Menu
Connexion Yabiladies Islam Radio Forum News
Pourquoi les Islamistes veulent imposer une loi religieuse à un Peuple déjà...
U
11 décembre 2012 12:36
La réponse est presque dans la question:

Dans une Démocratie, c'est la majorité qui décide des lois:
Si la majorité est musulmane, les lois sont forcément inspirées par la religion musulmane.


Si les lois sont votées par une majorité musulmane, pourquoi faut-il la Charia ?

C'est très clair: La Charia est la loi des Salafiste et les Salafistes veulent imposer leur loi aux Musulmans.

Même si un pays est 100% musulman, les Salafistes tenteront ... d'imposer l'Islam aux Musulmans ptdr

Ça montre quel mépris ils ont pour la majorité des Musulmans, ceux qui ne font pas partie de leur secte d'attardés illettrés.

Sauf erreur, les Musulmans sont inspirés directement par Dieu et n'ont pas besoin du clergé salafiste pour leur dire comment ils doivent croire.

Il me semble que c'est mieux d'être inspiré par Dieu que de recevoir des ordres de salafistes qui savent à peine lire, quand ils savent lire, et ne comprennent de toute manière pas les textes qu'ils lisent.

Qu'en pense les Yabies qui réfléchissent par eux-mêmes ?
Quand l'être humain montre la Lune, Bôfbôfbôf le chien regarde le doigt. Les chiens aboient, la caravane passe. ***********************************************************************
S
11 décembre 2012 13:53
La Charia n'est pas un ensemble clair de règles codifiées. Il s'agit davantage d'un ensemble fluctuant, controversé parmi les musulmans eux-mêmes. Le véritable problème consisterait en l'interprétation et l'utilisation qui sera faites des principes dégagés de la source principale de législation.

Il y a effectivement des risques de dérives comme celui du danger d'une surenchère du religieux ainsi que son utilisation par les politiques pour tenter d’imposer par la loi des mesures par exemple, contre l’apostasie, l’égalité entre hommes et femmes, la censure, etc.

Une autre interprétation pourrait néanmoins n'avoir aucun impact négatif (ou salafiste si tu vois les choses comme cela) dans la mesure où la construction juridique positive peut, en effet, être validée par sa non-contradiction avec la loi islamique mais avec une interprétation évolutive de ses dispositions.

La Charia comme principe à valeur constitutionnelle peut donc n'avoir qu'une portée symbolique. Parfois, son édiction exprime davantage la référence à une identité musulmane à préserver impérativement que des règles claires et définitives. Je pense qu'actuellement l'Etat Egyptien tend ainsi à se poser en gardien des valeurs religieuses, présentant des réformes comme le résultat d’un processus interne de rénovation issu du droit musulman et respectant les principes de l’islam.

N'oublions pas que c'est au nom de l’islam que le roi du Maroc a profondément réformé le code de la famille. D'ailleurs, le mouvement féministe égyptien choisit de plus en plus de se placer lui aussi dans le champ du religieux pour légitimer ses revendications de la modernisation de la condition féminine.

Le problème est que ces batailles symboliques autour du référent religieux occultent les luttes réelles qui se développent en Egypte avec des questions économiques, sociales et culturelles. Et elles amènent à mesurer ce qui se passe notamment en Egypte (et chez ses voisins) à l’aune des discours sur la charia.
r
11 décembre 2012 15:09
gouverner hors pays à majorité musulmane par la charia me semble pas à la hauteur
les enseignements religieux veulent que les musulmans respectent le pays hote
mais qu'ils ne soient pas lesés, si quelqu'un veut une chose, c'est pour lui meme
par exemple en pays musulman, le foulard est prescrit, certains le mettent d'autres non, de meme que la barbe, c'est des conduites personnelles, on peut pas obliger les gens

mais par exemple pour les 2 aids, 2 fetes annuelles des musulmans, ils aiment bien les avoir et faire des concessions dans d'autres jours
l'alimentation halal, c'est pour ceux qui y croient, personne n'y est obligé

pour les salafistes, ils se trompent de combat, la religion c'est à la mosquée avec dieu et dehors dans des conduites personnelles, tu veux donner l'aumone, donne, tu veux jeuner, tu es libre
la religion n'est pas un moyen de gouvernance, et sinon moi je suis musulman mais pour la charia politisé ils ne nous ont jamais dit c'est quoi les grandes lignes, c'est une ferveur de la foule, pas plus
m
11 décembre 2012 15:34
"La Charia est la loi des Salafiste" ptdr

Dans quelques années tu te rendra compte que tu as écris n’importe quoi après une relecture.
11 décembre 2012 17:20
Citation
mkasdfar a écrit:
"La Charia est la loi des Salafiste" ptdr

Dans quelques années tu te rendra compte que tu as écris n’importe quoi après une relecture.

T'as vu c'est hallucinant ce que peuvent dire les ignorants....
r
11 décembre 2012 17:20
la charia sont de grandes lois de dieu et expliqué par son messager (s)



Modifié 1 fois. Dernière modification le 11/12/12 17:50 par rachedi.
U
11 décembre 2012 17:40
Citation
Skaldonan a écrit:
La Charia n'est pas un ensemble clair de règles codifiées. Il s'agit davantage d'un ensemble fluctuant, controversé parmi les musulmans eux-mêmes. Le véritable problème consisterait en l'interprétation et l'utilisation qui sera faites des principes dégagés de la source principale de législation.

Il y a effectivement des risques de dérives comme celui du danger d'une surenchère du religieux ainsi que son utilisation par les politiques pour tenter d’imposer par la loi des mesures par exemple, contre l’apostasie, l’égalité entre hommes et femmes, la censure, etc.

Une autre interprétation pourrait néanmoins n'avoir aucun impact négatif (ou salafiste si tu vois les choses comme cela) dans la mesure où la construction juridique positive peut, en effet, être validée par sa non-contradiction avec la loi islamique mais avec une interprétation évolutive de ses dispositions.
...

Ce que tu écris est très sensé.

J'ai mis "Salafiste", car ce sont eux qui prennent pour référence ultime la Charia (et tout un tas de règles aussi désopilantes les unes que les autres) telle qu'ils l'imaginent dans un passé fantasmé.
Le mot a l'avantage d'être clair et compris par tous ceux qui ne font pas semblant de le pas comprendre.

Le plus grand danger n'est pas spécifiquement dans un ensemble de règles désuètes, mais dans leur potentiel dévastateur lorsqu'elles sont interprétées par des ignorants.
C'est comme pour la police et les prisons: Il en faut assez, mais pas trop, car une éventuelle dictature (aucun pays n'est à l'abri) pourrait mésuser de cette infrastructure.

Quand on constate à quel point les Salafistes sont obtus, la pire chose à faire est de leur mettre dans les griffes des textes qu'ils seront incapables d'interpréter (mais qu'ils vont interpréter quand même, comme dans des sketchs d’Éric et Ramzy).



Modifié 3 fois. Dernière modification le 11/12/12 18:01 par Unesuggestion.
Quand l'être humain montre la Lune, Bôfbôfbôf le chien regarde le doigt. Les chiens aboient, la caravane passe. ***********************************************************************
11 décembre 2012 17:46
Citation
Skaldonan a écrit:
La Charia n'est pas un ensemble clair de règles codifiées. Il s'agit davantage d'un ensemble fluctuant, controversé parmi les musulmans eux-mêmes. Le véritable problème consisterait en l'interprétation et l'utilisation qui sera faites des principes dégagés de la source principale de législation.

Il y a effectivement des risques de dérives comme celui du danger d'une surenchère du religieux ainsi que son utilisation par les politiques pour tenter d’imposer par la loi des mesures par exemple, contre l’apostasie, l’égalité entre hommes et femmes, la censure, etc.

Une autre interprétation pourrait néanmoins n'avoir aucun impact négatif (ou salafiste si tu vois les choses comme cela) dans la mesure où la construction juridique positive peut, en effet, être validée par sa non-contradiction avec la loi islamique mais avec une interprétation évolutive de ses dispositions.

La Charia comme principe à valeur constitutionnelle peut donc n'avoir qu'une portée symbolique. Parfois, son édiction exprime davantage la référence à une identité musulmane à préserver impérativement que des règles claires et définitives. Je pense qu'actuellement l'Etat Egyptien tend ainsi à se poser en gardien des valeurs religieuses, présentant des réformes comme le résultat d’un processus interne de rénovation issu du droit musulman et respectant les principes de l’islam.

N'oublions pas que c'est au nom de l’islam que le roi du Maroc a profondément réformé le code de la famille. D'ailleurs, le mouvement féministe égyptien choisit de plus en plus de se placer lui aussi dans le champ du religieux pour légitimer ses revendications de la modernisation de la condition féminine.

Le problème est que ces batailles symboliques autour du référent religieux occultent les luttes réelles qui se développent en Egypte avec des questions économiques, sociales et culturelles. Et elles amènent à mesurer ce qui se passe notamment en Egypte (et chez ses voisins) à l’aune des discours sur la charia.

Salam aleyki ma soeur,

Je suis pas d'accord avec plusieurs points que tu as soulevé, dis moi ce que tu en penses.

"Il s'agit davantage d'un ensemble fluctuant, controversé parmi les musulmans eux-mêmes."
D'abord, je suis pas d'accord avec ta conception de la charia. La charia est figée dans les textes (Coran et ahadith), ce que tu sembles mettre dans l'appellation charia relève plutot du fiqh (qu'il faut absolument distinguer charia et fiqh).
La charia ne souffre pas de défaut et ne peut faire l'objet d'une évolution, c'est sur le plan du fiqh que la charia est "modulable" à l'époque.


"la construction juridique positive peut, en effet, être validée par sa non-contradiction avec la loi islamique"
C'est vrai mais incomplet. A mon sens l'Islam est un système complet en tout point meme sur le plan juridique. L'Islam connait une constitution, des lois pénales, civiles, fiscales...
Dans l'absolu, je suis pas opposé au principe de non contradiction, mais il ne doit s'appliquer que temporairement et provisoirement. En aucun cas il ne peut etre une fin en lui meme.


"La Charia comme principe à valeur constitutionnelle peut donc n'avoir qu'une portée symbolique."
Je suis absolument pas d'accord, pourquoi une simple portée symbolique et non sa réelle portée?
Réduire la charia a une simple symbolique, ne serait ce que sur le plan constitutionnel est non conforme avec le système islamique dans son entièreté.


"D'ailleurs, le mouvement féministe égyptien choisit de plus en plus de se placer lui aussi dans le champ du religieux pour légitimer ses revendications de la modernisation de la condition féminine".
Je suis absolument d'accord sur ce point. C'est amusant de voir a quel point l'ignorance peut amener les ignorants à spéculer sur la charia. Si la femme est dans une situation aussi pitoyable dans les pays musulmans, c'est bien parce que les lois actuelles (au sens large avec les coutumes...) n'ont rien d'islamique.
L'inapplication de la charia est un tort manifeste pour la condition féminine, et tous ceux qui ont un minimum de connaissances islamiques savent bien a quel point l'islam est venu apporter un cadre juridique protecteur pour la femme.

Dis moi ce que tu en penses Smiling Smiley
F
11 décembre 2012 18:48
la religion est devenue un business tres rentable pour certains , la route la plus courte pour arriver au pouver, il suffit de grandir une barbe , raisin sur le front , memoriser quelques sourates coraniques sans meme pas comprendre leur sens pour manipuler les espritys simples et gagner leur confiance
toute les prochaines revolutions seront contre les commercants de la religion
a.k.a la mentalite d obscurantisme .



Modifié 2 fois. Dernière modification le 11/12/12 18:51 par roselicious.
N
11 décembre 2012 18:59
Citation
Unesuggestion a écrit:
Citation
Skaldonan a écrit:
La Charia n'est pas un ensemble clair de règles codifiées. Il s'agit davantage d'un ensemble fluctuant, controversé parmi les musulmans eux-mêmes. Le véritable problème consisterait en l'interprétation et l'utilisation qui sera faites des principes dégagés de la source principale de législation.

Il y a effectivement des risques de dérives comme celui du danger d'une surenchère du religieux ainsi que son utilisation par les politiques pour tenter d’imposer par la loi des mesures par exemple, contre l’apostasie, l’égalité entre hommes et femmes, la censure, etc.

Une autre interprétation pourrait néanmoins n'avoir aucun impact négatif (ou salafiste si tu vois les choses comme cela) dans la mesure où la construction juridique positive peut, en effet, être validée par sa non-contradiction avec la loi islamique mais avec une interprétation évolutive de ses dispositions.
...

Ce que tu écris est très sensé.

J'ai mis "Salafiste", car ce sont eux qui prennent pour référence ultime la Charia (et tout un tas de règles aussi désopilantes les unes que les autres) telle qu'ils l'imaginent dans un passé fantasmé.
Le mot a l'avantage d'être clair et compris par tous ceux qui ne font pas semblant de le pas comprendre.

Le plus grand danger n'est pas spécifiquement dans un ensemble de règles désuètes, mais dans leur potentiel dévastateur lorsqu'elles sont interprétées par des ignorants.
C'est comme pour la police et les prisons: Il en faut assez, mais pas trop, car une éventuelle dictature (aucun pays n'est à l'abri) pourrait mésuser de cette infrastructure.

Quand on constate à quel point les Salafistes sont obtus, la pire chose à faire est de leur mettre dans les griffes des textes qu'ils seront incapables d'interpréter (mais qu'ils vont interpréter quand même, comme dans des sketchs d’Éric et Ramzy).
Regardez comment celui là traite votre religion et comment il catégorisent les lois de Dieu : je vous laisse reprendre les phrases avec leurs synonymes que j'ai pris le soin de chercher la définition :
désopilant Confused smileyens Hilarant. Synonyme drôle
désuet: Sens Archaïque, démodé, dépassé. Synonyme caduc

Pour dire ce genre de choses il faut vraiment être allergique à l'islam Grinning smiley

Tu sais,il y a des doctorats dans les sciences religieuse et pourtant ils sont d'accord avec la charia qui est appliqué dans les lieux saints ( je parle sur les règles qui régissent les musulmans et non les actions politiques de leurs gouverneurs ), donc je ne comprend pas comment peux tu les traiter comme caduc, en parlant de règles ..
b
11 décembre 2012 20:16
Citation
Unesuggestion a écrit:
La réponse est presque dans la question:

Dans une Démocratie, c'est la majorité qui décide des lois:
Si la majorité est musulmane, les lois sont forcément inspirées par la religion musulmane.

Si les lois sont votées par une majorité musulmane, pourquoi faut-il la Charia ?

C'est très clair: La Charia est la loi des Salafiste et les Salafistes veulent imposer leur loi aux Musulmans. C.Q.F.D

Même si un pays est 100% musulman, les Salafistes tenteront ... d'imposer l'Islam aux Musulmans ptdr

Ça montre quel mépris ils ont pour la majorité des Musulmans, ceux qui ne font pas partie de leur secte d'attardés illettrés.

Sauf erreur, les Musulmans sont inspirés directement par Dieu et n'ont pas besoin du clergé salafiste pour leur dire comment ils doivent croire.

Il me semble que c'est mieux d'être inspiré par Dieu que de recevoir des ordres de salafistes qui savent à peine lire, quand ils savent lire, et ne comprennent de toute manière pas les textes qu'ils lisent.

Qu'en pense les Yabies qui réfléchissent par eux-mêmes ?

Les Yabis qui réfléchissent par eux-même, pensent que tu n'as pas à leur dire ce qu'ils doivent penser, même si tu les prend pour des "billes" en les flattant, et en leur vantant les vertus d'une pensée autonome ...

Zorro est arrivé ... sans se presser, le grand Zhéro sur son cheval de Troie ...
Un éternel imbu de sa personne, donneur de leçons, édictant ce que devrait faire l'autre. Un intrant qui ne connait de l'autre, rien d'autre que les stéréotypes péjoratifs veut nous éclairer sur notre nature, notre héritage collectif culturel et religieux ...

La Charia signifie la Loi, le Mouchari3, le législateur, la source des Lois étant le Qor'an dans un pays musulman.
Inutile de tenter de semer la zizanie entre musulmans, de dresser les uns contre les autres pour qu'ils s'entretuent (tout bénéfice : toujours des musulmans en moins qu'ils soient d'un bord ou de l'autre).
Si les uns s'arrêtent aux dissemblances, d'autres relèvent les ressemblances, salafistes, musulmans du milieu, "modérés", musulmans de service bon chic bon genre ont un dénominateur commun : l'Islam.
Si les uns s'en tiennent à une lecture littérale, d'autres sont là pour leur rappeler le Rappel ...
Le bilinguisme, la "modernité" ne changent pas les identités - cas des résistants à la colonisation - il y a des invariants fondamentaux, une forme de société ou l'esprit de solidarité, de la famille, du fait religieux social qui vont à l'encontre de l'individualisme effréné ...
Une société où prévaut encore le "Nous" sur le "Je".

Les grands salafistes étaient des sommités érudites religieuses se recommandant de la lignée des compagnons du Prophète s.a.s., ce qui ne veut ni dire extrémistes, ni "modérés".
Quand aux salafiiiistes, s'ils sont peu représentatifs numériquement, ils sont cependant porteurs d'une "mémoire" collective héritée, de pratiques, qui étaient en usage avant la colonisation matérielle, culturelle et spirituelle.
Les termes modéré, salafiiiste sont relatifs à un référentiel et la jauge islamophobe n'est pas une échelle de mesure certifiée par le bureau des poids et mesures de Sèvres, ni par le Système International ...

Restent les groupuscules 'takfiri" ou "excommunicateurs", prétendus salafistes, à la solde d'intrants, qui ne peuvent être considérés comme musulmans, vu qu'un musulman lambda ne peut "excommunier" quelqu'un qui a témoigné ( exprimé la Chahada), réputé musulman par ce seul acte, et cela parce que tout simplement Dieu s.w.t est Seul Savant du secret des poitrines où des âmes.

Ce qui est révélateur c'est que ceux qui prônent, soit-disant, la défense des libertés sont finalement de grands intolérants.



Modifié 4 fois. Dernière modification le 11/12/12 20:28 par blagueur l.
S
11 décembre 2012 20:37
Citation
Unesuggestion a écrit:
Citation
Skaldonan a écrit:
La Charia n'est pas un ensemble clair de règles codifiées. Il s'agit davantage d'un ensemble fluctuant, controversé parmi les musulmans eux-mêmes. Le véritable problème consisterait en l'interprétation et l'utilisation qui sera faites des principes dégagés de la source principale de législation.

Il y a effectivement des risques de dérives comme celui du danger d'une surenchère du religieux ainsi que son utilisation par les politiques pour tenter d’imposer par la loi des mesures par exemple, contre l’apostasie, l’égalité entre hommes et femmes, la censure, etc.

Une autre interprétation pourrait néanmoins n'avoir aucun impact négatif (ou salafiste si tu vois les choses comme cela) dans la mesure où la construction juridique positive peut, en effet, être validée par sa non-contradiction avec la loi islamique mais avec une interprétation évolutive de ses dispositions.
...

Ce que tu écris est très sensé.

J'ai mis "Salafiste", car ce sont eux qui prennent pour référence ultime la Charia (et tout un tas de règles aussi désopilantes les unes que les autres) telle qu'ils l'imaginent dans un passé fantasmé.
Le mot a l'avantage d'être clair et compris par tous ceux qui ne font pas semblant de le pas comprendre.

Le plus grand danger n'est pas spécifiquement dans un ensemble de règles désuètes, mais dans leur potentiel dévastateur lorsqu'elles sont interprétées par des ignorants.
C'est comme pour la police et les prisons: Il en faut assez, mais pas trop, car une éventuelle dictature (aucun pays n'est à l'abri) pourrait mésuser de cette infrastructure.

Quand on constate à quel point les Salafistes sont obtus, la pire chose à faire est de leur mettre dans les griffes des textes qu'ils seront incapables d'interpréter (mais qu'ils vont interpréter quand même, comme dans des sketchs d’Éric et Ramzy).

J'aimerais comprendre ta réflexion s'il te plaît. Tu pourrais m'expliquer ce que tu entends par "salafiste" et à quoi te réfères-tu quand tu parles de "règles désopilantes", "règles désuètes"?
Et si tu es musulman, en quoi l'édiction de règles et principes religieux te gênerait-elle?
Merci,
S
11 décembre 2012 21:11
Citation
moh-b a écrit:

Salam aleyki ma soeur,

Je suis pas d'accord avec plusieurs points que tu as soulevé, dis moi ce que tu en penses.

"Il s'agit davantage d'un ensemble fluctuant, controversé parmi les musulmans eux-mêmes."
D'abord, je suis pas d'accord avec ta conception de la charia. La charia est figée dans les textes (Coran et ahadith), ce que tu sembles mettre dans l'appellation charia relève plutot du fiqh (qu'il faut absolument distinguer charia et fiqh).
La charia ne souffre pas de défaut et ne peut faire l'objet d'une évolution, c'est sur le plan du fiqh que la charia est "modulable" à l'époque.


"la construction juridique positive peut, en effet, être validée par sa non-contradiction avec la loi islamique"
C'est vrai mais incomplet. A mon sens l'Islam est un système complet en tout point meme sur le plan juridique. L'Islam connait une constitution, des lois pénales, civiles, fiscales...
Dans l'absolu, je suis pas opposé au principe de non contradiction, mais il ne doit s'appliquer que temporairement et provisoirement. En aucun cas il ne peut etre une fin en lui meme.


"La Charia comme principe à valeur constitutionnelle peut donc n'avoir qu'une portée symbolique."
Je suis absolument pas d'accord, pourquoi une simple portée symbolique et non sa réelle portée?
Réduire la charia a une simple symbolique, ne serait ce que sur le plan constitutionnel est non conforme avec le système islamique dans son entièreté.


"D'ailleurs, le mouvement féministe égyptien choisit de plus en plus de se placer lui aussi dans le champ du religieux pour légitimer ses revendications de la modernisation de la condition féminine".
Je suis absolument d'accord sur ce point. C'est amusant de voir a quel point l'ignorance peut amener les ignorants à spéculer sur la charia. Si la femme est dans une situation aussi pitoyable dans les pays musulmans, c'est bien parce que les lois actuelles (au sens large avec les coutumes...) n'ont rien d'islamique.
L'inapplication de la charia est un tort manifeste pour la condition féminine, et tous ceux qui ont un minimum de connaissances islamiques savent bien a quel point l'islam est venu apporter un cadre juridique protecteur pour la femme.

Dis moi ce que tu en penses Smiling Smiley


Salam aleyka akhi,

Je vais tenter de te répondre en espérant ne rien oublier...

"D'abord, je suis pas d'accord avec ta conception de la charia. La charia est figée dans les textes (Coran et ahadith), ce que tu sembles mettre dans l'appellation charia relève plutot du fiqh (qu'il faut absolument distinguer charia et fiqh). La charia ne souffre pas de défaut et ne peut faire l'objet d'une évolution, c'est sur le plan du fiqh que la charia est "modulable" à l'époque."

Je suis d'accord avec toi dans le principe car effectivement il faut distinguer la "charia" du "fiqh". Toutefois, juridiquement parlant (et ce, dans le cadre strictement juridique), le mot Charia en tant que loi islamique se définit comme l'ensemble des interprétations juridiques et éthiques, souvent divergentes, qu'au cours des siècles les théologiens ont données (et continuent de donner) du Coran et la Sunna. C'est dans ce sens là que j'évoquais le caractère controversé et fluctuant de l'ensemble.

"C'est vrai mais incomplet. A mon sens l'Islam est un système complet en tout point meme sur le plan juridique. L'Islam connait une constitution, des lois pénales, civiles, fiscales...
Dans l'absolu, je suis pas opposé au principe de non contradiction, mais il ne doit s'appliquer que temporairement et provisoirement. En aucun cas il ne peut etre une fin en lui meme."


Encore une fois, je suis d'accord avec toi sur le fond. Les Ecritures saintes islamiques (Coran et Sunna) arbore un système complet puisqu'elle sont l'oeuvre du Parfait swt. Néanmoins, on observe que certains Etats arabes, n'intègrent dans leurs constitutions que certaines règles émanant de la Charia. Prenons l'exemple de la nouvelle constitution marocaine, il n'y a pas de référence explicite à la Charia, néanmoins, il est précisé qu'il est interdit d'adopter une loi contraire aux principes fixes de l'Islam. Dans ce cas là, la loi islamique inspire, en tant que source, la loi positive mais elle ne la domine pas. Il y a donc des degrés d'adaptation de la Charia en droit positif en fonction de la place que lui réserve la constitution.

"Je suis absolument pas d'accord, pourquoi une simple portée symbolique et non sa réelle portée?
Réduire la charia a une simple symbolique, ne serait ce que sur le plan constitutionnel est non conforme avec le système islamique dans son entièreté."


Quand je disais que la Charia, comme principe à valeur constitutionnelle, peut n'avoir qu'une portée symbolique, c'est parce que c'est une réalité. Je parle ainsi de faits eu égard aux textes constitutionnels arabes. On constate que peu de constitutions font de la loi islamique la source "unique" ou "exclusive", du droit étatique (excepté la Mauritanie, le Yémen, Oman). Pour le reste des Etats, la Charia est une source plus ou moins reconnue et appliquée.

Smiling Smiley Qu'en penses-tu?



Modifié 1 fois. Dernière modification le 11/12/12 23:25 par Skaldonan.
11 décembre 2012 21:13
Citation
rachedi a écrit:
la charia sont de grandes lois de dieu et expliqué par son messager (s)

la charia na rien a voire avec dieu
ces un skyzo a sont reveil qui dit il faut coupe la tete a ce mec ou a cette femme
S
11 décembre 2012 22:23
Citation
charles1 a écrit:
Citation
rachedi a écrit:
la charia sont de grandes lois de dieu et expliqué par son messager (s)

la charia na rien a voire avec dieu
ces un skyzo a sont reveil qui dit il faut coupe la tete a ce mec ou a cette femme

Ecoute, vas t'instruire un peu et reviens quand tu auras vidé ta haine...
U
11 décembre 2012 22:25
Citation
Skaldonan a écrit:
J'aimerais comprendre ta réflexion s'il te plaît. Tu pourrais m'expliquer ce que tu entends par "salafiste" et à quoi te réfères-tu quand tu parles de "règles désopilantes", "règles désuètes"?
Et si tu es musulman, en quoi l'édiction de règles et principes religieux te gênerait-elle?
Merci,

D'abord, j'ai écrit que ce que tu écris est très sensé. Avoir lu ton message ci-avant confirme mon opinion.

Concernant tes questions:
Salafiste= Fondamentaliste=Quelqu'un qui veut revenir au fondement de sa religion, faire comme il croit qu'on faisait à l'époque où sa religion était pure, parfaite, singer les coutumes de cette époque. La vision et la pensée des fondamentaliste sont intrinsèquement obtuses, car ignorant volontairement la réalité.
Le Salafiste est une version musulmane du fondamentalisme, pathologiquement braqué sur les faits et gestes des compagnons du Prophète des Musulmans.
Les fondamentalistes sont souvent de doux dingues, mais ils sont très dangereux lorsqu'ils veulent imposer leurs vues sectaires.
As-tu déjà entendu parler du "Syndrome de Jérusalem" ?

Désopilant = amusant, voire clownesque, comme cette histoire de moustache et de pantalons 3/4 etc

La première fois qu'un copain musulman m'a décrit (de manière fort amusante) les règles que lui expliquait son cousin salafiste, ça m'a franchement fait marrer.
Soit dit en passant, ce cousin était très bien, avant, Nous nous entendions très bien.
Maintenant, il a violé l'hospitalité de la maison de son père et son père l'a chassé.

Désuet = Vieux, passé de mode, dépassé, caduc. Qui date d'une époque révolue, une époque où on ne disposait pas encore des connaissance actuelles, techniques et scientifiques.
Les jupons de mon arrière-grand-mère sont désuets, de même que la plume d'oie, la crinoline et les souliers à semelle de bois.


L'écrasante majorité des Musulmans sait faire la différence entre les connaissances actuelles et la situation des sociétés archaïques.

Comme je l'ai écrit en ouvrant ce sujet, je suis intéressé à connaitre l'avis des Yabies qui réfléchissent par eux-mêmes ?
(= pas ceux qui font des copiés-collés ou ne font que décrire des dogmes. )


Il me semble que tu es parfaitement dans le sujet et ne te laisses pas perturber par le classique bruit de fonds qui cherche à pourrir chaque sujet.
Quand l'être humain montre la Lune, Bôfbôfbôf le chien regarde le doigt. Les chiens aboient, la caravane passe. ***********************************************************************
S
11 décembre 2012 22:38
Citation
Nail2009 a écrit:

Regardez comment celui là traite votre religion et comment il catégorisent les lois de Dieu : je vous laisse reprendre les phrases avec leurs synonymes que j'ai pris le soin de chercher la définition :
désopilant Confused smileyens Hilarant. Synonyme drôle
désuet: Sens Archaïque, démodé, dépassé. Synonyme caduc

Pour dire ce genre de choses il faut vraiment être allergique à l'islam Grinning smiley

Tu sais,il y a des doctorats dans les sciences religieuse et pourtant ils sont d'accord avec la charia qui est appliqué dans les lieux saints ( je parle sur les règles qui régissent les musulmans et non les actions politiques de leurs gouverneurs ), donc je ne comprend pas comment peux tu les traiter comme caduc, en parlant de règles ..

Salam,
Je suis entièrement d'accord avec toi. Et justement, voilà toute la différence. La loi divine ne se discute pas. Le problème vient des interférences politiques manoeuvrées par les dirigeants, gouverneurs...etc...qui ainsi dénaturent parfois l'essence même de notre religion.
U
11 décembre 2012 22:58
Il semble qu'un point n'a pas été clair:
Les qualificatifs de "désuet" et "désopilant" s'appliquent aux coutumes sectaires salafistes.

Ces qualificatifs ne s'appliquent pas à la quasi-totalité des Musulmans.

Bien évidement, ces qualificatifs ne concernent pas la religion.
Quand l'être humain montre la Lune, Bôfbôfbôf le chien regarde le doigt. Les chiens aboient, la caravane passe. ***********************************************************************
b
11 décembre 2012 23:05
Citation
Unesuggestion a écrit:
Citation
Skaldonan a écrit:
J'aimerais comprendre ta réflexion s'il te plaît. Tu pourrais m'expliquer ce que tu entends par "salafiste" et à quoi te réfères-tu quand tu parles de "règles désopilantes", "règles désuètes"?
Et si tu es musulman, en quoi l'édiction de règles et principes religieux te gênerait-elle?
Merci,

D'abord, j'ai écrit que ce que tu écris est très sensé. Avoir lu ton message ci-avant confirme mon opinion.

Concernant tes questions:
Salafiste= Fondamentaliste=Quelqu'un qui veut revenir au fondement de sa religion, faire comme il croit qu'on faisait à l'époque où sa religion était pure, parfaite, singer les coutumes de cette époque. La vision et la pensée des fondamentaliste sont intrinsèquement obtuses, car ignorant volontairement la réalité.
Le Salafiste est une version musulmane du fondamentalisme, pathologiquement braqué sur les faits et gestes des compagnons du Prophète des Musulmans.
Les fondamentalistes sont souvent de doux dingues, mais ils sont très dangereux lorsqu'ils veulent imposer leurs vues sectaires.
As-tu déjà entendu parler du "Syndrome de Jérusalem" ?

Désopilant = amusant, voire clownesque, comme cette histoire de moustache et de pantalons 3/4 etc

La première fois qu'un copain musulman m'a décrit (de manière fort amusante) les règles que lui expliquait son cousin salafiste, ça m'a franchement fait marrer.
Soit dit en passant, ce cousin était très bien, avant, Nous nous entendions très bien.
Maintenant, il a violé l'hospitalité de la maison de son père et son père l'a chassé.

Désuet = Vieux, passé de mode, dépassé, caduc. Qui date d'une époque révolue, une époque où on ne disposait pas encore des connaissance actuelles, techniques et scientifiques.
Les jupons de mon arrière-grand-mère sont désuets, de même que la plume d'oie, la crinoline et les souliers à semelle de bois.


L'écrasante majorité des Musulmans sait faire la différence entre les connaissances actuelles et la situation des sociétés archaïques.

Comme je l'ai écrit en ouvrant ce sujet, je suis intéressé à connaitre l'avis des Yabies qui réfléchissent par eux-mêmes ?
(= pas ceux qui font des copiés-collés ou ne font que décrire des dogmes. )


Il me semble que tu es parfaitement dans le sujet et ne te laisses pas perturber par le classique bruit de fonds qui cherche à pourrir chaque sujet.

C'est le sujet qui est pourri par son essence et son origine ...
Deux acolytes institutionnels, des 'intrants" en ingérence désinformatrice; pas appréciés du tout, générateurs de répulsion voir de haine ...
U
11 décembre 2012 23:08
Citation
blagueur l a écrit:
C'est le sujet qui est pourri par son essence et son origine ...
Deux acolytes institutionnels, des 'intrants" en ingérence désinformatrice; pas appréciés du tout, générateurs de répulsion voir de haine ...

En français, ça donne quoi ?
Quand l'être humain montre la Lune, Bôfbôfbôf le chien regarde le doigt. Les chiens aboient, la caravane passe. ***********************************************************************
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
Facebook