Menu
Connexion Yabiladies Islam Radio Forum News
Le passeport de Brahim Ghali délivré par l’Algérie le jour de son arrivée...
12 octobre 2021 16:05
Dans un rapport du 21 juillet, le Commissariat général à l'information de la police nationale espagnole a identifié «de nombreux documents, tant espagnols qu'étrangers» détenus par le leader du Polisario. Et donc c'est avec çà que l'Algérie et le Polisario veulent convaincre l'ONU d'organiser un referendum au Sahara? Ils fabriquent de vrais faux documents d'etat-civil et pretendent organiser une election. Tout en refusant de recenser leur cheptel de pseudo refugiés pourtant reclamé par le HCR et le Conseil de Sécurité.
a
12 octobre 2021 16:56
déballé ,déballé, la note vous paierai !
12 octobre 2021 17:32
Grinning smiley Un passeport espagnol, puis algérien, c'est digne des personnages de films d'espionnage ou des mafieux comme on le voie dans les films et séries.
Avez-vous remarquez qu'il s'agit du 2e ou 3 article Yabi concernant l'Algésario et que jusqu'à maintenant tous nos trolls algériens habituels ne se sont pas manifestés, doivent sûrement attendre de recevoir via emails les consignes et éléments de langage à nous sortir : Sigus la Cigüe reviens-nous !Crying

Article complémentaire

« MOHAMED BENBATOUCHE AMBASSADEUR D’ALGÉRIE À LA RETRAITE »!!! LA NOUVELLE RÉVÉLATION DE L’ENQUÊTE POLICÈRE ESPAGNOLE SUR LE GHALI-GATE.

Le scandale du transfert, le 18 avril 2021, du chef des milices séparatistes, le dénommé Brahim Ghali, vers un hôpital de Saragosse, n’a pas livré tous ses secrets. Le dernier en date: Ghali est entré en Espagne non seulement sous le faux nom de « Mohamed Benbatouche » mais aussi et surtout avec le statut d’ « ambassadeur d’Algérie à la retraite » (voir ci-dessous une copie du passeport fuitée par la police espagnole).


Comme le montre la copie ci-dessus, le passeport trafiqué par les services algériens a été délivré à Brahim Ghali le jour même de son transfert vers l’Espagne (18 avril 2021), avec la complicité avérée de l’ex-ministre espagnole des Affaires étrangères, Arancha González Laya.

On n’est donc plus en face du chef d’une entité fictive créée, abritée, financée et armée par Alger, mais face à « un ambassadeur d’Algérie ».

Par le recours au faux et à l’usage de faux, le régime algérien non seulement viole la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques en cours depuis le 19 mars 1967, il démontre à la face du monde qu’il est aussi et surtout un régime voyou.

En reconnaissant le statut d’ « ambassadeur d’Algérie », ce régime bat lui-même en brèche la théorie du faux « peuple sahraoui » et son faux faux « droit à l’autodétermination ». Il confirme aussi et surtout son évidente responsabilité dans le conflit créé autour du Sahara.

sources : [lecollimateur.ma]
 
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
Facebook