Menu
Connexion Rencontres Yabiladies Islam Vidéos Forum News
Maroc : cette décision traduit une grave crise budgétaire
paysan81 [ MP ]
1 novembre 2013 10:28
Nouveau coup dur pour l’investissement public. Le chef du gouvernement vient de décider l’annulation pure et simple de tous les crédits d’investissement non engagés au 31 octobre. «C’est une première dans les annales des finances publiques». Au-delà de cette date, aucun projet d’investissement ne pourra plus être réalisé. Selon un spécialiste des finances publiques, «cette décision traduit une grave crise budgétaire. Le gouvernement a certainement procédé à l’annulation des crédits d’investissement pour pouvoir préserver l’équilibre budgétaire, financer la compensation et régler les salaires des fonctionnaires». Le montant des investissements qui seraient «annulés» s’élèverait à 10 milliards de dirhams, qui s’ajoutent à la dernière coupe de 15 milliards de dirhams. Ce qui ramène le budget d’investissement prévu en 2013 à 33,9 milliards de dirhams contre 58,9 milliards prévus au départ. Cette décision serait aussi lourde de conséquences que la réduction du budget d’investissement, ordonnée en début d’année. «Nous ne disposons pas de données chiffrées, mais l’on estime à plus de 50% le volume des investissements qui passeraient à la trappe», souligne un responsable. Selon lui, quand une administration lance un appel d’offres, le marché prend plusieurs mois pour être exécuté. Cette nouvelle coupe dans l’investissement permettrait au gouvernement de respecter ses engagements vis-à-vis du FMI en limitant le déficit budgétaire à 5,5%. La note du chef du gouvernement a surpris tout le monde puisqu’elle est datée du 28 octobre et accorde aux membres du gouvernement un délai de 3 jours pour transmettre leurs propositions d’engagement budgétaire. Par le passé, cette circulaire tombe toujours vers le 15 décembre. L’annulation des crédits d’investissement concerne tous les projets prévus dans le cadre du budget général, les dépenses des services de l’Etat gérés de manière autonome (SEGMA) ainsi que les comptes spéciaux du Trésor. Et ce, à l’exception du compte de la dette prévu dans le budget général et les comptes spéciaux. Le document dont L’Economiste possède une copie explique cette décision par «le souci d’améliorer la programmation et l’exécution des crédits d’investissement». L’objectif étant de réduire progressivement les reports de crédit, dont le montant a atteint 21 milliards de dirhams en 2013. Ce qui dénote un faible taux de réalisation des investissements programmés dans le cadre des marchés publics des administrations.
Avant cette circulaire, la primature avait diffusé, le 8 avril 2013, une note incitant les différents services de l’administration à accélérer l’exécution des crédits d’investissement reportés au titre de l’exercice 2013.
Les entreprises peuvent s’attendre à une conjoncture difficile. «En temps normal, les administrations ne disposent des crédits d’investissement que vers le mois de mai. Elles doivent ensuite préparer les cahiers des charges et les appels d’offres. Ce qui prend plusieurs mois. La décision du gouvernement impactera lourdement le secteur du BTP déjà mal en point», explique un chef d’entreprise.
Nadafa minal imane wal imane minal islam... il est temps de subsidier les panneaux solaires
Hamza [ MP ]
3 novembre 2013 15:16
Les économies budgétaires se font partout, en France bcp de projets d'investissement ont été gelés ou supprimés. En Espagne, c est encore plus sévère qu'ailleurs. Les pays développés auxquels l'économie du Maroc est liée font des économies, la crise économique et financière ne permet pas aux pays sérieux de dépenser inconsidérément. Rien de bien surprenant pour les économistes avertis.
 
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
Facebook