Menu
Connexion Yabiladies Islam Radio Forum News
Pesticides et métaux lourds présents dans le thé au Maroc
15 mars 2019 20:49

Le thé est l'une des boissons les plus populaires au Maroc. Un article de 60 millions de consommateurs, fin 2017, avait révélé que de nombreux sachets de thé commercialisés en France contiennent des résidus de pesticides, de métaux et de toxines potentiellement cancérogènes : L’enquête avait montré que tous les thés analysés (26 marques de thé) contenaient, des pesticides, jusqu’à 17, y compris les thés bio. Des résidus de métaux, dont plusieurs reconnus comme nocifs pour la santé, étaient également présents tels l'arsenic, le cadmium, le mercure …ou le plomb. La situation ne peut être qu’identique ou pire au Maroc puisque nous avons à peu près les mêmes circuits d’approvisionnement et que les pays exportateurs prennent certainement moins de précautions avec nous qu’avec les pays européens où les règles et les contrôles sont plus stricts ! Etant de très gros consommateurs tous les jours et pendant des années, il y a de quoi s’inquiéter de ces contaminations répétées et « chroniques ».

Le rein en première ligne pour absorber les contaminants
Profitons de la journée mondiale du rein, le 14 mars pour élargir le débat à tous ces nombreux autres produits qui peuplent notre vie quotidienne : l’eau, l’air, la nourriture, le sol, le milieu de travail sont autant de milieux d’exposition à des contaminants chimiques et microbiologiques ainsi qu’à des agents physiques qui constituent potentiellement un danger pour notre santé en perturbant le fonctionnement normal de l’organisme, et le rein au premier plan puisqu’il filtre tout ce que nous absorbons.
La plupart de ces produits font l’objet de réglementations s’appuyant sur le principe de la quantité de substance que l’organisme peut recevoir sans risque : une dose journalière admissible (DJA) est ainsi déterminée pour chaque substance autorisée dans l’alimentation et que l’on peut ingérer quotidiennement pendant toute une vie sans risque ; une dose journalière tolérée (DJT) est calculée aussi pour les produits interdits dans l’alimentation.
Des règles peu respectées
Si ces règles sont bien connues dans les pays européens (même si elles sont loin d’être toujours respectées !), elles relèvent encore souvent du « vœu pieux » au Maghreb ou en Afrique Noire (les règles existent mais peu connues et sans les moyens nécessaires à leur bonnes applications), alors que nombre de substances sont maintenant clairement incriminées à certaines doses dans le développement des cancers, des maladies auto-immunes, endocriniennes… et évidemment rénales. Il existe en plus un effet « cocktail » à long terme que l’on mesure encore mal, résultant de l’exposition conjuguée à l’ensemble de ces produits, et plus particulièrement pour les personnes sensibles et fragiles (enfants, femmes enceintes, personnes âgées ou immunodéprimées…).
Les métaux lourds
Un des problèmes les plus graves est celui justement des métaux lourds (aluminium, arsenic, mercure, cadmium, plomb, thallium…), présents naturellement dans le sol mais aussi utilisés dans l’industrie. Certains d'entre eux, comme le cuivre et le zinc, sont nécessaires au fonctionnement de notre organisme, à condition qu'ils soient absorbés en petite quantité. Le problème réside donc dans la dose absorbée et dans leurs utilisations massives dans l'industrie et l’agriculture. De plus, ils sont présents aussi dans des engrais et dans les boues d'épuration, provenant du traitement des eaux usées, utilisées aussi comme engrais.
Les métaux lourds (comme le plomb), ont longtemps été également employés dans des peintures, l'essence, les canalisations d'eau potable. On continue au Maroc à utiliser des poudres de plomb dans le vernissage des poteries et plats à tagine ou de certains extraits (souvent artisanaux) de henné (mis aussi sur le marché en France)…
Le recyclage des produits (piles au cadmium, métaux rares des appareils électroniques…) est aussi largement encore défaillant au Maroc d’autant plus que subsistent de nombreuse décharges sauvages. A ce propos, une journée mondiale du recyclage, le 18 mars, a été « lancée » depuis plus de 10 ans. Même si on peut ironise sur la multiplication de ce genre de jours dédiés à une cause, celle-ci a le mérite d’éveiller et sensibiliser la population des pays intermédiaires à l’importance du recyclage et du tri des déchets.
In fine, toutes ces substances se retrouvent dans l’alimentation et nos assiettes (en particulier dans les poissons comme le thon…).
POUR EN SAVOIR PLUS SUR LES DOMMAGES CAUSES PAR LESPRODUITS POLLUANTS SUR LES REINS :
[www.agoravox.fr]
U
15 mars 2019 20:51
Merci bcp pour ton partage et sensibilisation

Citation
MOUSSAYER a écrit:

Le thé est l'une des boissons les plus populaires au Maroc. Un article de 60 millions de consommateurs, fin 2017, avait révélé que de nombreux sachets de thé commercialisés en France contiennent des résidus de pesticides, de métaux et de toxines potentiellement cancérogènes : L’enquête avait montré que tous les thés analysés (26 marques de thé) contenaient, des pesticides, jusqu’à 17, y compris les thés bio. Des résidus de métaux, dont plusieurs reconnus comme nocifs pour la santé, étaient également présents tels l'arsenic, le cadmium, le mercure …ou le plomb. La situation ne peut être qu’identique ou pire au Maroc puisque nous avons à peu près les mêmes circuits d’approvisionnement et que les pays exportateurs prennent certainement moins de précautions avec nous qu’avec les pays européens où les règles et les contrôles sont plus stricts ! Etant de très gros consommateurs tous les jours et pendant des années, il y a de quoi s’inquiéter de ces contaminations répétées et « chroniques ».

Le rein en première ligne pour absorber les contaminants
Profitons de la journée mondiale du rein, le 14 mars pour élargir le débat à tous ces nombreux autres produits qui peuplent notre vie quotidienne : l’eau, l’air, la nourriture, le sol, le milieu de travail sont autant de milieux d’exposition à des contaminants chimiques et microbiologiques ainsi qu’à des agents physiques qui constituent potentiellement un danger pour notre santé en perturbant le fonctionnement normal de l’organisme, et le rein au premier plan puisqu’il filtre tout ce que nous absorbons.
La plupart de ces produits font l’objet de réglementations s’appuyant sur le principe de la quantité de substance que l’organisme peut recevoir sans risque : une dose journalière admissible (DJA) est ainsi déterminée pour chaque substance autorisée dans l’alimentation et que l’on peut ingérer quotidiennement pendant toute une vie sans risque ; une dose journalière tolérée (DJT) est calculée aussi pour les produits interdits dans l’alimentation.
Des règles peu respectées
Si ces règles sont bien connues dans les pays européens (même si elles sont loin d’être toujours respectées !), elles relèvent encore souvent du « vœu pieux » au Maghreb ou en Afrique Noire (les règles existent mais peu connues et sans les moyens nécessaires à leur bonnes applications), alors que nombre de substances sont maintenant clairement incriminées à certaines doses dans le développement des cancers, des maladies auto-immunes, endocriniennes… et évidemment rénales. Il existe en plus un effet « cocktail » à long terme que l’on mesure encore mal, résultant de l’exposition conjuguée à l’ensemble de ces produits, et plus particulièrement pour les personnes sensibles et fragiles (enfants, femmes enceintes, personnes âgées ou immunodéprimées…).
Les métaux lourds
Un des problèmes les plus graves est celui justement des métaux lourds (aluminium, arsenic, mercure, cadmium, plomb, thallium…), présents naturellement dans le sol mais aussi utilisés dans l’industrie. Certains d'entre eux, comme le cuivre et le zinc, sont nécessaires au fonctionnement de notre organisme, à condition qu'ils soient absorbés en petite quantité. Le problème réside donc dans la dose absorbée et dans leurs utilisations massives dans l'industrie et l’agriculture. De plus, ils sont présents aussi dans des engrais et dans les boues d'épuration, provenant du traitement des eaux usées, utilisées aussi comme engrais.
Les métaux lourds (comme le plomb), ont longtemps été également employés dans des peintures, l'essence, les canalisations d'eau potable. On continue au Maroc à utiliser des poudres de plomb dans le vernissage des poteries et plats à tagine ou de certains extraits (souvent artisanaux) de henné (mis aussi sur le marché en France)…
Le recyclage des produits (piles au cadmium, métaux rares des appareils électroniques…) est aussi largement encore défaillant au Maroc d’autant plus que subsistent de nombreuse décharges sauvages. A ce propos, une journée mondiale du recyclage, le 18 mars, a été « lancée » depuis plus de 10 ans. Même si on peut ironise sur la multiplication de ce genre de jours dédiés à une cause, celle-ci a le mérite d’éveiller et sensibiliser la population des pays intermédiaires à l’importance du recyclage et du tri des déchets.
In fine, toutes ces substances se retrouvent dans l’alimentation et nos assiettes (en particulier dans les poissons comme le thon…).
POUR EN SAVOIR PLUS SUR LES DOMMAGES CAUSES PAR LESPRODUITS POLLUANTS SUR LES REINS :
[www.agoravox.fr]
S
15 mars 2019 20:55
As sallam alaykum,

Le mieux c'est de le faire à l'ancienne les feuilles de menthe du jardin, sucre , eau bouillante et cest naturel, du moins je pense.

En tous cas baraka Allahu fik pour ton article.
N
15 mars 2019 21:00
Merci du partage, ce qui est inquiétant c’est que oui, le thé est très consommé par les marocains.

J’avais eu l’ocxaz de regarder un reportage sur le thé que nous achetons tous au marché ou dans les épicerie orientale et apparemment le nombre de pesticides trouvé dedans est juste incroyablement élevés.
Ça parlais même de pesticides interdit.
s
15 mars 2019 21:03
c'est décidé je jeune, marre de m'empoisonner.
Citation
MOUSSAYER a écrit:

Le thé est l'une des boissons les plus populaires au Maroc. Un article de 60 millions de consommateurs, fin 2017, avait révélé que de nombreux sachets de thé commercialisés en France contiennent des résidus de pesticides, de métaux et de toxines potentiellement cancérogènes : L’enquête avait montré que tous les thés analysés (26 marques de thé) contenaient, des pesticides, jusqu’à 17, y compris les thés bio. Des résidus de métaux, dont plusieurs reconnus comme nocifs pour la santé, étaient également présents tels l'arsenic, le cadmium, le mercure …ou le plomb. La situation ne peut être qu’identique ou pire au Maroc puisque nous avons à peu près les mêmes circuits d’approvisionnement et que les pays exportateurs prennent certainement moins de précautions avec nous qu’avec les pays européens où les règles et les contrôles sont plus stricts ! Etant de très gros consommateurs tous les jours et pendant des années, il y a de quoi s’inquiéter de ces contaminations répétées et « chroniques ».

Le rein en première ligne pour absorber les contaminants
Profitons de la journée mondiale du rein, le 14 mars pour élargir le débat à tous ces nombreux autres produits qui peuplent notre vie quotidienne : l’eau, l’air, la nourriture, le sol, le milieu de travail sont autant de milieux d’exposition à des contaminants chimiques et microbiologiques ainsi qu’à des agents physiques qui constituent potentiellement un danger pour notre santé en perturbant le fonctionnement normal de l’organisme, et le rein au premier plan puisqu’il filtre tout ce que nous absorbons.
La plupart de ces produits font l’objet de réglementations s’appuyant sur le principe de la quantité de substance que l’organisme peut recevoir sans risque : une dose journalière admissible (DJA) est ainsi déterminée pour chaque substance autorisée dans l’alimentation et que l’on peut ingérer quotidiennement pendant toute une vie sans risque ; une dose journalière tolérée (DJT) est calculée aussi pour les produits interdits dans l’alimentation.
Des règles peu respectées
Si ces règles sont bien connues dans les pays européens (même si elles sont loin d’être toujours respectées !), elles relèvent encore souvent du « vœu pieux » au Maghreb ou en Afrique Noire (les règles existent mais peu connues et sans les moyens nécessaires à leur bonnes applications), alors que nombre de substances sont maintenant clairement incriminées à certaines doses dans le développement des cancers, des maladies auto-immunes, endocriniennes… et évidemment rénales. Il existe en plus un effet « cocktail » à long terme que l’on mesure encore mal, résultant de l’exposition conjuguée à l’ensemble de ces produits, et plus particulièrement pour les personnes sensibles et fragiles (enfants, femmes enceintes, personnes âgées ou immunodéprimées…).
Les métaux lourds
Un des problèmes les plus graves est celui justement des métaux lourds (aluminium, arsenic, mercure, cadmium, plomb, thallium…), présents naturellement dans le sol mais aussi utilisés dans l’industrie. Certains d'entre eux, comme le cuivre et le zinc, sont nécessaires au fonctionnement de notre organisme, à condition qu'ils soient absorbés en petite quantité. Le problème réside donc dans la dose absorbée et dans leurs utilisations massives dans l'industrie et l’agriculture. De plus, ils sont présents aussi dans des engrais et dans les boues d'épuration, provenant du traitement des eaux usées, utilisées aussi comme engrais.
Les métaux lourds (comme le plomb), ont longtemps été également employés dans des peintures, l'essence, les canalisations d'eau potable. On continue au Maroc à utiliser des poudres de plomb dans le vernissage des poteries et plats à tagine ou de certains extraits (souvent artisanaux) de henné (mis aussi sur le marché en France)…
Le recyclage des produits (piles au cadmium, métaux rares des appareils électroniques…) est aussi largement encore défaillant au Maroc d’autant plus que subsistent de nombreuse décharges sauvages. A ce propos, une journée mondiale du recyclage, le 18 mars, a été « lancée » depuis plus de 10 ans. Même si on peut ironise sur la multiplication de ce genre de jours dédiés à une cause, celle-ci a le mérite d’éveiller et sensibiliser la population des pays intermédiaires à l’importance du recyclage et du tri des déchets.
In fine, toutes ces substances se retrouvent dans l’alimentation et nos assiettes (en particulier dans les poissons comme le thon…).
POUR EN SAVOIR PLUS SUR LES DOMMAGES CAUSES PAR LESPRODUITS POLLUANTS SUR LES REINS :
[www.agoravox.fr]
N
15 mars 2019 21:06
Mdrr.. prend le bio je l’achète la bas depuis que j’ai découvert le poison qu’il n’ont pas de scrupule à nous faire boire. Grrr

A défaut d’avoir un produit completémeut sain, ça sera sûrement déjà bcp plus limité.


Citation
Nadele a écrit:
c'est décidé je jeune, marre de m'empoisonner.
s
15 mars 2019 21:09
faut vraiment manger très peu, ma grand mère mange très peu elle a 86 ans. Et a de l'énergie.
T
15 mars 2019 21:13
Salam ,

Le plus important est de limiter sa consommation , car un élément est néfaste que si il est fortement consommer . Dans le cas du Maroc effectivement , cela peut poser problème , que faire ? Essayer de réduire sa consommation de thé
N
15 mars 2019 21:14
De toute façon manger excessivement c’est pas bon pour l’organisme. Il faut donner au corp ce don il a besoin et limité les sucreries et autres poisons



Citation
Nadele a écrit:
faut vraiment manger très peu, ma grand mère mange très peu elle a 86 ans. Et a de l'énergie.
15 mars 2019 21:38
C'est moi qui vous remercie d'avoir apprécié
Bonne soirée à vous
15 mars 2019 21:41
C'est moi qui vous remercie d'avoir apprécié le message
Bonne soirée
15 mars 2019 21:44
Bonsoir,
Oui, vous avez bien posé l'alternative sans issue !
Bonne soirée
15 mars 2019 21:46
Bonsoir,
Oui, le problème des pesticides et métaux lourds n'est pas propres au Maroc malheureusement et on voit des horreurs partout et pas seulement dans les souks
Bonne soirée
15 mars 2019 22:22
Salam,

Merci pour ton geste...

Il n'y a aucune possibilité de faire disparaître tous les métaux lourds de nos assiettes du jour au lendemain ! Car bon nombres d'entre eux sont déjà dans nos corps, et , ils y resteront comme des berniques sur un rocher..

Comme on ne peut tous s'offrir du 100% Bio, 3 /jour, 365 jours, il faut essayer de retourner aux bonnes vielles méthodes :

1- essayer de ne plus manger de l'industriel ( ULTRA) TRANSFORMÉ. surtout l'UTRA
2- plus d'aliments au tupperware, surtout au micro-ondes ( phtalates n, perturbateurs endo..).
3- plus de casseroles, et ustensiles en Aluminium ( poison ) préféréz la vielle fonte, ou Inox
4- Préférer les poissons gras phytoplancton : sardines, anchois, maqueraux ( pas de saumon ! )
5- le BICARBONATE pour plein de choses ( même pour les kidney (reins) .. INFORMEZ VOUS sur les bienfaits du Bicar....bonate : 1001 usages, OUI ! les 1001 usages de cet agent chimique alimentaire, et hygiène ....

Faites attention au nouveau sucre de déchet de Maïs,: " Le Fructo-glucose " ou le " glucose-fructose " ou " iso-glucose" ! Cette M**** vous refile diabète et maladies cardiovasculaires ....Même les américains n'en veulent plus.... Too Dangerous, Baby !!!!

6- Utilisez votre....BON-SENS ! ( même les jours fériés)Danse


Salam Ou Aleïkoum



Modifié 1 fois. Dernière modification le 16/03/19 02:23 par Rifian's honor.
16 mars 2019 01:43
Bonsoir
Oui vos conseils sont tout à fait de bon sens
Merci de vos encouragements
16 mars 2019 17:45
[www.redice.tv]
Citation
Rifian's honor a écrit:
Salam,

Merci pour ton geste...

Il n'y a aucune possibilité de faire disparaître tous les métaux lourds de nos assiettes du jour au lendemain ! Car bon nombres d'entre eux sont déjà dans nos corps, et , ils y resteront comme des berniques sur un rocher..

Comme on ne peut tous s'offrir du 100% Bio, 3 /jour, 365 jours, il faut essayer de retourner aux bonnes vielles méthodes :

1- essayer de ne plus manger de l'industriel ( ULTRA) TRANSFORMÉ. surtout l'UTRA
2- plus d'aliments au tupperware, surtout au micro-ondes ( phtalates n, perturbateurs endo..).
3- plus de casseroles, et ustensiles en Aluminium ( poison ) préféréz la vielle fonte, ou Inox
4- Préférer les poissons gras phytoplancton : sardines, anchois, maqueraux ( pas de saumon ! )
5- le BICARBONATE pour plein de choses ( même pour les kidney (reins) .. INFORMEZ VOUS sur les bienfaits du Bicar....bonate : 1001 usages, OUI ! les 1001 usages de cet agent chimique alimentaire, et hygiène ....

Faites attention au nouveau sucre de déchet de Maïs,: " Le Fructo-glucose " ou le " glucose-fructose " ou " iso-glucose" ! Cette M**** vous refile diabète et maladies cardiovasculaires ....Même les américains n'en veulent plus.... Too Dangerous, Baby !!!!

6- Utilisez votre....BON-SENS ! ( même les jours fériés)Danse


Salam Ou Aleïkoum



Modifié 2 fois. Dernière modification le 16/03/19 17:47 par Rifian's honor.
 
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
Facebook