Menu
Connexion Yabiladies Ramadan Radio Forum News
Un notable du Polisario rejoint le Maroc
A
25 mai 2006 23:41
Un autre signe que la nouvelle politique de gestion de l'affaire du Sahara porte ses fruits


Un notable sahraoui proche du Polisario regagne le Maroc


Un notable sahraoui proche du mouvement indépendantiste Polisario a annoncé jeudi qu'il avait regagné le Maroc car les conditions de vie à Tindouf étaient "insupportables".

"Je suis venu au Maroc à l'appel du roi et parce que les conditions de vie étaient insupportables à Tindouf", quartier général du Polisario dan le sud-ouest algérien, a-t-il dit à l'AFP.
Membre de l'importante tribu des Oulad Tidranine, Mohamed Ahmed ben Omar Ouled M'Brirek, représentait le Polisario lors de l'opération d'identification des sahraouis sous l'egide de l'ONU en 1994.

AFP
(Mis en ligne le 25 Mai 2006)

Autres articles
[www.saharamarocain.net]
[www.aujourdhui.ma]
z
26 mai 2006 08:06
Au suivant... Smiling Smiley
a
26 mai 2006 09:34
Il a indiqué avoir décidé de regagner la mère-patrie pour " réparer l'erreur " qu'il avait commise en rejoignant les rangs du " Polisario ", ajoutant ne plus croire aux thèses mensongères " des séparatistes.

on devrait etablir des contacts entre les ex polisariens et ceux qui aujourd'hui caressent le reve séparatiste ..pédagogie oblige ....ce sont ceux qui etaient de l'autre côté qui peuvent mieux expliquer l'ampleur du mensonge.
l
26 mai 2006 09:55
silence de l'autre coté
k
26 mai 2006 10:24
salam

a t'on pris soin de verifier s'il n'a pas du sang marocain sur les mains!

marre de voir des vieux chnoKs traitres revenir au maroc apres avoir passer leur jeunesse à nous insulter! drapeau marocain sur son dot!! j'aurai tout vue!
l
26 mai 2006 11:08
n'empéche que ces soi disants activistes endurcis ( de Terfaya) sont la preuve que l'ennemi s'éffrite;la vérité finit toujours par éclater ,son frère également de Terfaya est le représentant du plisario à Barcelonne ...j'espere que Ali Lemrabt et El mundo ont pris note
z
26 mai 2006 17:31
EU supports UN efforts for political solution to Sahara dispute


May 26, 2006, 15 hours, 24 minutes and 30 seconds ago.

By ANDnetwork .com

The European Union (EU) has voiced support to a political solution of the three-decade long Sahara dispute opposing Morocco to the Algeria-backed separatist movement "Polisario."

EU "fully supports United Nations Secretary-General Kofi Annan's efforts for a fair, sustainable and mutually accepted political solution," to the Sahara dispute.
In a statement a the end of the EU-Algeria Association Council meeting, held last week, The European Union, also, urged, parties and neighbouring countries to cooperate for achieving this objective, calling Algeria to "shoulder all its responsibilities" in seeking a solution to this conflict.

The Sahara conflict opposes, since 1976, Morocco to the Polisario who lays claims to Morocco's southern provinces, known as the Sahara, a Spanish former colony retrieved by the North African country in 1975 under the Madrid accords signed with Spain and Mauritania.

"To achieve this objective, EU strongly encourages the parties and neighbouring countries to constructively cooperate with the personal envoy of the UN Secretary General for the Sahara Peter Van Walsum,” the statement added. “This conflict is a major obstacle to the stability, cooperation and regional prosperity”.

Source : MAP
z
26 mai 2006 18:35
m
26 mai 2006 21:12
Bonjour à tous

Encore une défection chargée de témoignages que les prochaines résolutions de l’ONU devront associer.

Si l’armée algérienne et toutes sa diplomatie ne maintenaient pas les camps d’une main de fer en interdisant les déplacement de masse des sahraouis non membres du cercle fermé du polisario lesquelles se pavanent en Espagne et en Algérie bénéficiaires des détournements et fonds d’aide et de soutiens en tous genre de l’Espagne et de l’Algérie et bien ne resterait à Tindouf que le résidu politique du polisario accompagné des membres des services algériens.

L’ONU doit organiser en premier lieu le référendum consultatif dans les camps consistant à demander aux populations sahraouis et les autres si elles veulent regagner le Maroc ou rester en Algérie.

Le Maroc doit mettre toutes ses forces dans ce sens car l’impacte du polisario ne vaut que part celui de ses otages à l’ONU.

Amicalement.
D
26 mai 2006 21:43
Salam,

Le polisario est dans sa phase finale, la supercherie est en train de tomber à l'eau et le Maroc doit mettre les bouchés double pour couler les complots archaiques. IL faut savoir prendre ses responsabilité et admettre l'echecs, et oui, le Maroc à gagné, l'Algerie par ses tentatives à perdu.
[hr] [b][center]Si perçante soit la vue, on ne se voit jamais de dos[/center][/b][b]Boycottez pour la paix !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! [color=#FF0000]Boycottez!!!!!!!!![/color][color=#FFFFFF]!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!![/color] [color=#009900]Boycottez pour les enfants de Gaza!!!!!![/color][/b]
b
27 mai 2006 13:48
Voici, sans compter les milliers d'autres sahraouis qui ont rejoint le Maroc, la liste des plus importants fonctionaires:

Cette liste n’est pas exhaustive:

1. Ahmed Moulay M’Hamed, dit Ahmed Cherif, ancien chef des services de sécurité.
2. Le commandant Ayoub Lahbib, membre fondateur du Polisario.

3. BabaMustapha Sayed, représentant du Polisario au Canada.

4. Bahir Dkill, membre fondateur du Polisario, ancien représentant de l’organisation dans plusieurs pays.
5. Brahim Hakim, ancien ministre et représentant du Polisario en Amérique du Nord.
6. GhaoutaMohamed Ahmed Baba, un des responsables du recensement.
7. Ghoulam NajemMouichame, représentant en Allemagne.
8. Guajmoula Bent Ebbi, ancien membre du Bureau politique, et aujourd’hui députée marocaine.
9. Mohamed Salem Khatri, ancien membre de la direction nationale du Polisario.
10. Hametti Rabani, ancien ministre de la Justice et des Cultes.
11. Mustapha Bouh, ancien responsable politique de l’armée.
12. Keltoum Khayati, ex-responsable de l’organisation des femmes.
13. Omar Hadrami, membre fondateur du Front et membre du Bureau politique.
14. Sidati El Ghallaoui, ancien représentant du Polisario à Rome et à Malte.


Soucres: [www.esisc.org]
l
27 mai 2006 13:50
A mon humble avis, la population séquestrée suivrait si elle en avait l'occasion..
b
27 mai 2006 13:51
Et voici en partie l'histoire de Keltoum El-Khayat


Strife Still Plagues Western Sahara
By SCHEHEREZADE FARAMARZI, Associated Press Writer
9:36 AM PDT, May 22, 2006


LAAYOUNE, Western Sahara -- Keltoum El-Khayat left home barefoot at age 15, along with five other teenagers, telling her parents she was going to stay the night with her aunt. Instead she joined a war against Morocco for the independence of a Colorado-sized chunk of northwest African desert called Western Sahara.

It was the start of a circuitous 31-year odyssey against the backdrop of the Cold War that would take her to Algeria, Cuba, Spain and Sweden, and finally deposit her on the other side of the conflict, back in Western Sahara as an adviser to the Moroccan government she was sworn to oppose.

Her former comrades call her a turncoat, but El-Khayat says her change of sides stems from a sense that the conflict, one of Africa's longest, can only end in compromise, and from her disillusionment with Polisario, the guerrilla movement that recruited her in 1975.

That was the year that Spain, Western Sahara's colonial ruler, gave up the phosphate-rich desert territory and Western-backed Morocco moved in to claim sovereignty over it while its neighbor, Moscow-backed Algeria, supported Polisario's war.

The recruiters in Laayoune, the territory's main city, "told us if we stay in Laayoune, there would be genocide, so we joined," she recalls. They appealed to the youngsters' nationalism, she said, telling them Morocco was after their wealth and that if independent, they could become as rich as Kuwaitis.

So she left home on a warm December afternoon with nothing but the bright sari-like dress she was wearing.

Polisario promised the war would be short, but the Moroccans were determined to hold onto what they felt had been stolen from them by Spain. Morocco poured about 100,000 settlers into Western Sahara, and built a 1,600-mile barrier of sand and stone walls with bunkers, barbed wire and several million land mines to keep out the rebels.

During the eight-year shooting war that ended in a cease-fire in 1991, thousands died on both sides and Western Sahara, with a population of less than 400,000 excluding settlers, hemorrhaged refugees. An estimated 160,000, almost entirely dependent on international aid, still languish in deplorable conditions in tents and mud huts in five camps near the Algerian town of Tindouf.

The international community didn't accept Moroccan sovereignty over Western Sahara, and some 60 governments, mostly of African and other Third World countries, recognized Polisario. The stalemate has remained, despite strenuous American-led efforts to break it -- efforts made more urgent now that Washington counts both Morocco and Algeria as allies in its war on terrorism, straddling potential infiltration routes across the Sahara.

Even if the parties agree to a referendum that would decide the fate of the Sahrawis, as the people of Western Sahara are called, another big question remains: who gets to vote, and for what? Neither Morocco nor Polisario agree to the other having sovereignty over the territory, and Polisario says if settlers have a vote, they would unfairly tilt the numbers in Morocco's favor.

El-Khayat quickly exchanged her sari for fatigues and was trained as a guerrilla, but apparently never saw action between her recruitment and the end of the shooting war in 1991. She got married in her Tindouf refugee camp and had a daughter then began climbing up Polisario's political ranks. In 1983 she was sent to Cuba for five years, divorced her husband and remarried, went to mainland Spain, then Stockholm, then Spain's Canary Islands where her new husband joined her.

In the early 1990s, the couple defected. El-Khayat's second husband, Mohammed Bouossla, is now a senior official at the Moroccan Interior Ministry, while she is one of nine vice presidents on a royal council established by King Mohammed VI in March to advise on ways to achieve autonomy.

El-Khayat, now a mother of three, began having doubts about Polisario early on -- in 1976 in Tindouf when 70 youths died under torture, she said. Her second husband and two brothers were imprisoned for a few years, and an uncle died in a Polisario jail, she said.

"In Polisario, it's absolutely forbidden to express any view other than theirs," she said.

She says many Polisario rebels have defected to the Moroccan camp, and many Sahrawis fear independence will only push them into autocratic Algeria's orbit. Meanwhile, Polisario has been losing diplomatic ground as many of the governments that once recognized it have withdrawn their support and pinned their hopes on a negotiated settlement.

However, unemployment, poverty and government neglect continue to breed recruits to Polisario, and Mouloud Said, a Polisario representative in Washington, says support for his movement is increasing.

"We have more people today protesting with the Polisario Front than we ever had. We have more people in the prisons today than we ever had," he said in a telephone interview.

He acknowledges Polisario has had defectors, but calls them people who "want to sell their conscience and principles ... for material gains."

Mohammed Daddach, a Polisario supporter in Laayoune, spent 25 years in a Moroccan jail, 14 of them on death row, and says human rights violations are rampant as Moroccan security forces suppress Sahrawis independence campaigners.

"The only solution is a referendum," he said.

El-Khayat says independence is unrealistic.

"After 30 years, we realized that Morocco isn't so bad. African countries were being torn apart by wars. At least Morocco is stable," she said.

"Our struggle had been to achieve peace, security and democracy. Morocco is on the path to democracy. This is what the Sahrawis want. They have suffered a lot."


[www.latimes.com]
l
27 mai 2006 14:03
Oui, c'est la sécurité et la stabilité qui comptent le plus...C'est un véritable holocauste qui est décrit ici..
l
27 mai 2006 14:08
"...Et pourtant, il faut savoir garder le sens de la mesure car le Maroc est un bon pays :


« Les massacres du Darfour se poursuivent depuis 2003. Tandis que les grandes puissances débattent pour savoir si les crimes de guerre pétrés dans cette région sont un génocide et comment les punir, les milices arabes continuent les massacres de la population noire africaine. (…) C’est un conflit unilatéral : 90°/° des attaques sont le fait du gouvernement et des milices arabes alliées. Le nombre annoncé de 70 000 morts est absolument ridicule. 400.000 est probablement une bonne estimation. (…) Lorsque nous sortions en patrouille, nous pouvions voir des villages totalement brûlés et des centaines de cadavres. Nous avons interviewé des femmes violées, parfois par plusieurs soldats. Nous avons pu voir des preuves de torture sur les corps trouvés. Souvent, lors d’un raid, les gens courent se réfugier dans la brousse, mais ils sont poursuivis et tués par les assaillants. Lorsqu’ils rattrapent un homme qui tente de se cacher, ils le castrent et parfois le laissent mourir d’hémorragie. Et quand ils brûlent les villages, il leur arrive souvent d’enfermer les gens dans leurs huttes avant d’y mettre le feu. (…) Ce qui désespère, ce sont les discutions à l’ONU pour savoir s’il faut déférer ceux qui ont perpétré ces crimes devant la Cour pénale internationale. La question ne devrait même pas se poser. Quand on voit une vielle femme attaquée dans la rue, on ne se demande pas si c’est un meurtre ou une agression, on intervient. Je pense que c’est ce qu’on doit faire au Darfour. » ( The independent 1er avril 2005/ Telquel n° 172 du 16 au 22 avril 2005, p.18)

Oui, le Maroc reste un pays stable dont il ne faut pas trop bousculer les institutions…"

Source: "Parole de caïd"



Modifié 1 fois. Dernière modification le 27/05/06 14:09 par le citoyen.
a
27 mai 2006 16:03
en 1999 les polisariens de tout bords reclamaient un referudum pareil à celui qui a donné l'independance à cet ilot qu'est TIMOR-LESTE .......il y ont vu une similitude ..... la comparaison prouvait une myopie politique de taille....la population sujet de ce referudum etait bien cernée ( la geographie aide ..) par contre pour le sahara marocain & meme si on ferme les yeux quant aux frontieres historiques ..le probleme de la population devant participer au referudum pose probleme ...sans parler des milliers de familles sahrahouies qui ont fuit la colonisation espagnole .... les tribus sahraouies sont installés à part -le sahara marocain -au sud ouest algerien et au nord ouest malien et au nord mauritanien...c'est pourquoi quelqu'un comme K H OULd RCHID dit qu'un referudum est impossible ..et pour le réaliser il faudra changer les frontiéres de 4 pays....

aujourd'hui le TIMOR -LESTE vit un cauchemard...l'australie a rafflé la mise elle a le timor-leste dans la poche aprés avoir signé des contrats concernant le PETROLE.

[www.monde-diplomatique.fr]

il parait que l'australie est specialiste des ptits poissons....il a contracté de chimériques contrats avec la RASD pour .....le petrole .....
b
27 mai 2006 18:21
Bien dit et bien vu le citoyen.

arti, effectivment on regardant les info sur le Timor-Lest j'ai pense a ces criminels de vendeurs de reves. Elle est ou toute la prosperite et la stabilite? Rien, a la place un micro-etat qui peut etre emporte par n'importe quel vent.

Et la fameuse algerie a-t-elle envoye ses forces victoerieuses pour aider a maintenir la paix? Ou pour consoler u peu les femmes qui pleurent amerement?

Je crois que l'histoire de Kaltoum Elkhayat parle a plus d'un titre. Vaut mieux etre dans un bateau, plutot stable et pour le moins de taille relativement respectable que d#etre une barque qui balance violement a chaque vague. Elle l'a compris, elle est retourne au Maroc. Des millers pensent la meme chose, ne serait-ce que par reflexe ou instinct de survie. L'idee de l'autonomie doit avoir sonné des cloches. Free Tindouf Now, c'est cela le mot d'ordre. Souhaitons courage au Maroc d'arriver dans ce sens a une fin definitive de cette tragedie.
a
28 mai 2006 12:48
Kaltoum Elkhayat a, en outre, affirmé qu'Alger continue d 'appuyer politiquement
et diplomatiquement le polisario et favorise les originaires de la
tribu de Fougra (majoritaire au désert algérien à Tindouf). Cette
situation place la région au bord d'une guerre civile entre tribus
sahraouies, a-t-elle mis en garde.......

la seule similitude que les separatistes doivent deceler en comparant le TIMOT oriental et les provinces sahariennes c'est cette fragilité qui ouvre les portes à une guerre civile et à la convoitise des puissances coloniales ....
seul un etat fort garant de la stabilité et un statut d'autonomie preservant les specificités culturels peut barrer la route au chaos.

c'est pourquoi un contacte directe et franc entre les ex polisariens de retour et la jeunesse peut apporter plus de lumiere...une chaine regionale comme celle de LAAYOUN peux jouer ce role.
a
28 mai 2006 13:09
Kaltoum Elkhayat a, en outre, affirmé qu'Alger continue d 'appuyer politiquement
et diplomatiquement le polisario et favorise les originaires de la
tribu de Fougra (majoritaire au désert algérien à Tindouf). Cette
situation place la région au bord d'une guerre civile entre tribus
sahraouies, a-t-elle mis en garde.......

[mailgate.supereva.com]


la seule similitude que les separatistes doivent deceler en comparant le TIMOT oriental et les provinces sahariennes c'est cette fragilité qui ouvre les portes à une guerre civile et à la convoitise des puissances coloniales ....
seul un etat fort garant de la stabilité et un statut d'autonomie preservant les specificités culturels peut barrer la route au chaos.
c'est pourquoi un contacte directe et franc entre les ex polisariens de retour et la jeunesse peut apporter plus de lumiere...une chaine regionale comme celle de LAAYOUN peux jouer ce role.
a
28 mai 2006 17:15
[www.map.ma]

un ex polisario est de retour ...ils le surnomaient ..LE PHILOSOPHE DE LA REVOLUTION...
cette nouvelle philosophie qui consiste à l'autonomie finira par rallier tout les hommes de bon sens
 
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
Facebook