Menu
Connexion Yabiladies Ramadan Radio Forum News
Ma souffrance est une mise en garde...
i
1 janvier 2019 20:43
Vous ne me connaissez pas, et je pense que c’est pour ça que j’ai besoin de m’exprimer, juste de vider mon sac et aussi de faire comprendre qu’il faut se renseigner, enquêter, et ne pas se marier avec un homme trop rapidement et inversement, ne pas se marier avec une femme trop rapidement.
Besoin d’avoir vos réactions, ici sur yabi, étant lectrice à temps partiel, j’ai pu voir des milliers posts me ressemblant.
Des femmes, des hommes en souffrance, des problèmes de couple, de la violence, de la drogue, de l’alcool, des enfants vivant dans un cadre clairement malsain qui me déprimait et me rassurait en même temps.
Me rassurait pourquoi , Mais parce que je n’étais pas seule…Parce que je voyais que ce n’étais pas ma stupidité naissante en me mariant avec un manipulateur qui m’avait entraîné la dedans. Mais bel et bien ma naïveté.
Je me suis mariée a 18 ans, j’ai voulu me préserver du mieux que je pouvais, j’étais si perdue. L’école me faisait des problèmes car je porte le voile, mes parents qui ne comprenaient pas ma conversion…
Je me suis mariée avec un homme que je pensais protecteur et bon.
Un homme qui me montrait une face merveilleuse de lui, d’une apparence religieusement irréprochable, d’un comportement au dessus de mes espérances.
Et pourtant… J’ai si vite déchantée.
Au début du mariage, ça pouvait aller, quelques humiliations par ci par la, des mots durs et un comportement blessant qui était dû selon moi, à mon manque de connaissance sur la vie conjuguale. J’étais trop ci ou ça, pas assez ci et ça et j’avais tant à apprendre pour devenir une bonne épouse ou plutôt la bonne épouse selon mon mari.
Alors je me suis façonnais à son image, délaissant tout ce qu’il n’aimait pas et mettant en valeur ce qu’il aimait même si ça ne suffisait jamais.
Une fois enceinte après une discussion sur la parentalité avec monsieur, qui s’était terminé par un « j’ai si envie d’être père », et mon désir maternel évoluant avec mon amour pour lui pour ses bons côtés, car oui, il m’en montrait. J’ai découvert une face terrible de lui. Des problèmes que je ne souhaite pas aborder sont arrivés dans sa famille, enceinte de deux mois, j’apprends le décès de la fille de son frère, puis la violence conjugale s’installa, doucement, cruellement. Dans une ville que je ne connaissais pas, je subissais les insultes, les coups, la violence psychologique. Je l’entendais insulter l’enfant que je portais, me demander d’avorter, me menacer de le tuer par les coups. Pourquoi je ne suis pas partie ? Si seulement je le savais, je pensais tant que la naissance de cet enfant aller le changer, car il savait aussi me dire ce que je voulais entendre après ces crises épouvantables. Il soufflait le chaud et le froid au point où j’ai pensé devenir folle.
Je suis issue d’un milieu normal, avec deux parents s’aimant dans un climat familial magnifique. Comment pouvoir accepter d’en arriver là…
Après la naissance, bien évidemment, rien ne se régla, la violence augmenta, devant mon amour de bébé, qui vécu très mal ses six premiers mois dans ce foyer malsain et violent. Je suis partie un mois aux trois mois de mon enfant, j’ai mis une main courante et me suis réfugiée chez mes parents. Après du chantage au suscide, des promesses, des textes, des si belles paroles qui m’ont fait rire et pleurer, j’ai eu l’espoir d’une famille non pas parfaite mais vivable avec mon mari. J’y suis retournée et se fut la pire erreur de ma vie. Il se sentait trahie de mon départ, je me sentis trahie de son ancien comportement. Les premiers jours étaient charmants puis ce dernier revint le bourreau de départ. Je suis repartie aux six mois de ma puce.
Définitivement, enfin. Détruite, brisée, je n’arrivais plus à me nourrir, je tremblais. La semaine qui a suivi, il m’a supplié de revenir pour voir son bébé juste l’après midi. J’ai accepté ne me sentant personne pour couper un lien ne m’appartenant pas. Il m’a alors pris mon téléphone une fois arrivée, mes clés, et m’a jeté dehors, me faisant revenir uniquement pour l’allaitement de enfant. Chose que j’ai faite, alternant commissariat pour trouver une solution et appartement pour voir mon petit amour dès que possible. Au bout de deux longs jours, les plus longs de ma vie, il m’a séquestrée, après m’avoir frappée la veille au soir à la tête mais bien trop légèrement pour que les marques restent. L’histoire est longue mais ma maman m’accompagnant au commissariat les deux jours précédant, m’avait prêté son téléphone, que j’avais soigneusement éteint et caché. Il est sortie 45min, au bout de 5min, j’ai appelé la police, puis ma mère, ils sont arrivés au bout de 30 min, les plus longues de ma vie à nouveau, mon bébé dormait, je les attendais en pleurant, leur criant que je voulais sortir ne sachant pas si j’allais survivre encore longtemps, car il disait qu’il allait me tuer tôt ou tard. Mon mari est arrivé, ils l’ont placé en garde à vu, j’ai pu enfin rassembler mes affaires, ils ont perquisitionnés l’appartement (suite commentaire)
S
1 janvier 2019 20:47
Mais quelle horreur, comment des monstres comme ça existent encore
1 janvier 2019 20:48
Il s'agit d'un pervers narcissique. Rien à faire ou à espérer, il est juste malade mental et irrécupérable.
P
1 janvier 2019 20:56
Salam,

c'est dur ce que tu as vécu...
Ton témoignage sera certainement très utile à d'autres femmes dans le même cas...
Grâce à Dieu, tu as pu en sortir, ce n'est malheureusement pas le cas de toutes.
Je te souhaite de trouver la force de te reconstruire et d'avoir une belle vie avec ton bébé.
S
1 janvier 2019 20:57
Si cette histoire s'est déroulé tel que tu l'as raconte, tu as fait de ton mieux, tu as voulu te marier tôt pour te préserver, malheureusement cet énergumène n'a pas compris ta vraie valeur, et cela arrive de plus en plus souvent. Il n y a pas grand chose à dire si ce n'est qu'il faut éviter cette personne, éduques ton enfant du mieux que tu peux, il y a toujours une porte qui s'ouvre pour les bonnes personnes, il faut laisser le temps passer pour te remettre de tout ça, tu tomberas tôt ou tard sur quelqu'un de bon.
i
1 janvier 2019 20:57
LA SUITE DESOLEE JE N AVAIS PAS VU QUE C ETAIT POSTE

et à l’aide des voisines du quartier et de ma maman, je suis partie; Au commissariat porter une plainte qui a été classée sans suite, puis chez mes parents où j’ai pu reprendre ma vie en main. Aujourd’hui j’ai le permis, une voiture, un appartement, repris des études, je suis à peu près éloigné du père de mon enfant, qui le voit dans un lieu neutre jusqu’à la prochaine audience. Mais je n’ai jamais été reconnue coupable fi dunya de ce qu’il m’a infligé, pas assez de preuve au moment du dépôt de plainte. Je n’ai jamais cru que je me sortirais de cette histoire, même si psychologiquement ce n’est pas encore le cas.
Vous voyez, je ne me suis jamais estimée plus intelligente qu’une autre, mais je n’aurais pas pensé pouvoir un jour tomber dans un piège comme celui ci, pu accepter ne serais-ce qu’une gifle d’une autre personne, et infligé a la chair de ma chair, un climat si malsain durant quelques mois même en pensant bien faire pour préserver une « famille ». Mon enfant aujourd’hui a grandit, c’est encore un bébé mais il est épanouit, son comportement a changé du tout au tout depuis mon départ le jour de ses six mois. Il était un bébé aux pleurs inconsolables, depuis ces derniers se font rares. Je voulais vous partager une histoire qui m’a tant traumatisée, j’en parle beaucoup comme pour essayer de la faire sortir de moi, de l’évacuer mais je n’arrive jamais à retirer cette boule dans ma gorge, cette pression dans mes entrailles. C’est comme si même après presqu’un an, tout était comme hier et que je suis prisonnière de mes souvenirs.
Aujourd’hui j’ai envie de me battre pour ce merveilleux cadeau qu’Allah m’a octroyé, de me battre pour m’en sortir, pour assurer un avenir plus radieux à celui qui n’a pas mérité un tel début de vie. Je l’aime plus que tout et même si le moment était finalement bien mal choisi pour avoir une telle amana, je ne le regrette pas, car je parviens toutefois à lui offrir tout ce qu’il a besoin, en espérant pouvoir faire encore mieux une fois diplômée et stable professionnellement. Et pour ce qui est de l’amour, je ne sais pas si je pourrais le regoûter un jour, des fois je m’en donne l’illusion dans un futur lointain, je me suis même surprise à rêver d’avoir un soutien masculin au quotidien, mais la confiance pour moi est brisée.
W
1 janvier 2019 20:57
Y a beaucoup d homme profiteur musulman beaucoup d hommes ne respecte pas les femmes mêmes si sa mère en est une bande de chiens qui croient que c'est ça un homme de la maison qui commande et traumatisent. Il est interdit de frapper une servante d Allah pour vous les faux types allez donc vous battre avec quelqu'un de votre force. C'est un loser qui tape les faibles
i
1 janvier 2019 21:11
Cette histoire s'est déroulée ainsi, je l'ai vécu comme ça, j'ai beau essayer de trouver où j'avais fait quelque chose pour provoquer sa colère ou sa violence, je ne trouve pas. Oui effectivement, j'ai mes défauts, j'ai déjà été susceptible ou eu un saut d'humeur surtout enceinte, mais la seule fois où j'ai élevé ma voix sur lui, c'est lorsqu'il m'a insulté devant mon fils en lui disant que "sa mère est une p***"... Même si a la fin il est vrai que je le détestais et que j'avais beaucoup de mal à le respecter encore, mais je le faisais non pas pour lui mais pour Allah du mieux que je pouvais...
Après peut-être que des choses de moi lui déplaisait, mais il ne m'en a jamais fait part, hormi ma suscpetibilité face à ses injures qu'il trouvait exagérée..
Merci pour vos commentaires sincèrement je me sens un peu plus légère d'extérioriser tout ça, ça me fait vraiment du bien de voir que je ne suis pas folle à le percevoir à présent comme un monstre.
Et que meme si oui une femme ce n'est pas tout beau tout rose, elle ne mérite pas tout ca pour autant, je pense qu'il reste des personnes bien ici mais ma plus grande peur serait un jour de recroiser un pervers de cette sorte, car maintenant je ne suis plus toute seule, j'ai un enfant qui n'a rien demandé, qui ne demande qu'à être aimé, et si il doit avoir une représentation paternelle, j'aimerai que celle ci soit au moins respectueuse envers sa mère, sans demander le prince charmant...
N
1 janvier 2019 21:15
Ton témoignage m’attriste au plus haut point. Sad Smiley

Comment on peut en arriver là.. je suis vraiment désolé ma chère soeur de ce que tu a pu vivre. Qu’Allah le bienveillant t’apaise.
Tu a été très courageuse Allahouma berik et plus patiente.

Qu’Allah t’ouvre les portes vers un avenir meilleur habibati. Yawning smiley
L
1 janvier 2019 21:41
Voilà pourquoi je suis dur quand je vois, j'entends des hommes marié des filles très jeunes de nos jours qui sont sans diplôme (ou non que le bac) et qui sont assez naïves et ne savent pas où elles mettent les pieds

Et aussi du faite que certains conseillent ou se restent d'elles mêmes pour les enfants alors que ceux ci ressentent souffrance, colère, tristesse ...

Tu es une femme forte et courageuse d'avoir pris ta vie en main et d'avoir cesser cette violence, tu lui a 1 fois donné sa chance, il a foiré tu n'avais plus rien à te reprocher
Prends soin de toi et de ton bébé Yawning smiley

Dieu est grand
E
1 janvier 2019 21:53
C'est vraiment triste, mais inchallah tout ça sera du passé et tu referas ta vie avec un véritable homme et non un déchet.
Tu n'es ni la première, ni la dernière et ton histoire ressemble fortement à une autre que je connais très personnellement.

Demande à Allah et crois-moi tu auras une réponse à tes prières ! Ne perd pas confiance !

Et dernière chose, tu vas sûrement continuer à te méfier des hommes comme jamais et c'est une bonne chose en sois.
Mais tu trouveras forcément un homme qui saura t'inspirer un minimum de confiance.
Et même si au début tu ne pourras pas t'empêcher d'angoisser prends le temps qu'il faudra jusqu'à ce que tu sois sûre de vouloir partager à nouveau ta vie avec lui.

Tu vas même avoir des doutes, craindre que le schéma se reproduise, être traumatisée à l'idée de refaire un mariage, faire des cauchemars, paniquer de manière irrationnelle quand le nouveau mariage commencera à se concrétiser, voir vouloir l'annuler.

Ça va être un long chemin, mais si cet homme sait se montrer patient et compréhensif c'est qu'il en vaudra la peine.

Et ne perd pas confiance en toi, ne doute pas de tes qualités d'épouse ni de mère face aux difficultés à élever le gosse.
Stabilise ta situation dans un premier temps histoire de gagner de la tranquillité.

Inchallah kheir et qu'Allah t'apporte la famille dont tu rêves !
i
1 janvier 2019 22:01
Oui c'est ça, un pervers narcissique...C'est quand tu finis par être au plus mal, qu'il jubile..
i
1 janvier 2019 22:05
Baaraka Allahou fiki pour ton message,
J'espère sincèrement que si des femmes qui vivent de telles choses, passent par la, elles partiront...c'est un peu comme choisir la vie ou la mort.
Ma belle mère avait survécu aux horreurs que lui faisait son mari Allah y rahmo...Mais elle était si éteinte, ses yeux si ternes, qu'on aurait dit qu' elle était déjà morte SoubhanaLlah..
L
1 janvier 2019 22:11
en te lisant, mes larmes sont tombées ont coulées le long de mes joues sans que je ne puisse les retenir...merci d'avoir partagé ta triste histoire, ça me fait beaucoup de peine, j'ai une fille et j'ai très peur qu'elle tombe sur un type de la sorte, car je sais que ça n'arrive pas qu'aux autres... en tout cas il ne faut pas culpabiliser, dieu est grand, tu reprendras confiance en toi et aux hommes, tu n'as pas eu de chance en tombant sur "un malade"
que dieu te facilite, amin
i
1 janvier 2019 22:27
Je tiens sincèrement à vous remercier pour vos messages qui m'émeut et me touche profondémement. Je me suis décidé à poster ici pour trouver un peu de réconfort et par la grâce d'Allah, tous vos messages me font beaucoup de bien, Al hamdûliLlah.

Amin a toutes vos invocations, qu'Allah vous récompense grandement pour le temps que vous prenez à me répondre et à m'écrire aussi en PV, jazaakum Allahou kheiran kathiran
N
1 janvier 2019 22:31
Ooh.. c’est si triste. Sad Smiley

Qu’Allah lui rende son sacrifice dans l’au delà


Citation
iletaitunefois95 a écrit:
Baaraka Allahou fiki pour ton message,
J'espère sincèrement que si des femmes qui vivent de telles choses, passent par la, elles partiront...c'est un peu comme choisir la vie ou la mort.
Ma belle mère avait survécu aux horreurs que lui faisait son mari Allah y rahmo...Mais elle était si éteinte, ses yeux si ternes, qu'on aurait dit qu' elle était déjà morte SoubhanaLlah..
R
1 janvier 2019 22:35
Salam aaleykoum,

Ton histoire est édifiante Sad Smiley

Tu es une femme forte . Peu de femmes ont le courage de faire ce que tu as fait .
Vraiment, si vous êtes dans le même cas que la posteuse , partez avec vos enfants . Divorcez ! Libérez vous et vos enfants par la même occasion . Vos maris ne changeront pas , si ce n'est en pire !

Qu'Allah te facilite ta vie future ma soeur . Tu as connu le pire . Qu'Allah te fasse maintenant voir le meilleur .

Prends soin de toi et de ton fils .

Kheir inchaallah.
Je ne parle pas aux hommes . Pas de messages privés. Merci.
F
1 janvier 2019 22:45
Quel est le rôle de ton père dans cette histoire ? Tu ne le mentionnes nulle part !
Je suppose que tu n'as pas de frère non plus ?
Ton ex a du grandir dans le même environnement je suppose...
Ce n'est qu'une épreuve et inchaAllah tout le monde paiera son dû.
Tu es jeune, tu as toute la vie devant toi.
l
1 janvier 2019 22:46
salam
hmdl ALLAH t'a éloigné de ce pervers narcissique,ce genre d'hommes détruisent non seulement la vie des femmes mais font beaucoup de victimes collatérales,parents,enfants,ect...

qu'ALLAH apaise ta souffrance,amine
tu es forte et courageuse,qu'ALLAH cicatrise cette plaie profonde que cet energuméne a laisser dans ton cœur,amineYawning smiley
Citation
iletaitunefois95 a écrit:
Vous ne me connaissez pas, et je pense que c’est pour ça que j’ai besoin de m’exprimer, juste de vider mon sac et aussi de faire comprendre qu’il faut se renseigner, enquêter, et ne pas se marier avec un homme trop rapidement et inversement, ne pas se marier avec une femme trop rapidement.
Besoin d’avoir vos réactions, ici sur yabi, étant lectrice à temps partiel, j’ai pu voir des milliers posts me ressemblant.
Des femmes, des hommes en souffrance, des problèmes de couple, de la violence, de la drogue, de l’alcool, des enfants vivant dans un cadre clairement malsain qui me déprimait et me rassurait en même temps.
Me rassurait pourquoi , Mais parce que je n’étais pas seule…Parce que je voyais que ce n’étais pas ma stupidité naissante en me mariant avec un manipulateur qui m’avait entraîné la dedans. Mais bel et bien ma naïveté.
Je me suis mariée a 18 ans, j’ai voulu me préserver du mieux que je pouvais, j’étais si perdue. L’école me faisait des problèmes car je porte le voile, mes parents qui ne comprenaient pas ma conversion…
Je me suis mariée avec un homme que je pensais protecteur et bon.
Un homme qui me montrait une face merveilleuse de lui, d’une apparence religieusement irréprochable, d’un comportement au dessus de mes espérances.
Et pourtant… J’ai si vite déchantée.
Au début du mariage, ça pouvait aller, quelques humiliations par ci par la, des mots durs et un comportement blessant qui était dû selon moi, à mon manque de connaissance sur la vie conjuguale. J’étais trop ci ou ça, pas assez ci et ça et j’avais tant à apprendre pour devenir une bonne épouse ou plutôt la bonne épouse selon mon mari.
Alors je me suis façonnais à son image, délaissant tout ce qu’il n’aimait pas et mettant en valeur ce qu’il aimait même si ça ne suffisait jamais.
Une fois enceinte après une discussion sur la parentalité avec monsieur, qui s’était terminé par un « j’ai si envie d’être père », et mon désir maternel évoluant avec mon amour pour lui pour ses bons côtés, car oui, il m’en montrait. J’ai découvert une face terrible de lui. Des problèmes que je ne souhaite pas aborder sont arrivés dans sa famille, enceinte de deux mois, j’apprends le décès de la fille de son frère, puis la violence conjugale s’installa, doucement, cruellement. Dans une ville que je ne connaissais pas, je subissais les insultes, les coups, la violence psychologique. Je l’entendais insulter l’enfant que je portais, me demander d’avorter, me menacer de le tuer par les coups. Pourquoi je ne suis pas partie ? Si seulement je le savais, je pensais tant que la naissance de cet enfant aller le changer, car il savait aussi me dire ce que je voulais entendre après ces crises épouvantables. Il soufflait le chaud et le froid au point où j’ai pensé devenir folle.
Je suis issue d’un milieu normal, avec deux parents s’aimant dans un climat familial magnifique. Comment pouvoir accepter d’en arriver là…
Après la naissance, bien évidemment, rien ne se régla, la violence augmenta, devant mon amour de bébé, qui vécu très mal ses six premiers mois dans ce foyer malsain et violent. Je suis partie un mois aux trois mois de mon enfant, j’ai mis une main courante et me suis réfugiée chez mes parents. Après du chantage au suscide, des promesses, des textes, des si belles paroles qui m’ont fait rire et pleurer, j’ai eu l’espoir d’une famille non pas parfaite mais vivable avec mon mari. J’y suis retournée et se fut la pire erreur de ma vie. Il se sentait trahie de mon départ, je me sentis trahie de son ancien comportement. Les premiers jours étaient charmants puis ce dernier revint le bourreau de départ. Je suis repartie aux six mois de ma puce.
Définitivement, enfin. Détruite, brisée, je n’arrivais plus à me nourrir, je tremblais. La semaine qui a suivi, il m’a supplié de revenir pour voir son bébé juste l’après midi. J’ai accepté ne me sentant personne pour couper un lien ne m’appartenant pas. Il m’a alors pris mon téléphone une fois arrivée, mes clés, et m’a jeté dehors, me faisant revenir uniquement pour l’allaitement de enfant. Chose que j’ai faite, alternant commissariat pour trouver une solution et appartement pour voir mon petit amour dès que possible. Au bout de deux longs jours, les plus longs de ma vie, il m’a séquestrée, après m’avoir frappée la veille au soir à la tête mais bien trop légèrement pour que les marques restent. L’histoire est longue mais ma maman m’accompagnant au commissariat les deux jours précédant, m’avait prêté son téléphone, que j’avais soigneusement éteint et caché. Il est sortie 45min, au bout de 5min, j’ai appelé la police, puis ma mère, ils sont arrivés au bout de 30 min, les plus longues de ma vie à nouveau, mon bébé dormait, je les attendais en pleurant, leur criant que je voulais sortir ne sachant pas si j’allais survivre encore longtemps, car il disait qu’il allait me tuer tôt ou tard. Mon mari est arrivé, ils l’ont placé en garde à vu, j’ai pu enfin rassembler mes affaires, ils ont perquisitionnés l’appartement (suite commentaire)
comme vous choisissez les plus beaux fruits au marché choisissez vos plus belles paroles lorsque vous vous adressez aux gens
i
1 janvier 2019 22:47
Jazaaki allahou kheiran ma tendre soeur pour ton message.
Amin a tes invocations, na3am il est important de ne pas restez dans de telles conditions au risque d'y perdre plus que l'on ne peut le penser.

Qu'Allah te préserve
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
Facebook