Menu
Connexion Rencontres Yabiladies Islam INVESTIR Vidéos Forum News
Le salafisme, c'est la suprématie du texte sur la Raison plus la «sacralité...
kmelcasa [ MP ]
3 janvier 2008 03:02
«Al iâjaz al îlmi fil-qoraan», thème d'une rencontre à la Faculté des sciences de Rabat
(Al Bayane 30/11/2004)

Les samedi et dimanche derniers, le grand amphithéâtre de la faculté des sciences de Rabat été le théâtre d'un colloque d'un genre très particulier et pour tout dire affligeant pour un tel établissement universitaire. Un colloque ayant pour thème «Al iâjaz al îlmi fi-l-qoraan», ce qui pourrait se traduire par «l'inimitabilité et le miracle scientifiques du texte coranique».

Le Salafisme tient colloque au pays du Malékisme

La particularité de ce colloque tient d'abord à son thème et le contenu de cette «science pétro-salafiste» ou wahhabite, thème et contenus qui sont, disons-le ouvertement et sans détour, en contradiction flagrante avec l'Islam marocain défini et vécu par les Marocains comme étant un islam jounaïdite-achârite-malékite où les trois niveaux de perception de l'Islam se déclinaient, à savoir le Soufisme jounaïdite pour les croyantes religieuses individuelles et collectives, l'Acharisme comme rationalisme collectif de la nation en matière d'Islam et, enfin, le Malékisme comme méthodologie législative basée sur la prééminence des objectifs de la législation (maqaçid at-tachriâ) sur la tradition du Hijaz du fait de la différenciation nécessaire entre les réalités socioculturelles et historiques du Maroc et celles du Hijaaz au temps du Salaf et à n'importe quelle époque.
Or, cette pseudo-science que les Saoudiens ont inventée depuis les années soixante à coup de millions de pétrodollars et qu'ils ont intitulée «al iâjaz al îlmi-fi-l-qoraan», tient en une logique particulière au hanbalisme, ou ce qui est identique, une logique particulière au salafisme, et qui prétend que «l'inimitabilité linguistique» du Texte coranique, thèse coranique, thèse classique chez toutes les écoles musulmanes», doit être étendue en une «Annonciation miraculeuse de toutes les vérités scientifiques» dans le Texte coranique.
En rebelote ! La puissance du pétrodollar, jumelée avec l'ignorance et la cupidité de certains, nous ramène au sempiternel débat originel que le monde musulman a connu, il y a des siècles et des siècles.

Origine des écoles idéologico-politiques au sein de la civilisation arabo-musulmane

Il est un fait que les premières écoles idéologico-politiques sont apparues dès que la succession du prophète s'est posée.
Aux deuxième et troisième siècles de l'Hégire, et à la faveur de l'avènement de l'Etat Abbasside, de grands problèmes de philosophie politique sont apparus et ont divisé l'élite politique et intellectuelle ainsi que l'opinion publique arabo-musulmane.
Durant la première étape Abbasside, et en particulier par la volonté de Al Mamoun et ses deux successeurs directs à la tête de l'Etat, à savoir Al Mouâtassim (218-227 H) et Al Watiq (227-232 H), l'idéologie officielle du califat a été le Mouâtazilisme, idéologie musulmane qui a voulu intégrer toute la philosophie grecque qui a été popularisée grâce à Beit Al Hikma fondée par Al Mamoun (198-218H) et qui a financé les traductions et les recherches des «sciences des anciens».
La bataille entre Al Mamoun et les tenants de la Tradition s'engagea progressivement mais sûrement.
Le hanbalisme idéologique (al-âqida-al-hanbalyya) se retrouve élevé au niveau d'une opposition officielle au Mouâtazilisme élevé au degré d'idéologie officielle.
Puis, ce fut Al Moutawakkil à la tête de l'Etat (232-246H) qui va renverser la tendance en éloignant les Mouâtazilites et en rappelant les hanbalites. Le Hanbalisme aura donc sa revanche politique durant quelque temps avant qu'une nouvelle situation d'équilibre idéologique ne soit mûre, grâce notamment à Abou-l-Hassan Al Achâri (mort en 328H).
Mais avant d'arriver à mûrir cette nouvelle théorie politique de l'Etat Abbasside, la société musulmane a connu une lutte idéologique très dure entre les rationalistes et les traditionalistes.
kmelcasa [ MP ]
3 janvier 2008 03:03
Le salafisme, c'est la suprématie du texte sur la Raison plus la «sacralité de la langue arabe»

Au niveau de la pensée politique, l'évolution des thèses hanbalistes-salafistes, en tant qu'idéologie particulière et différenciée qui se voulait une représentation de l'Islam, durant les IIIe et IVe siècles de l'Hégire, tenait dans le fait que, pour les hanbalites-salafistes, la suprématie du Texte sur la Raison est une vérité indiscutable pour tout croyant. Il faut préciser que la «sacralisation» de la langue arabe était, durant ces siècles, un enjeu idéologico-politique majeur au sein de la Oumma qui s'est étendue aux anciennes civilisations persanes et helléniques avec la place de plus en plus importante, au niveau politique, des ethnies persanes et turques.
D'où une lutte idéologique, qui s'est soldée par des attitudes politiques éradicatrices entre les tenants du Mouâtazilisme et du Hanbalisme qui étaient les deux grandes interprétations idéologiques de l'Islam durant les IIe siècles de l'Hégire.
Au niveau de la propagande politique, cette lutte s'est déclinée du côté des fouqahas hanbalites, en grande partie et essentiellement, en une dénonciation de la mainmise des âjams (non arabes, on utilisait le terme «ach-Chouôubyyne» pour différencier les musulmans non arabes, perses et turcs essentiellement des arabes) sur la décision politique au niveau de l'Etat califal.
Au niveau de la propagande idéologique («âqaïdyya»), cette lutte s'est déclinée par une lutte acharnée contre la suprématie de la Raison sur le texte et donc pour imposer la prééminence du Texte (le Coran et la Sunna) sur les sciences rationnelles et donc sur les idéologies rationalistes que représentaient les mouâtazilites et les philosophes musulmans.
Devant cette bipolarisation idéologico-politique, c'est-à-dire entre les hanbalites, d'un côté, et les mouâtazilites de l'autre, l'Etat Abbasside et après avoir saturé la valeur d'usage des uns et des autres a fini par promouvoir une sorte de nouvelle idéologie politique qui s'est donnée comme objectif d'être la synthèse entre les deux et donc d'élever la philosophie politique officielle à un système politique et idéologique plus global et intégratif pour toutes les expressions idéologiques et théologiques que le pluralisme culturel et philosophique inhérent à une société très évoluée engendrent immanquablement.

Al Achâryya et la volonté de dépassement du salafisme et du mouâtazilisme

Ainsi l'Achârisme est apparu. Il se voulait une unification globalisante de ce qui était considéré comme l'essentiel dans les deux idéologies mouâtazilite et hanbalite-salafiste, en plus d'une nouvelle dimension qui est une tolérance du pluralisme et une interdiction de toute excommunication des musulmans pour leurs opinions philosophiques. Cette nouvelle idéologie sunnite est ce que l'on appelle Al Achâryya et dont l'initiateur était Abou-l-Hassan Al Achâri (mort en 328 H). Elle s'est voulue une philosophie politique de remplacement des deux premières idéologies (La Salafyya et la Mouâtazilyya) et de ce fait elle se devait d'apporter une nouvelle façon d'appréhender la relation entre la Raison et le Texte.
Bref, cette nouvelle idéologie se voulait être un dépassement de la thèse salafiste-hanbalite qui soumettait la Raison au texte et de la thèse mouâtazilite qui privilégiait la Raison et «méprisait» le Texte.
Cette nouvelle relation entre le Texte et la Raison tient essentiellement en une phrase qui est due au philosophe Abou Hamed Al Ghazali (mort en 505 H) et qui énonce cette nouvelle relation. Il dit: «Le Texte est un témoin, la Raison est le juge» (an-naqlou chahid wa al âqlou hakim). Pour lui, «les esprits rationnels sont supérieurs aux esprits linguistiques».
Historiquement, l'idéologie mouâtazilite va progressivement être diluée dans la philosophie politique chiite, d'un côté, et dans l'Achâryya chez les sunnites. Al Achâryya va dominer progressivement dans la philosophie politique sunnite pour finir par être la philosophie officielle du Califat Abbasside. Elle deviendra la philosophie politique et religieuse officielle de l'Etat marocain depuis les Mérinides.
Mais la bataille idéologico-politique, qui était menée entre Hanbalites et Mouâtazilites, en Orient arabe, sera donc déplacée, au sein des sunnites, pour devenir une bataille entre les Achârites et les Salafistes-Hanbalites.
Au Maroc, le hanbalisme n'a jamais été important. L'Islam populaire a toujours été encadré par le soufisme achâarite et malékite.
kmelcasa [ MP ]
3 janvier 2008 03:04
Le terrorisme salafiste-hanbaliste au début du IVe siècle de l'Hégire... à Baghdad

Ibnou Kathir, l'historien, rapportait que durant cette période de grande gestation idéologique et philosophique, les actes de violence commis par les salafistes (al-hanabila) contre les achârites (hanéfites, malékites et chaféites identifiés tous comme achârites par les hanbalites) étaient fréquents. Ainsi, Ibnou Kathir relatait que: «Durant l'année 223 H, les hanabila ont commencé à constituer un danger de plus en plus grand pour l'ordre public à Baghdad. Ils violaient les domiciles privés des gens, qu'ils soient de l'élite ou du commun. S'ils trouvaient du vin, dans ces maisons, ils cassaient les récipients et jetaient les contenus. S'ils trouvaient une chanteuse, ils la frappaient et ils cassaient les instruments de musique. Ils s'immisçaient dans les transactions commerciales. Lorsqu'ils voyaient un homme se promener avec une femme ou un enfant, ils se permettaient d'exiger d'eux de préciser la relation familiale qui les liait sinon ils les frappaient et ils les emmenaient de force chez le responsable de la police en les accusant d'atteinte aux bonnes mœurs. Bref, ils ont terrorisé Baghdad».
Toujours selon Ibn Al Kathir, «et malgré les initiatives des forces de police pour stopper une telle dérive, le mal et la terreur des hanbalites n'ont fait que croître. Ils ont commencé à mobiliser les aveugles (au sens propre et au sens figuré) dans leur besogne. Et chaque fois qu'ils voyaient un achârite (chaféite) ils envoyaient leurs aveugles contre lui et ces derniers ne le laissent que lorsqu'il est presque mort».

«Le pire qui puisse arriver à un savant est de se retrouver en conflit avec un ignorant»

Cette mobilisation de la «plèbe», au sens culturel et économique, contre les lettrés a toujours été le point fort des hanbalites. A tel point que les penseurs musulmans ont trouvé une très belle formule pour exprimer cette situation que beaucoup de savants ont connue. Ils disaient que «le pire qui puisse arriver à un savant est de se retrouver en conflit avec un ignorant» ou, avec une pointe d'humour, «lorsque Dieu veut se venger d'un savant, il le met en conflit avec un ignorant» (ida arada allahou al intiqama min âlimin, ibtalahou bi-jahilin). Et en fait, les «esprits linguistiques» sont très dangereux pour «les esprits rationnels». Et cette théorie de la suprématie du Texte et de la Tradition sur la Raison est une arme redoutable lorsqu'elle est crédibilisée par les grands commis de l'Etat ou par des élites politiciennes. Car, ce qui se passait à Baghdad, en 323 de l'Hégire et que Ibn Al Kathir rapportait, n'est autre que la conséquence directe de discours tenus dans des colloques et autres causeries dans les mosquées hanbalites et qui vendaient l'idée que même un ignorant, et pourvu qu'il connaisse le Texte, transcende le savant spécialiste. Bref, un discours dangereux qui permet à cet ignorant d'économiser le savoir et l'apprentissage puisqu'il a, selon ces élites hanbalites, toujours raison. Car, toute cette «science» de «l'Iâjaz Al îlmi fi-l-Qoraan», peut être résumée dans un exemple donné par l'un des promoteurs et propagandistes de cette pseudo-science, Sami Ahmed Al Mousili, qui nous dit dans son livre «al iâjaz al îlmi fi-l-qoraan» (Dar an-nafaïs-Beyrouth-2001): «Gloire à nous, musulmans! Le physicien américain C.D. Anderson, et grâce à son expérience en 1932, puis P. Dirac, grâce à son équation, ont prouvé que la matière est jumelée avec l'antimatière, qu'un électron possède un anti-électron. Et tout cela le Coran l'a dit il y a de cela quatorze siècles! Dans le verset coranique (V. 39-addariate) Dieu a dit: «De toute chose nous avons créé un couple si vous pouviez réfléchir!».
A ce niveau intellectuel, on peut tout accepter concernant la Puissance divine, mais on est bien obligé de chercher en quoi réside la gloire que l'auteur de ces lignes attribue «à nous autres musulmans» lorsque «nous autres musulmans» n'avons inventé ni le Coran ni les lois de la physique des particules?
Et toute la question est là! Car, si toute la science est dans le Coran, pourquoi les musulmans sont-ils si ignorants? Et pourquoi fallait-il attendre Anderson et Dirac, en 1928 et 1932, puis attendre 2001, année où cet auteur illuminé a sorti son livre, pour ressentir ce «glorieux état d'être musulman»?
Et, à propos, que pensions nous exactement aux environs des années 30 du XXe siècles où Anderson, l'américain, et Dirac, le britannique, justifiaient la toute puissance divine inscrite dans le Coran?
La réponse peut être approchée à partir d'un événement tiré de l'Histoire de l'Arabie aux environs de 1932
kmelcasa [ MP ]
3 janvier 2008 03:05
P. Dirac, le Roi d'Arabie et les questions des sciences aux environs de 1932

En 1932, exactement le prince Abdel Aziz Ibn Abderrahman Ibn Turki Ibn Saaoud proclame le Royaume d'Arabie Saoudite. L'une des premières choses qu'il a entreprise, et dans l'option de moderniser le système éducatif, a été de constituer une commission pour la mise en place des nouveaux programmes scolaires. Cette commission était constituée des éminents détenteurs de la science transmise, à savoir les fouqahas. Lorsqu'il reçut cette commission à la fin de ses travaux, il s'enquit, bien sûr, de ses conclusions. Les éminents fouqahas lui apprirent alors que tous les programmes étaient fin prêts. Mais ils ont exclu de ces programmes les langues étrangères et la géographie. Le nouveau monarque demanda pourquoi exclure les langues étrangères. Les éminents détenteurs de la mère des sciences lui répondirent qu'il y aurait un risque pour les enfants arabiques d'apprendre les religions des mécréants s'ils venaient à connaître leurs langues. Mais pour la géographie ? Concernant cette douloureuse science, les fouqahas apprirent au monarque qu'étudier la géographie suppose que la terre est ronde alors que Dieu a dit «Ah s'ils pouvaient voir pourquoi la Terre est aplatie !» (ala yandourouna ila ardi kaïfa souttihate). D'où la nécessité de l'exclure des programmes scolaires.
Cela se passait exactement au moment où Anderson et Dirac découvraient, équations et expérimentation à l'appui, l'existence de l'antimatière. Donc, au bas mot, quatre siècles et quinze années après la mort de Magellan qui a effectivement fait le tour de la terre et par bateau. Donc quelques années après que des centaines de gens aient fait le tour de la Terre par avion.
Que fit le Roi Ibn Saoud ? L'Histoire raconte qu'il fit exactement ce qu'aurait fait n'importe quel fondateur. Il fit venir un Turc et lui demanda de créer des écoles publiques où la Terre serait ronde. Et il laissa aux illustres savants détenteurs des sciences transmises (achab an-naçç) toutes les écoles qu'ils voulaient, toutes les écoles où ils voudraient que la Terre continue. En attendant qu'ils daignent se décider à réaliser que, de toutes les façons et quoi qu'ils fassent, la Terre a toujours été et restera toujours RONDE.

La science de Dieu et l'ignorance des musulmans

Pour ce début du siècle, les Musulmans, et dans leur écrasante majorité, ont un problème «scientifique» très épineux à résoudre. Lorsque je dis «les Musulmans» j'entend leurs Etats compris. Et ce problème peut être posé très simplement comme suit : «la femme est-elle un être humain ?».
Le Coran est explicite dans ce cas précis. Il stipule de bout en bout que les enfants d'Adam ont été créés par Dieu. Dieu leur donna l'usage de la terre et de la mer, en plus de la Raison pour ce faire. Il les dota de droits inaliénables, y compris le libre arbitre en ce qui concerne leurs relations et les contrats qu'ils peuvent établir entre eux. Concernant la femme et l'homme, le Coran est net concernant les droits et les devoirs de chacun dans la relation de mariage. Dieu dit : «Elles ont exactement, en droits, l'équivalent ce qu'Elles ont en devoirs» (wa lahounn mithlou alladi alayhinna). C'est ce verset qui a poussé un certain nombre de croyants à ne pas se marier, de peur d'être injustes vis-à-vis de leurs femmes. Al Ghazali rapporte que cette peur est considérée comme un excès chez les jurisconsultes. Mais, sur la question des devoirs de la femme mariée envers son époux, la plus explicite qu'il soit, il dit «Section 2 de ce chapitre sur le mariage concernant les droits du mari sur sa femme. On peut dire, pour être précis et en même temps exhaustif, que, pour une femme le mariage est une sorte d'esclavage. La Tradition (Al Akhbar) dans ce domaine est très riche et très apologétique pour les droits du mari sur sa femme». C'est on ne peut plus clair. Et il restera que si dans le Coran, il y a équivalence des droits et des devoirs des époux, la Traduction (et par conséquent les salafistes) relègue(nt) la femme à un statut d'esclavage au sein du couple.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 03/01/08 03:07 par kmelcasa.
kmelcasa [ MP ]
3 janvier 2008 03:10
Ceux qui ont tenu ce fameux colloque sur «l'inimitabilité scientifique du Coran» ont séparé les femmes des hommes. Puis, parmi toutes les rangées de la partie réservée aux femmes, ils ont réservé la première rangée pour les hommes. Les femmes ne pouvaient être en première rangée. Le service d'ordre veillait au grain pour qu'aucune entorse à l'ordre préétabli ne perturbe la volonté des organisateurs. Sur l'estrade du colloque, les officiels, un représentant du ministère des Affaires islamiques et un représentant du cabinet royal, devaient se demander dans quel système s'étaient-ils engagés en «honorant» un tel colloque de leur présence. Car, après tout, au Maroc, et peu importe ce que peuvent penser les organisateurs directs et indirects de ce colloque, la femme est considérée comme un être humain ayant un minimum de droits. Et le minimum de ce minimum est que la femme a le droit de conduire une voiture ! Les «mécréants», Dirac et Anderson et tous leurs concitoyens, n'ont, jusqu'à maintenant découvert aucune vérité scientifique ni aucune équation mathématique qui corrobore la Tradition des Salaf en prouvant qu'une femme n'est pas tout à fait un être humain. Bien au contraire ! Les concitoyens d'Anderson et de Dirac ont prouvé scientifiquement et ont même légiféré pour que la femme et l'homme soient égaux devant la Justice comme ils sont égaux devant Dieu.
Et par conséquent, «Al Iâjaz Al îlmi fil-qoraan» pour ceux dont la spécialité est de dire que toute découverte scientifique préexiste dans le Coran doit militer pour l'égalité des femmes et des hommes en droits et en devoir. D'autant plus que cette vérité scientifique existe depuis quatorze siècles dans un des versets coraniques. Et toute la question est de savoir quand les Musulmans découvriront cette vérité coranique pour faire une vérité juridique et politique ! En d'autres termes, toute la question est de savoir quand l'ignorance laissera une petite place à la science chez les Musulmans.
Des fois, on se demande si une des nations arabo-musulmane partage collectivement une mémoire historique. Car, si effectivement cette mémoire historique est partagée, pourquoi on se retrouve toujours à reproduire les mêmes problématiques pour essayer de leur trouver les mêmes réponses que nos aïeux ont connues. Mais, au fond, il faut admettre que les mêmes causes produisent les mêmes effets. Et la cause principale a toujours été et est toujours la suprématie de l'ignorance sur la science dans nos pays. Un cercle vicieux. Et implacable. Puisque pour certains membres de notre soi-disant élite intellectuelle, politique et étatique, il semblerait qu'il suffit de connaître des versets et des hadiths pour dépasser tout ce que la recherche scientifique et technologique universelle a déjà découvert ou peut découvrir. Il suffit donc, pour ces pseudo-élites, d'être musulman pour tirer gloire des découvertes scientifiques d'autrui. Pour tout le reste, il suffit d'être malin. Il suffit d'organiser colloques sur colloques pour promouvoir un charlatanisme de type qui peut paraître nouveau. Qui n'est qu'un remake du salafisme-charlatanisme d'antan. Mais, toujours pour les mêmes raisons politiques politiciennes.

Par Mostafa Zaoui


Sources:
[www.albayane.ma]
abou_kaiss [ MP ]
3 janvier 2008 16:39
super ton texte rempli de mensonge

comment les hanbali auraient pu faire du tord au ashari puisque les hanbali etait minoritaire

d'ailleurs il suffit de lire la biographie de ibn tamiya pour comprendre pourquoi les asharis l'ont enfermer en prison , la plupart etait tous ashar'y

et pour ta gouverne ibn khatir etait l'un des eleve de ibn tamiya rahimahoullah


pour ta gouverne les habaches qui sont ashar'y dise que la terre est plate lol super
UmSafyah [ MP ]
3 janvier 2008 16:40
Soubahnallah tu ne cherche que la fitna ....
abou_kaiss [ MP ]
3 janvier 2008 16:51
kmelcasa il cite un texte ou ca parle de malikiite, ashar'y etc

il connait meme pas les 4 ecoles juridique qu'il a denigré d'ailleurs

il connait rien des ashar'ys

il repete tel un perroquet

et ca me fait rire quand j'entend que les gens sont malikiite alors qu'ils ont jamais lu un livre de l'imam malik rahimahoullah lol

ils connaissent meme pas Al mouwatta mais ca se pretend malikiite

comment se pretendre musulman si on ne connait meme pas les principe de l'islam? bein la c pareil !
kmelcasa [ MP ]
4 janvier 2008 23:50
Citation
abou_kaiss a écrit:
super ton texte rempli de mensonge

comment les hanbali auraient pu faire du tord au ashari puisque les hanbali etait minoritaire

d'ailleurs il suffit de lire la biographie de ibn tamiya pour comprendre pourquoi les asharis l'ont enfermer en prison , la plupart etait tous ashar'y

et pour ta gouverne ibn khatir etait l'un des eleve de ibn tamiya rahimahoullah


pour ta gouverne les habaches qui sont ashar'y dise que la terre est plate lol super


Ce texte est plein de mensonge !!!

explique un peu plus. Ibn khatir est un menteur ??

tu dis comment une minorité peut faire du trod à une majorité c'est simple !!

les terroristes kamikazes qui tuent au nom de l'islam sont une minorité par rapport a la majorité des musulmans tolerants et pourtant ils nous font du tord !!!

c'est la même chose en iraq la majorité des iraquiens veulent vivre en paix mais une minorité se disant faisant partie d'alqaida fait de la resistance au nom de l'islam et non au nom des iraqiens !!
kmelcasa [ MP ]
5 janvier 2008 00:02
Citation
abou_kaiss a écrit:
kmelcasa il cite un texte ou ca parle de malikiite, ashar'y etc

il connait meme pas les 4 ecoles juridique qu'il a denigré d'ailleurs

il connait rien des ashar'ys

il repete tel un perroquet

et ca me fait rire quand j'entend que les gens sont malikiite alors qu'ils ont jamais lu un livre de l'imam malik rahimahoullah lol

ils connaissent meme pas Al mouwatta mais ca se pretend malikiite

comment se pretendre musulman si on ne connait meme pas les principe de l'islam? bein la c pareil !

Ce texte est très interessant. Il explique partfaitement les influences dont l'islam est soumi.

tu es libre abou kaiss d'ere ou pas d'accord avec ce texte.

Ce texte explique parfaitement ces ecoles.

Et arretes abou kaiss de nous repondre de haut comme si tu detenais la science des religions.

l'slam diffusé au maroc et que nos parents nous ont inculqué est de tradition malekite. Pas besoin de connaitre l'imam malek ou de lire ses livres pour se dire que on est de rite malekite !
quand tu as une question sur l'islam tu vas t'addresser aux imms de nos mosqués, eux ils ont une formation suivant le rite malekite.

Que je repete comme un perroquet ! pourquoi a ton avis ce texte est incomprehensible ?? il est très claire. et surtout j'ai ps besoin d'un imam le comprendre !
kmelcasa [ MP ]
5 janvier 2008 00:04
Citation
UmSafyah a écrit:
Soubahnallah tu ne cherche que la fitna ....

la salafiya fait passer la tradition avant la raison est une fitna ?

parler de l'histoie des salafis est une fitna ??
SerN [ MP ]
15 janvier 2008 11:42
kamel casa je te souhaite bon courage (je suis avec toi) mais l extremisme dans le virtuel dominera toujours étant donné que le virtuel n' a pas de limites ni de frontières...tu postes des choses très intéressantes et bizarrement, c est toujours les (la) memes personne qui te critique à chaque fois...critiquer l auteur c est etre débile, il faut apporter des contradictiosn et arguments solides contre le texte et non dénigrer l' auteur ( celui qui poste)à chaque fois
que dieu vous guide et merci kamel Smiling Smiley
abou_kaiss [ MP ]
15 janvier 2008 11:51
au lieu d'aller voir tes imams qui soit disant suivent l'ecole malikite pourquoi en vas pas tu pas chercher directement a la source?? surtout que ils sont accessible comme livres et tu verras que il existe une contradiction entre l'imam malik et tes imams


et puis tout les imams au maroc ne sont pas malikiite lol c'est archi faux de dire cela
La ilaha il Allah [ MP ]
29 septembre 2008 17:54
Citation
abou_kaiss a écrit:
super ton texte rempli de mensonge

comment les hanbali auraient pu faire du tord au ashari puisque les hanbali etait minoritaire

d'ailleurs il suffit de lire la biographie de ibn tamiya pour comprendre pourquoi les asharis l'ont enfermer en prison , la plupart etait tous ashar'y

et pour ta gouverne ibn khatir etait l'un des eleve de ibn tamiya rahimahoullah


pour ta gouverne les habaches qui sont ashar'y dise que la terre est plate lol super


Si les acharites sont une secte, pourquoi toute la transmission de notre dîne passe par eux ?? [salafisme-wahhabisme.weshforum.com]

le salafisme wahhabisme c'est tout simplement une doctrine religieuse innovée dans le but de conquérire de terre qui étaient musulmane... il fallait bien trouver un pretexte pour kafar les résident et les massacrer puisque le sang des musulmans est inviolable [salafisme-wahhabisme.weshforum.com] !!!


ibn kathir rahimullah été asharite dans sa aqida même étant éleve de ibn taymiyah rahimullah son tafsir en est la preuve il fait ta3wil sur tous les verset ambigus au lieu de lire comme les wahhabites qu'allah est dans le ciel au dessus de son trone !!



Le prophète (saws) a dit : « Le monde entier est une provision et la meilleure chose au monde est une femme pieuse » (Hadith Sahih Muslim 8, n° 3465)
IslaMuslim [ MP ]
2 octobre 2008 01:38
pourquoi ce chamaillé!comment te nome ALLAH le bon dans le saint coran?salaf!tablir!soufiste!moi j ais retenu musulman,créature d ALLAH;on est touts de la meme communauté!aiyez peur des 73 sectes d écrites dans la sunnah et le coran.seul les soumi(e)s a ALLAH sont les véridiques est ils s appelle les musulmans.qui a appellé les saléf:saléf?qui a appellé les soufis:soufistes etc... mohamed notre prophéte sur lui la pai et nos priéres!ALLAH!ce sont touts pour moi des inovations fait pour mieu diviser!etudier l histoire de l islam.un seul khalif pour une communauté férme.le khalifa éteint,les sectes ce sont multiplié?pourqoi!ALLAH o ahlém et me pardone.amine.
Sofiane37 [ MP ]
2 octobre 2008 08:49
Bon les freres, vous connaissez mon avis sur les salafis/ wahabites. Mais de la a sortir un post qui daté....
La Boetie [ MP ]
2 octobre 2008 15:02
Citation
a écrit:
Cela se passait exactement au moment où Anderson et Dirac découvraient, équations et expérimentation à l'appui, l'existence de l'antimatière. Donc, au bas mot, quatre siècles et quinze années après la mort de Magellan qui a effectivement fait le tour de la terre et par bateau. Donc quelques années après que des centaines de gens aient fait le tour de la Terre par avion.
Que fit le Roi Ibn Saoud ? L'Histoire raconte qu'il fit exactement ce qu'aurait fait n'importe quel fondateur. Il fit venir un Turc et lui demanda de créer des écoles publiques où la Terre serait ronde. Et il laissa aux illustres savants détenteurs des sciences transmises (achab an-naçç) toutes les écoles qu'ils voulaient, toutes les écoles où ils voudraient que la Terre continue. En attendant qu'ils daignent se décider à réaliser que, de toutes les façons et quoi qu'ils fassent, la Terre a toujours été et restera toujours RONDE.

pire que cela, plus de 2000 ans aprés que les grécs admirent par 3 preuves, la rotondité de la terre et qu'ils entreprirent de calculer sa circonférence ! (erreur due non pas au principe de calcul mais simplement au manque de moyen pour calculer les distance de ville a ville Grinning smiley


Je pense que lorsque le recours a la raison est banni, c'est la porte ouverte à la folie pure.
On appel cela comment a part la folie ?



Modifié 1 fois. Dernière modification le 02/10/08 15:03 par La Boetie.
 
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
Facebook