Menu
Connexion Rencontres Yabiladies Islam Vidéos Forum News
Y a t-il d Autre Jamal Debouze pour nous aider??
mohalesage1 [ MP ]
19 février 2004 20:36
Bonjour les amis,


Depuis quelques temps nous sommes à la recherche de personnes genre Jamal Debouze. Vous le savez tous, nous avons des milliers d’enfants qui vivent dans la rue au Maroc et paradoxalement nous avons des milliers d’artistes et de personnages connus ici et au Maroc. Nous pensons que si chaque artiste avait la possibilité de parrainer une association ou un projet et de suivre l’évolution de cette association ou de ce projet, cela pourrait apporter une évolution positive et énormément d’aide aux démunis.

Nous sommes donc à la recherche de personnes avec un grand cœur et une volonté d’aider énorme. Ces enfants sont notre avenir, c’est à nous de nous en occuper dans le présent! Le Maroc de demain c’est ces enfants de la rue, c’est à nous de les sauver et de leur offrir une éducation digne de se nom.

Pour aider ces enfants, nous sommes prêt à tout. Nous prendrons le temps de discuter et d’éclaircir les points positifs et négatifs de toutes vos idées et peut-être que ces projets verront le jour très rapidement. Pour cela nous vous demandons des idées, de l’aide etc. Toute proposition est la bienvenue et sera étudiée.


L’intérêt qui est aujourd’hui porté aux enfants de la rue au Maroc, est très récent. Cet intérêt est essentiellement de type associatif. Ce genre d’interventions pratiques peut donner beaucoup de résultats concrets.


Que peut on apporter à ces enfants, uniquement la survie ou plus que cela? Les enfants dont nous vous parlons ont des manques énormes à plusieurs niveaux : la santé, la nourriture, un toit mais aussi de l’affection, de la sécurité, l’enseignement, etc.


En partant des réflexions de toute personne, autant belge que marocaine, nous avons pensé qu'il existe un besoin réel de création de structure d'accueil ou d'un relais qui pourraient offrir un nouveau mode de vie, des repères ainsi qu’une scolarité adaptée en fonction des capacités de chaque enfant vivant dans la rue.


La demande au Maroc est énorme! (Par ex. il y a actuellement 5000 enfants mineurs en situation irrégulière en Espagne qui attendent d’être expatrier vers le Maroc, mais nous n’avons aucune structure pour les accueillir !)


Ce constat nous a amené à nous poser les questions suivantes :



- Quel type de structure pourrait endiguer ce phénomène d'errance, d'exclusion, d'échec et de clandestinité?



- N'y a t'il pas un manque de structure spécialisée dans le traitement de ce genre, qui soit un lieu neutre relayant la famille et le jeune et opérant une médiation entre elle et le jeune?



- Quels moyens spécifiques aurait-elle pour repenser et reparler le conflit, afin d'envisager un retour du jeune dans sa famille?



Notre association veut aider à la création et au fonctionnement d'un centre d'accueil de nuit & de jour à Tétouan et ceci en partenariat avec le Centre Anjal de Tétouan)
Le travail est orienté vers une population composée d'enfants âgés de 6 ans à des adolescents de 15/16 ans garçons et filles, errant dans la rue.

Voici un exemple du projet réalisé avec les enfants du centre Anjal à Tétouan :


Un projet photographique a été lancé en juillet 2002, en partenariat avec la Délégation Wallonie-Bruxelles avec pour but de renforcer la structure d’animation du Centre Anjal, qui œuvre en faveur des enfants en situation difficiles. Le but était également de leur proposer d’approcher et de développer un nouveau moyen de création qui leur était encore inconnu.



Dans l’optique de renforcer le projet, il a fallu former et sensibiliser un éducateur de l’association à la pratique photographique noir et blanc sous l’encadrement d’un coopérant belge Marc Pellizzer (nous le remercions au passage pour sa présence par mis nous lors de la soirée solidarité du 14/02 à Bruxelles) lauréat de l’Institut des Beaux-arts Saint Luc à Liége.



Le choix du noir et blanc s’est imposé car c’est la seule technique photographique qui reste totalement manuelle, et qui permet une vision de tout le processus photographique. Après avoir installé les structures du projet, le Centre a pu commencer le travail avec les enfants.



Le but n’était pas d’en faire des photographes professionnels, mais plutôt de leur donner les outils nécessaires pour l’approche et le développement de ce moyen d’expression.

Après une initiation au fonctionnement de l’appareil photographique au laboratoire, l’enfant est guidé dans la réalisation de thèmes bien précis. Cela pousse l’enfant à développer une histoire où chaque image apporte une information supplémentaire au récit. Cette méthode apporte une autre dimension à l’atelier où l’analyse des images aide l’enfant à faire évoluer son travail.



Voici un aperçu des thèmes traités :

- La Médina de Tétouan,

- La famille

- Les enfants

- La femme

- Diverses situations sociales

- etc.

Les expositions seront articulées autour de deux axes. D’une part, le travail de l’éducateur, et d’autre part, les travaux des enfants du centre Anjal. Ces enfants ne cessent pas de nous épater et de nous surprendre par leur spontanéité et le discours qu’ils véhiculent à travers leurs images.

Les expositions été couronnées de succès à Tanger, Tétouan, Rabat Salé et Namur lors de la fête de Wallonie et lors de la soirée solidarité du 14 février 2004 à Bruxelles.

Un de nos projet est d’organiser diverses expositions a travers le pays et de montre au monde ce que ces enfants savent faire si on leur offre les moyens.

Nous vous remercions de votre soutien et espérons avoir pleins de réactions positives

En sauvant l’enfant d’aujourd’hui, nous sauvons l’homme de demain…

mohalesage sage dans ma foliemohale fou fou dans ma sagesse
yamna [ MP ]
23 février 2004 09:14
Je ne comprends pas pkoi tu as posté à la rubrique diwan al madalim?

Ton sujet est très intéressant et cette rubrique, ily a des yabladiens qui ne viennent jamais. Moi je ne viens que très rarement.

al kalam min fedda ama soukout fa min dahab
 
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
Facebook