Menu
Connexion Yabiladies Islam Radio Forum News
Pour ceux qui sont dans l’attente
L
2 octobre 2021 18:02
Salam a tous,

Jolie texte que je partage et qui n’est pas de moi.
Comment vivez vous l’attente? Personnellement je le vis très mal, chaque jour est difficile, chaque jour est un fardeau. En espérant que la délivrance soit à la hauteur de la souffrance.
QuAllah vous facilite.

« Mes frères et sœurs de foi...

Attendre fait partie de notre Foi. Nous sommes tous dans l'Attente de quelque chose qui doit venir, que l'on espère et pour laquelle nous invoquons Allah. Et en attendant, l'Attente d'être exaucé est une remarquable Adoration.

Qu'elle soit plaisante ou déplaisante, longue ou courte, supportable ou insoutenable, l'Attente nous laisse suspendus, elle est un manque à combler, une épreuve qui exige la patience, une preuve de notre impuissance et un rappel de notre dépendance envers les décrets de Dieu, car certes, les Décisions d'Allah ne manqueront jamais de nous toucher.

Certains attendent le diagnostique d'un médecin, d'autres de pouvoir épouser l'être aimé, d'autres encore attendent de recevoir le verdict d'un jury, de recevoir une information cruciale ou un traitement, de guérir de ses souffrances, de s'affranchir de ses fardeaux, de pouvoir agir, de rester immobile ou de s'en aller...

Devoir attendre, c'est accepter d'être soumis au Destin lorsqu'il s'apprête à trancher, quand il est appréhendé ou quand il se fait désirer...

Attendre engage l'humilité et place le coeur dans le languissement ou l'expectative, dans l'envie ardente d'être répondu ou d'être libéré.

Attendre est une excitation ou un supplice, l'Attente est ambivalente.

Depuis notre naissance, nous sommes confrontés à elle, bon gré mal gré : le bébé qui attend d'être nourri, pleure et crie ; l'adolescent qui convoite un présent attend qu'on daigne lui faire ce plaisir en tapant du pied ; le jeune adulte qui se projette dans l'avenir attend de voir quelles occasions lui seront enfin offertes et ouvertes dans la vie ; l'homme et la femme qui sont dans la difficulté travaillent en attendant de voir la lumière au bout du tunnel ; les époux attendent d'avoir des enfants ; les enfants attendent d'être grands ; les grands attendent de voir leurs efforts porter fruits ; et les personnes âgées attendent de se sentir mieux quand , dans la fatigue accumulée avec le temps et les événements, cette miséricorde de Dieu pour eux se produit.

Il n'est aucune créature dans le monde qui n'attende pas quelque chose de précis à un moment donné, plusieurs fois dans une seule et même journée, dans la semaine, dans le mois ou l'année... Durant l'existence entière, pour tout dire, régulièrement ou de manière répétée...

L'Attente est omniprésente, Allah nous l'a prescrite à chaque âge et à chaque instant. Ce sera vrai jusqu'à la fin de notre séjour ici-bas.

Et c'est faux que certaines personnes n'attendent plus rien. C'est impossible. À tout le moins, nous sommes tous dans l'Attente de notre retour vers Dieu !

L'Attente est notre héritage commun, peu importe ce qui peut nous rendre différents. Le Coran en parle souvent :

- Et attendez (la conséquence de vos actes) ! Moi aussi j'attends avec vous ! (11/93)

- Attendez qu'Allah fasse venir Son ordre (9/24)

- Attendez donc ; je serai avec vous parmi ceux qui attendent (10/102).

- Etc.

Parce qu'Allah a voulu nous enseigner une Vérité éternelle derrière l'Attente inhérente à notre nature :

Par l'Attente, Allah a voulu nous rappeler que la Richesse et le Pouvoir Absolus n'appartiennent qu'à LUI SEUL, Al-Ghany, Al-'Aziz, Al-Qadir, Al-Moqtadir.

L'Attente qui nous caractérise montre que Lui Seul se Suffit, que Lui Seul n'a jamais besoin de rien ni personne..., contrairement à nous qui ne sommes que de simples créatures, pauvres et limitées, sans cesse dans la soif, dans la faim de recevoir !

Il faut en être conscient pour mieux accepter l'Attente, pour mieux l'endurer si son issue est malheureuse et pour mieux l'apprécier si elle débouche sur une délivrance.

Dans tous les cas, l'Attente, qu'elle nous sépare ou nous rassasie de ce bas-monde, nous garde constamment liés au Souvenir de Dieu.

Dieu qui Seul peut faire cesser l'Attente et en régler les tenants, les aboutissants par Ses Réponses à nos demandes, Lui le Pourvoyeur, le Connaisseur des Mystères et le Bien-Informé.

Attendre est toujours mieux vécu, toutes circonstances confondues, quand on se souvient que c'est effectivement d'abord une Adoration vouée exclusivement à Allah, quand on se rappelle que c'est par Sa Volonté Sage que nous parviennent les choses ou non, et quand on n'oublie pas que la manière de jouir d'un destin ou d'en souffrir n'est qu'un test de Sa Part pour étudier nos caractères, nos actions et nos réactions.

C'est aussi notre façon d'attendre qui déterminera notre façon d'être jugés dans l'Au-Delà.

Qu'Allah nous guide bien, nous assiste afin que nous sachions toujours accepter Ses Décrets en totale soumission confiante envers Sa Majesté.

(De Votre Soeur Fatima qui vous aime en ALLAH).
2 octobre 2021 18:13
Salam

Très Inspirée ! Bravo. Oui Peut-Être, Avons-Nous Tous La Même Perception Que Le Destin, Nous Impose . Le “Souci’ Est Que Nous N’Acceptons Pas , Les Caprices Du Destin. Puisque On Le Nomme Ainsi. Peut-être Aussi, Sommes-nous Un Peu Peut-être Beaucoup : Pressé. Où Seulement Que Nous Manquons De Patience??? Merci
Citation
Liliy20 a écrit:
Salam a tous,

Jolie texte que je partage et qui n’est pas de moi.
Comment vivez vous l’attente? Personnellement je le vis très mal, chaque jour est difficile, chaque jour est un fardeau. En espérant que la délivrance soit à la hauteur de la souffrance.
QuAllah vous facilite.

« Mes frères et sœurs de foi...

Attendre fait partie de notre Foi. Nous sommes tous dans l'Attente de quelque chose qui doit venir, que l'on espère et pour laquelle nous invoquons Allah. Et en attendant, l'Attente d'être exaucé est une remarquable Adoration.

Qu'elle soit plaisante ou déplaisante, longue ou courte, supportable ou insoutenable, l'Attente nous laisse suspendus, elle est un manque à combler, une épreuve qui exige la patience, une preuve de notre impuissance et un rappel de notre dépendance envers les décrets de Dieu, car certes, les Décisions d'Allah ne manqueront jamais de nous toucher.

Certains attendent le diagnostique d'un médecin, d'autres de pouvoir épouser l'être aimé, d'autres encore attendent de recevoir le verdict d'un jury, de recevoir une information cruciale ou un traitement, de guérir de ses souffrances, de s'affranchir de ses fardeaux, de pouvoir agir, de rester immobile ou de s'en aller...

Devoir attendre, c'est accepter d'être soumis au Destin lorsqu'il s'apprête à trancher, quand il est appréhendé ou quand il se fait désirer...

Attendre engage l'humilité et place le coeur dans le languissement ou l'expectative, dans l'envie ardente d'être répondu ou d'être libéré.

Attendre est une excitation ou un supplice, l'Attente est ambivalente.

Depuis notre naissance, nous sommes confrontés à elle, bon gré mal gré : le bébé qui attend d'être nourri, pleure et crie ; l'adolescent qui convoite un présent attend qu'on daigne lui faire ce plaisir en tapant du pied ; le jeune adulte qui se projette dans l'avenir attend de voir quelles occasions lui seront enfin offertes et ouvertes dans la vie ; l'homme et la femme qui sont dans la difficulté travaillent en attendant de voir la lumière au bout du tunnel ; les époux attendent d'avoir des enfants ; les enfants attendent d'être grands ; les grands attendent de voir leurs efforts porter fruits ; et les personnes âgées attendent de se sentir mieux quand , dans la fatigue accumulée avec le temps et les événements, cette miséricorde de Dieu pour eux se produit.

Il n'est aucune créature dans le monde qui n'attende pas quelque chose de précis à un moment donné, plusieurs fois dans une seule et même journée, dans la semaine, dans le mois ou l'année... Durant l'existence entière, pour tout dire, régulièrement ou de manière répétée...

L'Attente est omniprésente, Allah nous l'a prescrite à chaque âge et à chaque instant. Ce sera vrai jusqu'à la fin de notre séjour ici-bas.

Et c'est faux que certaines personnes n'attendent plus rien. C'est impossible. À tout le moins, nous sommes tous dans l'Attente de notre retour vers Dieu !

L'Attente est notre héritage commun, peu importe ce qui peut nous rendre différents. Le Coran en parle souvent :

- Et attendez (la conséquence de vos actes) ! Moi aussi j'attends avec vous ! (11/93)

- Attendez qu'Allah fasse venir Son ordre (9/24)

- Attendez donc ; je serai avec vous parmi ceux qui attendent (10/102).

- Etc.

Parce qu'Allah a voulu nous enseigner une Vérité éternelle derrière l'Attente inhérente à notre nature :

Par l'Attente, Allah a voulu nous rappeler que la Richesse et le Pouvoir Absolus n'appartiennent qu'à LUI SEUL, Al-Ghany, Al-'Aziz, Al-Qadir, Al-Moqtadir.

L'Attente qui nous caractérise montre que Lui Seul se Suffit, que Lui Seul n'a jamais besoin de rien ni personne..., contrairement à nous qui ne sommes que de simples créatures, pauvres et limitées, sans cesse dans la soif, dans la faim de recevoir !

Il faut en être conscient pour mieux accepter l'Attente, pour mieux l'endurer si son issue est malheureuse et pour mieux l'apprécier si elle débouche sur une délivrance.

Dans tous les cas, l'Attente, qu'elle nous sépare ou nous rassasie de ce bas-monde, nous garde constamment liés au Souvenir de Dieu.

Dieu qui Seul peut faire cesser l'Attente et en régler les tenants, les aboutissants par Ses Réponses à nos demandes, Lui le Pourvoyeur, le Connaisseur des Mystères et le Bien-Informé.

Attendre est toujours mieux vécu, toutes circonstances confondues, quand on se souvient que c'est effectivement d'abord une Adoration vouée exclusivement à Allah, quand on se rappelle que c'est par Sa Volonté Sage que nous parviennent les choses ou non, et quand on n'oublie pas que la manière de jouir d'un destin ou d'en souffrir n'est qu'un test de Sa Part pour étudier nos caractères, nos actions et nos réactions.

C'est aussi notre façon d'attendre qui déterminera notre façon d'être jugés dans l'Au-Delà.

Qu'Allah nous guide bien, nous assiste afin que nous sachions toujours accepter Ses Décrets en totale soumission confiante envers Sa Majesté.

(De Votre Soeur Fatima qui vous aime en ALLAH).
L
2 octobre 2021 19:09
Totalement.
Accepter le destin fait parte de la foi et quand on n’est mécontent du décret c’est que notre foi n’est pas complète.
C’est un gros travail à faire sur soi.
QuAllah soit satisfait de nous et qu’Il nous aide à accepter les durs instants de nos destins.
Amine
Citation
baliygh75 a écrit:
Salam

Très Inspirée ! Bravo. Oui Peut-Être, Avons-Nous Tous La Même Perception Que Le Destin, Nous Impose . Le “Souci’ Est Que Nous N’Acceptons Pas , Les Caprices Du Destin. Puisque On Le Nomme Ainsi. Peut-être Aussi, Sommes-nous Un Peu Peut-être Beaucoup : Pressé. Où Seulement Que Nous Manquons De Patience??? Merci
 
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
Facebook