Menu
Connexion Yabiladies Islam Radio Forum News
je suis sa chose ?
F
18 août 2016 02:14
Bonsoir à tous les Yabis. Ce soir c'est avec effarement que je viens m'épancher et raconter afin de trouver sois des conseils, sois du réconfort. Je me sent perdue. Je suis mariée depuis 7 années avec un homme marocain. Evidément bien que j'ai lutté afin de faire perdurer mon couple. Usé d'une patience incroyable. Car entre le jeune homme rencontré sur internet de l'époque et celui arrivé en France ce n'était plus le même homme passionnément amoureux. J'en suis passé par tout les stades. Mais hamdoulah j'ai évité le divorce tenu le coup au grand étonnement de beaucoup. J'ai perdu tout mon entourage, amies, et famille. Car tout cela ne convenait pas aux yeux de mon époux. Il a fait le vide complet autour de moi afin que je sois à son entière disposition. Chaque manquement de ses chartes imposées par lui était des éléments déclencheurs de ces terribles colères et agressivités. De violences verbales psychologiques en tout genres. De déstabilisation mentales en moi sur fond de culpabilisation intense ou je ne savais plus différencier les torts. Le problème d'aujourd'hui est qu'actuellement il se trouve hospitalisé. Car il est un fumeur autant de tabac que de cannabis invétéré. Ce qui lui a provoqué un pneumothorax. Emmené d'urgence par les pompiers a l'hopital je ne pouvais rester sur place durant l'examen. Pourtant le soir angoissé j'ai téléphoné au mèdecin de service afin d'obtenir la permission de venir le voir même de courte durée. Puis j'ai eu mon mari au téléphone qui demandait ma visite. Il était tard. J'ai parcouru le chemin à pied le soir. 22 h. Arrivée en réanimation ou il était placé j'ai été choquée et apeurée de le voir avec un masque à oxygène. Une pompe a respiration, des drains de chaque cotés de la poitrine, électrocardiogramme. Je ne savais pas comment contenir ma peur. Lui m'a acceuillis agressivement ! me criant dessus littéralement à travers son masque comme quoi j'étais une incapable de savoir consoler, et soutenir un malade. Je ne répondais pas à ses reproches virulents mais plutôt lui répondait d'une voix très basse et calme. Lui demandant de me laisser juste apprivoiser ma vue de ses instruments qui me font peurs. De me comprendre sur le choc de la vision. Ceci n'a eu que l'effet de l'énerver encore plus ! me faisant culpabiliser sur ma sois disant distance et froideur ! que j'étais une méchante, une sans coeur ! là je suis sortie de la chambre. Car d'autres malades se trouvait à côté et j'étais très génée. Mon mari ayant eu la permission d'avoir son téléphone m'a r'appeller en chemin de retour afin de m'enfoncer encore ! m'abreuver de reproches sur ma façon d'être et de faire. Malgré son masque à oxygène il trouvait encore le moyen de me crier dessus. Ce soir après tout ceci au fond de moi je me sens humiliée. J'ai essayé de faire passer ceci sur le fait de la maladie. Me disant qu'il devait souffrir peut être. Ou qu'il se sent diminué. Mais je ne peux aussi m'empêcher de réaliser que malgré la douleur, et la situation même sur son lit d'hopital il me crie encore dessus et m'inondes de reproches de façon très agressive. Et continuant ceci ensuite au téléphone. Alors que quand il réclamait ma visite auparavant il était aimable au téléphone et dès qu'il m'a vu s'est littéralement déchainé. De la manipulation ? Juste avoir la satisfaction en lui de me voir venir à son appel ? Un test afin de m'avoir sous sa coupe durant son hospitalisation ? Surtout j'ai tenté de lui dire qu'il ne devait pas s'énerver ni me crier dessus comme ceci il a retourné la situation jusqu'à dire que je venais exprès pour l'humilier. Oui je suis là triste avec un mélange de colère qu'Allah m'en pardonne mais jai mes émotions. Je vous remercie de m'avoir lu jusque là et vous remercie autant de vos réponses
R
18 août 2016 02:19
Bonsoir,

toi t'as pas suivi la formation de maître Goldman

[www.yabiladi.com]
.
18 août 2016 02:22
J'ai pensé pareil lol
Citation
ReddIblis a écrit:
Bonsoir,

toi t'as pas suivi la formation de maître Goldman

[www.yabiladi.com]
.
18 août 2016 02:25
Bonsoir posteuse,

Franchement le gars même sur un lit d'hôpital il trouve le moyen de t'engueuler.

Ecoute, lorsqu'il te crie dessus, te laisse pas faire, il crie, tu cries aussi.
Fais lui comprendre que t'es pas sa chienne, son bouc émissaire ou autre, tu es sa femme, il te doit le respect.


Malheureusement beaucoup d'hommes changent après le mariage...

Bon courage
F
18 août 2016 02:26
Oui j'approuve entièrement que mon texte est très mal géré. Pas d'espaces, ni paragraphes. Non je n'ai pas vu la page Goldman mais promis si je dois poster autre chose je modifierai.
F
18 août 2016 02:31
Je ne pouvais et ne voulais pas me permettre de crier dans un lieu comme l'hopital. Surtout au service réanimation. Par respect pour les autres malades aux alentours.
Puis par discrétion aussi.
J'espèrais malgré moi qu'un mèdecin soit témoin de ceci aussi afin qu'il évalue l'état psychologique et nerveux de celui qui faisait figure de mari dont sa femme accourt à son chevet à sa demande le soir tard.
F
18 août 2016 02:31
Bonsoir à tous les Yabis.


Violences conjugales et emprise du conjoint

Ce soir c'est avec effarement que je viens m'épancher et raconter mon problème afin de trouver sois des conseils, sois du réconfort.

Je me sens perdue. Je suis mariée depuis 7 ans avec un homme marocain.

J'ai lutté afin de faire perdurer mon couple et usé d'une patience incroyable car entre le jeune homme rencontré sur internet de l'époque et celui arrivé en France ce n'était plus le même homme passionnément amoureux.

J'en suis passé par tout les stades. Mais hamdoulah j'ai évité le divorce tenu le coup au grand étonnement de beaucoup.

J'ai perdu tout mon entourage, amies, et famille car tout cela ne convenait pas aux yeux de mon époux. Il a fait le vide complet autour de moi afin que je sois à son entière disposition.

Chaque manquement de ses chartes imposées par lui était des éléments déclencheurs de ces terribles colères et agressions et de violences verbales psychologiques en tout genre, de déstabilisation mentales en moi sur fond de culpabilisation intense ou je ne savais plus différencier les torts.

Hospitalisation du conjoint violent

Le problème d'aujourd'hui est qu'actuellement il se trouve hospitalisé. Car il est un fumeur autant de tabac que de cannabis invétéré. Ce qui lui a provoqué un pneumothorax.

Emmené d'urgence par les pompiers a l'hopital je ne pouvais rester sur place durant l'examen. Pourtant le soir angoissé j'ai téléphoné au mèdecin de service afin d'obtenir la permission de venir le voir même de courte durée.

Puis j'ai eu mon mari au téléphone qui demandait ma visite. Il était tard. J'ai parcouru le chemin à pied le soir. 22 h.

Arrivée en réanimation ou il était placé j'ai été choquée et apeurée de le voir avec un masque à oxygène. Une pompe a respiration, des drains de chaque cotés de la poitrine, électrocardiogramme. Je ne savais pas comment contenir ma peur.

Lui m'a acceuillis agressivement ! me criant dessus littéralement à travers son masque comme quoi j'étais une incapable de savoir consoler, et soutenir un malade. Je ne répondais pas à ses reproches virulents mais plutôt lui répondait d'une voix très basse et calme.

Lui demandant de me laisser juste apprivoiser ma vue de ses instruments qui me font peurs. De me comprendre sur le choc de la vision. Ceci n'a eu que l'effet de l'énerver encore plus ! me faisant culpabiliser sur ma sois disant distance et froideur ! que j'étais une méchante, une sans coeur ! là je suis sortie de la chambre. Car d'autres malades se trouvait à côté et j'étais très génée.

Mon mari ayant eu la permission d'avoir son téléphone m'a r'appeller en chemin de retour afin de m'enfoncer encore ! m'abreuver de reproches sur ma façon d'être et de faire. Malgré son masque à oxygène il trouvait encore le moyen de me crier dessus. Ce soir après tout ceci au fond de moi je me sens humiliée.

J'ai essayé de faire passer ceci sur le fait de la maladie. Me disant qu'il devait souffrir peut être. Ou qu'il se sent diminué. Mais je ne peux aussi m'empêcher de réaliser que malgré la douleur, et la situation même sur son lit d'hopital il me crie encore dessus et m'inondes de reproches de façon très agressive. Et continuant ceci ensuite au téléphone. Alors que quand il réclamait ma visite auparavant il était aimable au téléphone et dès qu'il m'a vu s'est littéralement déchainé.

Questionnement

De la manipulation ? Juste avoir la satisfaction en lui de me voir venir à son appel ? Un test afin de m'avoir sous sa coupe durant son hospitalisation ?

Surtout j'ai tenté de lui dire qu'il ne devait pas s'énerver ni me crier dessus comme ceci il a retourné la situation jusqu'à dire que je venais exprès pour l'humilier.

Oui je suis là triste avec un mélange de colère qu'Allah m'en pardonne mais jai mes émotions.


Je vous remercie de m'avoir lu jusque là et vous remercie autant de vos réponses


Résumé : Femme victime de violence conjugale physique et psychologique. L'hospitalisation de son époux n'a pas changé son comportement.


Une correction sponsorisée par la Goldman Sachs Bank !

Citation
Francette a écrit:
Bonsoir à tous les Yabis. Ce soir c'est avec effarement que je viens m'épancher et raconter afin de trouver sois des conseils, sois du réconfort. Je me sent perdue. Je suis mariée depuis 7 années avec un homme marocain. Evidément bien que j'ai lutté afin de faire perdurer mon couple. Usé d'une patience incroyable. Car entre le jeune homme rencontré sur internet de l'époque et celui arrivé en France ce n'était plus le même homme passionnément amoureux. J'en suis passé par tout les stades. Mais hamdoulah j'ai évité le divorce tenu le coup au grand étonnement de beaucoup. J'ai perdu tout mon entourage, amies, et famille. Car tout cela ne convenait pas aux yeux de mon époux. Il a fait le vide complet autour de moi afin que je sois à son entière disposition. Chaque manquement de ses chartes imposées par lui était des éléments déclencheurs de ces terribles colères et agressivités. De violences verbales psychologiques en tout genres. De déstabilisation mentales en moi sur fond de culpabilisation intense ou je ne savais plus différencier les torts. Le problème d'aujourd'hui est qu'actuellement il se trouve hospitalisé. Car il est un fumeur autant de tabac que de cannabis invétéré. Ce qui lui a provoqué un pneumothorax. Emmené d'urgence par les pompiers a l'hopital je ne pouvais rester sur place durant l'examen. Pourtant le soir angoissé j'ai téléphoné au mèdecin de service afin d'obtenir la permission de venir le voir même de courte durée. Puis j'ai eu mon mari au téléphone qui demandait ma visite. Il était tard. J'ai parcouru le chemin à pied le soir. 22 h. Arrivée en réanimation ou il était placé j'ai été choquée et apeurée de le voir avec un masque à oxygène. Une pompe a respiration, des drains de chaque cotés de la poitrine, électrocardiogramme. Je ne savais pas comment contenir ma peur. Lui m'a acceuillis agressivement ! me criant dessus littéralement à travers son masque comme quoi j'étais une incapable de savoir consoler, et soutenir un malade. Je ne répondais pas à ses reproches virulents mais plutôt lui répondait d'une voix très basse et calme. Lui demandant de me laisser juste apprivoiser ma vue de ses instruments qui me font peurs. De me comprendre sur le choc de la vision. Ceci n'a eu que l'effet de l'énerver encore plus ! me faisant culpabiliser sur ma sois disant distance et froideur ! que j'étais une méchante, une sans coeur ! là je suis sortie de la chambre. Car d'autres malades se trouvait à côté et j'étais très génée. Mon mari ayant eu la permission d'avoir son téléphone m'a r'appeller en chemin de retour afin de m'enfoncer encore ! m'abreuver de reproches sur ma façon d'être et de faire. Malgré son masque à oxygène il trouvait encore le moyen de me crier dessus. Ce soir après tout ceci au fond de moi je me sens humiliée. J'ai essayé de faire passer ceci sur le fait de la maladie. Me disant qu'il devait souffrir peut être. Ou qu'il se sent diminué. Mais je ne peux aussi m'empêcher de réaliser que malgré la douleur, et la situation même sur son lit d'hopital il me crie encore dessus et m'inondes de reproches de façon très agressive. Et continuant ceci ensuite au téléphone. Alors que quand il réclamait ma visite auparavant il était aimable au téléphone et dès qu'il m'a vu s'est littéralement déchainé. De la manipulation ? Juste avoir la satisfaction en lui de me voir venir à son appel ? Un test afin de m'avoir sous sa coupe durant son hospitalisation ? Surtout j'ai tenté de lui dire qu'il ne devait pas s'énerver ni me crier dessus comme ceci il a retourné la situation jusqu'à dire que je venais exprès pour l'humilier. Oui je suis là triste avec un mélange de colère qu'Allah m'en pardonne mais jai mes émotions. Je vous remercie de m'avoir lu jusque là et vous remercie autant de vos réponses



Modifié 1 fois. Dernière modification le 18/08/16 02:34 par Marcus GOLDMAN.
[color=#FF0000][center][b]Viva la revolución !Pouvoir au peuple ![/b][/center][/color]
18 août 2016 02:43
que ferais t-on sans toi marcus! Grinning smiley
Citation
Marcus GOLDMAN a écrit:
Bonsoir à tous les Yabis.


Violences conjugales et emprise du conjoint

Ce soir c'est avec effarement que je viens m'épancher et raconter mon problème afin de trouver sois des conseils, sois du réconfort.

Je me sens perdue. Je suis mariée depuis 7 ans avec un homme marocain.

J'ai lutté afin de faire perdurer mon couple et usé d'une patience incroyable car entre le jeune homme rencontré sur internet de l'époque et celui arrivé en France ce n'était plus le même homme passionnément amoureux.

J'en suis passé par tout les stades. Mais hamdoulah j'ai évité le divorce tenu le coup au grand étonnement de beaucoup.

J'ai perdu tout mon entourage, amies, et famille car tout cela ne convenait pas aux yeux de mon époux. Il a fait le vide complet autour de moi afin que je sois à son entière disposition.

Chaque manquement de ses chartes imposées par lui était des éléments déclencheurs de ces terribles colères et agressions et de violences verbales psychologiques en tout genre, de déstabilisation mentales en moi sur fond de culpabilisation intense ou je ne savais plus différencier les torts.

Hospitalisation du conjoint violent

Le problème d'aujourd'hui est qu'actuellement il se trouve hospitalisé. Car il est un fumeur autant de tabac que de cannabis invétéré. Ce qui lui a provoqué un pneumothorax.

Emmené d'urgence par les pompiers a l'hopital je ne pouvais rester sur place durant l'examen. Pourtant le soir angoissé j'ai téléphoné au mèdecin de service afin d'obtenir la permission de venir le voir même de courte durée.

Puis j'ai eu mon mari au téléphone qui demandait ma visite. Il était tard. J'ai parcouru le chemin à pied le soir. 22 h.

Arrivée en réanimation ou il était placé j'ai été choquée et apeurée de le voir avec un masque à oxygène. Une pompe a respiration, des drains de chaque cotés de la poitrine, électrocardiogramme. Je ne savais pas comment contenir ma peur.

Lui m'a acceuillis agressivement ! me criant dessus littéralement à travers son masque comme quoi j'étais une incapable de savoir consoler, et soutenir un malade. Je ne répondais pas à ses reproches virulents mais plutôt lui répondait d'une voix très basse et calme.

Lui demandant de me laisser juste apprivoiser ma vue de ses instruments qui me font peurs. De me comprendre sur le choc de la vision. Ceci n'a eu que l'effet de l'énerver encore plus ! me faisant culpabiliser sur ma sois disant distance et froideur ! que j'étais une méchante, une sans coeur ! là je suis sortie de la chambre. Car d'autres malades se trouvait à côté et j'étais très génée.

Mon mari ayant eu la permission d'avoir son téléphone m'a r'appeller en chemin de retour afin de m'enfoncer encore ! m'abreuver de reproches sur ma façon d'être et de faire. Malgré son masque à oxygène il trouvait encore le moyen de me crier dessus. Ce soir après tout ceci au fond de moi je me sens humiliée.

J'ai essayé de faire passer ceci sur le fait de la maladie. Me disant qu'il devait souffrir peut être. Ou qu'il se sent diminué. Mais je ne peux aussi m'empêcher de réaliser que malgré la douleur, et la situation même sur son lit d'hopital il me crie encore dessus et m'inondes de reproches de façon très agressive. Et continuant ceci ensuite au téléphone. Alors que quand il réclamait ma visite auparavant il était aimable au téléphone et dès qu'il m'a vu s'est littéralement déchainé.

Questionnement

De la manipulation ? Juste avoir la satisfaction en lui de me voir venir à son appel ? Un test afin de m'avoir sous sa coupe durant son hospitalisation ?

Surtout j'ai tenté de lui dire qu'il ne devait pas s'énerver ni me crier dessus comme ceci il a retourné la situation jusqu'à dire que je venais exprès pour l'humilier.

Oui je suis là triste avec un mélange de colère qu'Allah m'en pardonne mais jai mes émotions.


Je vous remercie de m'avoir lu jusque là et vous remercie autant de vos réponses


Résumé : Femme victime de violence conjugale physique et psychologique. L'hospitalisation de son époux n'a pas changé son comportement.


Une correction sponsorisée par la Goldman Sachs Bank !
Situation amoureuse : je m'aime !
L
18 août 2016 02:59
Salamou3aleykoum Francette

...en fait , je ne sais trop quoi te dire de peur de te blesser..

Je viens de lire en diagonal ton post da tant du mois d'avril.. Smoking smileySmoking smileyMoody SmileyMoody SmileyEye popping smiley Smoking smileySmoking smileyMoody SmileyMoody SmileyEye popping smiley

Bon sang , comment as-tu fait ?
As-tu un/des enfants avec ça ?
R
18 août 2016 02:59
bon jm sens obligé de répondre vu ma taquinerie lol

Alors oui il faut réagir et ce en communiquant mieux, il crie pck il te sent froide, essaie de lui expliquer que c'est ta manière à toi de réagir face à cette peur et ce choc...

S'il imprime pas hausse le ton et ne te laisse pas faire, mais ca veut pas dire crier non plus...

Sinon effectivement c'est petut être aussi sa maladie qui joue car il est appeuré aussi et chacun gère différement les mauvaise news, ceci dit ça a pas l'air nouveau nn plus...

Enfin je te conseillerais de prendre sur toi au mieux durant sa convalescence car s'il est en réa, jsuis pas sur que crier ou mm énerver un malade soit judicieux pour sa santé et respectueux des autres malades...dc tant que faire se peut, essaie de le calmer et ne pas "répondre" sans être humiliée non plus, en menacant de partir par ex...tu auras tt le temps de mettre les pioints sur les i de retour à la maison....

sinon la manipulation/t'avoir sous sa coupe pour son hospi je pense que tu te fais un film, il se sent seul surement d'ou sa demande présence en particulier ds un moment si difficile

bon courage à toi



Modifié 1 fois. Dernière modification le 18/08/16 03:07 par ReddIblis.
18 août 2016 03:04
je pense que tu es bcp trop gentille avc lui , que tu te laisse marcher sur les pieds et il en profite! Smiling Smiley impose toi, montre lui que tu ne lui obeit pas au doigt et a l'oeil! Smiling Smiley
Citation
Francette a écrit:
Bonsoir à tous les Yabis. Ce soir c'est avec effarement que je viens m'épancher et raconter afin de trouver sois des conseils, sois du réconfort. Je me sent perdue. Je suis mariée depuis 7 années avec un homme marocain. Evidément bien que j'ai lutté afin de faire perdurer mon couple. Usé d'une patience incroyable. Car entre le jeune homme rencontré sur internet de l'époque et celui arrivé en France ce n'était plus le même homme passionnément amoureux. J'en suis passé par tout les stades. Mais hamdoulah j'ai évité le divorce tenu le coup au grand étonnement de beaucoup. J'ai perdu tout mon entourage, amies, et famille. Car tout cela ne convenait pas aux yeux de mon époux. Il a fait le vide complet autour de moi afin que je sois à son entière disposition. Chaque manquement de ses chartes imposées par lui était des éléments déclencheurs de ces terribles colères et agressivités. De violences verbales psychologiques en tout genres. De déstabilisation mentales en moi sur fond de culpabilisation intense ou je ne savais plus différencier les torts. Le problème d'aujourd'hui est qu'actuellement il se trouve hospitalisé. Car il est un fumeur autant de tabac que de cannabis invétéré. Ce qui lui a provoqué un pneumothorax. Emmené d'urgence par les pompiers a l'hopital je ne pouvais rester sur place durant l'examen. Pourtant le soir angoissé j'ai téléphoné au mèdecin de service afin d'obtenir la permission de venir le voir même de courte durée. Puis j'ai eu mon mari au téléphone qui demandait ma visite. Il était tard. J'ai parcouru le chemin à pied le soir. 22 h. Arrivée en réanimation ou il était placé j'ai été choquée et apeurée de le voir avec un masque à oxygène. Une pompe a respiration, des drains de chaque cotés de la poitrine, électrocardiogramme. Je ne savais pas comment contenir ma peur. Lui m'a acceuillis agressivement ! me criant dessus littéralement à travers son masque comme quoi j'étais une incapable de savoir consoler, et soutenir un malade. Je ne répondais pas à ses reproches virulents mais plutôt lui répondait d'une voix très basse et calme. Lui demandant de me laisser juste apprivoiser ma vue de ses instruments qui me font peurs. De me comprendre sur le choc de la vision. Ceci n'a eu que l'effet de l'énerver encore plus ! me faisant culpabiliser sur ma sois disant distance et froideur ! que j'étais une méchante, une sans coeur ! là je suis sortie de la chambre. Car d'autres malades se trouvait à côté et j'étais très génée. Mon mari ayant eu la permission d'avoir son téléphone m'a r'appeller en chemin de retour afin de m'enfoncer encore ! m'abreuver de reproches sur ma façon d'être et de faire. Malgré son masque à oxygène il trouvait encore le moyen de me crier dessus. Ce soir après tout ceci au fond de moi je me sens humiliée. J'ai essayé de faire passer ceci sur le fait de la maladie. Me disant qu'il devait souffrir peut être. Ou qu'il se sent diminué. Mais je ne peux aussi m'empêcher de réaliser que malgré la douleur, et la situation même sur son lit d'hopital il me crie encore dessus et m'inondes de reproches de façon très agressive. Et continuant ceci ensuite au téléphone. Alors que quand il réclamait ma visite auparavant il était aimable au téléphone et dès qu'il m'a vu s'est littéralement déchainé. De la manipulation ? Juste avoir la satisfaction en lui de me voir venir à son appel ? Un test afin de m'avoir sous sa coupe durant son hospitalisation ? Surtout j'ai tenté de lui dire qu'il ne devait pas s'énerver ni me crier dessus comme ceci il a retourné la situation jusqu'à dire que je venais exprès pour l'humilier. Oui je suis là triste avec un mélange de colère qu'Allah m'en pardonne mais jai mes émotions. Je vous remercie de m'avoir lu jusque là et vous remercie autant de vos réponses
Situation amoureuse : je m'aime !
F
18 août 2016 03:29
Merci pour vos réponses. Je m'interroge bien malgré moi encore sur son comportement.
Biensur je mets ceci sur le fait qu'il se sent mal d'être hospitaliser ce qui lui déclenche ces accès d'agressivité refoulée peut être dû à la douleur et le stress.
Pourtant après réflexion je ne peux m'empêcher de réaliser qu'avec le personnel hospitalier qui s'occupait de lui il était très détendu, répondant calmement à toutes questions.
Ayant même le sourire ! et faisant preuve d'amabilité et respect. Ce n'est qu'à ma vue que son regard s'est durci.
Qu'il a haussé le ton dès que le mèdecin est parti. Un tout autre personnage ! totalement transformé.
Pourtant je peux assurer que de mon côté j'étais plutôt discrète, intimidée, et sous le choc. Aucun comportement hargneux ou autre. Bien au contraire.
R
18 août 2016 04:02
ptetr pck les autres sont des étrangers lol il va pas leur crier dsu...ni leur montrer ses craintes c logik, après votre pb est surement plus profond que sa maladir, c'est juste un élément supplémentaire...

sinon jsais pas si t'es nouvelle mais jte conseille de cliquer sur le bouton citer en bas des msg qd tu répond à qqn, car là on sait pas à qui tu parles et si tu rpds à qqn il sait pas ktu lui a répondu car pas de notif
Citation
Francette a écrit:
Merci pour vos réponses. Je m'interroge bien malgré moi encore sur son comportement.
Biensur je mets ceci sur le fait qu'il se sent mal d'être hospitaliser ce qui lui déclenche ces accès d'agressivité refoulée peut être dû à la douleur et le stress.
Pourtant après réflexion je ne peux m'empêcher de réaliser qu'avec le personnel hospitalier qui s'occupait de lui il était très détendu, répondant calmement à toutes questions.
Ayant même le sourire ! et faisant preuve d'amabilité et respect. Ce n'est qu'à ma vue que son regard s'est durci.
Qu'il a haussé le ton dès que le mèdecin est parti. Un tout autre personnage ! totalement transformé.
Pourtant je peux assurer que de mon côté j'étais plutôt discrète, intimidée, et sous le choc. Aucun comportement hargneux ou autre. Bien au contraire.
.
18 août 2016 06:02
Je crois que son message s'adressait à tout le monde, parce qu'elle a commencé par "merci pour vos reponses", je sais pas Heu
Citation
ReddIblis a écrit:
ptetr pck les autres sont des étrangers lol il va pas leur crier dsu...ni leur montrer ses craintes c logik, après votre pb est surement plus profond que sa maladir, c'est juste un élément supplémentaire...

sinon jsais pas si t'es nouvelle mais jte conseille de cliquer sur le bouton citer en bas des msg qd tu répond à qqn, car là on sait pas à qui tu parles et si tu rpds à qqn il sait pas ktu lui a répondu car pas de notif
p
18 août 2016 07:26
Franchement je t'applaudie.

Cela aurait été moi, je ne m'y serai pas rendue et j'en aurai profité pour changer les serrures et demander le divorce.

Après tant d'ingratitude, d'humiliation, d'absence de respec et de miséricorde, je refuserais en plus de devenir son infirmière. Il ne le mérite pas. Et lui aurais dit, lorsque tu avais la santé tu m'as traitée comme de la merde, maintenant que tu ne l'as plus, trouves toi quelqu'un qui acceptera de te supporter.

Je compatie pour ta situation. Car tu sembles être une femme merveilleuse, méritant u' epoux aimant et tendre.

Et via ma profession, j'ai souvent été témoin de malade du genre de ton mari, tu vas vivre un calvaire à son chevet.
18 août 2016 08:43
Tu attends quoi? De la pitié de l'empathie? Du soutien?
Tu as l'homme que tu as choisi et qui est devenu ce que tu l'as laissé développer de vices,haines...tu as fermé les yeux complice et soumise.
Un conseil...prends la pilule!
18 août 2016 09:35
Salam

7 année de calvaire pour enfin t'interrogé sur le genre d'homme que tu as épousé ? et puis quel calme olympique c'est extraordinaire ta façon de prendre les choses avec philosophie non j'admire écoute je crois que tu n'as pas besoin de conseille tu t'en sorte très bien continue pour le bien de ton mari après tout il a trouvé la bonne poire et en profite Welcome
Citation
Francette a écrit:
Merci pour vos réponses. Je m'interroge bien malgré moi encore sur son comportement.
Biensur je mets ceci sur le fait qu'il se sent mal d'être hospitaliser ce qui lui déclenche ces accès d'agressivité refoulée peut être dû à la douleur et le stress.
Pourtant après réflexion je ne peux m'empêcher de réaliser qu'avec le personnel hospitalier qui s'occupait de lui il était très détendu, répondant calmement à toutes questions.
Ayant même le sourire ! et faisant preuve d'amabilité et respect. Ce n'est qu'à ma vue que son regard s'est durci.
Qu'il a haussé le ton dès que le mèdecin est parti. Un tout autre personnage ! totalement transformé.
Pourtant je peux assurer que de mon côté j'étais plutôt discrète, intimidée, et sous le choc. Aucun comportement hargneux ou autre. Bien au contraire.
[color=#99FF66]Sur la scène du monde, la franchise est le seul rôle qu'on sache sans avoir besoin de l'apprendre et sans craindre de l'oublier.[/color]
18 août 2016 09:44
Tu es sérieux chrisado?Cette femme a besoin de conseil pas qu'on l'enfonce.Donc épargne nous tes commentaires déplacés. Qu'ALLAH te vienne en aide et te facilite ma soeur.
n
18 août 2016 09:50
bien dit franchement rien a rajouter.
Citation
perledecume781 a écrit:
Franchement je t'applaudie.

Cela aurait été moi, je ne m'y serai pas rendue et j'en aurai profité pour changer les serrures et demander le divorce.

Après tant d'ingratitude, d'humiliation, d'absence de respec et de miséricorde, je refuserais en plus de devenir son infirmière. Il ne le mérite pas. Et lui aurais dit, lorsque tu avais la santé tu m'as traitée comme de la merde, maintenant que tu ne l'as plus, trouves toi quelqu'un qui acceptera de te supporter.

Je compatie pour ta situation. Car tu sembles être une femme merveilleuse, méritant u' epoux aimant et tendre.

Et via ma profession, j'ai souvent été témoin de malade du genre de ton mari, tu vas vivre un calvaire à son chevet.
18 août 2016 10:11
Ils changent avt pas après le mariage mais seulement les femmes ont tellement envie de se marier qu'elles sont prete a tt accepté!
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
Facebook