Menu
Connexion Yabiladies Islam Radio Forum News
La profanation de la synagogue de Caracas a été organisée par les sionistes
a
10 février 2009 16:42
mardi 10 février 2009


Le ministre de la justice du Vénézuela, Tarek El Aissami, a annoncé lundi soir que c’est l’ancien garde du corps du rabbin de Caracas qui a organisé la profanation de la synagogue « Tiféret Israël », avec la complicité du gardien de service qui a laissé les hommes pénétrer dans le bâtiment.

Avec l’aide du service d’ordre, les câbles d’électricité de la principale synagogue de Caracas avaient été coupés et l’alarme désactivée pour permettre aux vandales juifs de perpétrer leur forfait, le 30 janvier dernier, à l’intérieur du lieu de culte.

Les actes de vandalisme, les inscriptions antisémites sur les murs, tout comme le vol du fichier informatique des membres de la communauté, abondamment présentés par les medias comme des actes "antisémites" sont donc le fait des dirigeants de la synagogue.

Les médias en feront-ils leurs choux gras ?

CAPJPO-EuroPalestine
"L'orgueil du savoir est pire que l'ignorance"
s
10 février 2009 19:00
Il était une fois les mille et une fourberies sataniques des sionistes.
S
11 février 2009 02:35
Venezuela: le garde du corps d'un rabbin mêlé au saccage d'une synagogue

Un agent de la Police métropolitaine (PM) de Caracas, qui avait assumé les fonctions de garde du corps du rabbin de la principale synagogue de la capitale, est mêlé à sa profanation qui a eu lieu le 31 janvier, a annoncé lundi le ministre de l'Intérieur, Tarek El Aissami. Lors d'une conférence de presse, le ministre a confirmé l'arrestation dans le cadre de cette affaire de onze suspects, dont huit fonctionnaires de divers corps de police, deux membres d'une bande de malfrats et un gardien privé de la synagogue. "Le chef de la bande avait, jusqu'en décembre, assumé la sécurité personnelle du rabbin de cette synagogue et en plus était fonctionnaire de la Police métropolitaine.

Il connaissait la structure interne de la synagogue, savait où se trouvaient les dispositifs de sécurité internes", a assuré le ministre de l'Intérieur. A l'occasion de cette déclaration, M. El Aissami a insisté sur la condamnation de ce saccage par le gouvernement et relevé que les graffitis antisémites inscrits sur les murs de la synagogue "avaient pour objectif de désorienter l'enquête et diriger (les soupçons) vers le gouvernement national". Dès le lendemain de l'attaque, Israël avait dénoncé cette profanation en affirmant qu'une telle exaction n'aurait pu avoir lieu sans "un regard bienveillant des autorités au plus niveau".

Le président du Venezuela, Hugo Chavez, avait réagi aussitôt en condamnant le saccage, assuré que son gouvernement était "loin d'être impliqué dans les faits de violence", et laissé entendre que l'opposition était leur commanditaire. Dans la nuit du 30 au 31 janvier, une douzaine d'inconnus avait investi la synagogue de Caracas, détruit des objets de culte et couvert les murs de slogans antisémites, tels que "Israël, maudits", "Dehors les juifs", ou "Assassins". Le gouvernement du Venezuela a rompu ses relations diplomatiques avec Israël le 15 janvier, pour protester contre l'offensive israélienne dans la bande de Gaza. Le 28 janvier, l'Etat hébreu a répliqué en déclarant "persona non grata" le chargé d'affaires vénézuélien à Tel-Aviv.


source:

www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,[email protected],0.html
s
11 février 2009 11:07
Citation
Swingue a écrit:
Dès le lendemain de l'attaque, Israël avait dénoncé cette profanation en affirmant qu'une telle exaction n'aurait pu avoir lieu sans "un regard bienveillant des autorités au plus niveau".

Sans un regard bienveillant des autorités sionistes, serait-on tenté de dire !
 
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
Facebook