Menu
Connexion Rencontres Yabiladies Islam Vidéos Forum News
Role du Caîd au Maroc à notre époque.
Aouejil [ MP ]
29 mars 2005 18:10
Bonjour ,

Avons nous toujours besoins des caîds au Maroc malgré qu'on parle de démocratie et des droits des citoyens ? A quoi sert un caîd ? Puisqu'il est désigné par le Makhzen ,il ne peut défendre que les intérêts de ce dernier et pas des citoyens.
Les citoyens ont leurs représentants mais souvant démunis devant les agissements du Caîd . La démocratie élémentaire est elle compatible avec cette fonction hérité du colonialisme .
Voir ce site : www.planetmorocco.net.
Si vous avez des exemples ou des solutions à proposer merci .
Aouejil [ MP ]
30 mars 2005 16:42
Bonjour ,
ceux qui ont visité le site de medwani www.planetmorocco.net, vont se dire comment on peut être encourager à mener des actions utiles dans notre pays .Souvent ce genre d'obstacles nous découragent mêmes à vouloir y retourner. Mais , espérant toujours puisque l'espoir fait vivre.

Salutations et merci pour vos réactions .
Mahmoud [ MP ]
31 mars 2005 01:23
Thanks so much for your letter. Your support is so highly appreciated. Below is an Arabic response. I thought it would be better to write you back in Arabic because I m not good in French and I m afraid that you or some readers may have problems with English as well

Please excuse any convenience

PS: Attached is an article in Minbar Beni Mellal, a local news paper, and also a copy of the of the letter we recieved from the Governor of Azilal province

ÃáÇÎ ÇáãÍÊÑã
ÇáÓáÇã Úáíßã æ ÑÍãÉ Çááå
ÃÔßÑßã ÌÒíá ÇáÔßÑ Úáì ÑÓÇáÊßã æÚáì ãÄÇÒÑÊßã áí Ýí ãÍäÊí ãÚ ÇáÓáØÉ ÇáãÍáíÉ(ÇáÞíÇÏÉ).æÃÎÈÑßã ÃääÇ ÞÑÑäÇ ãÚ ÚÇÆáÊí æÈÚÖ Ãåá ÇáÎíÑ æÇáÛíæÑíä Úáì åÐÇ ÇáÈáÏ ÅäÔÇÁ ÌãÚíÉ ÎíÑíÉ ßÕÏÞÉñ ÌÇÑíÉñ ÈÅÓã ÇáæÇáÏ ÇáãÑÍæã Åä ÔÇÁ Çááå ÇáÐí ÅäÊÞá Çáì ÌæÇÑ ÑÈå Ýí 05 ÑãÖÇä ãä ÓäÉ 1424
æÞÈá Ãä äÈÏÁ Ýí ÇáÅÌÑÇÁÇÊ ÇááÇÒãÉ ÅÊÕáäÇ ÈÇáÓÝÇÑÉ ÇáãÛÑÈíÉ ÈæÇÔäØä æßÐáß ÇáÓáØÇÊ Úáì ÇáÅÞáíã ãä ÞíÇÏÉ æÚãÇáÉ ãÓÊÝÓÑíä ãäåã æ ÔÇÑÍíä áåã ãÇÃÚÒãäÇ Úä ÝÚáå .æÞÏ ÊæÕáäÇ ÈÑÏ ËÔÌíÚí ãä ÇáÓíÏ ÚÇãá ÅÞáíã ÃÒíáÇá ããÇ ÍÏì ÈäÇ ÈÇáÅÓÑÇÚ Çáì ÔÑÇÁ ÇááæÇÒã ÇáãÐßæÑÉ
Ýí ÇáÑÓÇáÉ æÊÕÏíÑåÇÇáì ÇáãÛÑÈ
www.planetmorocco.net
æãÇÃä æÕá ÇáÔÍä Åáì ãäÇÁ ÇáÏÇÑÇáÈíÖÇÁ ÅáøÇ æÊÈíä áäÇ ãÏì ÍÌã ÇáãÛÇãÑÉ ÇáÊí ÐÎáäÇåÇ
Ïæä ãÚÑÝÉ ÇáÚæÇÞÈ
áÞÏ ÓÏÊ ßá ÇáÇÈæÇÈ ÃãÇãäÇ æÓáßäÇßá ÇáÓÈá ÇáããßäÉ áÍá ÇáãÔßáÉ ÈãÇ Ýíåã ÃáÅ ÊÕÇá ÈÇáæÒÇÑÇÊ ÇáãÚäíÉ, ÇáÚãÇáÉ æÇáÕÍÇÝÉ áßä Ïæä ÌÏæì . æáã íßä ÃãÇãäÇÅáÇø ËáÇËÉ ÎíÇÑÇÊ áÇÑÇÈÚ áåã ÅãÇ ÅÑÌÇÚ ÇáÔÍäÉ Åáì ÃãÑíßÇ ÃæÇáÓãÇÍ ÝíåÇ ÃæÅåÇÈåÇ Çáì ÃíÉ ÌãÚíÉ ãÍáíÉ ÔÑíØÉ Ãä ÊÓÊÝíÏ ãäåÇ ãÏíäÉ ÇÝæÑÇÑ. ÇáÍãÏ ááå ÃÖä ÃääÇÞãäÇ ÈÇáæÇÌÈ æÃåÏíäÇ ÇáÔÍäÉ áÌãÚíÉ ÇáßÑÇÒÉ ááÊäãíÉ ÇáÞÑæíÉ ÇáÐíä áã íÈÎáæÇ ÚäÇ ÈÔí ãÔßæÑíä
æãÚ ÇáÇÓÝ ÇáÔÏíÏ ÍÊì ÌãÚíÉ ÇáßÑÇÒÉ ááÊäãíÉ ÇáÞÑæíÉ ãäÚæÇ ãä ÇáÚãá ÐÇÎá ÊÑÇÈ ãÏíäÉ ÃÝæÑÇÑ ÑÛã ÃäåÇ ÌãÚíÉ ÌåæíÉ æáæáì ÅÓÊÞÈÇáåã ãä ØÑÝ ÌáÇáÉ Çáãáß Ýí ÍÝá ÇáÊÖÇãä ÈãÏíäÉ ÝÇÓ áãÇ ÇÏíäæÇ ÈÐáß
ÅääÇáã äßä äØáÈ ãÇáðÇ Ãæ ãÞÑÇð ÝÞÏßÇä ãØáÈäÇ ÇáæÍíÏ åæ ÍÞäÇÇáÐí íßÝáå áäÇ ÇáÏÓÊæÑ ÇáãÛÑÈí Ýí ÅäÔÇÁ ÌãÚíÉ ÐÇÊ ÃåÏÇÝ ÅÌÊãÇÚíÉ
áÞÏäÇÖáäÇ ãä ÃÌá ÐÇáß áãÏÉ ÊÒíÏ Úä ÓÊÉ ÃÔåÑ æÃÎíÑÇð æÞÈá äåÇíÉ ÑãÖÇä ÇáãÈÇÑß ÓõãÍ áäÇ ÈÚÞÏ ÇáÌãÚ ÇáÚÇã æÃÓÓäÇ ÇáÌãÚíÉ
www.medwani.org
æáßä ÈÚÏ ÅÎÊíÇÑÇáãßÊÈ ÞÏãÊ ßá ÇáÇæÑÇÞ ÇáãØáæÈÉ ãÈÇÔÑÉ Çáì ÇáÓáØÉ ÇáãÍáíÉ Ýí ÔÎÕ ÇáÓíÏ ÇáÞÇÆÏ ÇáÐí æÇáì ÍÏæÏ ßÊÇÈÉ åÐå ÇáÓØæÑ, ãÊÏÑÚ ÈÃÓÈÇÈ æÇåíÉ áã íÚØíäÇ ÈÇáãÞÇÈá ÇáÊÕÑíÍ ÇáãÄÞÊ Ãæ ÇáäåÇÆí ãÊÌÇæÒÇð ÈÐáß ÇáãÏÉ ÇáãÎæáÉ áå ÞÇäæäíÇð
æ ÇáÓáÇã Úáíßã æ ÑÍãÉ Çááå
ãÍãæÏ ã ã
www.medwani.org





Modifié 4 fois. Dernière modification le 31/03/05 01:35 par Mahmoud.
BENAIZZA [ MP ]
31 mars 2005 10:29
Bonjour Cher Mahmoud,

Je suis tout à fait d'accord avec toi . Est ce que tu es au courant de la mort du Ihya Directeur de Minbar de Beni-Mellal . Il est décédé dans un accident de la route au mois de Janvier 2005. C'était un grand militant pour la cause de la région qui a connaiît également beaucoup de problèmes avec les autorités locales et régionales . Allah Yarahmou .
Je crois que ce virus des Caîds ne permettra jamais à notre démocratie d'avancer . On dirait qu'on les forment au mépris des honnêtes Citoyens qui veulent développer leur pays sans complaisance , ni soumission aux caprices des caîds zélés. Dommage pour notre pays .

Espèrons , l'espoir fait vivre .
Mahmoud [ MP ]
6 avril 2005 01:23
I think I was in Morocco following the days Moulay Ihya's death. It was a sad day when Beni Mellal lost ones of its greatest journalist. I personally, would admit that without his help, my voice would probably never be heard. May Allah (S.W) bless his soul and reward him in here after with Jannah inchalah.
Concernig the Caid of Afourer and as far as my experiences went with him. He does not have a personality at all. However, I think we should not blame him alone. The entire system and the entite mentality of our Makhzen should be asked and therefore should be fully blamed. I know for sure that the Caid of Afourer as well as many others gets instructions from top level. If the law were being implemented our situations whould have been better.

As you concluded in your message: "l'espoir fait vivre "
Salam Aleikom

Aouejil [ MP ]
6 avril 2005 17:48
Bonjour cher ami Mahmoud ,

Je suis désolé ,je n'arrive pas à te lire en Anglais . J'attends que quelqu'un voudra me traduire ton message .

En tout cas , je te remercie pour tout ce que tu essaie de faire dans ton pays et surtout ta région malgré les difficultés .

Bon courage et résistons à la mouvance réactionnaire .

Mes amitiés à tous.
Mahmoud [ MP ]
7 avril 2005 12:49
Dear Aouejil
Sorry for writing in English again. I think you can translate the message into French at this website [www.freetranslation.com]
Salam Aleikom
Aouejil [ MP ]
22 avril 2005 11:42
Bonjour à toutes et à tous et surtout mon Ami Mahmoud .

Je constate une forte visite des lecteurs concernant ce sujet des caïd et la démocratie au Maroc mais peu d‘intervenants. Le caïd fait toujours peur à ce point avec son pouvoir de Makhzen Malgré que le gouvernement reconnaît lui-même les ravages de la corruption notamment dans les secteurs de la justice de de l’intérieur ?.

Voir l’article de l’Économiste.

Lutte contre la corruption : Le gouvernement s’en mêle

le 21/04/2005
La corruption touche des pans entiers de l’économie et mine de nombreux secteurs. Des associations dénoncent, de plus en plus fort, cette gangrène qui ronge la société. Face aux tollés provoqués par des ONG, comme Transparency international, le gouvernement a donné jusqu’ici le sentiment de l’immobilisme vis-à-vis de ce fléau.

Aujourd’hui, il cherche à organiser la riposte. Le Premier ministre en personne a décidé de passer à l’offensive. En effet, Driss Jettou a réuni hier 19 avril plusieurs de ses ministres, particulièrement les départements concernés par la lutte contre la corruption: la Justice, l’Intérieur, la Modernisation des secteurs publics, l’Education nationale, l’Equipement et le Transport, les Finances, la Santé et la Communication. L’objectif est d’établir un plan d’action pour lutter contre ces pratiques condamnables, devenues monnaie courante dans la vie de tous les jours. Chacun des ministres a donné son avis. Ils doivent tous se revoir prochainement pour étudier, amender et valider la dernière mouture de la stratégie. Selon une source proche du dossier, le gouvernement est déterminé cette fois-ci à s’attaquer sérieusement à ce fléau.
Ce n’est pas facile surtout que le problème a été banalisé depuis longtemps avec une absence d’action du gouvernement à l’exception de sorties médiatiques routinières pour sensibiliser les enfants à l’école. A part la déclaration de patrimoine, restée sans effet, et des annonces de moralisation de la vie publique sous le gouvernement d’alternance, rien de concret n’a été entrepris.

Aujourd’hui, la stratégie du gouvernement se base sur la convention des Nations unies de lutte contre la corruption, signée par le Maroc en 2003 et adoptée par l’avant-dernier conseil de gouvernement. Elle sera présentée dans un prochain conseil des ministres avant sa ratification par le Parlement. Ce document comporte une batterie de mesures concrètes et opérationnelles qui vont de la prévention à l’incrimination en passant par la coopération internationale. Le gouvernement compte créer un organe de prévention, de suivi et de lutte contre la corruption. Cette structure jouira de l’indépendance nécessaire pour lui permettre d’exercer efficacement ses fonctions à l’abri de toute influence indue. Le gouvernement mettra à sa disposition les ressources matérielles, le personnel spécialisé et la formation nécessaire. C’est cet organe qui mettra en application les politiques de prévention et de lutte contre la corruption.
Incontestablement, le traitement de ce dossier n’est pas facile. Et pour cause: la corruption agit dans le noir et l’opacité. D’où la difficulté d’apporter les preuves. Mais une chose est sûre et les ministres l’ont reconnue lors de leur réunion: il y a des secteurs qui sont plus touchés que d’autres comme la justice, le transport et les différents contrôles dans le secteur, la santé et les «corps sensibles et exposés», pour reprendre l’expression d’une source proche du dossier. Il est impératif donc de trouver des réponses efficaces et pragmatiques dont celle qui consiste à ne pas poursuivre celui qui dénonce la corruption contrairement au texte en vigueur où le corrupteur et le corrompu encourent la même peine. Outre les dénonciations, il est question de créer un numéro vert pour recevoir les plaintes des citoyens ayant fait l’objet de pression pour verser des pots-de-vin.

La sensibilisation est également dans le pipe. Pour cela, le gouvernement compte augmenter la diffusion des connaissances relatives à la prévention de la corruption. Cette disposition est nécessaire mais insuffisante. Il est impératif d’aller plus loin en actionnant la justice pour prendre les sanctions qui s’imposent. Le gouvernement ne compte pas se limiter au traitement des symptômes mais agir aussi sur les causes de certaines formes de la petite corruption. Pour éviter au citoyen de mettre la main à la poche pour s’épargner les tracasseries administratives, la complexité des procédures administratives, la multiplicité des documents… doivent être simplifiées. La grosse corruption ne sera pas épargnée, particulièrement celle qui se nourrit des marchés publics.
Cependant, pour être efficace, il est vital de mettre en place un système d’évaluation périodique des instruments juridiques et des mesures administratives en vue de rectifier le tir s’ils s’avèrent inadéquats dans la pratique.

L’idée-phare d’une politique de prévention et de lutte contre la corruption sera de favoriser la participation de la société dans ce combat pour la bonne gestion des affaires publiques et la transparence.

Il est donc possible de combattre la corruption par un arsenal juridique de ce type. Mais il faut aussi une dose de courage et surtout la volonté politique pour sévir contre ces pratiques souterraines qui polluent l’environnement de l’investissement et sapent les institutions et les valeurs démocratiques.

Reste à savoir si le plan d’action, dont les dispositions concrètes ne sont pas encore détaillées, débouchera sur des garde-fous réellement dissuasifs. Seul un changement radical des mentalités et des pratiques de l’Administration est de nature à garantir que les valeurs de la citoyenneté prévalent dans le rapport avec les services de l’Etat. En attendant que la démocratie s’impose dans ces rapports, il faut espérer que cette stratégie dépasse la simple volonté de mise en conformité de la législation nationale avec les normes internationales en la matière.


Recouvrement de fonds

L’un des points saillants de la convention des Nations unies est le recouvrement d’avoirs. Ainsi, dans les pays en développement, la corruption à un niveau élevé constitue un pillage du patrimoine national. Pour remédier à cela, des mesures prises dans la convention portent sur la prévention et la détection de transferts internationaux d’avoirs illicitement acquis et le recouvrement de biens.


Coopération Internationale

La coopération peut jouer entre les pays pour ce qui est des enquêtes et des poursuites pénales. Ils sont tenus de s’accorder une entraide judiciaire aux fins notamment de recueillir et transmettre des témoignages et d’extrader l’auteur de l’infraction. Ils doivent aussi prendre des mesures pour aider à localiser, geler, saisir et confisquer le produit de la corruption.


MohamedCHAOUI
SourceL'Economiste

Article lu 377 fois






hmb [ MP ]
7 mai 2005 18:23
Salam à tous,

La corruption au Maroc c'est comme la farine du boulanger, pas de farine pas de pain, que le chef du gouvernement marocaine se pose la question de la corruption c'est une bonne chose, je suis ravis.
Mais pensez vous que ce bla bla bla va remédier à la corruption ???

L'espoir fait vivre.

HANNOU Moussa
Aouejil [ MP ]
2 juillet 2005 18:15
Bonjour chers amis,

C'est la veille du retour au pays. Imaginons en rêvons un peu d'un Maroc débarassé des parasites des Caîdes , chioukhs et les mokadames. Débarassé de la corruption qui est le virus qui empêche tout avancée de notre socièté. Sans ces nuisibles parasites aura une autre image rayonnante. Qu'en penser vous d'un maroc sans ces parasites?

En attendant , je vous souhaite de passer d'agéables vacances avec vos familles loin des parasites .
sinic [ MP ]
7 juillet 2005 23:51
Bonjour,
Le caid aujourd'hui au bled est un agent d'autorité qui veille sur la régularité des actes administratifs avant l'engagement du Préfet...Il y'a une chose qu'il faut comprendre c'est que la majeure partie des caids sont des enfants des peuples qu'ont fait des études.....Par contre c'est on se pointe à son bureau avec l'intention d'accélérer la démarche administrative avec des billets dans une enveloppe je n'appelle pas ca de la corruption car chaque acte adf demande du temps.....................
babiboun [ MP ]
27 novembre 2012 09:35
le Maroc si beau pays
mais pourquoi ne pas respecter les lois en vigueur
voila une grande avancée

c est a tous marocain de les faire respecter en les respectant soit même
n oubliez pas que la démocratie c est cela aussi
de plus la liberté de chaque personne s arrête ou celle de l autre commence

penser a cela avant de critiquer
 
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
Facebook