- Conférencier au programme des Leaders du développement à l’université d’Harvard aux Etats-Unis d’Amérique (2002)
- Gouverneur de la préfecture de Mohammedia-Zenata (le 16 Janvier 1987)
- Gouverneur de la province de Tanger (le 20 Août 1992)
- Directeur Général de la Sûreté Nationale (avril 1993-mai 1997)
- Ministre de l’Intérieur (1999-2001)
- Conseiller de Sa Majesté le Roi (2001-2003)
- Premier Président de la Cour des Comptes (depuis Février 2003)
- Président du groupe francophone et Conférencier au Symposium organisé par l’ONU et l’Organisation Internationale des Institutions Supérieures de contrôle des finances publiques (INTOSAI) sur l’indépendance des Institutions Suprêmes d’Audit
- Président (2003-2004) puis Premier Vice-président (depuis 2005) du Conseil exécutif de l’Organisation Arabe des Instituions Supérieures de Contrôle (ARABOSAI)
- Premier Vice-président du XVIIIième congrès de l’INTOSAI (octobre2004)
- Elu par ses paires au niveau international :

Président de l’Association des Institutions Supérieures de Contrôle des finances publiques ayant en commun l’Usage du Français (AISCCUF) depuis décembre 2004
Président de la commission de renforcement des capacités institutionnelles dans le cadre de la mise en œuvre du plan stratégique 2005-2010 de l’INTOSAI
- A publié en 1981 un ouvrage intitulé « Les Entreprises Publiques au Maroc et leur participation au développement »
- A pris part à l’élaboration de plusieurs études et travaux intéressant les Privatisations, les Zones Franches, la réforme bancaire et la bourse des valeurs
- A dirigé plusieurs travaux de recherche à la Faculté de Droit et à l’Institut Supérieur de Commerce et d’Administration des Entreprises

Biographie extraite du site du journal MHI:[www.maroc-hebdo.press.ma]

(...) Natif de Taounate en 1948, titulaire d'un doctorat d'État en droit en 1971, Ahmed El Midaoui a fait sa carrière au ministère des Finances d'abord en tant qu'Inspecteur des finances avant d'être promu en 1974 contrôleur financier auprès des entreprises publiques. Parallèlement, il a travaillé comme consultant auprès de nombreuses organisations internationales. En outre M. El Midaoui était professeur à la faculté des sciences économiques et sociales de Rabat, à l'école nationale d'administration publique et à l'école de perfectionnement des cadres de Kénitra. Le ministère de l'Intérieur, il en connaît le fonctionnement et les rouages pour avoir été successivement gouverneur de Mohammedia en 1987 et celui de Tanger en 1992.
Homme discret et courtois, Ahmed El Midaoui a également occupé le poste de directeur général de la sûreté nationale entre avril 1993 et mai 1997. Depuis, il n'a été titulaire d'aucune fonction officielle jusqu'à sa nomination par le souverain comme ministre de l'Intérieur. Il aura dans le cadre de sa nouvelle mission à redéfinir le champ d'action du ministère et surtout à donner corps à la nouvelle conception de l'autorité annoncée par S.M le Roi récemment à Casablanca. "Mon travail est très simple. C'est d'abord l'ensemble des discours prononcés par S.M le Roi Mohammed VI pour construire un Maroc nouveau, ouvert sur la modernité et enraciné dans ses traditions", a déclaré le nouveau titulaire du portefeuille de l'Intérieur, qui aura à accomplir sa tâche en collaboration avec le secrétaire d'État à l'Intérieur Fouad Ali El Himma. Chef de cabinet de S.M Mohammed VI depuis octobre 1998, M. Ali El Himma, 37 ans, a fait ses études secondaires au collège royal aux côtés du souverain.
N7abb-bladi [ MP ]
26 décembre 2007 23:17
Citation
azioui a écrit:
pour l'histoire, connaissant si M'hammed Dryef pour l'avoir cotoyé fin des années soixantes à l'internat du Lycée Moualay driss de fès pendant 3 ans où il était en plus de l'élève maitre d'internat, adjoint du surveillant général d'internat. Il était serviable serieux et aimable. Je l'ai retrouvé plus tard en tant que Directeur de l'AUC et en tant que gouverneur de Benslimane, et il a su gardé ses qualités humaines qu'il a su renforcé par ses compétences professionnelles. Un grand bravo à si M'hammed Dryef qui a su honorer ses appartenance à la province de taounate.

Merci Si Azioui pour ces détails...Avec le passé historique de cette province et toutes les personnalités originaires de Taounate, il faut que Taounate trouve sa place parmi les plus importantes villes du Maroc....On rêve du développement de cette province ..un jour, ce rêve deviendra réalité...Si tu connais des personnalités très importatntes ou très influente de Tahar-Souk, essayes STP de mettre leur biographie en ligne...Je pense aux famille Akaâboune, Htat, Amellah, mernissi, ....sur lesquelles je ne connais pas grande chose...Ce message s'adresse aussi à ceux qui connaissent de grandes personnalités issues d'autres régions ou tribus de Taounate de mettre leurs biographies en ligne...Merci d'avance



Modifié 1 fois. Dernière modification le 26/12/07 23:31 par N7abb-bladi.
N7abb-bladi [ MP ]
26 décembre 2007 23:27
Ahmed Zarouf: Un homme d'Etat originaire de Taounate


après une carrière d'officier de la Gendarmerie Royale, Ahmed ZArouf devient président de la commune Tahar-Souk et député de Tahar-Souk-Taounate. Actuellement, memebre du parti PPS d'Ismail Alaoui. Il ne s'est pas présenté à la dernière éléction de septembre 2007.


Extrait du site: [www.maroc-hebdo.press.ma]

PROFIL

PAROLE D´HOMME


Abdellah CHANKOU

Ce qui caractérise le plus ce Taounati, c'est sa modestie et sa courtoisie. Profil d'un dandy, au teint clair et au regard serein, Ahmed Zarouf, 49 ans, a, le moins qu'on puisse dire, mené une riche carrière dans la Gendarmerie Royale.
Dès son jeune âge, le jeune Zarouf s'avère studieux et brillant. Après des études secondaires sans anicroches, notre homme sort major de sa promotion en 1972, avec une moyenne sans précédent, à l'académie militaire de Méknés. C'est naturellement qu'il s'était qualifié à occuper des responsabilités importantes.
Après des études à l'École d'Application et à l'Institut des Sciences de criminologie, il décroche en 1989, le diplôme d'études supérieures spécialisées à Maison-Alfort, dans la région parisienne. De retour au pays, il occupe d'importantes fonctions dans différentes villes du Maroc. Casablanca, Fès, Tanger... Il a également mené des opérations de sécurité de haute importance aussi bien sur le territoire national qu'à l'étranger.
M. Zarouf est connu pour être le défenseur de la veuve et de l'orphelin. Récemment, il vient de prendre sa retraite anticipée. Les raisons de ce départ avant l'heure demeurent inconnues.
Ahmed Zarouf est de la trempe de ceux qui ne peuvent concevoir leur vie que dans le travail et l'action. En effet, à peine libéré de ses obligations militaires, il se lance dans un domaine qui le passionne: la politique.
Le voilà donc qui se présente, en tant que SAP, dans sa région natale, Tahar Souk, dans la province de Taounate et décroche haut la main, la présidence du conseil municipal.
À Taounate, sa famille, connue pour son nationalisme et sa résistance à l'occupant, jouit d'une excellente réputation. Le grand père de M. Zarouf, qui faisait partie de l'armée de Abdelkrim El Khattabi, a trouvé la mort à la suite d'un bombardement de l'aviation française dans les années 20. Le père de M. Zarouf, lui, a été plusieurs fois emprisonné et torturé par l'occupant pour "activités subversives". Issu d'une famille de 18 frères et soeurs, dont 5 docteurs et 8 universitaires, Ahmed Zarouf a donc de qui tenir. Rien ne lui fait plaisir que de s'investir dans le développement de sa région natale.Tant il est vrai que la tâche communale exige une âme bien trempée qui a fait ses preuves sur le terrain et qui a la fibre sociale et communautaire.
Ahmed Zarouf a en effet cette qualité qui le rend proche des gens. C'est le sens de la foi et de l'acte. C'est la confiance qu'il inspire. Souvent, on recourt à son arbitrage pour trancher une question. Avec lui, il n'y a jamais de problèmes, il n'y a que des solutions.
Pour ce qui est du paysage politique actuel, tout en regrettant cette inflation de partis, M. Zarouf pense que la classification politique actuelle -gauche-droite-centre, répond moins aux spécificités de la réalité marocaine. Selon le président de la commune rurale de Tahar Souk, le positionnement idoine serait la création de deux pôles: le bloc conservateur, composé des actuels partis de la majorité et le bloc de l'opposition formé des partis de la Koutla.
Après les communales, c'est le rendez-vous des législatives et des régionales. Un homme comme Ahmed Zarouf aspire certainement à jouer un rôle plus large sur le plan national. Pour cela, notre colonel est confiant.
N7abb-bladi [ MP ]
26 décembre 2007 23:35
La richissime famille Mernissi habitant Fès est originaire de Taounate




Les Mernissi : sont une famille descendant du grand alem (Homme de foi et de science) Moulay abdesslam El Mernissi qui s'est installé à Fès adopté très tôt par une famille fassie, au début du XIXè siècle. Il fût un érudit et fût, quoique d'origine rifaine (Taounate), très réspécté par les fassis. Ses déscendants sont considéré comme des fassis à part entière. Deux grands palais situé à Salage près de la "Batha" a l'est de Fès hébergeaient le grand homme d'affaire et érudit du neo-capitalisme marocain Sidi Mohammed ben Abdeljalil el Mernissi à la première moitiée du XXè siècle.
N7abb-bladi [ MP ]
26 décembre 2007 23:36
Fatima Mernissi: origine de la famille de Taounate




Née en 1940 à Fès, Fatima Mernissi s’inscrit dans l’une des premières écoles privées mixtes du pays, grâce à Atatürk, dit-elle avec ironie. Elle poursuit ses études à Rabat, puis en France et aux Etats-Unis. Depuis les années 80, elle enseigne à l’université Mohammed V de Rabat. Sociologue et écrivain de renom, elle est aujourd’hui parmi les auteurs les plus en vue. Elle mène en parallèle à sa carrière un combat dans la société civile: elle fonde les «Caravanes civiques» et le collectif «Femmes, familles, enfants». Elle a reçu en mai 2003, avec Susan Sontag, le prix littéraire bien mérité du Prince des Asturies. Bibliographie: Sexe, idéologie et Islam, Editions Tierce, 1983. Le Harem politique : le Prophète et les femmes, Albin Michel, 1987. Sultanes oubliées : femmes chefs d’Etat en Islam, Albin Michel, 1990. Le Monde n’est pas un harem : paroles de femmes au Maroc, Albin Michel, 1991. Chahrazade n’est pas marocaine, autrement elle serait salariée, Le Fennec, 1991. Rêves de femmes, récit d’une enfance au harem, 1994 (pour l’édition en anglais), Albin Michel, 1996, Le Fennec, 1997. La peur modernité, Islam et démocratie, Albin Michel, 1996. Etes-vous vacciné contre le harem ?, Le Fennec, 1997. Les Aït débrouille, Le Fennec, 1997. Le Harem et l’Occident, Albin Michel, 2001, publié au Maroc sous le titre : Le Harem européen, Le Fennec, 2003.


FILMOGRAPHIE / FILMOGRAPHY

À la recherche du mari de ma femme (Al-bahth an zaouj imaraatî) de Mohamed Abderrahman TAZI, Maroc, 1993.
avec Fatima MERNISSI
N7abb-bladi [ MP ]
26 décembre 2007 23:41
Un site montrant des images de Taounate




Voici un site parlant de Taounate et montrant quelques images de la province de Taounate:

[www.studentsoftheworld.info]



Modifié 1 fois. Dernière modification le 27/12/07 00:00 par N7abb-bladi.
N7abb-bladi [ MP ]
26 décembre 2007 23:59
Amina Gamraoui: Une beurette née en France et originaire de Taounate à trajectoire insolite
Après un diplôme en Biochimie, elle est cadre chez la société Segedema à Casablanca, filiale marocaine du groupe français Pizzorno



Femmes à poigne. 1. Amina Gamraoui : L’immigration positive

(Elles exercent un métier où être une femme demande plus d'efforts et pourtant elles réussissent aussi bien que les hommes. TelQuel vous propose une série de portraits de battantes, qui s'illustrent dans des territoires traditionnellement masculins.)

Passionnée par l'environnement,Amina a appris à se faire respecter dans son travail (C.M. / Telquel)
Un projet dans le cœur et l'envie d'être utile, Amina revient "au pays". Femme parmi les hommes, sa trajectoire s’appelle détermination.



7 heures, parc d’exploitation de Sidi Othmane. Dans un concert fumant de camions au départ, la poussière vole entre le bitume et le ciel gris rose d’un matin d’octobre. Avec l’élégance d’une cavalière soigneusement pomponnée, Amina Gamraoui se faufile entre les bennes en échangeant poignées de main et salutations avec ses hommes. Avec une fermeté souriante, la
jeune femme inspecte ses troupes et tend l’oreille aux réclamations matinales de son équipe. Parfois, un homme sans tenue posté devant les grilles s’approche pour demander, à voix basse, du travail. C’est qu’elle donne l’impression de tout pouvoir régler, Amina. La voix légèrement cassée, elle passe ses directives en darija et donne le tempo d’une nouvelle journée à orchestrer tambour battant. Aux balayeurs, ripeurs et chauffeurs, les tâches sont distribuées à mesure que l’horizon s’éclaircit.
Responsable d’exploitation à la Segedema, filiale marocaine du groupe français Pizzorno, qui gère depuis quelques mois le nettoiement de Casablanca, Amina dirige, avec allure, la collecte des ordures de Aïn Chock et de Ben M’sick. "Ce qui m’intéressait le plus en venant à Casa, c’était de mener un projet à terme et de le faire naître. C’est important d’aller jusqu’au bout. Le challenge est mon leitmotiv, et ici encore plus qu’ailleurs, il faut faire ses preuves". Du haut de ses 31 ans et à la tête de quelque 440 gars en uniforme flashy, "Amina", comme ils l’appellent, a fait une promesse d’efficacité, et s’y tient. Une fois à part, la jeune chef retrouve en français son petit accent parisien. Calée sur son programme, elle sillonne son secteur avec sa 206, conduite à la casablancaise, salue d’un coup de klaxon un des "ses" balayeurs affairé, guette le moindre symptôme de relâchement, défaut de matériel ou coin de rue mal nettoyé. Ses hommes s’activent, blaguent volontiers, mais filent droit. "Main de fer dans un gant de velours", lui soufflent-ils parfois…
Au sein de son équipe 100 % masculine, Amina Gamraoui est une fille du pays, ou presque. Arrivée de France en décembre 2003, ce n’est que depuis quelques mois qu’elle découvre un Maroc autre que lors de ses retours au bled, à chaque été. L’histoire de cette beurette à la trajectoire insolite commence par un scénario classique. Son père, originaire de Taounate, s’est installé dans les Yvelines pour pointer à l’usine chez Peugeot, bientôt rejoint par sa femme et leur premier enfant de 6 mois. Née là-bas, ce n’est qu’à 24 ans qu’elle troque sa carte de séjour pour la nationalité française. La réussite ne viendrait pas de la nationalité, mais de ses compétences. Les mots du père trouvèrent probablement un écho. Si la galère de nombreux jeunes beurs sur le marché du travail est une réalité de l’Hexagone, Amina ne s’est jamais vu refoulée, bien décidée à ce que technicité et détermination ouvrent les meilleures portes.
Sa maîtrise de biochimie en poche, elle a déjà choisi son domaine : l’environnement. Une certitude déterminée lors d’un stage au Maroc, à l’ONEP. "Deux fois par jour, sur le trajet Salé-Rabat, je passais à côté d’un bidonville installé sur une décharge. Et chaque jour je me demandais, scotchée face au feu rouge, pourquoi tant d’immondices restaient comme ça devant tout le monde". Depuis lors, elle y tient dur comme fer : "Je vais revenir faire quelque chose ici". Mais pas question de débarquer comme ça. "Tellement de beurs parlent de revenir, mais combien ont un réel projet en tête ? Le Maroc a besoin de gens avec du savoir-faire". De retour en France, elle se spécialise dans la gestion des déchets industriels et ménagers, séduit la ville de Poissy où elle fait ses armes, pendant 5 ans. "Il faut se blinder de connaissances comme d’expérience. À l’époque, mon patron était une femme, la seule dans tous les services techniques ; j’ai beaucoup appris d’elle".

Pour la suite, voici lelien: [www.telquel-online.com]
N7abb-bladi [ MP ]
27 décembre 2007 00:17
Un article de vulgarisation sur les figues dont Taounate est le premier producteur au MAroc avec des images et des noms de figues correspondant



La figue est un fruit très anciennement connu dans le monde. Cité dans la “Sourat Attine” du Coran, il est probablement originaire du Moyen Orient et naturalisé dans plusieurs régions et surtout celles du pourtour du bassin méditerranéen. Ce dernier fournit l'essentiel de la production mondiale, estimée à un million de tonnes, dont 27% est produit par la Turquie.

Voici un article très intéressant qui traite le sujet de figues au MAroc de tous les côtés par des chercheurs de l'IAV. On apprend du nouveau et on trouve toutes les réponses à nos questions sur les figues, figi=uiers et caprifiguier (Dokkar=mâle).

Il y a aussi les images de figues avec leur noms couramment utilisé au MAroc et surtout dans Bled Jbala.

Voici le lien: [www.vulgarisation.net]

Sur un autre site, vous pouvez admirer une photo de figues de Taounate: [photosdumaroc.net]

Vivement l'été pour en manger....et boire de l'eau fraiche ensuite..car ça gonfle...

et pour ceux qui ratent les figues vertes, il y a chaque fin aout/début septembre un festival de figues à Bouhouda-Taounate où vous pouvez acheter des figues sèches en vrac ou en Azlag comme un chapelet. Voici le lien: [www.emarrakech.info]
bouazza salat [ MP ]
27 décembre 2007 16:22
Si N7abb-bladi, bon soir et aid moubarak.
J'ai la preuve par dix que vous connaissez des choses sur la région de taounate. Un seul sujet n'a pas encore eu droit de cité chez vous c'est le domaine associatif dans la région. Auriez vous l'amabilité de nous dire quelque chose sur cette association espoire "Taounate ouerzagh" et qu'en est il advenu?
merci.
N7abb-bladi [ MP ]
27 décembre 2007 18:34
Données sur la coopération Maroc-UE pouvant intéresser des associations locales de développement



Le Maroc et l'UE
Des relations sous le sceau de l'excellence en 2007

Publié le : 27.12.2007 | 14h35 sur le site du journal : [www.lematin.ma]

Les relations entre le Maroc et l'Union européenne (UE) sont à placer sous le sceau de l'excellence en 2007. C'est en cette année que le statut avancé réclamé par le Maroc est entré dans sa phase de maturation, l'UE constatant que le Royaume a fait du rapprochement avec l'Europe un choix stratégique irréversible.
La revendication d'un statut avancé a été confortée par l'Union européenne qui apprécie à sa juste valeur cette ambition légitime du Royaume car elle cadre parfaitement avec les principes communautaires.

L'année 2007 a ainsi vu la tenue, au mois de juillet à Bruxelles, du Conseil d'association Maroc-UE au cours duquel les deux parties ont créé un groupe de travail ad hoc devant définir, à l'horizon 2008, les nouveaux objectifs du partenariat et les étapes de développement des relations bilatérales dans le sillage du statut avancé réclamé par le Maroc. Ce groupe de travail ad hoc, dont la création est un fait unique dans la région, devrait être composé de représentants du Maroc, des pays membres de l'Union européenne, de la Commission européenne et du haut représentant de l'UE pour la politique étrangère.

Il s'agit là de la concrétisation d actions pionnières confortant l'engagement du Maroc en faveur du statut avancé qui se fait d'une manière progressive et pragmatique. Cette volonté s'est matérialisée par la poursuite des négociations pour la conclusion de nouveaux accords importants, notamment dans les domaines agricole et des produits de la pêche et celui relatif au règlement des différends commerciaux bilatéraux, le lancement de négociations régionales et bilatérales dans les domaines des services et du droit d'établissement et le lancement de discussions en vue de concrétiser la participation du Maroc aux programmes et agences communautaires.

La session du Conseil d'association a, par ailleurs, été l'occasion pour les responsables européens de saluer les efforts de modernisation entrepris par le Maroc et la dynamique créée par l'Initiative marocaine de négociation d'un statut d'autonomie pour les provinces du sud du Royaume qu'ils ont qualifié d'"effort sérieux et crédible".

L'UE a, également, souligné, lors du Conseil d'association qu'elle apprécie la proposition marocaine et qu'elle appuie les négociations en vue d'une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable de la question du Sahara. En matière des droits de l'Homme, l'UE s'est félicitée des initiatives prises par le Maroc pour consolider les droits de l'homme et élargir le champ des libertés au plan national, ainsi que sa détermination à poursuivre la politique d'ouverture et de modernisation.

Elle s'est également félicitée de la tenue et de la transparence des élections législatives la qualifiant de "processus" confirmant "les avancées réalisées par le Maroc dans l'édification d'une société démocratique". S'agissant de la politique de voisinage, l'UE a dressé un bilan positif des principaux indicateurs de l'économie nationale et salué les réformes initiées notamment dans les domaines du développement agricole, de l'emploi, de la politique sociale et du développement durable.

Grâce à ces réformes, le Maroc a été choisi, aux côtés de l'Ukraine, comme seuls pays pouvant bénéficier de la "facilité gouvernance". Cet appui de l'UE s'est matérialisé par l'octroi au Maroc d'une enveloppe budgétaire de l'ordre de 28 millions d'euros au titre de l'année 2007.

L'Union européenne a, également, accordé au Maroc une enveloppe de 654 millions d'euros au titre du Programme indicatif national (PIN) couvrant la période 2007-2010.

Le soutien financier européen au Maroc se fait également par le biais de la coopération transfrontalière qui est à hauteur de 188,894 millions d'euros pour la période 2007-2013 et dans le cadre des programmes thématiques, sans oublier les accords de prêts contractés avec la Banque européenne d'investissement (BEI).

En 2007, la BEI a poursuivi sa politique d'appui au Maroc avec 2 prêts : 180 millions d'euros pour l'autoroute Fès-Oujda et 150 millions d'euros destinés aux projets hydroélectriques II, soit un total de 330 millions d'euros.


pour lire la suite, voir ce lien: [www.lematin.ma]
N7abb-bladi [ MP ]
27 décembre 2007 19:22
Citation
bouazza salat a écrit:
Si N7abb-bladi, bon soir et aid moubarak.
J'ai la preuve par dix que vous connaissez des choses sur la région de taounate. Un seul sujet n'a pas encore eu droit de cité chez vous c'est le domaine associatif dans la région. Auriez vous l'amabilité de nous dire quelque chose sur cette association espoire "Taounate ouerzagh" et qu'en est il advenu?
merci.

Je ne connais pas toutes les informations ou tous les détails sur Taounate, ses tribus, ses associations, ses projets, ses personnalités, .....Mais je suis bien informé pour pour pouvoir répondre ou traiter plusieurs sujets sur Taounate vu que je suis natif de Taounate biensûr....Je voudrai qu'il y a d'autres personnes qui écrivent sur ce forum l'histoire de leurs tribus, la biographie de leurs personnalités, leurs cultures, leurs Us et coutumes, ....car à chaque fois que je veux le faire, j'ai peur de me tromper ou d'être incomplet.....on n'est jammais bien servi que par soi-même comme dit le dicton...le but est de faire connaitre Taounate et ses potentialités afin d'inciter ses enfants et ses amoureux à la développer et la hisser au niveau qu'elle mérite....

Pour l'association Taounate-Ourtzagh, je la connais car ses membres sont une partie de l'élite de Taounate, mais pas toute l'élite. Je te réponds en bref à son sujet en éspérant ne pas créer de tension ou de discorde entre Taounatis car ce n'est pas mon intention et c'est pourquoi j'évite de traiter de tel sujet.
En fait, il faut savoir que cette association a été crée pour rassembler les personnalités et les potentialités de la région Taounate/ourtzagh dans le but de développer la région, mais aussi pour contrer l'ascension de Messaoudi Layachi d'Ain Médiouna et le côté Senhaja/Mernissa dans les élections....Actuellement, cette association ne joue plus ce rôle politique pour contrer qui que ce soit car les règles éléctrorales ont changées depuis 2003. Depuis cette date, il y a une grande ciconscription Taounate-Tissa où 3 parlementaires peuvent gagner leur sièges au parlement ....ce qui ne pose plus le problème de confrontation d'avant où un seul député réussi par circonscription. D'ailleurs, on connait les résultats quand Messaoudi Layachi se présentait contre ses adversiares..et bien il gagnait à chaque fois...ce qui n'était jammais du gout de plusieurs personnes..car il était intègre et voulait et travaillait pour le bien de la société..Il a fait pour Ain Médiouna en 10 ans ce que les autres ont échoué à faire pendant 40 ans...Un grand salut pour ce grand Homme....

Pour l'association Taounate Ourtzagh, je pense qu'elle doit rassembler tout le monde sans éliminer l'élite des autres coins de Taounate et continuer son orientation de départ en visant le domaine de dévelopement dans la province, combattre la paupérisation de la société et améliorer le niveau de vie des populations car la région en a vraiment besoin....et faire aussi du lobbying pour attirer les investisseurs dans différent domaines dont Taounate est leader et faire au moins une zone industrielle dans la province car dans tout le Maroc seule Taounate n'a pas de zone industrielle car aucune industrie n'est installée à Taounate sauf quelques unités de pressions d'huile d'olives éparpillées sur plusieurs endroits ....Taounate a besoin d'une industrie de transformation pour ses figues, ses olives, ses amandes, ses capres, son Niora (colorant alimentaire), l'embouteillage de spn eau minérale, .....Elle a besoin du classemnt de ses momuments et sa culture comme patrimoine nationale ...elle besoin de se développer en tourisme culturel et rural.....

tu peux trouver plus de détails sur cette association en cliquant sur ce lien: [www.infosbladi.com]
N7abb-bladi [ MP ]
27 décembre 2007 19:44
Les 30 communes qui peuvent bénificier à Taounate de l'aide américaine accordée au Maroc MCA: associations de Taounate faites monter votre dossier pour projets de développement




Le 31 août 2007, le royaume du Maroc et le Millenium Challenge Corporation (MCC) des Etats-Unis ont signé un contrat de 697.5 millions de dollars s'étalant sur cinq ans pour réduire la pauvreté et augmenter la croissance économique du Maroc.

Voici un lien officiel qui donnent les noms de plusieurs provinces marocaine bénificiant de l'aide américaine MCA accordée au Maroc fin aout 2007 et dont la province de Taounate.

Les gens ou les associations, parmi 30 communes de Taounate (voir page 3), peuvent déposer leurs dossiers pour prétendre à l'aide MCA dans le domaine agricole et surtout dans l'arboriculture (olivier, figuier, amandier, ...).
Il faut entrer en contact avec la prefecture et les sièges des communes pour plus d'informations et pour déposer les dossiers de candidature. Il faut aussi lire le contenu de ce document car un modèle de dossier et de contrat se trouve sur ce lien ci-dessous aussi (voir page 10).

Voici le lien du ministère des finances:

[www.finances.gov.ma]
sawsen9 [ MP ]
27 décembre 2007 20:35
de quelles photos tu parles ????
bouazza salat [ MP ]
27 décembre 2007 21:43
un grand merci si N7abb-bladi vous avez été très exhaustif. Un grand hommage à si Messoudi Ayachi dont l'handicape constitue un manque à gagner terrible non pour ain mediouna et la région mais pour le Maroc tout entier. Si Messoudi mettait du coeur dans toutes les actions qu'il avait piloté dans la région. Prions tous pour que Dieu lui vienne en aide. amen.
chtiri [ MP ]
27 décembre 2007 21:58
Bonszoir si N7abb-bladi et merci ,
vous nous avez dit tout haut ce que beaucoup d'originaires de tissa, ain mediouna, beni oulid, kari ba med, mernissa et autres originaires des alentours de taounate pensent tout bas.
Le lien que vous avez cité n'est pas à jour car depuis que si Tricha a épuisé l'effet magique escompté de l'association, il s'en est retiré sans donner de compte à personne et surtout en mettant en place à la tete de l'association une personne qui n'a de lien avec la région que le nom de famille en l'occurence le professeur Zerouali. Non que je sois contre ce professeur universitaire mais c'est qu'il ne saurait exprimer notre douleur. Preuve au besoin, un mois après son affectation par une assemblée gle en miniature à l'hotel saada à casablanca, il a été nommé ambassadeur de sa Majesté à Tunis et l'association a été remise au tiroire. Il y a donc un nouveau bureau qui ne s'est jamais réuni depuis son "éléction".
N.B A l'origine c'était l'association des anciens élèves du collège de taounate.
plus tard pour empecher les élites des différentes circonscriptions de s'organiser en l'occurence, celles de Tissa, Tahar souk, Béni oulid, ain Mediouna et Karia ba Med, Les tricha , saaidi et consort ont concocté un processus qui a amené l'association actuelle.
N7abb-bladi [ MP ]
29 décembre 2007 01:50
Despription de Taounate par un ancien élève du lycée Al Wahda




1- Voici le lien d'un blog où un ancien élève de Taounate décrit la ville de Taounate. Il ne donne pas tous les détails sur cette ville qui se transforme chaque année, mais les informations qu'il donne sont toujours précieuses pour se rappeler cette belle ville appelée Taounate et qui veut dire en berbère "La Haute" et en arabe "Al 3alia".

Voici le lien: [mouara.blogspirit.com]

2- Regardez les belles photos prises à Taounate et surtout les 15 premières pages de ce blog: verdure, l'eau, la natation, la pêche, ....les beaux paysages, ...: [yassin-kh2007.blog4ever.com]



Modifié 1 fois. Dernière modification le 29/12/07 01:59 par N7abb-bladi.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
Facebook