Menu
Connexion Yabiladies Islam Radio Forum News
relationet menstrue
z
11 mars 2005 16:41
salamou'alikoum,

J'ai une question très importatnte à vous poser et j'espère inchallah que vous me répondrez, ou m'indiquerez un site qui explique cela:

Voila, j'aurai aimé savoir s'il est haram d'avoir du plaisir avec son mari pendant les menstrues, je m'explique c'est à dire que lui éjacule, bien sûr sans pénétration mais juste quand je le caresse, bisou,...,et ainsi de suite et moi j'atteind aussi mon plaisir, toujours sans pénétration mais juste en me posant sur lui habillé bien sur!!!
enfi, bref, je sais qu'il est haram à un homme et une femme d'avoir des rapports pdt les règles, mais là ce ne sont pas des rapports, c'est juste de la tendresse profonde qui fait que mon mari et moi atteignont notre orgasme!

Barak ALLAH oufikoum, j'attend vos réponses!
b
11 mars 2005 17:02
Bonne question, je serais curieuse d'entendre la réponse..
O
11 mars 2005 17:33
Bismillah r-rahmani r-rahim
Salam aleykoum wa rahmatoullahi wa barakatouh

Salam zina37

Tu sais, je vais juste de donner un conseil de soeur, pour ce que tu fais avec ton mari ça regarde que vous, il est harm de raconter sa vie intime, garde tout ça en secret sans vouloir te vexer ma soeur, tu sais quels sont les interdis.

Petits rappel :

Louanges à Dieu et paix et bénédiction sur le Messager de Dieu.

Au sujet de la relation sensuelle, Dieu a révélé le verset suivant : « Vos épouses sont pour vous un champ de labour ; allez à votre champ comme vous le voulez et oeuvrez pour vous-mêmes à l’avance. Craignez Dieu et sachez que vous le rencontrerez. Et fais gracieuses annonces aux croyants ! » [2]

La révélation de ce verset a un motif et une sagesse que l’érudit indien Walî Allâh Ad-Dahlawî a mentionnés : « Les Juifs étaient très stricts quant à la position de l’acte sexuel, et ce, bien qu’il n’y eût pas de directive divine à ce sujet. Les Auxiliaires (Ansâr) [3] et leurs alliés avaient adopté la coutume juive et se disaient : « Si l’homme se positionne derrière sa femme pour la pénétrer par-devant, alors l’enfant qui naîtra sera atteint de strabisme. » C’est alors que ce verset fut révélé : « allez à votre champ comme vous le voulez », autrement dit, « positionnez-vous par-devant ou par-derrière », du moment que la pénétration se fait dans le vagin qui est l’endroit du labour. Cela s’explique par le fait que la position de l’acte sexuel n’influe en rien sur les intérêts publics et communautaires. L’être humain est le plus à même de connaître ses intérêts propres en cette matière. La coutume juive n’était qu’un approfondissement de leur part et son abrogation était parfaitement recevable. »

Il n’est pas du ressort de la religion de déterminer à l’homme la position qu’il doit avoir lors de l’acte sexuel ni la manière dont cet acte doit se dérouler. Ce qui importe à la religion, c’est que l’époux craigne Dieu et sache qu’il est destiné à Le rencontrer un Jour : il doit donc s’abstenir de la pénétration anale, car il s’agit là d’un endroit sale et impur. En outre, la sodomie possède quelque ressemblance avec l’infâme pédérastie. La religion a donc le droit d’interdire cette pratique. C’est à ce sujet que le Prophète dit : « Ne pénétrez pas les femmes dans leur anus. » Le Prophète dit au sujet de celui qui pénètre sa femme dans son anus : « C’est la pédérastie mineure. » Une femme auxiliaire [3] demanda au Prophète ce qu’il en était de l’homme qui se positionne derrière sa femme pour la pénétrer par-devant. Il lui récita alors le verset : « Vos épouses sont pour vous un champ de labour ; allez à votre champ comme vous le voulez. », en précisant que cela devait se faire uniquement dans le vagin. Un jour, `Umar dit au Prophète : « Ô Messager de Dieu, je suis perdu ! » Il lui demanda : « Et qu’est-ce qui t’a perdu ? » `Umar répondit : « J’ai changé de destination hier soir » - signifiant par-là qu’il s’était positionné derrière son épouse pour la pénétrer par-devant. Le Prophète garda le silence et ne dit rien, jusqu’à la révélation du verset susmentionné. Il lui dit alors : « Positionne-toi par-devant ou par-derrière, mais fais attention à la période des règles. »

Et Dieu est le plus Savant.



"Éloignez-vous donc des femmes pendant les menstrues, et ne les approchez que quand elles sont pures. Quand elles se sont purifiées, alors cohabitez avec elles suivant les prescriptions d'Allah car Allah aime ceux qui se repentent, et Il aime ceux qui se purifient."

(Sourate 2 / Verset 222).



---------------------------------------------------------------------------

"Du temps de l'Envoyé d'Allah (sallallahou alayhi wa sallam), nous pratiquions l'éjaculation externe, alors que le Coran était révélé." (Rapporté par Boukhâri r.a. et Mouslim r.a.)

L'éjaculation externe (ou "a'zl"Winking smiley était à cette époque le seul moyen de contrôler les naissances. On peut donc déduire le caractère licite en Islam de l'emploi des moyens de contraception temporaires actuels (pilules contraceptives, préservatifs, etc... ) à partir de la règle juridique sur l'éjaculation externe. Cependant, comme il existe un certain nombre de Hadiths qui déconseillent cette pratique (comme le Hadith de Aïcha (radhia Allahou anha) rapporté par Mouslim r.a., dans lequel le Prophète (sallallahou alayhi wa sallam) assimile le "a'zl" à une forme dissimulée d'infanticide), c'est pourquoi, la plupart des savants (des différentes écoles de jurisprudence) pensent qu'elle est "makrouh" (fortement déconseillée, blâmable), sauf en cas de nécessité. Parmi les cas de nécessité, on pourrait citer, entre autres, le risque que représente une grossesse pour la santé physique ou mentale de la mère, l'incapacité de celle-ci d'assurer l'éducation d'un éventuel enfant, le risque que l'enfant soit atteint par une maladie héréditaire dangereuse, le désir d'espacer les naissances afin de pouvoir mieux s'occuper de ses enfants...

Salam aleykoum wa rahmatoullahi wa barakatouh

O
11 mars 2005 17:59
Bismillah r-rahmani r-rahim
Salam aleykoum wa rahmatoullahi wa barakatouh


Il est interdit à chaque membre du couple de divulguer les secrets de la vie conjugale. Bien plus, cela fait partie des pires des actes. A ce propos, le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a dit : « Parmi les hommes qui occupent les plus mauvaises places au jour de la Résurrection celui qui révèle des secrets liés à ses rapports avec sa femme » (rapporté par Mouslim, 4/157).

L’acte sexuel fait partie des choses importantes que notre religion a expliquées. Elle l’inscrit dans le cadre de règles et dispositions aptes à l’anoblir et faire en sorte qu’il ne reste pas un simple moyen de se procurer un plaisir bestial et d’assouvir un besoin passager. Bien plus, elle l’accompagne de choses telles que la bonne intention, la récitation de prières et l’observance de règles religieuses qui le hissent au rang d’acte cultuel générateur de récompense pour le musulman.

La Sunna prophétique apporte une explication à ce propos. En effet, dans son ouvrage intitulé Zad al-Maad, l’imam Ibn al-Qayyim (Puisse Allah le Très Haut lui accorder Sa miséricorde) dit : « S’agissant de l’acte sexuel, l’enseignement du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) le concernant est le plus parfait, car il en fait le moyen de préserver la santé, de se procurer du plaisir et d’atteindre les objectifs qu’il vise. En principe, l’acte sexuel est destiné à réaliser trois objectifs. Le premier est le maintien de la procréation, la sauvegarde de l’espèce jusqu’au délai déterminé par Allah pour la réunion de toutes les composantes de l’espèce dans le monde. Le deuxième est de libérer le sperme dont la rétention nuit à l’ensemble du corps. Le troisième est d’assouvir un besoin, de se donner du plaisir et de jouir d’un bienfait. Seul ce dernier avantage existe au paradis où n’existe ni procréation ni rétention de sperme à libérer.

Les bons médecins pensent que l’acte sexuel est un des moyens de préservation de la santé. Voir At-Tibb an-Nawawi, p. 249. Ibn al-Qayyim (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) ajoute : « L’acte sexuel conduit au contrôle du regard, à la maîtrise de soi, à la chasteté et à la réalisation de tout cela au profit de la femme. L’auteur de l’acte sexuel profite à lui-même ici-bas et dans l’au-delà et profite à sa partenaire. C’est pourquoi le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) se livrait à cet acte et l’aimait et disait : « Les choses d’ici-bas que j’aime le plus sont les femmes et les parfums » (rapporté par Ahmad, 3/128 et an-Nasssa?, 7/61 et vérifié par al-Hakim.

Par ailleurs, le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a dit : « Ô Jeunes, celui d’entre vous qui est en mesure d’assumer les chrges du mariage doit se marier, car cela est plus apte à faciliter le contrôle du regard et la protection du sexe. Celui qui n’est pas en mesure de les assumer, doit pratiquer le jeûne. En effet, il peut le protéger. » (rapporté par Boukhari, 9/92 et Mouslim 1400). At-Tibb an-Nawawi, 251).

Voici des choses importantes dont il faut tenir compte au moment de l’accomplissement de l’acte sexuel.

1. Nourrir une intention sincère à l’égard d’Allah, le Puissant et Majestueux, et avoir l’intention de se mettre à l’abri et de mettre sa compagne à l’abri de ce qui est interdit, d’augmenter le nombre des membres de la communauté musulmane afin de rehausser son prestige car le nombre donne une puissance. Que l’on sache que cet acte génère une récompense (divine) en plus du plaisir immédiat qu’il procure.

A ce propos, Abou Dharr (P.A.a) a rapporté que le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a dit : « L’acte sexuel accompli par l’un de vous constitue une aumône. »

- « L’un de nous assouvit son besoin et en obtient une récompense ? »

- « De même qu’il serait pécheur s’il commettait cet acte de façon illégal, de même il peut être récompensé pour s’être contenté du licite ». (Rapporté par Mouslim, 720).

Ceci fait partie de la grâce d’Allah l’Incommensurable à l’endroit de cette communauté bénie. Allah soit loué pour avoir fait de nous des membres de cette communauté.

2. S’amuser tendrement avec sa compagne en la caressant et en l’embrassant, car le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) se comportait de la sorte avec ses femmes.

3. Dire au moment d’entamer l’acte intime :

« Allahoumma, djannibna ash-shaytana, wa djannib ash-shaytana ma razatana ».

« Mon Seigneur, évite-nous Satan et évite le ce que Tu nous donneras ». Le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) a dit : « Si un enfant né de leur rapport, il échappera à la nuisance de Satan. » (rapporté par Boukhari, 9/187).

4. Il peut accomplir l’acte à travers le sexe de sa partenaire, quelle que soit la posture adoptée : qu’il passe devant ou derrière elle, pourvu de n’utiliser que le sexe, en vertu des propos d’Allah, le Très Haut, le Béni : « Vos épouses sont pour vous un champ de labour; allez à votre champ comme (et quand) vous le voulez » (Coran,2 :223) Djabir (P.A.a) dit : « Les Juifs disaient que quand un homme accomplit l’acte sexuel en se plaçant derrière sa partenaire, l’enfant qui en naîtrait serait quelqu’un qui louche » C’est alors que fut révélé le verset : « Vos épouses sont pour vous un champ de labour; allez à votre champ comme (et quand) vous le voulez » (Coran, 2 :223 ) et le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) dit : « Devant ou de derrière, l’acte doit se faire dans le sexe » (rapporté par Boukhari, 8/154 et Mouslim, 4/156).

5. Il ne lui est permis en aucun cas d’utiliser la voie anale car Allah le Puissant et Majestueux dit : « Vos épouses sont pour vous un champ de labour; allez à votre champ comme (et quand) vous le voulez » (Coran, 2 :223 ). Or il est bien connu que le sexe est la place du labour, l’endroit où l’on cherche à obtenir un enfant. Le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a dit : « Est maudit celui qui utilise la voie anale dans son acte intime avec sa femme » (rapporté par Ibn Ady, 1/211) et vérifié par al-Albani dans Aadaab az-Zafaf, p. 105. Cela s’explique par le fait qu’agir ainsi est contraire à ce qui est naturel, viole le bon goût et ne permet pas à la femme de partager le plaisir. Il s’y ajoute que la voie anale est sale entre autres facteurs qui corroborent l’interdiction de cette pratique. Pour plus de détails, se référer à la question n° 1103.

6. L’on doit procéder à des ablutions entre deux actes sexuels compte tenu des propos du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) : « Quand l’un de vous accomplit un acte sexuel et désire le répéter, qu’il procède à des ablutions entre les deux pour se remettre en forme » (rapporté par Mouslim, 1/171). Ces ablutions ne sont pas obligatoires, mais simplement recommandées. Si l’on peut prendre un bain entre les deux actes c’est encore mieux, compte tenu du hadith d’Abou Rafi’ selon lequel le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a fait un jour le tour de ses femmes et a pris un bain chez chacune. Je lui ai dit : « Messager d’Allah, pourquoi ne t’es-tu pas contenté d’un seul bain ? - « Parce que c’est plus propre et plus purifiant » Dit-il. (Rapporté par Abou Dawoud et an-Nassaï, 1/79).

7. Le bain rituel s’impose aux deux conjoints ou à l’un d’eux dans ces cas suivants :

- Au contact des deux sexes en vertu des propos du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui): « Quand les deux sexes se frottent, la prise du bain rituel devient obligatoire. Une autre version dit : « Au contact des deux sexes... la prise du bain rituel devient obligatoire » (rapporté par Ahmad et Mouslim n° 526). Le bain est ainsi obligatoire, qu’il y ait éjaculation ou pas. Par contact des sexes, on entend l’introduction du pénis dans la vulve et non un simple frottement.

- A la suite de l’émission du sperme, même sans contact sexuel, compte tenu des propos du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) «L’eau ne provient que de l’eau » (rapporté par Mouslim, n° 1/269).

Dans Sharh as-sunna, (2/9) al-Baghawi dit : « La prise du bain rituel est rendue nécessaire par l’une des deux choses : l’introduction du pénis dans la vulve et la sécrétion du sperme par la femme ou l’homme.

Pour connaître les modalités du bain rituel, voir la question n° 415.

Il est permis au couple de se laver ensemble au même endroit, même si chacun voit la nudité de l’autre, compte tenu du hadith d’Aïcha (P.A.a) dans lequel elle dit : « Je me baignais avec le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) à partir du même récipient ; nous y puisions alternativement, mais il cherchait à m’y précéder au point que je lui disais : laisse-le moi, laisse-le moi ». Elle ajoute : « Nous avions été dans un état d’impureté rituelle » (rapporté par Boukhari et Mouslim).

8. Celui qui doit prendre un bain peut se coucher et retarder le bain jusqu’à la proximité de l’heure de la prière. Mais il lui est fortement recommandé de faire des ablutions avant de se coucher, en vertu du hadith d’Ibn Omar dans lequel il affirme avoir interrogé le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) en ces termes : « Pourrait-on dormir alors qu’on est dans un état d’impureté rituelle à la suite d’un acte sexuel ? » - « Oui, s’il plaît à Allah, pourvu de procéder à des ablutions. » (rapporté par Ibn Hibban, 232).

9. Il est interdit de coucher avec une femme en état de menstruation en vertu des propos d’Allah, le Puissant, le Majestueux : « Et ils t' interrogent sur la menstruation des femmes. - Dis: "C'est un mal. Éloignez- vous donc des femmes pendant les menstrues, et ne les approchez que quand elles sont pures. Quand elles se sont purifiées, alors cohabitez avec elles suivant les prescriptions d' Allah car Allah aime ceux qui se repentent, et Il aime ceux qui se purifient". » (Coran, 2 :222).

Celui qui couche avec sa femme en cet état doit faire l’aumône d’un dinar ou d’un demi dinar, conformément à ce qui a été rapporté de façon sûre du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui), à savoir qu’il avait répondu à une question dans ce sens. (Cité par les auteurs des Sunan et vérifié par al-Albani dans Aadab az-Zafaf, p. 122). Cependant, il est permis de s’amuser avec l’épouse indisposée, à condition d’éviter le sexe, compte tenu du hadith d’Aïcha (P.A.a) dans lequel il est dit : « Le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) donnait à celles d’entre nous qui se trouvaient en état de menstruation l’ordre de se vêtir d’un pagne pour permettre à son époux de se coucher à ses côtés. » (rapporté dans les Deux Sahih).

10. Il est permis au mari de pratiquer le coït interrompu et d’utiliser un préservatif avec l’autorisation de l’épouse car celle-ci a droit au plaisir et à l’enfant. Ceci s’atteste dans un hadith de Djabir Ibn Abd Allah (P.A.a) qui a dit : « Nous pratiquons le coït interrompu du vivant du Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) et quand il était mis au courant, il ne nous l’a pas interdit » (rapporté par Boukhari, 9/250 et Mouslim, 4/160).

Cependant il vaut mieux s’en abstenir pour plusieurs raisons parmi lesquelles la privation de la femme du plaisir ou la diminution de sa part du plaisir de même que l’annulation de l’un des objectifs du mariage qui est la procréation pour augmenter la progéniture, comme nous l’avons indiqué précédemment.



"Ach-hadou an-lâ ilâha il lal lâhou wa ach hadou anna Mouhammadan abdouhou wa rasoûlouhou"
 
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
Facebook