Menu
Connexion Yabiladies Islam Radio Forum News
Questions-Réponses sur la Bid’a
s
13 octobre 2005 13:41


Shaykh Muhammad ibn Salih Al-‘Uthaymin










Question : Qu'est-ce qui est et qu'est-ce qui n’est pas une bid'a (innovation) ?







Réponse : Selon la Shari'a, la définition est : Adorer Allah d’une manière qu'Allah n'a pas prescrite.



Vous pouvez aussi dire : Adorer Allah d’une manière qui n’est pas celle du prophète (salallahu 'alayhi wa sallam) ou de ses successeurs bien guidés (Al-Khulafa Ar-Rashidun).







La première définition est prise du verset :







« Ou bien auraient-ils des associés [à Allah] qui auraient établi pour eux des lois religieuses qu’Allah n’a jamais permises ? » [sourate As-Shura :21]







La deuxième définition est prise du hadith du prophète qui a dit :







« Je vous recommande d'adhérer à ma voie (Sunna) et la voie des successeurs bien guidés (Al-Khulafa Ar-Rashidun) qui viennent après moi. Tenez-vous-y fermement et mordez à cela avec vos molaires [c'est-à-dire, accrochez-vous-y fermement] et prenez garde des choses nouvellement inventées. »







Donc quiconque adore Allah d’une façon qu'Allah n'a pas prescrit ou d’une façon qui n'est pas conforme à la voie du prophète (salallahu 'alayhi wa sallam) ou de ses successeurs bien guidés (Al-Khulafa Ar-Rashidun), est un innovateur, que cette adoration innovée ait un rapport avec les noms et attributs d'Allah, ou avec Ses jugements et lois.







En ce qui concerne les choses ordinaires et les coutumes, celles-ci ne sont pas appelées bid'a (innovation) en islam, bien qu'elles puissent être décrits comme tel en termes linguistiques. Mais elles ne sont pas des innovations dans le sens religieux et elles ne sont pas des choses contre lesquelles le prophète (salallahu 'alayhi wa sallam) nous avertissait.







Et il n'y a en islam aucune bid'a hassana (bonne innovation).



[ Majmu’ Fatawa de Shaykh Ibn Uthaymin, vol. 2, p. 291]











Question : Quels sont les types de bid'a ?







Réponse : La bid'a peut être divisé en deux catégories :







1. La bid'a qui constitue un kufr (mécréance)



2. La bid'a qui ne constitue pas kufr











Question : Quelle est la définition entre la bid'a qui constitue kufr et celle qui ne constitue pas kufr ?







Réponse : Shaykh Hafidh Al-Hakami (rahimahullah) a dit :







« Le type de bid'a qui constitue un kufr est celle qui nie une question sur laquelle il y a un consensus des savants, qui est largement connue et sur laquelle aucun musulman n’a d’excuse pour ne pas la connaître, comme nier quelque chose qui est obligatoire, rendre obligatoire ce qui n'est pas obligatoire, ou rendre quelque chose de haram, halal. Ou rendre quelque chose de halal, haram; ou croire certaines choses sur Allah, Son messager (salallahu 'alayhi wa sallam) et Son Livre desquels ils sont au-dessus, que ce soit un déni ou une affirmation - parce que cela signifie ne croire au Qur'an et au message avec lequel Allah a envoyé à Son messager (salallahu 'alayhi wa sallam).







Les exemples incluent la bid'a des Jahmiya, qui ont nié les attributs d'Allah; ou la notion que le Qur'an a été créé; ou la notion que certains des attributs d'Allah ont été créé; ou la bid'a des Qadariya qui ont nié la connaissance et les actions d'Allah; ou la bid'a des Mujassima qui ont assimilé Allah à Sa création ... etc.







La deuxième catégorie, la bid'a qui ne constitue pas kufr, est définie comme celle qui n'implique pas de rejet du Qur'an ou de quelque chose avec lequel Allah a envoyé à Ses Messagers.







Les exemples incluent les bida’ des Marwani (qui ont été dénoncées par les plus grands compagnons qui ne les ont pas approuvés, bien qu'ils ne les aient pas déclaré kafir ou aient refusé de leur faire allégeance cause de cela), comme le retardement de certaines des prières jusqu'à la fin des temps dus, faire la khutba du ‘Id avant la prière ‘Id, faire la khutba assis le vendredi, etc.







[Ma'arij Al-Qubul, 2/503-504]











Question : Quelle est le jugement sur celui qui commet une bid'a, est-il un kafir (mécréant) ou non ?







Réponse : La réponse est que cela dépend.







Si la bid'a constitue un kufr, la personne est un des deux types suivants :



1. Si on sait que son intention est de détruire les bases de l’islam et en faire douter les musulmans. Une telle personne est certainement un kafir; en effet, il est étranger à l’islam et est un des ennemis de la foi.







2. Ou il est trompé et confus; il ne peut pas être accusé d’être un kafir avant que la preuve ne soit établie contre lui, en toute équité.







Si la bid'a ne constitue pas kufr, il ne doit pas être accusé d’être un kafir. Plutôt, il reste musulman, mais il a commis une mauvaise action grave.











Question : Comment traitons-nous avec ceux qui commettent une bid'a ?







Réponse : Dans les deux cas, nous devons appeler ces gens - qui prétendent être musulmans, mais qui commettent des bida’ qui peuvent constituer un kufr ou moins que cela- à la vérité, en expliquant la vérité sans être hostile ou en condamnant ce qu'ils font. Mais une fois que nous savons qu'ils sont trop arrogants pour accepter la vérité - Allah dit :







« N’injuriez pas ceux qu’ils invoquent, en dehors d’Allah, car par agressivité, ils injurieraient Allah, dans leur ignorance » [sourate Al-An'am :108]







Si nous découvrons qu'ils sont têtus et arrogants, nous devons dévoiler leur mensonge, parce qu'alors l'indication de leur mensonge devient une obligation sur nous.







En ce qui concerne le fait de s’éloigner d'eux, cela dépend de la bid'a. Si c'est une bid'a qui constitue un kufr, il est obligatoire de s’éloigner de cette personne. Si elle a d'un degré moindre que cela, il est essentiel d'examiner la situation plus loin. Si quelque chose peut être fait en s’éloignant de la personne, nous le faisons; si aucun but ne sera servi par cela, ou qu’il sera seulement plus désobéissant et arrogant, nous devons éviter de le faire, parce que tout ce qui ne sert aucun but, il est meilleur de ne pas le faire.







Et aussi, en principe, il est haram de s’éloigner d’un croyant, parce que le prophète (salallahu ‘alayhi wa sallam) a dit :







« Il n'est pas permis à un homme d’abandonner [de ne pas parler à] son frère pour plus de trois [jours] »











Article tiré du site theclearpath.com



Source : Adapté de Majmu' Fatawa Ibn 'Uthaymin, vol. 2, p. 293
Webmaster du site: alminhadj.comAl-Layth ibn Sâ'd (m.175 H) a dit : " même si je voyais un des gens de la passion (c-a-d de l'innovation) marcher sur l'eau je n'accepterais pas de lui."
t
13 octobre 2005 13:47
salam, bonjour, Smiling Smiley

[www.mejliss.com]

complément d'information Smiling Smiley

tawmat Smiling Smiley
m
13 octobre 2005 13:48
salam oalaykum !

Merci ca me réconforte dans ce que je pensais !

Tarawih n'est PAS une bid3a !!! sinon ca veut dire qu'on ira tous en enfer ...

Tarawih c'est une pratique que le prophète saws et Allah swt nous ont fortement recommandé ... prier beaucoup la nuit ! et surtout les mois sacrés ! ...

salam
t
13 octobre 2005 13:53
salam, bonjour, Smiling Smiley

maktoub7 je t'invite à lire le lien basé sur des hadiths authentique.

Et je réitère ce que j'ai dit, Omar raa a effectué une chose que le prophète saws n'a jamais fait.

Salat tarawih n'a jamais eu la forme comme aujourd'hui du temp du prophète saws.

Renseigne toi chez ton imam. Sinon je veux bien te raconter comment c'était et où est la différtence avec ce que le prophète saws a fait et Omar raa.

tawmat Smiling Smiley
m
13 octobre 2005 14:02
salam !

je vais me renseigner pas de soucis ...

Barakallahofik
s
22 octobre 2005 08:22
« Le type de bid'a qui constitue un kufr est celle qui nie une question sur laquelle il y a un consensus des savants, qui est largement connue et sur laquelle aucun musulman n’a d’excuse pour ne pas la connaître, comme nier quelque chose qui est obligatoire, rendre obligatoire ce qui n'est pas obligatoire, ou rendre quelque chose de haram, halal. Ou rendre quelque chose de halal, haram; ou croire certaines choses sur Allah, Son messager (salallahu 'alayhi wa sallam) et Son Livre desquels ils sont au-dessus, que ce soit un déni ou une affirmation - parce que cela signifie ne croire au Qur'an et au message avec lequel Allah a envoyé à Son messager (salallahu 'alayhi wa sallam).

ok mais Ach-Chafi'iyy a dit : "la nouveauté parmi les choses est de deux sortes : l'un qui est innové et qui contredit le coran, la sounnah ou l'unanimité: c'est une innovation d'égarement. L'autre est celle qui est innové et qui est conforme au coran à la sounnah et a lunanimité celle ci n'est pas blamable"
rappelons que ach-chafi'iyy fait partie de lunanimité
M
22 octobre 2005 09:32
sahiha a écrit:
-------------------------------------------------------
> « Le type de bid'a qui constitue un kufr est celle
> qui nie une question sur laquelle il y a un
> consensus des savants, qui est largement connue et
> sur laquelle aucun musulman n’a d’excuse pour ne
> pas la connaître, comme nier quelque chose qui est
> obligatoire, rendre obligatoire ce qui n'est pas
> obligatoire, ou rendre quelque chose de haram,
> halal. Ou rendre quelque chose de halal, haram; ou
> croire certaines choses sur Allah, Son messager
> (salallahu 'alayhi wa sallam) et Son Livre
> desquels ils sont au-dessus, que ce soit un déni
> ou une affirmation - parce que cela signifie ne
> croire au Qur'an et au message avec lequel Allah a
> envoyé à Son messager (salallahu 'alayhi wa
> sallam).
>
> ok mais Ach-Chafi'iyy a dit : "la nouveauté parmi
> les choses est de deux sortes : l'un qui est
> innové et qui contredit le coran, la sounnah ou
> l'unanimité: c'est une innovation d'égarement.
> L'autre est celle qui est innové et qui est
> conforme au coran à la sounnah et a lunanimité
> celle ci n'est pas blamable"
> rappelons que ach-chafi'iyy fait partie de
> lunanimité
>

et le fait de mettre en place une législation, qui contredit directement la chari'a, en la mettant au même niveau ou au dessus de celle ci... ou carrément la remplacer! cela ne rentre t-il pas dans le fait d'interdire ce qu'Allah a permis et de permettre ce qu'Allah a interdit (càd permettre la mécréance, l'association, la perversité, la fornication, l'alcool, etc... et que cela se répandent dans le pays)?
[sachant que cette législation est imposée et que celui qui va à son encontre en demandant la législation d'Allah est puni... ici nous constatons purement et simplement que l'auteur de cet acte s'est octtroyé un droit Exclusif qui appartient à Allah SEUL!]

la parole d'Allah -soubhanahou wa t a'ala- et de Son messager ne sont-ils pas claires à ce sujet? les épîtres et les livres des savants de l'Islam, renfermant les paroles des salafs us-salihs parmis les sahabas et autres parmi les tabi'ines qu'ont trouve dans les athars, ne sont-ils pas clairs à ce sujet?

barakallahou fik de me répondre à ces questions...




Modifié 1 fois. Dernière modification le 22/10/05 09:34 par Mohamed93.
M
22 octobre 2005 09:49


Qu'Allah nous accorde la sincérité et qu'Il nous preserve de l'hypocrisie... qu'Il nous guide sur le droit chemin !

Qu'Allah nous augmente en science et nous donne une compréhension claire de la religion!

Que soient agréés les Compagnons (sahabas), qui reçurent la tradition prophétique (sounnah) du noble Prophète (salallahu alayhi wa salam), l'ont assimilée et transmise aux musulmans, telle qu'ils l'ont entendue, EXEMPTE de la disgrâce de la FALSIFICATION et de la TRANSFORMATION…

Que la grâce et le pardon soient accordés aux pieux prédécesseurs (salafs) qui se sont transmis la sounnah de génération en génération, ont instauré, en vue de SAUVEGARDER l’EXACTITUDE de sa transmission et son énonciation, l'exactitude des règles et des contraintes précises, excluant ainsi la falsification des DEFORMATEURS…

Que la meilleure rétribution soit donnée à ceux qui ont succédé aux prédécesseurs (salafs salihs), parmis les savant musulmans (‘oulamas) ayant acquis d'eux les bases de la transmission de la sounnah et ses règles, les ont simplifiées, classées et réunies dans des ouvrages séparés...

Amine...
s
22 octobre 2005 10:33
connait tu le hadith rapporté par mouslim sur la bid'ah?
M
22 octobre 2005 17:42


alors pas de réponse?
t
22 octobre 2005 18:13
salam, bonsoir, Smiling Smiley

J'aimerais revenir sur le terme bid'a, aujourd'hui nous effectuons des actes que le prophète saws n'a jamais fait en amtière d'adoration pourtant ces choses là sont permises.

Exemple : Le chapelet ou encore un exemple plus flagrant la salat tarawih.

Je rappelle que la salat tarawih que nous effectuons aujourd'hui n'a pas la forme de celle du prophète saws mais c'est une nouveauté instaurer par Omar raa le deuxième calife.

On parlera alors de bid'a hassana (bonne innovation).

tawmat Smiling Smiley



Modifié 1 fois. Dernière modification le 22/10/05 18:16 par tinky.
s
22 octobre 2005 19:27
akhi ittaqi allah ta vu l'avis de al ima achafi'i,malek,ahmden bnu hanbal sur ça??

les tarawih akhi deja le prophete sallah allah alayhi wa sallam les a fait et d'une part le pomeme a dit:
"'alaykoum bi sounnati wa sounnati al kholafa arrachidine"

donc oublie salate attariwh en ce qui concerne le chapelet y a une divergence sur le statut de chapelet aux yeux des savants. Cheikh al-Albânî (ra) dit que c'est une bi'dah, ainsi que Cheikh an-Najmî et d'autres. Et de ceux qui disent qu'on ne peux pas dire que c'est une bi'dah comme Cheikh al-Islâm Ibn Taymiyyah, Ibn 'Outhaymîne, les savants de l'Ifta, l'Imâm Chawkânî et d'autres, ils s'appuient sur le hadîth qui précise la pratique de certains compagnons qui le faisaient avec des cailloux, et que le Prophète :saws: n'a pas blamé l'acte mais a dit qu'il était meilleur de le faire avec sa main droite pour le témoignage que cela vaudra le Jour Dernier en faveur de celui qui le fait avec sa main droite.


voir pour ça:

Charh al-Mounti', fatâwa lajnah daïma, Majmu' al-fatâwa de Cheikh al-Islâm, Nayl al-Awtar


cheikh al albani pense que:




Les chapelets pour le dhikr



Shaykh Muhammad Nasir-ud-Din Al-Albani







Shaykh Muhammad Nasir-ud-Din Al-Albani a mentionné dans Silsila Ad-Da'ifa (1/110), où il cite le hadith (faible) : « Quel bon rappel est la subha [masbaha] (chapelet pour le dhikr) »,







A mon avis, la signification de ce hadith est invalide pour de nombreuses raisons :







Premièrement, la subha [masbaha] est une bid'a et n'était pas connue à l’époque du prophète (salallahu 'alayhi wa-sallam). Cela est arrivé après, alors comment se pourrait-il qu’il (salallahu 'alayhi wa-sallam) ait encouragé ses compagnons (radiallahu 'anhum ajma'in) à faire quelque chose qui leur était inconnu ?







La preuve pour ce que j'ai dit est la narration rapportée par Ibn Wadda dans Al-Bid’a wa-nahi 'anha de Al-Salt ibn Bahram, qui a dit :







« Ibn Mas'ud est passé devant une femme qui avait [une masbaha (chapelet)] avec lequel elle faisait le tasbih et il l'a cassé et jeté de côté, puis il est passé devant un homme qui faisait le tasbih avec des cailloux, il lui a donné un coup de pied et a alors dit : « Tu penses que tu es meilleur que les compagnons, mais tu suis une bid'a injustifiée ! Tu penses que tu as plus de science que les compagnons de Muhammad (salallahu 'alayhi wa-sallam)! »







Son isnad est sahih jusqu’à As-Salt, qui est un des disciples dignes de confiance (thiqat) des Tabi'in.







Deuxièmement, cela va contre la guidée du prophète (salallahu 'alayhi wa-sallam). 'Abdullah ibn ' Amr (radiallahu 'anhu) a dit :







« J'ai vu le messager d'Allah (salallahu 'alayhi wa-sallam) compter le tasbih sur sa main droite. »


------------------------------

Ibn Abbâs (m.68H) a dit : "certes, les choses les plus détestées auprès d'Allah sont les innovations" [1].

Ibn 'Oumar (m.84H) a dit : "toute innovation est égarement, même si les gens la voient comme quelque chose de bien". [2].

Soufyan ath Thawrî (m.161H) a dit : "l'innovation est plus aimée d'Iblis que le péché, car on se repent du péché, mais on ne se repent pas de l'innovation". [3].

L'Imâm Ash-Shâfi'î (m.204H) a dit : "qu'une personne rencontre Allah avec tous les péchés sauf le Shirk est meilleur pour elle que de le rencontrer avec une seule des croyances innovées". [4].

Al-Layth ibn Sâ'd (m.175 H) a dit : " même si je voyais un des gens de la passion (c-a-d de l'innovation) marcher sur l'eau je n'accepterais pas de lui."

Alors l'Imâm Ash-Shafi'î dit : " il ( Al-Layth) n'a pas été assez loin. Si je le voyais marcher dans l'air, je n'acce pterais pas de lui". [5].

Younous Ibn Oubais a dit à son fils, " je t'interdis la fornication (az-zina), de voler et de boire le vin. Cependant, que tu rencontres Allah avec l'un de ces péchés est meilleur pour moi plutôt que tu Le rencontres avec la façon de penser de Amr et les compagnons de Amr (c-a-d les Mou'tazila)". [6].

Sa'id Bni Joubair a dit : " que mon fils soit le compagnon d'un vaurien pécheur et rusé qui est sounnite est plus appréciable pour moi plutôt qu'il soit le compagnon d'un innovateur dévôt et pieux". [7].

L'Imâm Al-Barbahârî a dit : " Cependant, si tu vois un individu dont les façons et la manière de penser sont détestables, qu'il est méchant, pécheur et oppresseur, tout en étant un des gens de la Sounnah, fais de toi son compagnon et assieds-toi avec lui, car ses péchés ne t'atteindront pas. Si tu vois un homme qui lutte ardemment et longuement dans l'adoration, est abstinant, continuel dans l'adoration, excepté qu'il est un des gens de la passion, ne t'assieds pas avec lui, n'écoute pas ses paroles et ne marche pas à ses côtés, car tu n'es pas à l'abris du fait de devenir éventuellement satisfait de sa manière d'être, puis de l'accompagner dans la destruction." [8].

L'Imâm Ahmad a dit : "les tombes des gens de la Sounnah parmis ceux d'entre eux qui ont commis les grand péchés sont comme des jardins. Et les tombes des gens de la Bid'a parmi ceux d'entre eux qui sont les pieux abstinants sont caverneuses et creuses. Les pécheurs parmi les Ahl us-Sounnah wal Jamâ'a sont les alliés d'Allâh, et les pieux abstinants parmi les Ahl ul-Bid'a sont les ennemis d'Allâh." [9].

L'Imâm al-Marwadhî (d.238H) - rahimahoullâh - a dit : "j'ai dit à Abi Abdoullah, c-a-d notre Imâm (Ahmad Ibn Hanbal), "qu'en est-il si tu vois un homme préoccupé par le jeûne et la prière, mais silencieux lorsqu'il en vient de parler sur les gens de l'innovation ?" Alors son visage changea, et il dit : " s'il jeûne et prie et se dissocie des gens, n'est-ce pas uniquement pour son propre bénéfice ?" Je répondis : "oui". Il dit : "ainsi, s'il fait ceci (parler sur les gens de l'innovation), alors c'est pour le bénéfice des autres, parler est bien plus excellent ".

Mouhammad Ibn Boundar al-Jarjanî a dit à l'Imâm Ahmad : "certes, il m'est difficile de dire : 'celui-ci est comme ceci et celui-là est comme cela", alors Ahmad lui dit : " si je restais silencieux et tu restais silencieux , alors quand l'homme ignorant viendra-t-il à connaître le Sahîh (authentique) du Saqim (faible) ? ".

L'Imâm ash-Shâtibî a dit :" et 'Oumar ibn Salamah al Hamdanî a dit :

" nous étions assis dans le cercle de Ibn Mass'oud dans la mosquée, qui était faite d'un sol plat, couvert de sable. 'OubaydAllah ibn 'Oumar ibn al Khattab, qui venait juste de revenir d'une expédition, lui dit :

"qu'est-ce que la "voie droite" Ô Abdourrahman ?"

il répondit :

" par le Seigneur de la Ka'ba, c'est ce sur quoi ton père était fermement établit, jusqu'à ce qu'il entre au Paradis."

Puis il jura fermement de cela trois fois. Ensuite, il traça une ligne sur le sol, et traça des lignes de chacun de ses côtés, et dit :

" votre Prophète (sallallahou alayhi wa sallam) vous a laissé sur ce bout ci, et l'autre bout est au Paradis. Alors quiconque reste fermement sur elle entrera au Paradis, et quiconque prend l'une de ces [autres] voies sera détruit."


Webmaster du site: alminhadj.comAl-Layth ibn Sâ'd (m.175 H) a dit : " même si je voyais un des gens de la passion (c-a-d de l'innovation) marcher sur l'eau je n'accepterais pas de lui."
t
23 octobre 2005 02:03
salam, bonsoir, Smiling Smiley

Oui pour moi je suis l'avis de ibnou tamyiya sur le chapelet c'est pas une bid'a.

Pour le tarawih tu te trompe jamais le prophète saws n'a fait le tarawih comme on le fait maintenant dans sa forme. Jamais.

tawmat Smiling Smiley
s
23 octobre 2005 08:14
mohammad 93 sadresserai-t-il a moi?
alors pas de réponse?
M
24 octobre 2005 11:41
sahiha a écrit:
-------------------------------------------------------
> mohammad 93 sadresserai-t-il a moi?
> alors pas de réponse?


oui oui je m'adresse à toi! j'attend les réponses mais dabord répond à mon message sur le lien suivant: [www.yabiladi.com]

parce qu'il faut être clair sur le sujet traité sur le lien avant de revenir à celui-ci... il faut dabord être en accord avec les bases de la 'aquida islamique dans les sujets clairs et manifestes avant de continuer toutes discussions sur d'autres sujets minutieux!
 
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
Facebook