Menu
Connexion Rencontres Yabiladies Islam Vidéos Forum News
Le Maroc en construction : avancées des projets en cours
telev [ MP ]
27 octobre 2005 13:41
Le Maroc en construction : avancées des projets en cours

source: www.vision.ma

Notre portail internet, Vision.ma, s'en veut le témoin : le Maroc est en plein chantier ! Différents projets sont en cours : Autoroutes ; Aménagement du Bouregreg à Rabat ; Port de Tanger-Méditerranée ; Plan Azur au sein de la Vision 2010 ; Aménagement de l'ancien aéroport Casa-Anfa à Casablanca ; construction des Stades de football... Bref le Maroc bouge ! Voici pour vous, amis de Vision.ma, www.vision.ma ou www.vision-maroc.com, les détails sur les avancées des projets en cours.

- Autoroutes : Après avoir achevé l’axe Casablanca-Tanger, priorité est donnée à la connexion avec le sud. Le contournement de Marrakech (33 km) et la réalisation des tronçons Marrakech-Chichaoua (51 km) et Amskroud-Agadir (11,5 km) sont en préparation. «Les analyses des offres afférentes sont en cours. Le démarrage des travaux est prévu en 2006 et leur achèvement en 2009», précise Karim Ghellab, ministre de l’Equipement et du Transport. Le coût total de ces travaux s’élèvera à 1,72 milliard de DH.

Beaucoup plus modeste, la construction du viaduc sur Oueds Nfis, Tensift et Boulkhras (section Marrakech-Chichaoua). L’analyse des offres est en cours, précise le ministre. Les travaux commenceront à la fin de cette année et s’étaleront sur vingt quatre mois. L’investissement alloué est estimé à 172 millions de dirhams.

L’année 2006 connaîtra également la poursuite des travaux sur l’axe Settat-Marrakech, d’une longueur de 162 km. Cette partie est considérée comme un maillon important de l’autoroute Casablanca/Agadir qui va permettre de relier le nord au sud du pays. Ce qui réduira de facto le nombre d’accidents de la circulation et permettra le développement des échanges commerciaux et du tourisme à Marrakech. L’achèvement des travaux est prévu fin décembre 2007, à l’exception de celui du contournement de Settat qui sera finalisé bien avant.

Par ailleurs, le tronçon Tnine Chtouka-El Jadida, qui s’étale sur 31 kilomètres, sera achevé en octobre 2006. Avec cette réalisation, l’autoroute Casablanca-El Jadida, d’une longueur de 79 km, décongestionnera la route nationale numéro 8, une des plus meurtrières au Maroc.

Les études techniques et de faisabilités sont en cours pour l’axe Fès-Oujda (347km). Le démarrage des travaux est prévu dans quatorze mois (fin 2006). L’appel d’offres sera lancé au début de l’année prochaine.

Pour ce qui est des routes, 2006 sera marquée par le lancement du deuxième programme des routes rurales. Il permettra de porter le taux d’accessibilité de la population rurale au réseau routier de 54 à 80% à l’horizon 2015. Ce programme prévoit la réalisation de 15.565 km (5.810 km de constructions et 9.755 km d’aménagements) pour un coût de 11,3 milliards de dirhams.

Le dernier tronçon de la rocade méditerranéenne reliant Tétouan à Jebha sur 120km sera lancé en 2006 pour un coût de 1,7 milliard de DH. Il sera financé par la Banque japonaise de la Coopération internationale (JBIC).

Pour des infos en images ou tableaux :
"[www.vision-maroc.com]

- Secteur ferroviaire : Le secteur ferroviaire connaît la réalisation de deux grands projets, notamment la ligne Taourirt/Nador et la desserte du port Tanger Méditerranée, dont les travaux se poursuivront en 2006. Le premier projet coûtera 2,7 milliards de DH, financé par le Fonds Hassan II, l’Etat et crédit bancaire. La desserte ferroviaire du nouveau port de Tanger Méditerranée, quant à elle, coûtera environ 3,3 milliards de DH. Par ailleurs, d’autres opérations seront réalisées en 2006, notamment le dédoublement de la voie ferrée entre Sidi El Aïdi et Settat (300 millions de DH) et la réalisation d’opérations de mise à niveau du transport ferroviaire.


- Les secteurs portuaire et aéroportuaire : Le secteur portuaire sera marqué en 2006 par l’achèvement des travaux de réalisation du nouveau port de Boujdour pour un coût de 230 millions de DH. On sera aussi à un an de l’achèvement de la construction du complexe Tanger Med (16 milliards de dirhams, source: Equipement et Transport). Les investissements prévus en 2006 dans le secteur aéroportuaire concernent l’extension de l’aéroport Mohammed V pour un coût de 1,3 milliard de DH et l’acquisition d’équipements de navigation aérienne et du matériel au sol (1 milliard de DH).

Pour des infos en images ou tableaux :
[www.vision-maroc.com];

- Santé : La construction du siège du CHU de Fès (447 millions de DH) sera bouclée en 2006 et il faudra attendre une année de plus pour voir ériger le Centre hospitalier universitaire de Marrakech (433 millions de DH).


- La Chambre des conseillers sera dotée en 2006 du tant attendu siège (197 millions de DH) dont les travaux traînent depuis mai 2000.


- La Bibliothèque nationale du Royaume devra rester dans ses anciens locaux jusqu’en 2007, date d’achèvement de la construction du nouveau local qui coûtera 150 millions de dirhams.


- Stades de football : Les stades de Maroc 2010 sont toujours là, malgré le ralentissement du rythme des travaux. Certains fournisseurs disent qu’ils ont été priés «d’attendre le déblocage des crédits». Les stades de Tanger (897 millions de DH), et de Marrakech (889 millions de DH), dont les travaux seront achevés en 2006, sont les rescapés de l’ex-programme 2010. Le stade de Casablanca a été mis en veilleuse de même que celui d’El Jadida.


- Vous pouvez également consulter les données concernant les projets du Bouregreg à Rabat ou encore de la Vision 2010 avec le Plan Azur.

Pour le Bouregreg : [www.vision-maroc.com]

Pour le plan Azur : notre rubrique Vision 2010 ou le forum rubrique Vision 2010.


Source: www.vision-maroc.com
dannsl [ MP ]
27 octobre 2005 14:50


Inchallah notre pays va très bien avancer

En termes d'infrastructures, on devient de plus en plus bons Winking smiley
abouali [ MP ]
27 octobre 2005 17:52
Merci telev pour ce post

abouali
dannsl [ MP ]
28 octobre 2005 06:46


Avec le projet du Bouregreg la ville de Rabat va devenir très très belle Winking smiley
HAMOUDA58 [ MP ]
28 octobre 2005 13:15
VIVE LE MAROC
dannsl [ MP ]
28 octobre 2005 16:59


Pour réponse à celui qui a dit VIVE LE MAROCAIN


je dirai FIER D'ETRE MAROCAIN et de partager mon sang marocain avec vous
azl95 [ MP ]
28 octobre 2005 17:08
Avez vous des nouvelles d'un projet d'autoroute qui devrait relier par la voie cotiere TANGER à NADOR ?
masque86 [ MP ]
28 octobre 2005 19:32
Projet de loi de Finances 2006

Oualalou: Nous ne dépendons plus des privatisations


· Les entreprises publiques sont nettement mieux gérées et les «privatisations ont réussi»

· «Tous les indicateurs montrent qu’il y a des secteurs qui marchent très bien»: banques, ciments, tourisme, les sociétés cotées

· «Notre politique sectorielle développe des locomotives»

Entre les deux Caisses (Compensation pour le pétrole et celle des retraites des fonctionnaires), la conjoncture est bien difficile pour le projet de loi de Finances 2006… mais le ministre des Finances n’est pas peu fier de dire que c’est la première loi de Finances qui a «acquis une autonomie réelle par rapport aux privatisations». Autre point fort, «la culture du management des établissements publics. Cela permet d’avoir des performances qui soutiennent fortement les recettes prévues dans ladite loi. Les recettes fiscales et douanières sont elles en hausse.

- L’Economiste: Quel est l’impact de la loi de Finances sur la croissance?
- Fathallah Oualalou: La loi de Finances est un relais dans la politique économique. La croissance est liée essentiellement aux politiques sectorielles: agriculture, industrie, tourisme. C’est un instrument d’accompagnement des politiques économiques. Elle fait en sorte que ces politiques sectorielles entraînent l’émergence de nouvelles petites locomotives. Lesquelles visent d’une façon ou d’une autre à accroître le PIB bien sûr, mais aussi à rendre la croissance beaucoup plus régulière. Ceci dit, il y a également les petites incitations fiscales et tout l’effort de l’Etat en matière d’investissement qui est important et essentiel. La loi de Finances est aussi un instrument d’accompagnement des établissements publics dont les investissements sont très importants au niveau national. A ce sujet, je tiens à souligner qu’en 2006, ce sera la première loi de Finances depuis cinq ans, le début des grandes privatisations, qui a pris une certaine autonomie réelle par rapport aux recettes de la privatisation. Nous aurons à peine 4,9 milliards de DH, alors que sur les dernières années, les montants étaient de 12 milliards. Cela veut dire deux choses très importantes: d’abord que les anciennes privatisations ont réussi puisqu’elles génèrent aujourd’hui des recettes fiscales, de l’emploi, de la valeur ajoutée. Ensuite, cette indépendance par rapport aux privatisations montrent qu’elles ont eu un effet structurant sur le budget et sur l’économie.

- Quel aura été le niveau d’exécution du budget 2005?
- Le taux d’exécution s’améliore d’année en année, je veux le souligner, car cela correspond à une forte amélioration de la gestion publique, de l’efficacité de l’Etat. A fin septembre et pour le budget 2005, le niveau d’exécution, pour les investissements, a dépassé de 11%, ce qui est prévu. Donc, on est allé un peu plus vite que demandé. Ce qui montre bien que les administrations ont amélioré l’exécution de leur budget.

- Ce qui donnera un dérapage?
- Pas du tout. Nous allons terminer l’année avec un déficit du Trésor par rapport au PIB de 3,5% contre le 3,2% prévu. Donc, nous sommes dans les normes. Pour l’année qui vient et malgré la conjoncture, nous resterons à 3,5%.

- Seulement?
- Il est vrai que si on ajoute le coût des retraites, on arrive à plus de 5%. Mais la dépense de la retraite n’est pas une dépense récurrente, donc logiquement, nous ne devons pas l’intégrer dans le calcul du déficit. Il y a deux chiffres qui m’inquiètent dans cette conjoncture: la compensation, 12 milliards et le montant des retraites, 9 milliards. Nous ne pouvons pas continuer à subventionner les carburants de cette manière: c’est choquant.

- Comment malgré l’hémorragie des subventions, le coût des retraites des fonctionnaires, les augmentations de salaires promises par le Dialogue social, vous en sortez-vous avec seulement 3,5%?
- Parce que nous avons une nette amélioration des recettes fiscales et une bonne performance des dividendes et recettes provenant des établissements publics.

- Combien d’établissements publics sont bénéficiaires?
- En 2004, les derniers chiffres dont on dispose, leurs investissements avaient augmenté de 30%, leur chiffre d’affaires de 10%, les résultats de, tenez-vous bien, 84%! Leur autofinancement était en hausse de 44%, tandis que leurs dettes baissaient de 3%! Ce sont de belles performances, n’est-ce pas?! C’est un fait nouveau au Maroc: les établissements publics deviennent de plus en plus performants. Mon sentiment est qu’en 2005, les performances vont être meilleures, notamment chez des établissements tels que l’OCP, l’Odep, l’ONE, le Crédit Agricole.

- Peut-on dire que le tissu industriel a changé et que cela se ressent déjà sur les lois de Finances?
- Les choses évoluent et dans le bon sens. Regardez, il y a une nette augmentation des recettes fiscales: +18% au niveau de l’IS, +18% IGR, même ordre pour la TVA. Il y a aussi une bonne amélioration de nos recettes douanières, malgré le démantèlement. Nous avons une amélioration de l’efficacité de l’administration. Il y a dans ce pays des secteurs qui marchent et qui marchent bien puisqu’ils sont profitables.
bikhir [ MP ]
28 octobre 2005 20:03
salam azl95,

ce n'est pas une autoroute mais la rocade méditerranéenne qui va jusqu'a saidia.

tu peux consulter le site du ministere de l'equipement et du tranpsort pour des informations detaillees:

[www.mtpnet.gov.ma]

et precisement pour ta question:

[www.mtpnet.gov.ma]




azl95 a écrit:
-------------------------------------------------------
> Avez vous des nouvelles d'un projet d'autoroute
> qui devrait relier par la voie cotiere TANGER à
> NADOR ?


redcloud [ MP ]
28 octobre 2005 21:12
Et ce qui fait plaisir c'est qu'on a des hommes actuellement capables de faire avancer le pays.
Apres avoir fait des merveilles au niveau urbanistique pour Marrakech, M. Hassad s'attaque à Tanger et voila que cette ville revit et est en chantier.
Le dernier en date est l'aménagement de la corniche de Tanger qui s'etend sur 5 km.
dannsl [ MP ]
29 octobre 2005 01:43

Après la corniche de Tanger, c sur Hassad fera de Tanger une grande ville touristique Smiling Smiley
BlackPanther [ MP ]
29 octobre 2005 11:27
La ville de marrakech est devenu trés belle. J´espere qu´elle le reste apres le depart de Hassad...
sawsen9 [ MP ]
29 octobre 2005 18:34
azl95 a écrit:
-------------------------------------------------------
> Avez vous des nouvelles d'un projet d'autoroute
> qui devrait relier par la voie cotiere TANGER à
> NADOR ?
aurais tu des nouvelles du projet meknes oujda?

azl95 [ MP ]
29 octobre 2005 20:21
SAWSEN9:
extrait de ce site aimablement transmi par BIKHIR :

[www.mtpnet.gov.ma]

3. Axe Fès-Oujda

La liaison autoroutière Fès-Oujda, longue d'environ 320 km, a été identifiée comme liaison importante dont la réalisation est programmée à moyen terme. Cette liaison autoroutière Rabat-Mékès-Fès, aujourd'hui en service, pour former, à terme un grand axe structurant Est-Nord. Elle constitue un tronçon important de l'autoroute Maghrébine se compose des trois sections fonctionnelles suivantes :

(a) Section Fès – Taza : D’un linéaire d’environ 112 km,

(b) Section Taza – Taourirt : D’un linéaire d’environ 108 km (assez comparable à la section précédente).

(c) Section Taourirt – Oujda : Cette section terminale se développe sur un linéaire d’environ 100 km ..

Ce projet est en cours d'étude :

· Etude de définition achevée

· Avant projet en cours de lancement

Le coût estimatif est de 7600 MDH
telev [ MP ]
2 novembre 2005 12:13
L’autoroute de contournement de Settat fin prête

L’autoroute de contournement de Settat sera mise en service aujourd’hui à partir de midi, indique le ministère de l’Equipement et des Transports qui précise que la circulation sur cette section sera gratuite jusqu’au mardi 8 novembre. Réalisé en 29 mois, ce tronçon long de 17 km, a nécessité 4,7 millions de m3 de terrassement, 4.000 tonnes d’acier et a permis la réalisation d’un nouvel échangeur pour la ville de Settat.


source:www.leconomiste.com
telev [ MP ]
7 novembre 2005 09:25
Réforme hospitalière au Maroc: soutien européen de 20 millions d'euros
AFP 05.11.05 | 21h16

Le Maroc a décidé "d'accélérer" le rythme d'une réforme hospitalière en y injectant un don de l'Union européenne de 20 millions d'euros pour "moderniser" les infrastructures et la gestion des hôpitaux, a-t-on appris samedi auprès du ministère de la Santé publique.

Cette réforme viserait également, dans sa deuxième phase soutenue par les Européens, à satisfaire "l'augmentation de la demande des soins à laquelle doivent faire face les hôpitaux publics", a indiqué cette source.

"Cette réforme démarre dans 10 hôpitaux, dont cinq dans la région de l'oriental et les autres à Agadir, Beni-Mellal, Safi, Settat et Meknès", a-t-on ajouté.

La presse marocaine dénonce régulièrement les "difficultés qui entravent le fonctionnement des hopitaux" en matière notamment de ressources humaines et d'équipements.

Cette situation, également critiquée par les syndicats, "se répercute" selon la presse sur la santé des "populations défavorisées".

Les hôpitaux d'Ibn Sina de Rabat et d'Ibn Rochd de Casablanca - les deux seuls centres hospitaliers et universitaires (CHU) du royaume - ont également entamé une réforme mais leurs efforts "se heurtent" à une "insuffisance chronique des moyens financiers", a déclaré à l'AFP samedi un responsable du CHU de Rabat.

En 2005, le budget général du ministère de la Santé publique au Maroc s'est élévé à seulement 6,2 milliards de dirhams (560 millions d'euros), une dotation jugée "insuffisante" par les médecins et la presse
 
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
Facebook