Menu
Connexion Yabiladies Islam Radio Forum News
L'âme, l'esprit et le secret intime (al-Qushayri)
s
11 août 2008 17:19
L'âme, l'esprit et le secret intime (al-Qushayri)

Traduit de la: "Risala al-Qushayriyya fi 'ilm al-Tasawwuf"

L’âme (nafs)

Dans la langue arabe, « l’âme » d’une chose est son être. Mais, quand les Soufis prononcent le mot « âme », ils ne font allusion ni à l’être ni à un corps. Plutôt, ils désignent les déficiences dans les traits de caractère de l’homme, ainsi que ses mœurs et ses actes répréhensibles. Les déficiences dans les traits de caractères sont de deux types : tout d’abord ceux que l’homme acquiert par lui même, c’est a dire ses actes de désobéissance et ses péchés, et ensuite ses mœurs de base. Ils sont blâmables en eux-mêmes et par eux-mêmes. Toutefois, quand un homme cherche à en guérir et à les combattre, ces mauvaises mœurs s’éteignent en lui au terme d’un effort ardu et ininterrompu.

Le premier groupe de caractéristiques de l’âme est tout ce qui est interdit ou déclaré douteux de manière absolue [par la Shari’a]. Le second groupe est celui des imperfections de l’âme et de sa basse condition générale. Pour ce qui est des caractères concrets, ce sont l’orgueil, la colère, le mépris, l’envie, le mauvais tempérament, l’intolérance, et les autres caractères semblables. Toutefois, la caractéristique la plus difficile et la plus méprisable de l’âme est qu’elle imagine qu’il y a du bien en elle et qu’elle mérite le respect. C’est pourquoi ces attributs sont parfois considérés comme du polythéisme subtil.

Pour améliorer son caractère moral ; l’homme doit renoncer à son âme et essayer de la briser. La meilleure façon de le faire est d’avoir recours aux rigueurs de la fin, de la soif, de la veillée, et d’autres types d’exercices qui mènent à l’affaiblissement son pouvoir. Toutes ces pratiques font partie du renoncement à l’âme.

Toutefois, l’âme peut aussi signifier une substance subtile placée dans le corps [de l’homme] qui est le réceptacle des traits de caractère blâmables de la même façon que l’esprit est une substance subtile placée dans le corps, qui est le réceptacle des traits de caractère louables. Tous ces éléments sont soumis les uns aux autres, et leur somme totale constitue un être humain. L’âme et l’esprit sont des substances subtiles résidant dans une même forme de la même façon que les anges et les démons sont caractérisés par la subtilité.C’est également le cas pour l’œil qui est le réceptacle de la vue, l’oreille qui est le réceptacle de l’ouïe, le nez qui est le réceptacle de l’odorat, et la bouche qui est le réceptacle du goût. L’entité qui entend, voit, sens ou goûte constitue un tout qui est l’être humain. De même, le cœur et l’esprit sont les réceptacles des caractères louables, tandis que l’âme est le réceptacle des caractères blâmables. En même temps, l’âme est une partie du tout, et le cœur est une partie du même tout. Aussi, le nom et la propriété se retrouvent dans ce même tout.


L’esprit (ruh)

Ceux des gens de la Sunnah du Prophète qui ont atteint la vraie réalisation soutiennent des opinions différentes concernant les esprits. Certains d’entre eux disent qu’ils ne sont rien d’autre que la vie, tandis que d’autres soutiennent que ce sont les essences placées dans les corps [des humains]. Il y a ici un point subtil : Dieu a pour coutume de créer la vie dans le corps. Tant que l’esprit y réside, l’être humain reste vivant. Les esprits, même s’ils résident dans les corps, peuvent s’élever et en partir au moment du sommeil, après quoi ils y reviennent.

L’homme est la combinaison de l’esprit et du corps, car Dieu Exalté, bénit soit-Il, a assujetti les parties de ce tout les unes aux autres. La Résurrection arrivera à cet ensemble, ainsi que la récompense et la punition. Les âmes sont créées et ceux qui insistent sur le fait qu’elles sont éternelles commettent une grave erreur. Et les Ecritures confirment qu’elles sont des essences subtiles.
s
11 août 2008 17:20
Le secret intime (sirr)

Il semble que, comme les esprits, les secrets intimes sont une entité subtile placée dans le corps humain. Selon les principes soufis, il sert de réceptacle à la contemplation directe, de la même façon que les esprits sont les réceptacles de l’amour et les cœurs sont les réceptacles de la connaissance.

Ils disent que le secret intime est quelque chose qui nous permet de saisir une fulguration [de la présence Divine], tandis que les tréfonds du secret intime ne sont connus de nul excepté Dieu. Selon la terminologie et les principes des soufis, le secret intime est plus subtil encore que l’esprit, l’esprit étant lui-même plus noble que le cœur. Ils disent que les secrets intimes sont libres des entraves des choses, de leurs traces et de leurs vestiges. Les mots « secret intime » désignent l’état spirituel qui est gardé secret entre Dieu (gloire à Lui) et Son serviteur. Ce sens est celui qui est exprimé dans leur adage : « Nos secrets intimes sont des vierges qui ne peuvent êtres déflorés par l’imagination d’un autre. » Ils disent également : « Les poitrines des saints sont les tombeaux des secrets intimes. » Ils disent aussi : « Si l’os qui est le plus proche de mon cœur apprenait les secrets de ce dernier, je le bannirais sans attendre. »

--------------------------

ndt: la traduction choisie ici pour "âme" et "esprit" est tout à fait discutable, mais nous l'avons privilégiée à cause de sa littéralité. En effet, pour Nafs on dit également "égo" ou "âme charnelle". Et dans le cas de Ruh, le problème est que en français on rapproche plutôt le terme "esprit" de "raison" ('aql) ce qui n'est pas du tout ce qui est visé ici. Il s'agit plus de l'esprit au sens noble du terme, plus proche peut être justement du mot "âme". Mais pour éviter la confusion, nous avons choisit de garder "esprit".

Source : [www.saveurs-soufies.com]
 
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
Facebook