Menu
Connexion Yabiladies Ramadan Radio Forum News
Des signes de Dieu
10 janvier 2020 22:08
Je ne sais pas si ce qui a marché pour moi marcherait aussi dans ton cas, mais tentons le coup... Je vais t'en dire un peu plus au cas où quelque chose pourrait t'aider.

Depuis 3 ans, je vis avec un diagnostic de maladie auto-immune qui était probablement erroné.
J'avais un traitement pour ça, que je suivais scrupuleusement.

Sur les derniers mois, ma santé a commencé à se dégrader à toute vitesse. Le principal symptôme était que je devenais aveugle. Je suis rentré en France, officiellement pour consulter d'autres spécialistes, mais intérieurement j'avais juste envie de me cacher pour mourir.

Perdre la vue était vraiment le pire qui puisse arriver dans mon cas. Ne plus pouvoir lire ni écrire, je perdais vraiment d'un seul coup deux raisons de vivre ! S'ajoutait à ça une mémoire de plus en plus défaillante qui commençait à partir en lambeaux.
Lorsque je suis effectivement devenu aveugle (ou presque) ça a été terrible et je ne comprenais pas ce qui me retenait encore de me suicider.
Là j'ai commencé à perdre aussi l'audition !

J'étais devenu une loque perdant tout contact avec le monde extérieur. Je me suis enfermé chez moi, ne survivant que grâce à des livreurs, quelques livres audio, les visites de ma soeur (qui heureusement habite juste en face) et une enceinte Google Home tout à fait exaspérante pour un technophobe comme moi.

Je ne prenais plus les appels téléphoniques et refusais toute visite, sauf de ma soeur, plongé dans mon monde intérieur à la recherche d'une raison pour continuer à vivre.

Jusqu'à la crise finale... Que j'appelle "jour zéro". Ma soeur m'a sauvé in extremis, et je me suis retrouvé une première fois aux urgences de l'hôpital.

Le médecin interne s'étonne un peu de mon traitement, mais je ne prête pas plus d'attention à ce détail pour le moment. Ma neurologue de ville m'a déjà prescrit de nouveaux examens de contrôle (IRM cérébrale, médullaire, prises de sang, examens ophtalmiques, etc). A ce moment là on attend les résultats complets avant de faire évoluer éventuellement le traitement.

Je ravale ma fierté et accepte de m'installer quelques temps chez mes parents, les médecins disant que je ne peux plus être laissé sans surveillance. Je pense que notre cohabitation a été aussi insupportable pour eux qu'elle l'a été pour moi et j'en suis désolé ptdr

C'est mon père qui s'occupe de préparer mes médicaments, mais je n'ai aucune confiance en lui. Il est complètement dépassé par les évènements et dort aussi peu que moi, c'est à dire pas du tout. Dès le début je m'aperçois qu'il fait des erreurs dans le suivi de la prescription. Je recompte au toucher le contenu de chacun des 4 gobelets quotidiens, et l'engueule au début à chaque fois qu'il fait une erreur. Puis je laisse couler, et j'avale ce qu'il me donne sans craindre ni un sous-dosage ni un surdosage. Finalement, au point où j'en suis je m'en fous...

Je passerai 2 semaines chez eux avant de me retrouver à nouveau hospitalisé en urgence suite à une nouvelle crise.

Durant cette période, j'ai vu apparaître de nouveaux symptômes comme les hallucinations ou la glossolalie, mais j'ai eu aussi des débuts d'amélioration au niveau de la vue, de l'ouïe et de la mémoire. Ça m'a redonné un peu d'espoir même si mes parents refusaient de me croire et me disaient qu'au contraire selon eux j'allais plus mal.

Ça a été 2 semaines éprouvantes pour mon père et ma belle-mère. La communication avec eux était devenue impossible. Le moindre signe d'optimisme de ma part, comme me voir sourire, leur était insupportable. Pour eux je ne pouvais qu'être fou Grinning smiley

Ma deuxième hospitalisation a été une libération, pour eux comme pour moi. Là bas je vois 2 neurologues, 2 ophtalmos, et même une psychologue. Chacun me fait refaire des examens. Finalement, j'apprend de la bouche des neurologues qu'il n'existe aucune preuve, ni même argument, au vu de mes résultats d'examen que je sois atteint de cette maladie que je crois avoir depuis 3 ans, ni même d'aucune autre maladie inflammatoire. Pour eux, même ma collection de symptômes peut s'expliquer par une autre cause voire plusieurs, y compris des effets contextuels. C'est la force de l'esprit sur le corps : me croyant atteint d'une maladie particulière j'ai peut-être fini par en produire tous les symptômes. Ils changent mon traitement, et finalement ma neurologue de ville se rallie à leurs avis. En quittant l'hôpital je suis retourné chez moi, pas chez mes parents.

Ce nouveau traitement, et mon nouvel état d'esprit, a tout changé, et de façon spectaculairement rapide. Jour après jour, j'ai retrouvé toutes mes fonctions, à commencer par la vue.

1/2
Citation
Antigone 3.0 a écrit:
Waouh Eye popping smiley
C'est impressionnant mashaAllah.

Si c'est pas indiscret, je peux te demander comment tu as fait pour guérir?
J'ai une maladie auto-immune, je suis à peu près sûre qu'au fond c'est d'ordre psychique... j'aimerais vraiment éviter l'opération...
"Et seront victimes de Son courroux ceux qui ne font pas usage de la Raison" (sourate Jonas, verset 100)
10 janvier 2020 22:11
2/2

Dès que j'ai été de nouveau capable de lire et d'écrire (ne serait-ce que quelques heures par jour) je me suis précipité vers toutes les sources de savoir dont j'étais affamé. Certaines d'ailleurs étaient déjà en moi via mes souvenirs que je croyais effacés. Et pour le reste, Google Scholar is my friend ! J'ai accès, et sans payer, à toutes les publications scientifiques dans toutes les langues que je peux de nouveau lire Smiling Smiley
Puisque mon problème était neurologique, j'ai commencé par le commencement en absorbant d'abord des cours de neurologie. Puis j'ai lu ou feuilleté des ouvrages plus spécialisés écrits par des neurologues. Au détour de certaines de mes lectures j'ai entendu parler de Sainte Hildegarde et de ses visions pour les comparer avec les miennes. Plus j'apprenais, plus je me suis rendu compte que la science neurologique est en fait balbutiante. Sur la question des maladies auto-immunes par exemple, je me suis aperçu que le plus gros des publications dataient seulement des années 2000 et 2010, beaucoup étant postérieures à mon premier diagnostic. C'est encore un champ de recherche complètement ouvert et passionnant. Dommage qu'à mon âge je me sente trop vieux pour reprendre des études de médecine...

Depuis 2002, la recherche en neurosciences sur les hallucinations montre des corrélations statistiques troublantes entre la géométrie de certaines hallucinations et la cartographie corticale. Cela ne permet que de faire des hypothèses à ce stade, mais je crois qu'à l'avenir l'interprétation des hallucinations fera partie de la panoplie des outils d'aide au diagnostic, voire aux soins. J'ai donc cherché à comprendre et à interpréter mes visions, dans l'intention de peut-être parvenir à me "réparer". Le souvenir de mes hallucinations récentes est encore si présent que je peux les dessiner, et j'ai même retrouvé des cahiers où j'écrivais au feutre et en énorme (pour être capable de me relire), avec l'écriture d'un enfant de 8 ans, le compte-rendu précis de chacune de mes "visions" et des associations d'idées qu'elles suscitaient en moi.
J'ai aussi fait appel aux souvenirs plus anciens d'autres hallucinations, d'une autre nature, d'une époque où j'étais un consommateur glouton de certaines drogues récréatives. Tout est maintenant accessible sur demande dans ce beau classeur qu'est ma mémoire.

Sans trop y croire d'abord, puis de façon plus volontaire, j'ai utilisé les techniques de rêve dirigé avec l'intention de rétablir des connexions obstruées de mon cerveau. Et le fait est que ça a fonctionné !

Comme j'ai quelques notions de chimie et d'herbalisme, je me suis ensuite intéressé à mon nouveau traitement afin de comprendre les effets qu'essayent aujourd'hui de produire mes neurologues. Et j'ai complété la prescription en m'auto-administrant un traitement phytothérapique supplémentaire pouvant potentialiser et augmenter l'efficacité des molécules utilisées.
Bien sûr, là ce n'est pas quelque chose que je te conseillerais de faire sans avis médical Winking smiley

Et comme j'avais besoin, ne serait-ce que pour mon moral, de reprendre un peu de poids, je mange de la viande à haute dose à chaque repas (là ça va pas faire plaisir à mon amie Antispéciste whistling smiley ) plus des compléments alimentaires protéinés.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 10/01/20 22:40 par Poisson abyssal.
"Et seront victimes de Son courroux ceux qui ne font pas usage de la Raison" (sourate Jonas, verset 100)
P
10 janvier 2020 22:57
Elle est incroyable ton histoire... Et carrément flippante.
J'ai déjà moyennement confiance aux médecins, ça craint, sérieux Ill

Je suis pas aussi calée que toi pour me trouver un auto-traitement, mdr. En fait j'ai la maladie de Basedow, j'ai fait 5 ou 6 rechutes en 15 ans, toujours refuser l'opération ( qu'on m'a proposé dès le début)... Bref, là j'ai fait 3 ans de traitement (strumazol), le double de ce qu'on fait d'habitude, et le médecin m'a dit clairement qu'on peut plus continuer là dessus parce que ça peut impacter le foie, donc préconise l'opération.

Bref, je me suis toujours demander si en changeant ce qui cloche au niveau psychique pouvait régler le problème...
Citation
Poisson abyssal a écrit:
2/2

Dès que j'ai été de nouveau capable de lire et d'écrire (ne serait-ce que quelques heures par jour) je me suis précipité vers toutes les sources de savoir dont j'étais affamé. Certaines d'ailleurs étaient déjà en moi via mes souvenirs que je croyais effacés. Et pour le reste, Google Scholar is my friend ! J'ai accès, et sans payer, à toutes les publications scientifiques dans toutes les langues que je peux de nouveau lire Smiling Smiley
Puisque mon problème était neurologique, j'ai commencé par le commencement en absorbant d'abord des cours de neurologie. Puis j'ai lu ou feuilleté des ouvrages plus spécialisés écrits par des neurologues. Au détour de certaines de mes lectures j'ai entendu parler de Sainte Hildegarde et de ses visions pour les comparer avec les miennes. Plus j'apprenais, plus je me suis rendu compte que la science neurologique est en fait balbutiante. Sur la question des maladies auto-immunes par exemple, je me suis aperçu que le plus gros des publications dataient seulement des années 2000 et 2010, beaucoup étant postérieures à mon premier diagnostic. C'est encore un champ de recherche complètement ouvert et passionnant. Dommage qu'à mon âge je me sente trop vieux pour reprendre des études de médecine...

Depuis 2002, la recherche en neurosciences sur les hallucinations montre des corrélations statistiques troublantes entre la géométrie de certaines hallucinations et la cartographie corticale. Cela ne permet que de faire des hypothèses à ce stade, mais je crois qu'à l'avenir l'interprétation des hallucinations fera partie de la panoplie des outils d'aide au diagnostic, voire aux soins. J'ai donc cherché à comprendre et à interpréter mes visions, dans l'intention de peut-être parvenir à me "réparer". Le souvenir de mes hallucinations récentes est encore si présent que je peux les dessiner, et j'ai même retrouvé des cahiers où j'écrivais au feutre et en énorme (pour être capable de me relire), avec l'écriture d'un enfant de 8 ans, le compte-rendu précis de chacune de mes "visions" et des associations d'idées qu'elles suscitaient en moi.
J'ai aussi fait appel aux souvenirs plus anciens d'autres hallucinations, d'une autre nature, d'une époque où j'étais un consommateur glouton de certaines drogues récréatives. Tout est maintenant accessible sur demande dans ce beau classeur qu'est ma mémoire.

Sans trop y croire d'abord, puis de façon plus volontaire, j'ai utilisé les techniques de rêve dirigé avec l'intention de rétablir des connexions obstruées de mon cerveau. Et le fait est que ça a fonctionné !

Comme j'ai quelques notions de chimie et d'herbalisme, je me suis ensuite intéressé à mon nouveau traitement afin de comprendre les effets qu'essayent aujourd'hui de produire mes neurologues. Et j'ai complété la prescription en m'auto-administrant un traitement phytothérapique supplémentaire pouvant potentialiser et augmenter l'efficacité des molécules utilisées.
Bien sûr, là ce n'est pas quelque chose que je te conseillerais de faire sans avis médical Winking smiley

Et comme j'avais besoin, ne serait-ce que pour mon moral, de reprendre un peu de poids, je mange de la viande à haute dose à chaque repas (là ça va pas faire plaisir à mon amie Antispéciste whistling smiley ) plus des compléments alimentaires protéinés.
F
11 janvier 2020 00:29
Salam aleykoum,
J'ai récité en rêve la fatiha avec une voix qui n'était pas la mienne et magnifique et le rythme du récit était tellement beau que je ne l'avait jamais entendu réciter de cette façon.
Je me suis réveillé avec une paix intérieure.
15 janvier 2020 15:55
Quand un jour, au détour d'une conversation, je me prends tous mes pêchés antérieurs commis dans la tronche. Je passerai une nuit à pleurer cette fois-là. Prenant conscience de ce qu'aura été mon passé.

Bonjour citruss,

Je reviens sur ce passage qui m'a intriguée mais n'ai pas eu le temps de te questionner avant...

Peux-tu détailler un peu mieux cette expérience ? Ca s'est présenté comment en fait, comme un condensé d'information et d'énergie, une sorte de flash, de vision pénétrante ?

J'aimerais tant que Dieu règle ses comptes avec moi de cette manière afin que je puisse passer à autre chose. Mais pour l'heure la culpabilité m'enserre et je ne parviens pas à me pardonner de 'lavoir renié si volontairement.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 15/01/20 18:42 par Ambre♥.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
Facebook